Images de page
PDF
ePub

(Fol. 201 c.) En la contrée de Thebaïde, a une cité qui avoit non Oririncum, si i avoit tant de bien et tant de religion que nus ne le porroit dire. Toute estoit cele cité plainne de nonnains et de moines et d'autres religieuses genz qui faisoient le servise Dieu. Li temple i soloient estre plain des ydoles et des mescreanz qui adonc estoient plain de bonnes genz. Tuit estoient preudome en la vile, si qu'il avoient gardes mises a toutes les portes por recevoir les povres genz et les pelerins qui i passeroient, et por iceus livrer quanque mestier seroit. Li evesques de la vile tesmoignoit et li borjois qu'il avoit bien en la vile .xx. nonains et .ij. moines. Se nus hom passoit par la vile qui hebergier vossist, chascune eglyse le voloit avoir a oste, tant i avoit de bien et de charité. Or est mout autrement par les abeïes dou monde, que quant on i a assez hurté, n'i puet l'en entrer, ainz pespandent li moine et li autre bareteor en lor lecheries ce qu'il devroient metre en hospitalité (").

(Chap. XVI; Migne, XXI, 439.)

(Fol. 201 c.) En la contrée d'Arsinote avoit .j. provoire qui avoit non Seraphion... (Chap. XVIII; Migne, XXI, 440.)

(Fol. 201 d.) Uns preudom qui avoit non Apolloines, dont (2) nos avons parlé, fu ordonnez a dyacre...

(Chap. XIX; Migne, XXI, 441.)

(Fol. 202, anc. ccxxvij.) Li plus renomez lieus d'Egypte de religion si estoit en Nitre, dont cele semence qu'en apele nitre vient, et par ce est cil lieus apelez Nitre que li nitres i croist. Li un dient que ce est li saffranz dont les dames s'aident, mais sainte Escriture dit que ce est une menniere de semence qui molt est bonne a l'ordure laver, si coume Jheremies dit en j. lieu: «Se tu te leves, fait il a Jherusalem, de nitre, ne seras tu pas bien lavez (3)?» Par Jherusalem entendi il le pueple des Juïs, qu'il ne seroient pas legierement mondé de lor pechiez (). En ce lieu de Nitre avoit bien .. tabernacles...

(Chap. xx1; Migne, XXI, 443.)

(Fol. 202 c.) En dit que li coumencemenz des abeïes qui estoient en Nitre vint d'un preudome qui avoit non Avinun (5), de quoi en conte en la vie S. Antoine que S. Antoines vit s'ame...

la

(Chap. xxx; Migne, XXI, 455. Le dernier paragraphe de ce chapitre : « Alio quoque tempore... probare volens animos ipsorum, dicit dolium sibi esse necessarium», manque ici, mais se retrouve plus loin, fol. 205.)

(1) J'ai cité ce chapitre en entier à cause de

remarque contenue dans la dernière phrase, .

qui est une addition du traducteur.

(2) Ici et ailleurs il y a plutôt donc.

(3) JER., II, 22.

(4) Ici encore, il y a des remarques du traducteur.

(5) Lire Aimon.

[merged small][ocr errors]

Entre les deciples saint Antoine, si en i ot .j. qui avoit non Pols. Simples estoit apelez en sornon. Tiex fu li coumencemenz de sa vie : il trouva sa fame gisant avoc .j. licheor; et, quant il l'ot trovée, onques n'en dist mot, einz s'en ala el desert...

(Chap. 、、、t; Migne, XXI, 457.) Une version tout à fait différente nous a été conservée par le ms. 307 d'Arras; voir Romania, XVII, 379.

(Fol. 203 b, anc. ccxxviij.) En Thebaïde avoit .j. autre prodome, Aminon avoit non; si estoit peres et sires bien de .iij. moines. Il estoit vestuz d'une tel menniere de garnemenz qu'il resambloit sac qui fu perciez el frons (sic)...

(Chap. ; Migne, XXI, 407.)

Un autre preudome i avoit qui avoit non Benes, douquel li moine disoient qu'il n'avoit onques menti, n'onques nus nou vit corrocié...

(Chap. v; Migne, XXI, 408.)

Li abes Syrus et l'abes Ysaies et l'abes Pox si s'entrencontrerent une foiz a la rive d'une aigue. Tuit troi estoient de grant abstinence et de grant religion...

Chap. x; Migne, XXI, 428.)

(Fol. 203 c.) En Tebaïde avoit une mout renomée abeïe qu'an apeloit le moustier Ysidoire, et s'i avoit si grant porpris que bien i pooit avoir largement .m. habitacles a moines...

(Chap. xvII; Migne, XXI, 439.)

Fol. 203 d.) Dui preudome qui (1) habitoient en cele contrée de Thebayde, de si grant religion et de si mervoilleuse abstinence qu'il enluminoient tout le païs, aussi com dui grant luminaire; andui avoient non Machaire...

(Chap. xxvIII; Migne, XXI, 449.)

