Images de page
PDF
ePub

que l'Inquisition réussit à avoir raison des habitants de Carcassonne, qui furent condamnés, au mois d'octobre 1299, à bâtir une chapelle en l'honneur de saint Louis dans le couvent des Dominicains de Toulouse. A ce même moment, le 4 octobre 1299, il rendit les derniers devoirs à Bernard de Tournes, prieur du monastère de Prouille 1. Relevé de ses fonctions de prieur de Carcassonne en juillet 13012, il devait reprendre dans cette ville une part active aux exercices théolo

memorato ego frater Bernardus Guidonis, Lemovicensis dyocesis. Fui autem translatus de prioratu Albiensi, in quo quartum tunc agebam annum, ad prioratum Carcassonensem, Sabbato post festum beati Dyonisii, confirmatus in monasterio Pruliani anno Domini м° cc° nonagesimo VII°. Servivi autem Carcassone annis quatuor, a cujus pena, utinam magis a culpa, fui absolutus in capitulo provinciali Agennensi in festo beate Marie Magdalene celebrato, data diffinicione in festo sanctorum Felicis et Adaucti martirum, anno Domini м° CCC° 1°, qui premissa collegi et conscripsi. Notandum hic posteris incidenter quod etiam tempore meo predicta rabies. Carcassonensis adhuc graviter seviebat. Mala vero que faciebant et inferebant inquisitioni et fratribus et amicis melius puto hic reticere quam per singula scribere, propter honorem multitudinis, que tamen omnino non poterat excusari, licet in ca fuerint aliqui qui non consentiebant actibus malignantium contra fratres, qui fratres verbis et signis deridebantur et dehonestabantur sepissime, et verberibus interdum, et tanquam excommunicatos ipsos fratres a sua communione et participatione penitus effecerant alienos. Alia pudet dicere. Tandem, postquam in utraque curia, scilicet Romana et Francie, decidissent, expensis prius non parvis pecuniis et theTOME XXVII, 2 partie.

sauris, venerunt ad obedientiam inquisitoris fratris Nicholai de Abbatis Villa. Et congregata universitate Carcassonensi, voce preconia, coram ipso inquisitore, die ad hoc assignat, in publico sermone, in claustro fratrum Predicatorum Carcassone, presente senescallo cum curia regali et terrariis, recognoverunt reatum suum, et petierunt absolvi ab inquisitore et reconciliari, et optinuerunt ibidem, publice jurantes, elevatis ad librum evangeliorum manibus singulorum, fueruntque condempnati per inquisitorem ad faciendam capellam unam in honore sancti Ludovici in conventu fratrum Predicatorum Carcassone. Actum fuit hoc anno Domini M° cc° nonagesimo IX, mense Octobri. Capella vero fuit constructa anno sequenti м° ccc°, pro qua facienda et ornanda solvit villa Carcassonensis DCCCC libras turonensium. » Ms. 273 de Toulouse, fol. 157 et 158.

« Dormivit autem in Domino in festo beati Francisci, illucescente aurora diei Dominice, anno Domini M° cc nonagesimo IX, cujus corpus sanctum ego frater Bernardus Guidonis, tunc prior Carcassone, indignus minister, eodem die, tradidi ecclesiastice sepulture, non sine fratrum et sororum gemitu et ploratu... » Ms. 273 de Toulouse, fol. 108.

2 Absolvimus priores... Carcassonensem. Ms. 273 de Toulouse, fol. 380 v°. 23

LES

MANUSCRITS

DE

BERNARD GUI.

LES MANUSCRITS

DE

BERNARD GUI.

giques', quand, le 16 du mois suivant, il fut installé prieur du couvent de Castres 2. Il dota cette maison de deux chapelles, dont il put voir l'achèvement en 1305. Le 1er février 1302 (n. st.), il était à Toulouse, où il vit casser l'élection d'Itier de Cognac, prieur des Dominicains de Limoges 3. Le chapitre provincial de 1302, assemblé à Carcassonne, le désigna comme prédicateur général. En 1305, il quitta le couvent de Castres pour monter dans la chaire de théologie à Carcassonne ; mais Bernard ne devait plus professer : le reste de sa vie allait être absorbé par des occupations plus actives et plus militantes. Du 23 août 1305 au 16 janvier 1307, il administra le couvent de Limoges, dont il fit construire la bibliothèque, et dans lequel il reçut,

«Et disputet Carcassone B. Guidonis... » Ms. 273 de Toulouse, fol. 380 vo.

