Images de page
PDF
ePub

(Le destin) M'offre à me bien venger en vous rendant service (I, Ét. 748).

M'offre une occasion propre à....
Voilà notre avant-garde à bien faire animée (VI, Amph. 256).
Voyez AIMER à... ; ANIMER à... ; CONCLURE à...; ÉTUDE (mettre son) à...;

SE FORCER à...; POURSUIVRE à....
Dans les exemples suivants, l'usage actuel remplacerait à par de :
Nous feignions à vous aborder (VII, 72, Av. I, rv).

Nous hésitions : Voy, FEINDRE. Dans l'exemple suivant, où feindre a le même
sens, c'est de qui a été employé avec l'infinitif :
Je ne feindrai point de vous dire que... (IX, 295, Mal. im. I, v: note).
J'ai oublié à lui demander si c'est en long ou en large (IX, 339, Mal. im.
Nous n'avons point voulu...

[II, I1 : note). Risquer à nous tenir ensemble davantage (III, Éc. d. f. 1169). Essayez un peu, par plaisir, à m'envoyer des ambassades, à m'écrire

secrètement de petits billets doux, à épier les moments que mon mari

n'y sera pas (V1, 529, G. D. I, vı). Trembler à.... Voyez à la fin de 186.

Voyez à l'Introduction grammaticale quelques exemples d'infinitifs joints à

un autre verbe par à ou de. 140 À devant un infinitif et pouvant se traduire par pour, afin de On se tue à vous faire un aveu des plus doux (IV, Tart. 1455). ·

En vous faisant, ou pour vous faire un aveu. A vous pouvoir louer selon votre mérite Je manque d'éloquence et ma force est petite (I, Ét. 875). (Les)... biais qu'on doit prendre à terminer vos væux (I, Ét. 1293). (La fresque)... dont la promptitude et les brusques fiertés Veulent un grand génie à toucher ses beautés (IX, Val-de-Gr. 242). (Andrès et Trufaldin) Ont à les décharpir eu de la peine assez (I, Ét. 1949).

Puisque l'on témoigne une froideur extrême A conserver les gens... (I, Dép. a. 1226).

Je vois fort peu de jour A tourner cette affaire au gré de votre amour (I, Dép. a. 1176). Je veux vous faire un peu de jour à la pouvoir entretenir (VI, 258, Sic. Ix). Peut-être fera-t-elle quelque difficulté à prendre ce remède (VI, 113,

Méd. m. I. III, vi). (Il vous sied mal)... d’abuser, ingrate, à maltraiter ma flamme, Du foible que pour vous vous savez qu'a mon âme (III, Fach. 235). Je ne te demande qu'un moment à être avec toi (IV, 176, Pr.d'É. Int. III, 1). Quelle raison aurois-je à combattre vos veux ? (IV, Tart. 639.) (Afin que) J'eusse d'un faux-fuyant la faveur toute prête, Par où ma conscience eût pleine sûreté A faire des serments contre la vérité (IV, Tart. 1592).

(V, v). Dom Juan n'a plus qu'un moment à pouvoir profiter de... (V, 201, D. Juan, Vous dire... que peut-être vous n'avez pas encore un jour à vous pouvoir

soustraire au plus grand de tous les malheurs (V, 181, D. Juan, IV, vi). ... Il ne faut que ce foible à décrier un homme (V, Mis. 354).

Je fais tout mon possible rompre de ce cæur l'attachement terrible (V, Mis. 518). Pour de l'esprit, j'en ai sans doute, et du bon goût A juger sans étude et raisonner de tout, A faire aux nouveautés dont je suis idolâtre Figure de savant sur les bancs du théâtre, Y décider en chef et faire du fracas... (V, Mis. 795). (Monsieur) Remplira mieux ma place à vous entretenir (V, Mis. 1036).

Tu mets moins de temps à faire tes conquêtes

Qu'il n'en faut pour les bien louer (IX, 585, Sonnet au Roi).
Puisque nous consentons à l'arrêt qu'on peut rendre,
Ces raisons ne font rien à s'en vouloir défendre (VI, Mélic. 280).

