Images de page
PDF
ePub

vajent tirer de si grands avantages. C'est ce que la Bruyère appelle l'ordre et la netteté du discours , qui conduisent insensiblement à y mettre de l'esprit. Ce dernier trait est vraiment admirable! Avant 1667, il n'y avait dans le discours ni ordre, ni netteté, ni par conséquent d'esprit; les écrivains n'ont commencé d'avoir de l'esprit que depuis 1667.

Relisez maintenant cet éloge, et vous verrez qu'il ne s'applique exactement qu'au style d'un seul écrivain : c'est la Bruyère. Il n'en est pas un trait qui convienne aux quatre grands modèles , Pascal, Molière, la Fontaine et Bossuet. Il semble plutôt que ce soit une attaque

voilée contre leur manière. Tout en paraissant louer son époque, la Bruyère ne loue en effet que les allures sèches et uniformes du style de la Bruyère. On donne trop d'autorité aux décisions de cet écrivain. Si le livre était lu davantage, l'auteur n'eût pas joui sans trouble, jusqu'à présent, d'une réputation consacrée par l'habitude, et protégée par l'indifférence. Pourquoi a-t-on crié tant et si fort contre Boileau ? C'est

que

Boileau est dans toutes les mémoires. Je suis contraint de reconnaître avec ses ennemis, qu'il n'a point mis de sensibi. lité dans ses satires; et c'est une grande lacune sans doute. Mais je ne pense pas que le coeur se montre davantage dans la Bruyère, que personne pourtant n'a jamais inquiété pour ce fait.

Fénelon reproche à Molière des métaphores. voisines du galimatias; la Bruyère, enchérissant sur Fénelon, l'accuse de jargon et de barbarisme. Il serait bien étrange que celui qui a passé sa vie à poursuivre le galimatias des pédants et le jargon des précieuses, eût été, à l'insu de tout le monde, atteint dela même maladie! Comment tant d'ennemis de Molière n'ont-ils pas su relever, dans ses oeuvres, un ridicule qu'il relevait si bien dans les leurs ? C'est que rien n'est plus opposé que le jargon et le galimatias au génie franc et naïf de Molière. Je ne prétends pas nier qu'on ne rencontre çà et là chez lui de mauvaises métaphores, quelque expression obscure ou peu naturelle. Moi-même j'ai pris soin de les signaler (1), car, malgré son divin génie, Molière après tout n'était qu'un homme: il a pu quelquefois se tromper au choix de ses sujets; et quand, par exemple, il se mit à Don Garcie, il n'eut pas le don d'habiller d'expressions vraies des sentiments faux et des aventures romanesques (2). Quand un ordre du roi l'attachait à des arguments tels que Psyché ou Mélicerte, ou bien lui faisait brusquer les deux derniers actes du Bourgeois gentilhomme, le désir de plaire à Louis XIV ne parvint pas toujours à suppléer au manque de temps, ni à l'ingratitude de la donnée. Mais il est souverainement injuste d'aller rechercher quelques détails perdus, pour en faire un caractère général de l'ensemble. La Bruyère n'a

pas été plus heureux à juger le style de Molière qu'à refaire Tartufe sous le nom d'Onuphre. Un peintre de meurs qui estime Tartufe un caractère manqué, où Molière a pris justement le contre-pied de la vérité, et qui entreprend de le rétablir au naturel, je ne veux pas affirmer que ce peintre-là soit aveuglé par la jalousie; mais que ce soit par la jalousie ou autrement, il m'est désormais impossible de croire à la justesse de sa vue, ni à l'infaillibilité de ses oracles.

Qu'entend-il, lorsqu'il regrette que Molière n'ait pas évité le barbarisme ? Est-ce à dire qu'il y a des barbarismes dans Molière, ou que Molière écrit d'un style bar

(1) Voyez les articles MÉTAPHORES VICIEUSES ; IL; ON.

(2) Mais aussi voyez, au milieu de ses erreurs, quand il rencontre un filon de vérité, comment il en tire parti ! La scène de jalousie de Don Garcie a passé dans le Misanthrope, où elle brille.

bare ? Ni l'un ni l'autre n'est soutenable. La Bruyère se sauve ici par le laconisme. Quand le chartreux dom Bonaventure d'Argonne l'accusa lui-même de neologisme et de solécismes, à l'appui de ses assertions il cita des exemples qui permirent de vérifier sa critique, et d'en reconnaître, sinon la justesse constante, au moins la bonne foi. C'est tout ce qu'on peut exiger.

