L'Europe au 19e siècle: Des nations aux nationalismes (1815-1914)

Couverture
Armand Colin, 1 juin 2011 - 496 pages
La construction d’un espace politique, économique, social et culturel européen n’est pas une idée neuve. Mais au 19e siècle, l’idée se heurta à la force de la nation comme modèle politique.
De 1815 à 1871, l’Europe des nations domine la vie politique du temps : du congrès de Vienne et de la Sainte- Alliance à l’achèvement de l’unité italienne et allemande, des peuples aspirent à former des nations érigées en États, sous l’œil bienveillant ou hostile des grandes puissances. Tout en dressant le portrait de ces puissances et des régions particulièrement concernées par la question des nationalités, cet ouvrage s’intéresse aux grands mouvements culturels européens – comme le romantisme – et montre l’essor économique parallèle de l’Europe.
Il analyse ensuite l’Europe des nationalismes de 1871 à 1914, période de tensions politiques, économiques, culturelles, militaires (naissance de la Triple-Entente et de la Triple- Alliance). L’accent est mis sur les mouvements d’idées, sur l’émergence simultanée de courants socialistes pacifistes et internationalistes et de courants nationalistes bellicistes et antisémites. L’Europe domine le monde par la colonisation et par la culture, mais cette domination externe s’accompagne de déchirements internes, autour des Balkans ou du Rhin, qui entraînent l’Europe sur la voie de la « marche à la guerre ».

Jean-Claude CARON est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Blaise- Pascal, Clermont-Ferrand.
Michel VERNUS est professeur honoraire de l’Université de Franche-Comté.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

À propos de l'auteur (2011)

Professeur honoraire de l’Université de Franche-Comté.

Jean-Claude Caron est professeur d’Histoire contemporaine à l’université Blaise-Pascal de Clermont et membre de l’Institut universitaire de France.

Informations bibliographiques