Images de page
PDF
ePub

introduits. C'était en effet une jeune veuve; son mari était mort depuis trois mois, des suites de blessures reçues en Espagne, et elle sollicitait une pension. Son fils était à peu près de l'âge du roi de Rome; elle pensa que cette conformité pourrait attendrir, et elle mit sa pétition dans les petites mains de son enfant... Elle ne se trompa pas. Le roi de Rome, en voyant le jeune solliciteur, eut fe coeur touché... L'empereur était à la chasse, et il ne pouvait lui remettre toutes ses pétitions que le lendemain à son déjeûner. Il fut triste tout le jour, et lorsque le lendemain il sortit de son appartement pour aller rendre ses devoirs à son père, il eût soin de mettre la pétition du petit garçon à part de toutes les autres... et ce qui est bien remarquable, c'est

que ce fut de lui-même. Tiens, papa,

voici une pétition d'un petit garçon; il est habillé tout en noir.... Son papa a été tué à cause de toi, et sa maman de» mande une pension, parce qu'elle est pauvre et qu'elle a du chagrin.....

Ah! ah! dit l'empereur en attirant son fils à lui, tu donnes déjà des pensions, toi !... Dia

• Il paraît que l'habillement lugubre de cet enfant avait frappé vivement l'imagination du jeune prince.

ble! tu commences de bonne heure. Voyons un peu ce que

c'est

que ton protégé. La veuve de l'officier avait des droits; mais peut-être qu'ils n'auraient été reconnus qu'un ou deux ans plus tard. Le brevet de sa pension lui fut expédié dans la journée, et une année d'arriéré ajoutée à l'ordonnance'... Si la veuve vit toujours; si le petit garçon; maintenant un grand jeune homme, est parvenu dans cette vie au terme que le fils de Napoléon n'a pas été assez heureux pour atteindre, qu'il songe à son bienfaiteur, et prie Dieu pour lui et pour son père.

Qui de nous a oublié cette journée où l'empereur présenta son fils à une revue qui eut lieu au Champ-de-Mars ? Il était radieux en entendant les cris de joie délirante de ses vieilles bandes; car c'était en partie la garde impériale, cette troupe vaillante parmi les vaillantes...

- A-t-il eu peur? demandait l'impératrice.

- Peur! non vraiment. Il savait bien qu'il était là avec des amis de son père ...

Une chose qui fut remarquée ce même jour,

L'empereur en agissait toujours ainsi avec les veuves de militaires... Rien, disait-il, ne pouvait payer le sacrifice de la vie... et il fallait tout faire pour qu'au moins l'affliction trouvât une compensation dans la reconnaissance de l'État.

Quelqu'un me disait que, se trouvant à l'École-Mili

c'est que l'empereur tint son fils dans ses bras pendant des heures entières. Il semblait puiser dans les regards de cet ange un bonheur jusque là inconnu pour lui... Après la revue, il causa Jong-temps avec M. Fontaine, et parla du palais pour le roi de Rome qu'on devait construire en face de l'École-Militaire et du Champ-de-Mars... Et pendant ce temps, l'empereur avait son fils sur ses bras, et le caressait tout en le faisant jouer. On parla de Rome; M. Fontaine en fit l'éloge , parce qu'il est artiste et fait pour comprendre Rome. Napoléon se plaignit de n'avoir pas été jusqu'aux portes de cette cité-reine, lui qui avait attaché l'Italie à son nom et son nom à l'Italie!...

Mais j'irai bien sûrement un jour, dit-il à M. Fontaine; car c'est la ville de mon petit roi...

Et il arrêtait sur son fils cette prunelle ardente et fauve , qui dans ce moment couvrait d'amour et de vastes pensées cette tête chérie, objet de tant de soins...

Et voilà le père que ce bourreau d'HudsonLowe a torturé dans son cachot de Sainte-Hélène, en lui refusant pendant des semaines en

taire, il avait été témoin de L'IVRESSE, c'est le mot, produite par la connaissance qu'eut la garde de cette belle parole de l'empereur

tières le buste de son fils, le portrait de son premier... de son dernier-né... de cette postérité condamnée par anathème parce qu'elle était grande !... Ah! honté sur nous ! honte sur tout ce qui porte le nom d'homme, puisque cet être fait encore partie de la création.

CHAPITRE V.

[ocr errors]

Funestes présages. - Fautes à propos de MM. de Talleyrand

et Fouché... Cambacérès. Le comte Dubois. Le chambellan de service. j'en ai donc MENTI? Vous l'avez révé. Tous des imbéciles... Ce Fouché est un grand misérable. Notes et instructions.

Papiers brûlés. Château de Ferrières. — Ordre d'apposition des scellés.L'ABBAYE, - Fureur.- Accommodement. M. Réal à Ferrières.

Duc de Rovigo ministre. - La Russie et M. Czernicheff. - Espionnagé. - Antipathie d'Alexandre pour M. de Rovigo. - Le séducteur universel.- L'ovation. Voilà M. Czernicheff. - La valse. — J'y renonce. -L'empereur !... - Le chien d'Alcibiade.

Ce moment vraiment lumineux dans la vie de Napoléon, parce que sa dynastie semblait enfin s'asseoir sur le trône impérial de France,

eh bien ! ce moment était celui où le destin rassemblait tous les nuages autour de sa tête pour l'écraser dans la tempête... Et pourtant il n'essayait encore aucun parti; il ne cherchait toujours qu'à écraser, et souvent il ne faisait

que

blesser. Ce fut peu de temps avant la naissance de son

« PrécédentContinuer »