Histoire de l'Eglise catholique en France, d'après les documents les plus authentiques, depuis son origine jusqu'au concordat de Pie VII.

Couverture
A. Le Clere, 1865
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 241 - O vous ! lui dit-elle, qui étendez votre empire par toute la terre, qui voyez toutes les nations prosternées à vos pieds, regardez d'un œil de compassion une malheureuse qui embrasse les genoux de son père, de son maître et de son époux. Si j'étais dans les beaux jours de ma jeunesse, lorsque je marchais accompagnée de mes deux époux...
Page 209 - C'est ce qu'il a encore assuré sur la fin de sa vie , et de plus il a fait un acte qu'il se proposait d'ériger en bulle, par lequel il déclare qu'il avait cru et qu'il croyait sincèrement que les âmes saintes voient Dieu face à face avant le jugement général. Je dis tout cela dans cette préface , de peur qu'on ne s'imagine que mon prédécesseur a tenu et assuré le contraire de...
Page 475 - ... cathédrale d'Avignon, et, dix-sept mois après , transféré à Saint-Victor de Marseille , où il avait choisi sa sépulture , et où l'on voit encore son tombeau et sa statue. Telle fut la fin d'Urbain V, pontife vénérable à toute la chrétienté, dont il fut le chef, et à l'église gallicane , dont il fut l'élève, l'ami et le bienfaiteur. Libéral et magnifique quand il était question d'élever des temples à Dieu, de construire des monastères, d'orner des autels , il fut extrêmement...
Page 132 - ... justement, et que les prélats voulaient défendre, de quelques autres où il pouvait s'être glissé des abus et qu'on était prêt à réformer. Quand tout fut dit de part et d'autre, le roi fit demander à l'archevêque de Sens et à l'évêque d'Autun leurs réponses par écrit, telles qu'ils les avaient prononcées. L'assemblée des prélats en délibéra, et il fut conclu qu'il ne serait donné qu'un extrait de ce que les deux orateurs du clergé avaient dit en public. Cet extrait fut réduit...
Page 211 - ... décidons, par cette constitution, que toutes les âmes saintes, tant celles qui ont quitté leur corps avant la passion de Jésus-Christ que celles qui s'en sépareront dans toute la suite des siècles, sont ou seront dans le ciel, dans le royaume des cieux, dans le paradis avec Jésus-Christ et dans la compagnie des anges, jouissant de l'essence divine par une vision intuitive, face à face, nue, claire et manifeste, sans interposition d'aucune...
Page 52 - Mais, notre très-cher fils, un des premiers effets de cet amour paternel que nous vous portons, est de vous prémunir contre les dangers du trône où vous êtes assis. Les bons conseils et la défiance de vousmême, la pensée fréquente de la mort, des jugements de Dieu et de la vie future : voilà ce qui doit vous soutenir dans la carrière glissante où vous entrez. Ces objets si salutaires vous rempliront de la crainte du Seigneur ; ils conserveront votre jeunesse dans l'innocence, ils fortifieront...
Page 292 - Lorraine, de l'Alsace et de la Flandre, où s'étaient faites les premières excursions, les flagellants pénétrèrent dans quelques cantons de la France. On n'en vit point à Paris ; mais il en parut dans la Champagne, il y en eut même jusque dans Avignon. Le pape Clément VI, informé des pratiques condamnables de ces prétendus dévots, voulut les faire emprisonner; mais, à la prière des cardinaux, il se contenta de publier contre eux une bulle qui porte en substance : Qu'il a appris avec...
Page 133 - L'évêque d'Autun répondit pour tous , et , après avoir loué poliment la prudence et la bonté du roi . il réfuta en peu de mots les réflexions de Cugnières ; ensuite il demanda avec beaucoup de respect une réponse plus nette et plus consolante pour le clergé , de peur que l'ambiguïté ne donnât lieu aux seigneurs temporels d'en abuser. Le roi dit alors lui-même qu'il n'entendait point attaquer les usages de l'Eglise, dont on lui donnerait une pleine connaissance. Le dimanche suivant,...
Page 52 - Voilà, notre très-cher fils, ce qui doit vous consoler. Autrement, vous manqueriez de cette' charité solide qui fait qu'on se réjouit du vrai bonheur de ceux qu'on aime. Pour nos prières et celles de nos frères les cardinaux, elles n'ont pas manqué à l'illustre mort que vous nous recommandez, et nous les continuerons volontiers pour lui tout le reste de notre vie. « Ce que vous nous mandez des dispositions de votre cœur à notre égard et des bons offices que vous êtes prêt à nous rendre,...
Page 192 - Il avait une nièce; plusieurs grands la recherchèrent en mariage, et la lui demandèrent. Il leur dit à tous qu'elle n'était pas faite pour eux ; et enfin il la maria au fils d'un marchand de Toulouse, avec une dot modique et qui n'excédait en rien sa condition. Après le mariage, les deux époux vinrent à Avignon pour saluer le Pape, leur oncle ; ils en furent reçus avec bonté; mais ils ne gagnèrent auprès de lui que les frais du voyage, avec ces paroles : Je vous reconnais pour les parents...

Informations bibliographiques