Exposition de la doctrine médicale homoeopathique...: Tr. de l'allemand sur la bme éd. ... et une tr., sur la be éd., de la Pharmacopée homoeopathique de Hartmann par A.-J.-L. Jourdan...

Couverture
J.-B. Baillière, 1834 - 666 pages
 

Pages sélectionnées

Table des matières


Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 109 - ... et absurde. Je suis persuadé, au contraire, que les maladies cèdent aux agents qui déterminent une affection semblable...
Page 115 - ... par laquelle le mal donne à connaître le médicament dont il a besoin, la seule qui détermine le choix du remède le plus approprié? En un mot, la totalité des symptômes est la principale ou la seule chose dont le médecin doive s'occuper dans un cas morbide individuel quelconque, la seule qu'il ait à combattre par le pouvoir de son art, afin de guérir la maladie et de la transformer en santé.
Page 119 - L'organisme est bien l'instrument matériel de la vie; mais on ne saurait pas plus le concevoir non animé par la force vitale sentant et gouvernant d'une manière instinctive, que cette force vitale ne peut être conçue indépendamment de l'organisme. Tous deux ne font qu'un, quoique notre esprit partage cette unité en deux idées, mais uniquement pour sa propre commodité.
Page 59 - Cette méthode homœopathique n'avait été enseignée par personne avant moi; personne ne l'avait mise en pratique. Mais si elle seule est conforme à la vérité, comme chacun pourra s'en convaincre avec moi, on doit s'attendre à ce que, bien qu'elle ait été si long-temps méconnue, chaque siècle en offre cependant des traces palpables (i).
Page 34 - ... même en très-peu de temps la réduction impossible à la chirurgie par le gonflement qu'elle excite dans les alentours; qui, pour se débarrasser d'un corps étranger violemment introduit dans la cornée transparente, détruit l'œil entier par la suppuration; qui, dans une hernie étranglée, ne sait briser l'obstacle que par la gangrène et la mort; qui, enfin, dans les maladies dynamiques, rend souvent, par les changements de forme qu'elle leur imprime, la position du malade beaucoup plus...
Page 442 - Depuis dix-huit ans je me suis écarté de la route battue en médecine. C'était un supplice pour moi de marcher toujours dans l'obscurité, avec nos livres, lorsque j'avais à traiter des malades, et de prescrire, d'après telle ou telle hypothèse sur les maladies, des choses qui ne devaient non plus qu'à l'arbitraire leur place dans la matière médicale. Je me faisais un cas de conscience de traiter les états morbides inconnus de mes frères souffrants par...
Page 117 - Hahnemann, la force vitale qui anime dynamiquement la partie matérielle des corps exerce un pouvoir illimité. Quand l'homme tombe malade, cette force spirituelle, active par elle-même et partout présente dans le corps, est au premier abord la seule qui ressente l'influence dynamique de l'agent hostile à la vie.
Page 126 - ... on peut compter, que par conséquent le fait est positif, peu nous importe la théorie scientifique de la manière dont il a lieu. J'attache peu de prix aux explications que l'on pourrait essayer d'en donque ces objets sont relatifs aux nerfs d'autres sens.
Page 443 - ... faire passer de la vie à la mort, ou produire des affections nouvelles et des maux chroniques souvent plus difficiles à éloigner que ne l'était la maladie primitive. Devenir ainsi le meurtrier de mes frères était pour moi une idée si affreuse et si accablante, que je renonçai à la pratique pour ne plus m'exposer à nuire.
Page 125 - ... affection dynamique , dans l'organisme vivant , est éteinte d'une manière durable par une plus forte, lorsque celle-ci, sans être de même espèce quelle , lui ressemble beaucoup quant à la manière dont elle se manifeste...

Informations bibliographiques