Images de page
PDF
ePub

Org. Je dois interpréter à charitable soin
Le desir d'embrasser ma femme? (IV, Tart. 1682 et 1683.)
De grâce, n'allez pas divulguer un tel conte :
On en feroit jouer quelque farce à ma honte (I, Ét. 620).
L'éclat n'en rejaillit sur vous qu'à votre déshonneur (V, 176, D. Juan,
(Il)... veut, à ma ruine, user des avantages

(IV, iv).
Dont le viennent d'armer mes bontés trop peu sages (IV, Tart. 1653).
Ah! tu sauras, maraud, à ta confusion,
Ce que c'est qu'un valet qui s'attaque à son maître (VI, Amph. 1533).
Puisse cette action se terminer à bien (I, Dép. a. 832).
Les beaux vers à ma louange (VI, 579, G. D. III, vı).
Voici deux petits versets ou couplets que j'ai composés à votre honneur

et gloire (VIII, 580, Escarb. vj. Mettre à bout (I, Ét. 87). Cf. Fin (mettre à); – Venir à bout (I, Ét. 662). Je ne changerois pas mon bonheur à toutes les choses du monde (V, 125, Prendre à témoin. Voy. TÉMOIN.

(D. Juan, II, in : note). 2° À marquant situation :

La Mont. Son ordre est qu'en ce lieu vous devez vous tenir....
Er. Tenons-nous donc au lieu qu'elle a voulu choisir (III, Fach. 373).
Tant de seaux d'eau que j'ai tirés au puits pour elle! (VIII, 128, Bourg:
J'entends chanter à ma porte (VI, 242, Sic. IV).

18. III, ix.) (Une vieille) L'ayant de près, au nez, longtemps considérée (I, Ét. 1936). Albert lui vient sonner aux oreilles une cloche (I, Dép. a. après le v. 776). Et nous n'aurons jamais autre chose aux oreilles (I, Dép. a. 910). Malgré toi de ton art il (ton pinceau) nous fait confidence, Et dans ses beaux efforts à nos yeux étalés Les mystères profonds nous en sont révélés (IX, Val-de-Gr. 41).

Voy. plus haut, p. 2, l. 23 et 24.
Et tous ces fameux demi-dieux...
Ne sont point à notre pensée
Ce que Louis est à nos yeux (VI, 600, Gr. Div, roy.).
Au Palais, au Cours, aux ruelles, aur tables (IX, F. sav. 957).

.
Je crois qu'à la cour, de même qu'à la ville,
Mon flegme est philosophe... (V, Mis. 165). Ailleurs : Dans la cour. Voy.
Un bruit vient cependant à répandre à ma cour

(Cour. Le célèbre mépris qu'elle fait de l'amour (IV, Pr. d'É. 67). Notre connoissance s'est faite à l'armée (II, 101, Préc, xi). Son adresse à cheval, aux armes, à la danse (V, Mis. 1150). (Grenouille) Qui traîne à ses talons... (LX, 583, Bouts-rimés). Il y a à son nom du ron... ronte. Or... Oronte. Non, Gé... Géronte (VIII, 501, Scap. III, 11).

Voy, plus loin, à 4. Votre visée au moins n'est pas mise à Clitandre? (IX, F. sav. 88 : note.) Platon s'est au projet simplement arrêté (1X, F. sav. 847). Mon Dieu ! Monsieur, ne vous arrêtez point à peu de chose. N'allez

point plaider... (VIII, 460, Scap. II, v). Quand nous serons à dix, nous ferons une croix (I, Ét.,442).

Léandre est au point De quitter la partie... (I, Ét. 1653).

Au point où je me voi, Quel remède treuver? (I, Dép. a. 1168.) Avoir quelqu'un à son service. Voy. SERVICE. 3. À équivalent à dans (avec ou sans idée d'un mouvement) : Que diable alloit-il faire dans cette galère ?... Mais que diable alloit-il faire à cette galère ? (VIII, 478-483, Scap. II, vır.)

