Images de page
PDF
ePub

Et ouvrage n'eft pas tout d'une main. M. Qui

chantent en Musi

que, à la referve de la Plainte Italienne. M. de Moliere a dreffé le plan de la Piece, & reglé la difpofition, où il s'eft plus attaché aux beautez & à la pompe du Spectacle, qu'à l'exacte regularité. Quant à la verfification, il n'a pas en loifir de la faire entiere. Le Carnaval approchoit, les ordres preffans du Roy, qui fe vouloit donner ce magnifique divertiffement plufieurs fois avant le Carême, l'ont mis dans la neceffité de fouffrir un peu de fecours. Ainfi il n'y a que le Prologue, le premier Acte, la premiere Scene du fecond la premiere du troifiéme, dont les vers foient de luy M. Corneille l'aîné a employé une quinzaine au refte; &par ce moyen Sa Majesté s'est trouvée fervie dans le temps qu'elle avoit ordonné.

ACTEURS.

JUPITER.
VENUS.

L'AMOUR.

EGIALE,

PHAENE,

PSICHE.

>Graces.

LE ROY, Pere de Pfiché.
AGLAURE,

CIDIPPE,
CLEOMENE,
AGENOR,

>Sœurs de Pfiché.

>Princes amans de Pfické.

LE ZEPHIRE.
LYCAS.

LE DIEU D'UN FLEUVE.

TRAGEDIE-BALLET.

PROLOGUE,

La Scene reprefente fur le devant un lieu champêtre,
& dans l'enfoncement un rocher percé à jour, à tra-
vers duquel on voit la mer en éloignement.
Flore paroit au milieu du Theatre, accompagnée de
Vertumne Dieu des arbres & des fruits, & de Pa-
Lemon Dieu des eaux. Chacun de ces Dieux conduit
une troupe de Divinitez l'un mene à fa fuite des
Dryades & des Sylvains; & l'autre des Dieux des
fleuves & des Nayades. Flore chante ce recit pour
inviter Venus à defcendre en terre.

E n'eft plus le temps de la guerre;
Le plus puiffant des Rois
Interrompt fes exploits
Pour donner la paix à la terre.
Defcendez, mère des Amours,
Venez nous donnet de beaux jours.

Vertumne & Palemon, avec les Divinitek qui les accompagnent, joignent leurs voix à celle de Flore,& hantent ces paroles.

CHOEUR DES DIVINITEZ de la terre & des eaux,

Compofé de Flore, Nymphes, Palamon, Vertumne, “Sylvains, Faunes, Dryades,& Nayades.

Ous goûtons une paix profonde;
Les plus doux jeux font ici-bas;
On doit ce repos plein d'appas:
Au plus grand Roy du monde,

Aaaa 2

Del-'

Defcendez, mere des Amours,

P

Venez nous donner de beaux jours.

Il fe fait enfuite une Entrée de Ballet, compofée de deux Dryades, quatre Sylvains, deux Fleuves, & deux Nayades. Apres laquelle, Vertumne & Falamon chantent ce dialogne.

RE

VERTUM NE.
Endez-vous, Beautez cruelles,
Soûpirez à vôtre tour.

PALEMON.

Voicy la Reine des belles
Qui vient infpirer l'amour.

VERTUM NE..

Un bel objet toûjours fevere
Ne fe fait jamais bien aimer.
PALEM Q N.
C'eft la beauté qui commence de plaire,
Mais la douceur acheve de charmer.

Ils repetent enfemble ces derniers vers. C'eft la beauté qui commence de plaire, Mais la douceur acheve de charmer. VERTUM NE.

[ocr errors]

Souffrons tous qu'Amour nous bleffe,
Languiffons, puis qu'il le faut.
PALEMON.

Que fert un cœur fans tendreffe?
Eft-il un plus grand defaut?
VERTUM NE.

Un bel objet toûjours fevere <
Ne fe fait jamais bien aimer.
PALEM ON.

C'eft la beauté qui commence de plaire,
Mais la douceur acheve de charmer.

