Théatre amusant et morale, ou Piéces de théatres, entremelées de biographies, d'histoires morales et amusantes, d'anecdotes, de poesies; pour parvenir par dégré à la langue française, Volume 3

Couverture
1780
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 416 - J'en atteste le ciel: il sait mon innocence. Aux bords de la Pamise, en un temple sacré, Où l'un de vos aïeux, Hercule, est adoré, J'osais prier pour vous ce dieu vengeur des crimes : Je ne pouvais offrir ni présents ni victimes ; Né dans la pauvreté, j'offrais de simples vœux, Un cœur pur et soumis, présent des malheureux. Il semblait que le dieu, touché de mon hommage, Au-dessus de moi-même élevât mon courage.
Page 408 - Nos ennemis communs, l'amour de la patrie, Le devoir, l'intérêt, la raison, tout nous lie; Tout vous dit qu'un guerrier, vengeur de votre époux, S'il aspire à régner, peut aspirer à vous. Je me connais ; je sais que, blanchi sous les armes, Ce front triste et sévère a pour vous peu de charmes ; Je sais que vos appas, encor dans leur printemps , Pourraient...
Page 418 - J'ai voulu dans la guerre exercer ma jeunesse, Servir sous vos drapeaux, et vous offrir mon bras : Voilà le seul dessein qui conduisit mes pas.
Page 92 - Peut-on la présenter? oh! très bien, j'en réponds. Tout lui plaît, tout convient à son vaste génie : Les livres, les bijoux, les compas, les pompons, Les vers, les diamants, le biribi, l'optique, L'algèbre, les soupers, le latin, les jupons, L'opéra, les procès, le bal, et la physique '. 1 RÉPONSE DE MADAME DU CHATELET.
Page 516 - A peine il m'avoit vu former ce trifte nœud , Que s'allant au tombeau réunir à ma mère, Sans regrets dans mes bras il finit fa carrière. Heureufe ! fi plutôt la mort tranchant mes jours , De mes longues douleurs eût abrégé le cours ! AMÉLIE. O femme...
Page 516 - Ce fpeclacle toujours eft préfent à mes yeux, Et nourrit dans mon cœur l'ennui qui le dévore. AMELIE. Que devinrent enfin ces hôtes fi chéris? En quels lieux CECILE. Lifimon, fon époufe & leur fils Dans un hameau voifin d'abord fe retirèrent. Et du pays bientôt tout-à-fait s'éloignèrent.
Page 272 - Port-Mahon ; celui dont j'ai à me plaindre n'a jamais rien pris que ma loge à l'Opéra." Le tribunal, qui ne s'attendait point à une pareille chute, décida que l'abbé avait raison de se plaindre, et qu'il était vengé par la tournure de son plaidoyer.
Page 214 - Un misérable qui se noie S'attache en périssant au plus foible roseau ; Crains que je ne t'entraîne aussi dans mon naufrage. Si tu savois, ô ciel ! à quel excès nouveau M'a porté cette nuit du jeu l'aveugle rage ! Ma femme... ah ! je suis confondu...
Page 409 - Qui sert bien son pays n'a pas besoin d'aïeux. Je n'ai plus rien du sang qui m'a donné la vie ; Ce sang s'est épuisé , versé pour la patrie ; Ce sang coula pour vous ; et , malgré...
Page 529 - Eh ! que me parlez-vous De fortune, de biens ? Je les méprife tous. Par ce don généreux, en faveur d'une amie , A mes regards encor vous êtes enrichie. Le Comte auffi m'eft cher » & fans doute il m'eft doux , • De voir que nous allons tous être heureux enfembk.

Informations bibliographiques