Géronte, en répétant son exclamation, emploie tantôt à et tantôt dans. ... Quand nous nous mettons quelque chose à la tête (II, Éc. d. m. 151).

Des emportements de jeune personne qui n'a encore rien vu, et ne fait que d'entrer au monde (vi, 582, G. D. III, vı).

D'entrer dans le monde. Sans cela on passe mal le temps au monde (IV, 56, Mar. f. vir). Il y a au monde... (VI, 95, Méd. m. l. II, v). Voy. Monde (au et dans le). Vous me boutez la joie au caur (VI, 65, Méd. m. I, I, v). Cessez de lui vouloir donner la mort au cœur (I, Ét. 321). Et c'est assez, je crois, pour remettre ton cæur Dans l'état auquel il doit être (VI, Amph, 1894 : note). Je me sens au cœur de l'inclination pour vous (VI, 552, G. D. II, IV;

voy. VIII, Psy. 542; IX, F. sav. 1420). Notre amour est bien près de nous rentrer au sein (I, Dep. a. 52). Enfin il est constant qu'on n'a point trop donné Au bruit que contre vous sa malice a tourné (V, Mis. 1536 : note). [Les] humeurs opaques qui se rencontrent au tempérament naturel des

femmes (VI, 110, Méd. m. I. III, vı). Lorsqu'un homme a commis un manquement dans sa conduite, soit aux

affaires de sa famille, ou au gouvernement d'un État, ou au comman

dement d'une armée (VJII, 57, Bourg. g. I, 11). Mais j'espère aux bontés qu'une autre aura pour moi (IV, Tart. 724).

Je mets mon espérance dans....
Mais c'est trop aux bontés que vous avez pour moi
Que de laisser régner les tendresses de père
Jusque dans les yeux d'un grand roi (VIII, Psy. 572).

C'est un excès dans les bontés.... Mais peut-être ici à est-il moins l'équivalent de dans, parmi que de pour, de la part de (voy. les exemples de 7°) et qu'une traduction plus exacte serait : Vos bontés sont excessives, vos bontés vont trop

loin en laissant régner.... ... Ainsi donc il ne faut rien prétendre ... à des bontés que vous auriez pour nous (I, Dép. a. 501; cf. 253). Voy. Je ne sais si quelqu'un blâmera ma conduite,

[PRÉTENDRE Au secret que j'ai fait d'une telle visite, Mais je sais qu'aux projets qui veulent la clarté, Prince, je n'ai jamais cherché l'obscurité (II, D. Garc. 993, 994). Je veux faire autant de pas qu'elle au changement où je la vois courir,

et ne lui laisser pas toute la gloire de me quitter (VIII, 129, Bourg. g. Et surtout aux transports de l'amoureuse ardeur

(III, 1x). La haute qualité devient fort incommode (VI, Amph. 86). La sincérité souffre un peu au métier que je fais (VII, 57, Av. I, 1). Je trouve en votre personne de quoi avoir raison aux choses que je fais

pour vous (VII, 55, Av. I, 1 : note). Je me tiens condamné dans ces rivaux fameux, Et je lis mon arrêt au mépris qu'on fait d'eux (IV, Pr. d'É. 116). Et qu'au dû de ma charge on ne me trouble en rien (IV, Tart. 1796). ... Laver mon affront au sang d'un scélérat (VI, Amph. 1643 : note). Si de votre courroux mon trépas vous ramène, Et ne laisse en votre âme, après ce triste jour, Aucune impression de haine Au souvenir de mon amour! (VI, Amph. 1389.)

Mêlée au souvenir de mon amour. Comparez les vers 700-703 de Dom Garcie (t. II, p. 273) :

Si ce coup légitime
Efface en votre esprit l'image de mon crime,
Et ne laisse aucuns traits de votre aversion

Au foible souvenir de mon affection. Je sais que vous verrez aux papiers du bonhomme (Que...) (I, Ét. 553). ... Celle aux mains de qui vous aviez pris ce gage (II, Sgan. 589).

