Nouvelle encyclopédie poétique: ou, Choix de poésies dans tous les genres, Volume 3

Couverture
Capelle (M., Pierre Adolphe)
Ferra, 1819
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 134 - Elle était fille ; elle était amoureuse ; Elle tremblait pour l'objet de ses soins. C'était assez pour être curieuse; C'était assez : filles le sont pour moins. Mais je ne veux fronder ce sexe aimable : Et, pour Echo, sa faute est excusable. Si cette nymphe est coupable en ceci , Je lui pardonne ; Amour la fit coupable : Puisse le sort lui pardonner aussi...
Page 292 - O Dieu qu'on méconnaît, ô Dieu que tout annonce, Entends les derniers mots que ma bouche prononce ; Si je me suis trompé, c'est en cherchant ta loi. Mon cœur peut s'égarer, mais il est plein de toi. Je vois sans m...
Page 291 - Et les civiles lois, par un autre lien, Ont confondu le prêtre avec le citoyen. La loi dans tout État doit être universelle : Les mortels, quels qu'ils soient, sont égaux devant elle.
Page 276 - II se jugea lui-même indigne de la vie. Cette loi souveraine , à la Chine , au Japon , Inspira Zoroastre , illumina Solon. D'un bout du monde à l'autre elle parle, elle crie : « Adore un Dieu, sois juste, et chéris ta patrie.
Page 269 - D'un esprit plus hardi , d'un pas plus assuré , II porta le flambeau dans l'abîme de l'être; Et l'homme avec lui seul apprit à se connaître.
Page 276 - La morale uniforme en tout temps , en tout lieu , A des siècles sans fin parle au nom de ce Dieu.
Page 35 - Dieu des ris fut vaincu par des larmes. Trop tôt peut-être, écoutant un vainqueur, La sœur de Phèdre abandonna son cœur. Voilez un temps le secret de vos âmes : L'impatience attisera nos flammes. Que les refus, plus piquants que les dons, Rendent plus chers les tendres abandons. Cédez toujours, mais jamais sans défense : En vous...
Page 289 - Voilà le fruit affreux des pieuses querelles. Toutes les factions à la fin sont cruelles ; Pour peu qu'on les soutienne , on les voit tout oser : Pour les anéantir, il les faut mépriser. Qui conduit des soldats peut gouverner des prêtres.
Page 30 - L'éclat des fleurs au feu du diamant , Ornant tous deux, par un lent artifice, De ses cheveux le moderne édifice. A cet autel , paré de tant d'appas , Quelque Nérine ayant conduit tes pas , A ton idole adresse un tendre hommage.
Page 286 - Penses-tu que Socrate et le juste Aristide, Solon, qui fut des Grecs et l'exemple et le guide; Penses-tu que Trajan, Marc-Aurèle, Titus, Noms chéris, noms sacrés, que tu n'as jamais lus, Aux fureurs des démons sont livrés en partage Par le Dieu bienfaisant dont ils étaient l'image...

Informations bibliographiques