Pour se refuser à rendre cet arrêt ces raisons sont de peu de valeur.
Si c'étoit une paysanne, vous auriez maintenant toutes vos coudées fran-

ches à vous en faire la justice à bons coups de bâton (VI, 515, G. D. Je ne vois point à me conduire (VI, 566, G. D. III, 1). [I, mı).

Pas même assez pour me conduire.
On n'est pas peu embarrassé à inventer... une cache fidèle (VII, Av. I. 1v).
Tes ombres et ton silence...
Offrent de doux moments à soupirer d'amour (VII, 237, Pourc. Ouvert.).
(Lorsque) on vous vit prêter votre témoignage à faire pendre ces deux

personnes qui ne l'avoient pas mérité (VII, 244, Pourc. I, 11). Cela m'auroit donné plus de facilité à rompre... (VIII, 432, Scap. I, iv). On y voit venir du beau monde, qui ne marchande point à vous rendre

tous les respects qu'on sauroit souhaiter (VIII, 571, Escarb. 11). Un mariage ne lui coûte rien à contracter (V, 83, D. Juan, I, 1). Je ne vaux rien du tout à manger (IV, 163, Pr. d'É. Interm. II, 11).

Je ne suis pas du tout bon à manger.
Cela vous plaît à dire (V, 116, D. Juan, II, 11).

Vous est agréable à dire.
À entre un nom et un infinitif, et marquant destination :
Maître à danser (VIII, 43, ACTEURS du Bourg. g.; voy. IV, 83, Mar. f.

Livret de 1664, III, 11). Une chanson à chanter (IV, 178, Pr. d'É.

Interm. III, II). Chanson à boire (VIII, 163, Bourg. g. IV, 1). Quatre bergers et deux bergères... chantèrent cette chanson à danser

(IV, 217, Pr. d'É. Interm. VI). 15° À dépendant du verbe étre et marquant devant un infinitif néces

sité, convenance, possibilité : La colère d'un médecin est plus à craindre qu'on ne peut croire TVI,

Méd, m. l. III, xı).
Il seroit à souhaiter que... (V, 294, Am. méd. Au lecteur).
La mort est un remède à trouver quand on veut (I, Dép, a. 1179).
C'est une chose à voir et qui nous divertira (VI, 251, Sic. vii).
(Je vous vois) Comme un monstre à fuir en tous lieux (VI, Amph. 1938).
Ce sera dès demain à recommencer (VI, 592, G. D. III, vıı).
Écouter d'un ami raisonner l'adversaire
Pour des hommes d'honneur n'est point un coup à faire (VI, Amph. 1835).
Cela est bien horrible d'être accusée par un mari lorsqu'on ne lui fait

rien qui ne soit à faire (VI, 532, G. D. I, vı).
Voilà, Madame, un billet à garder (VIII, 578, Escarb. iv).
Il y a d'autres personnes à consulter (IX, 314, Mal. im. I, vi).
Celui de qui l'amour vous semble à préférer (III, 68, Fách, 462).

Monsieur est d'une mine à respecter (VII, 248, Pourc. I, 11). 16° À et un infinitif dépendant des verbes donner et avoir : (Ignès) Qui vous donna pour sienne à nourrir à ma mère (I, Dép. a. 1590).

Qui, vous déclarant sienne, vous donna à ma mère pour qu'elle vous nourrit.
Si je puis n'avoir plus cet obstacle à combattre (I, Ét. 935).
... Et mon sort et le vôtre
N'ont rien à se pouvoir reprocher l'un à l'autre (I, Dép. a. 1198).

N'ont rien qu'ils puissent se reprocher.
Ce que j'avois à demander... (IV, 390, T'art. 1" Placet).
Ai-je l'éclat ou le secret à prendre? (VI, Amph. 1564 : note.),
Ce n'est pas lui qu'elle a le plus à ménager (VI, 553, G. D. II, rv).

Si vous avez du mal à dire de votre mari... (VI, 577, G. D. III, v).
Qu'ai-je plus à prétendre? (VI, 606, Gr. Div. roy.)