Flore répond au dialogue de Vertumne & de Palemon, par ce Menuet; & les autres Divinitez y mêlent leurs dances.

St-on fage

EDans le bel âge,

ES

Eft-on fage
De n'aimer pas?
Que fans ceffe
L'on fe preffe
De goûter les plaisirs ici bas:

La

La fageffe
De la jeunefle,
C'eft de fçavoir jouir de fes appas.

L'amour charme

Ceux qu'il defarme;
L'amour charme,
Cedons luy tous.
Nôtre peine
Seroit vaine

De vouloir refifter à ses coups:
Quelque chaîne

Qu'un amant prenne,

La liberté n'a rien qui foit fi doux.

Venus defcend du Ciel dans une grande machine avee Amour fon fils, & deux petites Graces,nommées Ægiale & Phaéne: &les Divinitez de la terre & des eaux recommencent de joindre toutes leurs voix, & continuent par leurs danses de luy témoigner la joye qu'elles reffentent à son abord.

CHOEUR DE TOUTES LES
Divinitez de la terre & des eaux.

Ni

Ous goûtons une paix profonde;
Les plus doux jeux font icy bas;
On doit ce repos plein d'appas

Au plus grand Roy du monde.
Defcendez, mere des Amours,
Venez nous donner de beaux jours.

VENUS dans fa machine.

Effez, ceffez pour moy tous vos chants d'alle-
greffe:

De fi rares honneurs ne m'appartiennent pas,
Et l'hommage qu'icy vôtre bonté m'adresse
Doit être refervé pour de plus doux appas.
C'eft une trop vieille methode
De me venir faire fa cour;
Toutes les chofes ont leur tour,
Et Venus n'est plus à la mode.
Il eft d'autres attraits naiffans
Où l'on va porter fes encens;
Pfiché, Pfiché la belle, aujourd'huy tient ma place,

Aaaa 3

Déja

Ceffez

Déja tout l'univers s'empreffe à l'adorer,
Et c'est trop que dans ma difgrace

Je trouve encor quelqu'un qui me daigne honorer.
On ne balance point entre nos deux merites.
A quitter mon party tout s'eft licencié,
Et du nombreux amas de Graces favorites,
Dont je trainois par toutles foins & l'amitié,
Il ne m'en eft reíté que deux des plus petites,
Qui m'accompagnent par pitié.
Souffrez que ces demeures fombres
Prêtent leur folitude aux troubles de mon cœur
Et me laiflez parmy leurs ombres
Cacher ma honte & ma douleur.

Flore & les autres Deitez fe retirent, & Venus avec fa fuite fort de fa machine.

EGIAL E.

[ocr errors]

Nous ne fçavons, Décffe, comment faire,
Dans ce chagrin qu'on voit vous accabler:
Nôtre refpect veur fe taire,
Nôtre zele veut parler.
VENUST

་། ་ ་ ་་་་

Parlez, mais vos foins afpirent à me plaire,
Laiflez tous vos confeils pour une autre faifon,
Et ne parlez de ma colere,
Que pour dire que j'ay raifon.
C'étoit-là, c'étoit-là la plus fenfible offence
Que ma divinité pût jamais recevoir,

Mais j'en auray la vangeance,
Si les Dieux ont du pouvoir.
PHAEN E.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Vous avez plus que nous de clartez, de fageffe,
Pour juger ce qui peut être digne de vous:
Mais pour moy, j'aurois crû qu'une grande Déeffe
Devroit moins fe mettre en courroux.
VENUS.

Et c'eft là la raifon de ce courroux extrême.
Plus mon rang a d'éclatur
plus l'affront ett fanglant,
Et fi je n'étois pas dans ce degré fuprême,
Le dépit de mon cœur feroit moins violent,
Moy, la fille du Dieu qui lance le tonnerre,
Mere du Dieu qui fait aimer;

Moy, le plus doux fouhait du Ciel & de la Terre,
E: qui ne fuis venuë au jour que pour charmer;

Moy,

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »