Images de page
PDF
ePub

sur cette guerre d'Espagne. J'ai déjà parlé de tous les avis que lui avaient donnés des hommes bien savans en tout ce qui pouvait l'éclairer à cet égard, et rien n'avait pu le tirer du charme fallacieux que l'appât de cette conquête avait jeté sur lui; aussi la douleur qu'il ressentait d'un échec se fit voir dans l'accueil que reçut Masséna, et la joie du triomphe dans la récompense de Suchet.

Ce fut au sujet de la prise de Tarragone que l'empereur avait dit :

Suchet... le bâton de maréchal est dans Tarragone...

Et Suchet prit Tarragone...

L'empereur avait bien changé depuis l'armée d'Italie: à Lodi... à Arcole c'était lui-même qu'il jetait au milieu des boulets ennemis pour y faire aller ses soldats... aujourd'hui c'est différent... c'est un bâton qu'il jette dans la tranchée en disant: - Apporte!

Et le bâton est rapporté... Sans doute le résul- ; tat est en apparence le même, et cependant quelle immense différence ....

Le brevet du maréchal Suchet est d'une teneur autre que les brevets de ses collègues. J'en ai eu, une copie fidèle; la voici :

Décret impérial.

Au palais de Saint-Cloud , le 8 juillet 1811.?

«Napoléon, empereur des Français, roi d'Ita» lie, etc., etc., voulant donner une preuve de noo tre satisfaction et de notre confiance au général » en chef Suchet, pour tous les services qu'il » nous a rendus dans différentes circonstances, et » notamment dans la prise de Lérida , Méqui» nenza, Tortose et Tarragone, avons décrété et » décrétons ce qui suit :

Art. Ies. Le général en chef Suchet est » nommé maréchal de l'empire.

ART. II. Notre ministre de la guerre est chargé de l'exécution du présent décret.

Signé, NAPOLÉON. »

[ocr errors]

Et ce brave et bon Suchet, pour reconnaitre les bontés de l'empereur, prenait aussitôt le Mont-Serrat, cette montagne fortifiée dont chaque ermitage était devenu une redoute, et chaque ermite un brave partisan... Le royaume de Valence s'ouvrit ensuite devant les canons de l'armée d'Aragon. Le fort d'Oropesa tombaitau pouvoir des Français ; l'antique Sagonte était encore captive,et ses vieilles murailles seteignaient même

guerre d'Es

du sang de Suchet; enfin il arrivait devant Valence, et prenait Valence! Pour Suchet la pagne n'a été qu'une promenade militaire, où il se reposait en plantant le drapeau national sur les antiques créneaux mauresques ou romains de toutes les vieilles cités qui jalonnent les provinces d'Espagne...

Lors de la prise de Valence il parut dans le Journal des Débats ( alors Journal de l'Empire) un article ainsi conçu :

Les victoires du maréchal Suchet avaient sans doute fait prévoir la prise de Valence; mais la durée du siége de Saragosse et la défense opiniâtre de Tarragone pouvaient faire craindre que la marche triomphante de l'armée d'Aragon ne fût un moment ralentie, et qu'une place fortifiée

par tant de travaux, asile de tant de soldats, ne dût être achetée par des sacrifices proportionnés à sonimportance; aussi la nouvelle de cet évènement a-t-elle causé une grande sensation dans Paris. en La capitulation de Valence a été en même temps la prise d'une armée... elle était composée des meilleures troupes qu'eussent les insurgés, comme troupes régulières, et de leurs plus babiles généraux '...

* Caro, frère de La Romana, était dans Valence.

[ocr errors]

L'esprit d'insurrection se refroidit, et est au moment de s'éteindre !...

... Au retour du maréchal Suchet en Araz gon, ou la paix a constamment suivi la victoire, aucune insurrection n'a fait revenir le général sur ses pas... aucune place n'a survécu à ses efforts... La bataille de Sagonte lui a soumis le royaume de Valence, comme l'avait également fait celle d'Almanza ; mais il ne fit pas comme le duc d'Orléans , il n'arriva pas le lendemain du combat, et prouva de son sang qu'il y était présent... etc. »

Il fallait que l'empereur connût qu'en effet le maréchal Suchet était un homme vraiment supérieur pour faire mettre de pareilles louanges dans un journal; car j'ai déjà dit, je crois, que l'article que j'ai cité était mis par ordre comme celui de Lerida. L'empereur prit une grande amitié pour le maréchal Suchet; il le combla, l'accabla sous le poids des bienfaits les plus excessifs : titres , fortune, grades les plus élevés, tout ce qu'on peut donner, il le donna , et récompensa avec une magnificence rare peutêtre, même parmi les souverains les plus orgueil

· Voilà comment l'empereür savait les affaires d'Espagne car il croyait ce qu'il écrivait alors !

leux et les plus vains de leur puissance... Le titre de duc d'Albufera fut accompagné d'un majorat de CINQ CENT MILLE LIVRES DE RENTES'... S'il est vrai que la marchandise qui se paie le plus cher soit les bras et les jambes, on peut en vérité la mettre à la disposition d'un maître aussi généreux que l'empereur Napoléon , quand il

y ajoute. surtout un prix aussi glorieux que des articles tels que celui que je viens de citer...

: « Ce que Suchet écrit vaut mieux que ce qu'il dit; et ce qu'il fait vaut mieux que ce qu'il écrit: c'est le contraire de bien d'autres. »

C'est un mot de l'empereur sur le maréchal Suchet. Du moins m'a-t-il été donné pour être tel que je viens de le rapporter. Maintenant je vais en dire un autre que je tiens, moi, directement de l'empereur.

Dans une audience que j'eus de lui à son retour de Russie pour lui demander celui de Junot, je le sollicitai pour une personne à laquelle je prenais un vif intérêt d'amitié; je savais que l'empereur n'en avait pas pour cette personne, etj'eneus d'autant plus de crainte de présenter ma requête. L'empereur la prit,et me dit d'abordavec humeur;

• Les Espagnols prétendent eue l'étang d'Albufera vaut, à lui seul, plus de 800,000 francs annuellement. C'EST LA PLUS BELLE dotation que Napoléon ait donnée.

!

« PrécédentContinuer »