En vous faisant tomber aux mains du raisonnable (II, Éc, d. m. 80).
L'un vous tire aux enfers, et l'autre dans la gloire (IX, 581, Quatrains).
La belle chose de faire entrer aux conversations du Louvre de vieilles

équivoques... (III, 314, Crit. 1).
Si je vous ai su mettre au rang de mes amants (IX, F. sav. 277).
De vous claquemurer aux choses du ménage! (IX, F. sav. 28.)
Aux ballades surtout vous êtes admirable (IX, F. sav. 981).
On souffre aux entretiens ces sortes de combats (IX, F. sav. 1319).

Dans les entretiens. Mais on peut entendre aussi : On permet aux entretiens..., en considérant aux entretiens, non comme un complément circonstan

ciel, mais comme un complément indirect de permettre. Voyez SOUFFRIR.
Je ne m'étonne pas, au combat que j'essuie,
De voir prendre à Monsieur la thèse qu'il appuie (IX, F. sav. 1325).
Nous saurons toutes deux imiter notre mère : ...
Vous, aur productions d'esprit et de lumière,
Moi, dans celles, ma sæur, qui sont de la matière (IX, F. sav. 21).
La figure (le symbole) est adroite, et pour n'en point sortir,
Aux choses que (dans ce que) mon caur m'offre à vous repartir,
Je dirai... (IX, F. sav. 306 : voy, la note au vers cité).

Et moi, pour vous suivre au dessein de tout rendre,
Voilà le diamant... (I, Dép. a. 1341).
Je ne me trompe guère aux choses que je pense (I, Dép. a. 146).
Sa mort est une adresse au besoin inventée (II, D. Garc. 1448).

Dans le besoin, en un besoin.
Engager à (dans) une guerre. Voy. ENGAGER.
Être au pouvoir de... Voy. Pouvoir.
À

pouvant s'expliquer par attaché à..., attaché après... : Je vois trop d'apparence à tout ce qu'il a dit (I, Dép. a. 319). Me voilà, et vous voilà bien nettement, et il n'y a point de « me

semble » à tout cela (IV, 48, Mar. f. v). Écoute, il n'y a point de milieu à cela : choisis d'épouser dans quatre

jours, ou Monsieur, ou un convent (IX, 373, Mal. im. II, vı). Je ne puis souffrir qu'une âme... ne trouve pas une honte horrible à de

telles foiblesses (IV, 167, Pr. d'É. II, 1).
Il n'y a plus de honte maintenant à cela (V, 195, D. Juan, V, n).
Il veut voir des défauts à tout ce qu'on écrit (V, Mis. 484).
Et tout le changement que je trouve à la chose,
C'est d'être Sosie battu (VI, Amph. 381).

(Bourg. &. III, 1x). On

y voit des grâces qu'on ne voit point aux autres bouches (VIII, 131, Fros. Ce sont de beaux morveux... pour donner envie de leur peau, et

je voudrois bien savoir quel ragoût il y a à eux. Harp. Pour moi, je

n'y en comprends point (VII, 115, Av. II, v). Cela me fait voir ce que je dois croire de vous, et l'assurance qu'il y a

au don de votre cœur et aux serments... (VIII, 590, Escarb. viur). Trouver entière sûreté à.... Voy. SÛRETÉ.

[Av. II, v). Il n'y avoit pas.., de si grandes difficultés à cette affaire-ci (VII, 110, M° DE PAIL. Demain, nous verrons les autres lettres... M. JOURD. Est

ce qu'il y a des choses aussi curieuses qu'à celles-ci? (VIII, 87, Bourg: Elle a grâce à tout cela (VIII, 131, Bourg. g. III, 1x). 18. II, iv.) Qu'y a-t-il de si affligeant à tout cela? (VIÏI, 477, Scap. II, vr.) Il n'y a rien de plaisant à cela (VIII, 499, Scap. III, 11).