J'espère que je sens comme un autre le mérite des Caractères , et que l'injustice de la Bruyère envers Molière ne me rend point à mon tour injuste envers la Bruyère. Je rends pleine justice à la finesse des vues, et à la parfaite convenance du style avec les pensées. Tout cela ne m'empêchera point de dire que ce style est plus remarquable par l'absence des défauts que par la présence de grandes qualités; tandis

que

c'est précisément l'inverse dans Molière. En pareil cas, le choix n'est pas douteux : le style de la Bruyère est le beau idéal de la réforme accomplie par les précieuses de l'hôtel de Rambouillet (1); réforme étroite et mesquine, ayant pour point de départ le mépris, c'est-à-dire, l'ignorance de la vieille langue, et qui résume et absorbe toutes les qualités en une misérable et vétilleuse correction. C'est dans cette école qu’on supprime une bonne pensée , quand on ne lui trouve pas une brillante vêture ; mais,

[ocr errors]

(1) Aussi l'historien de la société, c'est-à-dire, le panegyriste des Précieuses, met-il sans hésiter la Bruyère fort au-dessus dc Molière :

« Supérieur à Molière par l'étendue , la profondeur, la diversité, la sagacité, « la moralité de ses observations, il est son émule dans l'art d'écrire et « de décrire; et son talent de peindre est si parfait, qu'il n'a pas besoin « de comédien pour vous imprimer dans l'esprit la figure et le mouvement « de ses personnages.

(Hist. de la soc. pol. p. 414, 415.) On ne discute pas de tels jugements , encore moins les combat-on ; il suffit de les exposer. Pour avoir osé écrire celui-là, il faut que M. R. ait trouvé de grands rapports entre son propre talent et celui de la Bruyère,

>

[ocr errors]

au contraire, on n'hésite

pas

à lancer une pensée fausse, quand elle s'enveloppe d’une phrase coquette et bien tirée; en sorte que ce qu'on peut souhaiter de mieux, c'est que la phrase soit vide. De l’abondance autre que celle des mots, de l'élévation, du mouvement, de l'originalité, n'en demandez pas à cette école: ce sont choses qui troublent et risqueraient de déranger l'équilibre et la symétrie ; voyez plutôt Bossuet! quel écrivain incorrect! Molière n'est pas pire, ni Pascal, ni Montaigne, ni Rabelais. Or, figurez-vous par plaisir ces esprits vifs, soudains, énergiques, obligés de se révéler dans cette belle langue perfectionnée, qui est esclave de la correction, qui a secoué le joug du latinisme, et qui réduit le style à la phrase purement française ; figurez-vous Rabelais, Montaigne, Pascal et Molière, n'ayant à leur service d'autre instrument que cette langue effacée, délavée, cette langue de bégueule et de pédante: croyez-vous, avec la Bruyère, qu'elle les eût conduits insensiblement à mettre plus d'esprit dans leurs ouvrages ?

Nous avions autrefois une langue riche et souple, diverse et ondoyante, docile à recevoir l'empreinte de chaque génie, et fidèle à la conserver. Mais depuis que les grammairiens, progéniture de l'hôtel de Rambouillet, nous ont mis cette langue en équations, tous les styles se ressemblent. On croit assister à cet ancien bal de l'Opéra, célèbre

pour sa monotonie, où tous les masques étaient affublés du même domino noir; moyennant quoi Thersite ne se distinguait pas de l'Apollon du Belvédère.

La langue des précieuses est meilleure pour l'étiquette ; celle de Molière est meilleure pour les passions. La première a été une réaction contre la seconde : n'est-il pas temps que la seconde rentre dans ses droits, pour n'en plus être dépossédée ? n'est-il pas temps que ce qu'on

appelle la langue française, ce soit la langue des grands écrivains de la France?

Je demande pardon de la témérité de cette idée.

CHAPITRE IX.

De la moralité des comédies de Molière. – Attaques de Bossuet. – Senti

ment de Fléchier sur la comédie et les comédiens.

»

La portée morale des comédies de Molière a été diversement estimée. J. J. Rousseau écrit en termes formels : « Les comédies de Molière sont l'école des « mauvaises mours; mais comme, un peu avant ou un peu après, il affirme qu'on ne peut les lire sans se sentir « pénétré de respect pour l'auteur , » ces deux propositions se neutralisent réciproquement, et ce n'est pas la peine de s'y arrêter.

Mais il est une opinion trop importante pour qu'il soit permis de la passer sous silence : c'est celle de Bossuet.

En 1686, treize ans après la mort de Molière, le père Caffaro, théatin , publia 'une dissertation en faveur de la comédie. Il déclarait ce plaisir innocent, d'autant que jamais, par la confession, il n'y avait reconnu aucun danger. Le scandale fut grand parmi les théologiens. On retira les pouvoirs au père Caffaro; Bossuet saisit sa redoutable plume, et s'en servit contre le théatin avec plus d'éloquence que de charité. Le pauvre père Caffaro se hâta de donner une rétractation empreinte de terreur. « J'assure Votre Grandeur, « devant Dieu, dit-il à Bossuet, que je n'ai jamais lu a aucune comédie ni de Racine, ni de Molière, ni de

Corneille; ou au moins je n'en ai jamais lu une tout

e.

« PrécédentContinuer »