L'Acropole d'Athènes, Volume 1

Couverture
Didot, 1853 - 392 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 91 - Les dépouilles que Cimon avait conquises sur les Perses en firent les frais. Après avoir formé un des côtés du soubassement du temple de la Victoire sans ailes, il se continue quelque temps vers l'est, puis disparaît sous de misérables fortifications turques qu'il soutient quoiqu'elles aient voulu le soutenir. Cependant, à l'intérieur de la citadelle, par...
Page 163 - ... et les deux colonnes du milieu prirent un écartement inaccoutumé. Entre-t-on sous le portique par le chemin ainsi ouvert, on le trouve bordé de chaque côté par trois colonnes ioniques qui divisent le vestibule en deux moitiés et forment à la porte principale comme une élégante avenue. Une fois dans l'enceinte de l'Acropole, si l'on se retourne, on voit encore les cinq portes à travers la colonnade du Propylée intérieur dis...
Page 231 - Les couleurs ne sont plus reconnaissables , il est vrai; mais on remarque sur les contours , ainsi délimités, une couche particulière. On conserve même dans le petit Musée de l'Acropole un fragment curieux de la cymaise : le marbre a été rongé par l'air de la mer, ainsi qu'il arrive aux parties tournées vers le sud ; mais les palmettes , protégées évidemment par un enduit , n'ont pas été attaquées ; de sorte qu'elles se détachent par une légère saillie, que l'on ne saurait toutefois...
Page 260 - ... simplicité que dans les précédentes; un goût sévère lui donnera peut-être la préférence. Je ne décris point les fragments plus petits qu'on a trouvés encore, des ailes, des membres nus ou drapés, des ornements : ici, une épaule percée de trous réguliers pour recevoir un ajustement de métal ; là, les pieds croisés d'une femme assise, ou bien un autre pied qui s'est posé sur un rocher( l'Acropole?); plus loin, un sein sur lequel des bandelettes croisées serrent la tunique, comme...
Page 152 - Propylées), et l'on détachait le péplum pour le porter à la déesse. Alors, je me figure la pompe sacrée se divisant en trois troupes et suivant trois chemins différents. Les prêtres, les magistrats, les vieillards, les jeunes vierges, se dirigent vers la grande entrée. Ils dépassent les tours de la façade, qui sont comme le vestibule de l'Acropole et montent lentement le magnifique escalier de marbre. Pendant ce temps, les sacrificateurs et les bœufs qu'ils conduisent, les métœques...
Page 193 - ... protège pas le bouclier; à son approche, il est reçu par les traits et les projectiles lancés de droite et de gauche par les soldats postés sous les colonnes de la Pinacothèque et de l'autre galerie. Force-t-il ce premier pas , il lui faut alors s'engager dans le corps principal des Propylées, et soutenir dans le chemin creux de la double colonnade ionique une lutte inégale où il se voit attaqué sur les deux flancs ; là, cinq colonnes de soldats s'offrent à lui, tandis que le corps...
Page 260 - Pnyx. Que cette balustrade soit postérieure au temple lui-même , c'est ce dont on se convaincra facilement en comparant ses sculptures avec celles de la frise; non-seulement le style, mais le principe même en est tout différent. Autant que nous pouvons nous faire...
Page 101 - La partie supérieure, qu'on peut appeler l'entablement du mur, a deux mètres cinquante-sept centimètres de hauteur. Ce sont, en effet, des entablements d'édifices doriques , placés de la même manière que les débris du vieux Parthénon sur le mur de Thémistocle. Les architraves de marbre pentélique supportent une frise en pierre de tuf; des métopes en marbre blanc ont été glissées dans les coulisses des triglypb.es; ce sont des plaques sans traces de sculptures ni de couleurs.
Page 100 - Cet espace a été divisé en trois parties égales : au milieu, un mur de marbre 1, percé d'une porte dorique exactement dans l'axe de la porte centrale des Propylées; à droite et à gauche, des tours carrées en pierre qui s'avancent pour défendre la porte, et dont la saillie est de cinq mètres vingt centimètres.
Page 118 - Sylla ne s'était point complètement perdu, — que les fragments épars sur le sol racontaient encore les splendeurs du passé, — que les architectes de la décadence avaient pu retrouver la conception de leurs devanciers et s'étaient efforcés de la reproduire. Quelle conception, en effet, plus belle et 1 Sur la corniche on remarque, de chaque côté, des lettres qui se correspondent et qui ont servi à replacer les morceaux qu'on transportait : AA, BB, C 3, 2.7..

Informations bibliographiques