Croire du crime à.... Voy. à CROIRE.
Emploi analogue de à devant des infinitifs :

Elle avoit à pleurer une grâce touchante (VIII, 417, Scap. I, 11).
Quel grand mal est-ce qu'il y a à prendre le frais de la nuit? (VI, 578,

G. D. III, vi.)

Il y avoit du péril à ne lui pas donner un prompt secours (V, 347,

Am. méd. III, vı). Il y a des chagrins à se mettre au-dessus de toutes choses (VII, 452,

Am. magn. IV, iv). Le peu de sûreté que j'ai vu pour ma vie à retourner à Naples (VII,

200, Av. V, v). Il y a de la lâcheté à déguiser ce que le Ciel nous a fait naître, à se

parer... d’un titre dérobé (VIII, 142, Bourg. g. III, xı). Y va-t-il de sa gloire à ne pas bien écrire? (V, Mis. 1142.) (Mon esprit) Me peignit tant de gloire et de telles douceurs A pouvoir triompher de toutes ses froideurs... (IV, 146, Pr. d'É. 84). N'y a-t-il point quelque danger à contrefaire le mort? (IX, 428, Mal.

im. III, XI.) 5o À marquant appartenance.

Pour les exemples de la tournure c'est à vous à ou c'est à vous de et un infinitif, voyez à ÊTRE, et l'Introduction grammaticale, au PRONOM DÉMONSTRATIF CE. Je suis très humble servante au seigneur Anselme; mais... je ne l'épou

serai point (VII, 81, Av. I, iv). Voilà mon rôle joué. Serviteur à la compagnie (VIII, 594, Escarb. vııı). Il me vaudroit bien mieux d'être au diable que d'être à lui (à mon

maitre) (V, 84, D. Juan, I, 1). J'aime mieux te voir crevée que de te voir à un autre (V, 123, D. Juan,

II, 11; voy. VI, 571, G. D. III, 11).
Je suis tout à vous (V, 130, D. Juan, II, Iv; voy. Tour).
Je ne suis plus à moi; je suis tout à la rage (II, D.' Garc. 1297 et V,

Mis. 1310).
La faute assurément n'en doit pas être à moi (IV, Tart. 1519).

Pour n'avoir rien à toi (I, Dép. a. 1435).
Attendez-moi là. Je suis à vous dans un moment (VII, 323, Pourc.

III, 11). Nos occupations, à vous et à moi, ne sont pas petites maintenant (VIII, 47, Bourg. g. 1, 1).

a A vous et à moi » renforce le sens de l'adjectif possessif nos. Voilà bien à tous deux notre amour couronné (I, Dép. a. 1771). 6° À se rapprochant du sens de chez, en (en quelqu'un).

... A votre fille aînée
On voit quelque dégoût pour les næuds d'hyménée (IX, F. sav. 623).
Gardez que cette humeur, mon père, ne vous change (LÝ, F. sav. 1570 :

note).
Elle veut aut mortels trop de perfection (V, Mis. 155).
Vous osez sur Célie attacher vos morsures,
Et lui calomnier la plus rare vertu
Qui puisse faire éclat sous un sort abattu (I, Ét. 1037 : note).

Calomnier en elle.
Elle a une aversion horrible pour le jeu, ce qui n'est pas commun aut

femmes d'aujourd'hui (VII, 112, Av. II, v). Une infidélité si ordinaire aux coquettes du temps (VIII, 594, Esc. vııı). 70

À se rapprochant du sens de de la part de.... :
Il y auroit de l'impertinence à moi de le démentir (II, 47, Préc. Préf.).
Et c'est folie à moi...
De prétendre avec vous à l'amour de... (II, Éc. d. m. 555). Voy. FOLIE.
C'est une chose bien téméraire à moi (IV, 391, Tart. 24'Plac.; cf. III,

Éc. d. f. 8).
Si ce n'est pas à moi trop de témérité (IV, 110, Pr. d'É. V, 1).
Le pousser est encor grande imprudence à vous (IV, Tart. 1599).