L'histoire des deux Macaires se termine ainsi (fol. 204d, anc. ccxxix) :

Cil ot si grant compunction qu'il se hasta d'aler en sa meson et donna quanqu'il avoit aus povres; si s'en ala avoc les autres ou desert. L'en trova assez miracles que sainz Mechaires fist el livre de l'estoire de sainte Eglyse (2).

(Chap. XXIX; Migne, XXI, 455.)

Uns contraiz lor fu aportez qui avoit perdu le pooir des piez; il li oindrent d'un pou d'uile beneoit et li distrent: «El non de Dieu que Luciens chace, te coumandons que tu estuisses sor tes piez. » Icil Luciens estoit .j. tyranz qui tormentoit sainte Eglyse, et en despit de lui se leva touz haitiez et s'en ala.

(Rufin, Hist, ecclesiastica, 1. II, chap. Iv; Migne, XXI, 511.)

Il faut supprimer qui, voir ms. fr. 1038, fol. 25b, Lyon, 773, fol. 26. — (2) Le ms. B. N.

fr. 1038 ajoute: Illec les quiere qui plus en vodra oïr.

აი

Devant ce j. pou de tens pria uns avugles que l'en le menast a la porte et a la celle S. Mechaire. En l'i mena; l'en n'en trova point. «Menez moi, dit il, lez la paroi ou il siaut seoir et orer...

(Hist. ecclesiastica, 1. II, chap. Iv; Migne, XXI, 512.)

(Fol. 204 d.) En une fosse, près de la celle S. Mechaire, avoit une leonnesse. Un jor aporta ses phaons, qui ne veoient goute, as piez au bon home. Il entendi qu'ele li prioit de ses phaons. Si pria Dieu qu'i lor rendist lumiere (1)...

(Hist. ecclesiastica, 1. II, chap. Iv; Migne, XXI, 512.)

(Fol. 205, anc. ccxxx.) Dui frere alerent une foiz viseter saint Aymon. Li bons hom vost esprover lor coraiges; si lor pria qu'il li aportassent .j. tonnel por metre s'aigue. Il li promistrent a aporter. Li uns avoit .j. chamal, li autres .j. asne...

(Fin du chapitre xxx; Migne, XXI, 456.)

(Fol. 205.) Entor le mennoir S. Apolloine avoit bien .x. viles de paiens qui par mout grant diligence aouroient les ydoles et le Mahommet. .I. temple avoient ou il avoit .j. Mahomet...

(Chap. vII; Migne, XXI, 414.)

(Fol. 205 b.) Uns des moines dou desert estoit sanz humilité et sans debonnaireté. Il pria S. Apolloine qu'il priast Dieu qu'il li donnast grace d'estre debonnaires et humbles; il em pria, et Diex li donna tel grace qu'il s'en mervoillerent.

(Chap. vII; Migne, XXI, 416.)

Uns freres vint a saint Aymon, si li dit qu'il se voloit sauver avec lui, et le pria que il le meïst en une celle près de lui...

(Chap. xxm; Migne, XXI, 446.)

Quatre preudomes avoit el desert de mout grant religion et de molt grant (sic) merites. Li uns avoit non Crones, li autres Origenes...

(Ce morceau a quelque rapport avec le chapitre xxv; Migne, XXI, 448. Mais ce n'est pas la source.) Vient ensuite la traduction des Verba seniorum (2), qui commence sans rubrique :

(Fol. 205 b, anc. ccxxx.) Moine demanderent a .j. saint pere coument il seroient abstinant. Il lor dit : « Laissiez tout le repos de ceste mortel vie, les deliz de la char et les precieuses viandes, ne ne querez les honnors dou monde.» Après ce dit : « Ce est li droiz

Il y a un récit analogue dans le livre IV, chap. VIII, des Vitæ patrum (Migne, LXXIII, 831)

(2) Les Verba seniorum forment dans l'édition de Rosweyd, reproduite dans Migne, le livre III du De Vitis patrum.

de nature que l'en menjut, mès non pas tant c'om en ait le ventre chaut, mais tant seule

[blocks in formation]

(Fol. 206, anc. ccxxxj.) Li deaubles asailli une foiz mout griefment l'abé Moysem de luxure; il s'en ala a l'abé Ysidoire...

(S 10; Migne, LXXIII, 743.)

(Fol. 208 c, anc. ccxxxiij.) Uns hauz hom estoit dou païs l'empereor Theodoise, Arsenes avoit non; .ij. filz avoit, Archade et Honoire...

(S 37; Migne, LXXIII, 762.)

(Fol. 209, anc. ccxxxiiij.) Uns preudom a dit : Ne mengier ce que tu desirres, mès ce que Diex te donra...

