Revue encyclopédique, Volume 30

Couverture
1826
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 607 - ... l'étendue de la mer est aussi grande que celle de la terre ; ce n'est point un élément froid et stérile, c'est un nouvel empire aussi riche, aussi peuplé que le premier. Le doigt de Dieu a marqué leurs confins...
Page 366 - POLITIQUE, tendant a renverser la religion, la société et le trône; par M. le comte de MONTLOSIER (i).
Page 608 - Libres de ce troupeau de dieux ridicules qui les bornaient de toutes parts , les bois se sont remplis d'une Divinité immense. Le don de prophétie et de sagesse, le mystère et la religion, semblent résider éternellement dans leurs profondeurs sacrées. Pénétrez dans ces forêts américaines aussi vieilles que le monde...
Page 626 - ... dragon monstrueux dont les ravages désolaient les terres de sa seigneurie. Mais, pour éviter des répétitions fastidieuses, nous nous bornerons à remarquer combien cette prétention, de la part des nobles, dut être favorisée par les figures dont chacun d'eux ornait son casque ou son écu, et qui, de là, ont passé dans les armoiries. Ubert fut le premier qui remplit, dans le Milanais, les fonctions déléguées aux Comtes (Comités] du Bas-Empire et de l'empire de Charlemagne.
Page 608 - Le voyageur s'assied sur le tronc d'un chêne pour attendre le jour; il regarde tour à tour l'astre des nuits, les ténèbres, le fleuve ; il se sent inquiet, agité, et dans l'attente de quelque chose d'inconnu ; un plaisir inouï, une crainte extraordinaire, font palpiter son sein, comme s'il allait être admis à quelque secret de la Divinité : il est seul au fond des forêts ; mais l'esprit de l'homme remplit aisément les espaces de la nature, et toutes les solitudes de la terre sont moins...
Page 288 - Mais il manque à cet état social quelque chose dont l'absence se fait partout sentir, que tout le monde cherche , souvent même sans le savoir : c'est un état intellectuel qui lui corresponde et le complète. Les révolutions ne changent pas le monde intérieur et moral aussi promptement que le monde extérieur et matériel ; on s'enrichit plus vite qu'on ne s'éclaire; on monte sans grandir à proportion. Il ya maintenant un nombre immense de citoyens honnêtes...
Page 536 - Vues et paysages des régions équinoxiales, recueillis dans un voyage autour du monde, avec une introduction et un texte explicatif Paria, 1826.
Page 288 - ... différent selon le point de vue où l'œil est placé par le géographe qui construit la carte, de même la forme de l'arbre encyclopédique dépendra du point de vue où l'on se mettra pour envisager l'univers littéraire. On peut donc imaginer autant de systèmes...
Page 596 - S'ils sont exempts de la confusion des pouvoirs , ils n'ont pas non plus cette multitude de rapprochemens de pensées et d'actions qui anime la vie en France, et qui peut seule établir entre deux époux de véritables rapports moraux. Hors un petit nombre de circonstances où l'usage veut qu'ils se trouvent ensemble dans le monde, le mari consacre rarement à sa femme le temps dont il peut disposer ;, il va toujours, dès qu'il est libre, chercher dans quelque société d'hommes de son rang ou de...
Page 606 - ... être le modèle de la force jointe à l'agilité; aussi solide que nerveux, n'étant chargé ni de chair ni de graisse, et ne contenant rien de surabondant, il est tout nerf et muscle.

Informations bibliographiques