Peut-être n'est-il pas honnête à une fille de s'expliquer si librement

(V, 312, Am. med. I, iv; cf. VIII, 551, Escarb. 1). Ce seroit à moi une espèce de lâcheté, que d'en ouïr dire du mal

(V, 151, D. Juan, III, 111). C'est beaucoup de bonté à vous de vouloir ainsi... (VII, 147, Av. III, Ce seroit trop à nous que de nous informer (VII; cf. VII, 171). Du secret que ces mots dous peuvent enfermer (VIII, Psy. 329). Cela est fort vilain à vous, pour un grand seigneur, de prêter la main...

aux sottises de mon mari. Et vous, Madame, pour une grand' Dame, cela n'est ni beau ni honnête à vous, de mettre de la dissension dans

un ménage (VIII, 166, Bourg. g. IV, 11; cf. VIII, 154). Quelle audace est-ce là à une coquine de servante de parler de la

sorte? (IX, 304, Mal, im. I, v.) Il faut être fou comme beaucoup d'autres. Cela n'est pas le mieux du

monde à un homme de mon âge; mais qu'y faire ? (1X, 321, Mal. im.

Jer intermède.) 80 À marquant des circonstances de temps; à équivalent à lors de, à

dès :

Monsieur Fleurant, à ce soir, ou à demain au matin (IX, 405, Mal, im. III, iv).

Remettons à ce soir, à demain, jusqu'à ce soir, jusqu'à demain. Hier au soir (II, 81, Préc. ix et VI, Amph. 885). Avant qu'il soit demain au soir (V, 133, D. Juan, II, v). A ces heures de nuit (VI, 235, Sic. 11). Parbleu si grande joie à l'heure me transporte... (II, Sgan. 482). (Je souhaite) Qu'à l'heure de ma part tu l'ailles appeler (III, Fach. 270).

Sur l'heure, à l'heure même.

Brillants et parés comme au jour d'une fête (VI, Mélic. 130). Bien à la male-heure est-il venu d'Espagne... (I, Ét. 831). (Une fille et sa femme) A quelque temps de là se trouvant trépassées...

(I, Ét. 316). Être à temps pour...; A contre-temps. Voy. TEMPS, CONTRE-TEMPS. C'est une vertu rare au siècle d'aujourd'hui (V, Mis. 1168; cf. 1485). (Vous irez) Bouillir dans les enfers à toute éternité (III, Éc. d. f. 737).

A tont jamais, pour ou pendant toute l'éternité. A jamais. Voy. JAMAIS. Vous êtes environ à votre cinquante-deuxième ou cinquante-troisième

année (IV, 21, Mar. f. 1). ... Qu'est-ce qu'à mon âge on a de mieux à faire (IX, F. sav. 20). (Ce n'est pas le temps)... d'être prude à vingt ans (V, Mis. 984). Au moins j'ai réparé mes fautes à ce coup (I, Ét. 1834). Voyons si votre diable aura bien le pouvoir De détruire à ce coup un si solide espoir (I, Ét. 2046). Avec elle (avec la fresque) il n'est point de retour à tenter, Et tout au premier coup se doit exécuter (IX, Val-de-Gr. 262). Mais à cette fois, Dieu merci, les choses vont être éclaircies (VI, 580, A chaque fois que.... Voy. Fors.

(G. D. III, vr). J'appréhende au retour cette triste nouvelle... (I, Dép. a. 664). Hier au soir, ce me semble, à votre heureux retour, On me vit témoigner une joie assez tendre (VI, Amph. 886). A toute occasion. Voy. Occasion. Adieu : nous boirons pinte à la première vue (I, Ét. 1168). (De ces gens) Dont il faut au salut les baisers essuyer (III, Fách. 45). L'on voit une solitude effroyable aux grands ouvrages (III, 349, Crit. vi).

Aux représentations des grands ouvrages.

« PrécédentContinuer »