2

« Decimus octavus nomine prior successi ego frater Bernardus Guidonis, Lemovicensis diocesis, fratri Pontio de Caercino predicto, confirmatus in priorem in crastino Assumptionis beate Marie semper virginis anno Domini MCCC° 1°, qui premissa conscripsi in conventu Castrensi. Tempore quoque isto, facte fuerunt capelle due in ecclesia Beati Vincentii, in latere dextro a parte meridiei, quarum primam in honore beati Dominici, patris nostri, Berengarius Amblardi de Castris, secundam vero in honore beati Petri martiris, fratris nostri, domina Fina, soror sua, devota fratrum amica, ex devotione construere ac perficere suis sumptibus elegerunt. Anno siquidem Domini MCCC° 111°, prima die Julii mensis, feria secunda, apertum est fundamentum pro utraque, et sequenti feria sexta, tertio nonas Julii, duo filii Berengarii Amblardi, Amblardus scilicet et Petrus, pueri innocentes, posuerunt duos primarios lapides pro eisdem. Finaliter in capella beati Petri martiris fuit posita clavis testudinis in vigilia ejusdem

martiris, et tam illius capelle quam alterius fuit testudinatio consumpta in crastino translationis beati Dominici, patris nostri, anno Domini м° ccc° v°, quo hec scripsi. In conventu Castrensi servivi annis quasi quatuor. Fui autem absolutus in capitulo provinciali Lemovicis, in festo beate Marie Magdalene, celebrato anno Domini M° CCC V°. » Ms. 273 de Toulouse, fol. 185. « Tandem electio et confirmacio cassata fuit Tholose in vigilia Purificacionis beate Marie anno Domini M° CCC° 1°, me presente. Ibid., fol. 133.

3

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

en avril 1306, le pape Clément V, accompagné de huit cardinaux. Étant encore prieur de Limoges, il fut désigné par le chapitre provincial de Figeac 1 pour assister au chapitre général de l'année 1307, qui se tint à Strasbourg 2. Le 16 janvier 1307, en même temps qu'il était relevé de sa charge de prieur, il recevait du provincial de France sa commission d'inquisiteur de Toulouse 3, fonctions redoutables, qu'il conserva pendant près de dix-huit ans, c'est-à-dire jusqu'en

1323.

8. Il ne semble pas que Bernard ait agi en qualité d'inquisiteur pendant l'année 1307. Au mois de juillet, il fut l'un des diffiniteurs du chapitre provincial de Condom, où il fut nommé diffiniteur du

Clemens papa V, cum octo cardinalibus,
venit Lemovicam, et ad domum fratrum
Predicatorum declinavit sine diverticulo
ad manendum; ubi concessit priori pre-
senti, agenti gratias et petenti, quod con-
fessor quem sibi eligeret et ipse prior super
fratres, et confessores quos ipse prior fra-
tribus deputaret, pro una vice, eamdem
et tantam haberent in omnibus potestatem
in foro penitenciali absolvendi et dispen-
sandi ab omnibus culpis et penis, citra
purgatorium, quantam ipse papa super eos
habebat. In crastino vero, in
quo fuit dies
Dominica, littera dominicali B, idem papa,
visitato prius corpore sancti Martialis, et
benedictione data populo congregato in
platea Sancti Geraldi, recessit apud Sol-
lempniacum, versus Burdegalam dirigens
gressus suos. Hoc eodem anno Domini
M° CCC VI°, facta fuit libraria, pretio cen-
tum librarum et amplius. Prior fui anno
uno et dimidio. Fui autem absolutus per
litteram magistri ordinis, et factus inquisi-
tor Tholosanus per litteram prioris provin-
cialis Francie, receptis inde litteris utrius-

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

LES MANUSCRITS

ᎠᎬ

BERNARD GUI.