[ocr errors]

($ 49; Migne, LXXIII, 767.)

y a une lacune de huit feuillets entre les feuillets 215 (anc. ccxl) et 216 (anc. ccxlix). Le feuillet 215 finit ainsi :

Dui jouvencel prierent mout a l'abé Mechaire qu'il les laissast abiter avoc lui. Il cuida qu'il ne poïssent mie souffrir le desert, si lor dit : « Vos n'i poez habiter. » Après se porpensa et lor mostra une roche ou il firent une celle, et lor dit qu'il feïssent cordes et corteillons et les vendissent et en vesquissent. En fin le firent. Une semainne jeuna l'abes et pria Dieu qu'il li moustrast coument il se maintenoient. Il ala a aus, et il li firent molt grant joie et mengerent ensamble. Com il faisoient samblant de couchier, l'abes pria Dieu derechief qu'il lor mostrast de lor oevres. Estes vos une clarté qui vint si granz qu'il sambla ce fust après midi, mès il ne la sentirent...

...

(S 195; Migne, LXXIII, 802 (1).)

Le folio 216 (anc. ccxlix) commence ainsi :

faire chascuns bons crestïenz touz jors plourer et avoir dolor et contrition.

Il avint c'uns preudom se moroit et fu aussi com en paumoisons. Après, quant il revint

a soi, cil qui estoient entor lui li demanderent qu'il avoit veü. «Ge ai oï, fet il, une voiz

qui braioit et disoit : Lasse moi! lasse moi! Ensis devriens nos adès dire. »

(Vitæ patrum, 1. V, libell. m, S 26; Migne, CXXIII, 864.)

En contoit d'une abesse que li esperiz de fornication asailli .xiij. anz molt griefment, ne onques ne pria Dieu nule foiz qu'il la delivrast de cele temptation...

(Ibid., S 10; Migne, LXXIII, 876.)

(1) Le même récit se retrouve, l. cit., VI, 111, 3; Migne, LXXIII, 1006, avec des variantes de rédaction.

(Fol. 221 d, anc. ccliiij.) Ci coumence la vie sainte Marine et de plusors autres. Il fu uns preudom au siecle qui avoit une petite fille. Talant li prist d'entrer en religion. Si coumanda sa fille a .j. suen ami...

(Migne, LXXIII, 691; cf. AA. SS., 17 juillet.)

(Fol. 222, anc. cclv.) I fu uns preudom qui avoit non Panuces. Il ne porent avoir nul oir entre lui et sa fame, [et] s'en estoient molt a mesaise. Il oïrent parler d'un saint hom qui estoit abes. Il li alerent prier que, por Dieu, priast por aus...

(Vita S. Euphrosyne; Migne, LXXIII, 643.)

(Fol. 222 d.) Li abes Abraham ot .j. frere. Cil freres morut; si laissa une soe fille qui encor n'avoit que .vij. anz; petite estoit et orfeline...

(Vita S. Mariæ meretricis; Migne, LXXIII, 651.)

A la suite de ce récit, d'autres manuscrits de la Vie des Pères en prose française placent la vie de Thays (B. N. fr. 1038, fol. 94 d; 24947, fol. 187 vo; Lyon 773, fol. 96 vo, etc.), qui manque ici. Les mêmes manuscrits insèrent, après la vie de Thays, les récits dont les premières lignes sont transcrites ci-après, et dont un seul se retrouve dans Rosweyd:

(Fol. 223 d.) En la cité de Nicée avoit .j. reclus qui estoit çainz de chaiennes de fer a pur le cors, et la haire par descure, ne ne menjoit nule foiz se pain de soigle non et .j. pou de dates...

(C'est l'histoire du reclus Hospitius, qui est contée par Grégoire de Tours, Hist. Franc., VI, 6.)

(Fol. 224, anc. cclvij.) Qui c'onques a en soi sen ne entendement si doit molt volentiers oïr et entendre les vies des sainz, car illueques puet il panre bon example de bien vivre et de sauver l'ame, s'en lui ne remaint; et par ce que tuit doivent voloir le salu de lor proisme, voil ge, fait cil qui descrit ceste vie, conter une chose qui avint en Capadoce n'a mie grant tens. Un preudome i avoit qui avoit non Frontins, plain et embeü de la grace dou Saint Esperit...

(Abrégé de la Vita S. Frontonii, Mgine, LXXIII, 437.)

(Fol. 224 b.) Sainz Atanaises, li evesques, si conte miracles d'une ymaige Nostre Seigneur qui estoit en une cité c'om apele Byrote, entre Tyr et Sydoine; si randoit treŭ a Antioche. En cele cité loa .j. crestïens une mesonnete; si i mist une ymaige de Nostre Seigneur petitete... (1).

(1) Ce récit vient originairement d'un sermon attribué à saint Athanase et publié en grec parmi les Spuria de ce Père (Migne, Patr. græca, XXVIII, 797 et suiv.). Il en existe plu

sieurs anciennes rédactions latines. L'une a été imprimée à la suite du texte grec (vol. cité, col. 820) d'après un manuscrit de Saint-Germain-des-Prés (anc. 108, actuellement B. N.

« PrécédentContinuer »