LES

MANUSCRITS

DE

BERNARD GUI.

prochain chapitre général', qui devait se tenir à Padoue2. Le 17 décembre 1307, il était à Toulouse, pour confirmer la nomination de Hugues Pellicier, prieur d'Agen3.

la

Ce fut apparemment le 3 mars 1308 que Bernard exerça pour première fois les fonctions d'inquisiteur. Son registre, dont le texte nous été conservé par Limborch, débute par ces mots : « Anno Domini MCCCVII, V nonas Martii, Dominica prima Quadragesime, fuit factus primus sermo per fratrem Bernardum Guidonis, inquisitorem Tholosanum, in ecclesia cathedrali Sancti Stephani Tholose... Bernard prenait dès lors le titre de « Inquisitor heretice pravitatis in regno Francie auctoritate apostolica deputatus3. » Il serait inutile de relever, même sommairement, les actes de l'inquisition de Bernard Gui; il suffit de renvoyer à l'édition de Limborch, en notant simplement quelques dates pour servir de jalons chronologiques. C'est ainsi nous rencontrons l'inquisiteur Bernard :

Le 3 mars 1308, dans la cathédrale de Toulouse ";

que

Le 30 janvier 1309, dans la maison de l'inquisition à Carcassonne 7;
Le 25 mai 1309, dans la cathédrale de Toulouse ;

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

8

7 Les aveux d'un hérétique nommé « Raimundus Valsiera,» reçus à Carcassonne, se terminent ainsi :

«Hec dixit, confessus fuit, declaravit et deposuit anno Domini MCCCVIII, III kalendas Februarii, in domo inquisitionis predicta, coram fratre Gaufrido predicto [Gaufrido de Ablusiis], et coram fratre Bernardo Guidonis, inquisitoribus heretice pravitatis, in presencia et testimonio fratris Johannis de Felgosio, ordinis fratrum Predicatorum, magistri P. Vitalis, jurisperiti, magistri Petri Boerii, notarii inquisitionis, et mei Guillelmi Raimundi, notarii officii inquisitionis, qui predictis omnibus interfui, scripsi et recepi. » Bibl. nat., ms. latin 4269, fol. 27 v°.

Limborch, p. 7

Le 10 août 1309, à Toulouse 1;

Le 23 octobre 1309, dans la cathédrale de Toulouse 2;

Le 4, le 12 et le 21 janvier 1310, à Toulouse3;

Le 5 et le 9 avril 1311, dans la cathédrale de Toulouse *;

En avril 1312, à Toulouse 5;

Le 20 septembre 1313, une session de l'inquisition est tenue à Toulouse en l'absence de Bernard Gui®;

Le 1er avril 1315, à Toulouse 7;

Le 6 et le 7 mars 1316, à Toulouse ";

Le 1er mai 1316, à Toulouse 9;

Le 11 septembre 1316, étant à Lyon, il délègue les fonctions d'inquisiteur au prieur et au lecteur des Dominicains de Carcassonne 10;

En août, septembre et novembre 1319, à Toulouse "1;

Le 30 juin 1321, à Alby 12;

Le 14 juillet 1321, à Carcassonne 13;
Le 2 août 1321, à Pamiers 14:
En juillet 1322, à Pamiers 15;

[blocks in formation]
[blocks in formation]

9

Date d'une lettre invitant les prélats et les religieux d'Espagne à poursuivre les sectateurs de Gerardus Segarelli de Parme et de Dulcinus Novariensis, qui se répandaient en Espagne; ms. 98 de Toulouse, fol. 188 v°, et ms. 196, fol. 102.

10 Ms. 98 de Toulouse, fol. 35 vo, et
ms. 196, fol. 21. Voyez à l'Appendice
la pièce XIII.

"Ms. 98 de Toulouse, fol. 15, 15 v° et
16; ms. 196, fol. 10 et 10 vo. Lim-
borch, p. 208, 273, 274 et 397.
12 Limborch, p. 282.

[merged small][ocr errors][merged small]

LES

MANUSCRITS

DE

BERNARD GUI

« PrécédentContinuer »