Qu'est-ce qu'à mon âge on a de mieux à faire...? (IX, F. sav. 20.)
Il y a fort à gagner à fréquenter vos nobles (VIII, 108, Bourg. g. III, 111).
Il y a merveilleusement à profiter de tout ce que vous dites (VIII, 573,
Une nouvelle à dire est d'un puissant éclat (VI, Mélic. 104).

(Esc. II). Il y a fort à dire et les choses ne sont pas égales (VI, 517, G. D. I, rv). Quelle heureuse nouvelle à dire à Mélicerte! (VI, Mélico 555.) Comment, qu'est-ce à dire cela? (VI, 588, G. D. III, vııı.)

Je n'ai rien à donner (VI, 251, Sic. vir). 19° À devant un infinitif et dépendant du verbe étre (parfois sous

entendu), dans des locutions où étre à... prend le sens de étre occupé à..., étre en train de..., s'employer à..., étre au point de ...,

étre amené à... : J'étois sur le balcon à travailler au frais (III, Éc. d. f. 485). (II) Est auprès de la belle Alcmène, A jouir des douceurs d'un aimable entretien (VI, Amph. 1553). Je suis le premier à les fronder (III, 355, Crit. vi). Voy. PREMIER Et je serois encore à nommer le vainqueur, Si le mérite seul prenoit droit sur un cæur (II, D. Garc. 9).

Il me resterait encore à nommer, j'attendrais encore à nommer.... Tous ces biens à venir me semblent... (VI, 71, Méd. m. l. II, ).

Qui sont à venir, qui n'en sont encore qu'à venir, futurs. La soif à venir. Voy. VENIR (à). Il nous feroit beau voir, attachés face à face A pousser les beaux sentiments! (VI, Amph. 653.) Quoi ? l'avez-vous surprise à n'être pas fidèle? (IX, F. sav. 456.) Le voilà aussitôt à sentir tous les maux de l'absence (LX, 36a, Mal. im. Qu'as-tu à rire ? (VIII, 99, Bourg. &. III, 11.)

[II, 1v). 18° À et un infinitif équivalent à si ou à quand suivi d'un mode per

sonnel qui aurait pour sujet le nom exprimé dans la phrase ou un pronom indéfini tel que on, quelqu'un :

Voyez quelques autres exemples à l'Introduction grammaticale. ... A parler franchement... (I, Ét. 294).

S'il faut parler franchement, ou Pour parler franchement.
(Savez-vous) Qu'il ne fait pas bien sûr, à vous le trancher net,
D'épouser une fille en dépit qu'elle en ait? (IX, F. sav. 1539.)
Au vers 63 du Misanthrope (V, 448), Molière a employé pour :

Et, pour le trancher net....
Et je crois, à parler à sentiments ouverts, (Que...) (VI, Amph. 142).
A ne vous rien cacher de la vérité pure... (III, Éc. d. f: 303).
A vous en faire un aveu véritable,
L'époux, Alcmene, a commis tout le mal (VI, Amph. 1303).
A vous dire la vérité, à dire vérité, à dire vrai. Voy. Vrai et VÉRITÉ.
(Je crois)... qu'au moins, à tout mettre en de justes balances,
Il faut qu'à frais communs se fassent les avances (V, Mis. 821).
A tout examiner (II, Éc. d. m. 1021).
(Je sais) Qu'à ne le point flatter, son sonnet ne vaut rien (IX, F. sav. 992).
Ces certains savants-là peuvent, à les connoître,
Valoir certaines gens que nous voyons paroître (ibid. 1309). (Crit. 11).
Précieuse, à prendre le mot dans sa plus mauvaise signification (III, 317,
Hélas ! à voir cc bracelet, c'est ma fille, que je perdis à l'âge que vous
dites (VIII, 513, Scap. III, xı).

En voyant ce bracelet, je ne doute plus que c'est ma fille.... — Voy. Voir.

par

A l'entendre parler, il sait les secrets du Cabinet (VIII, 554, Escarb. 1;

cf. IX, 413, Mal. im. III, vı).

A le bien prendre, au fond, elle n'est pas si bête (Que...) (F.sav. 1341),
A vous prendre depuis les pieds jusqu'à la tête, il y auroit là de quoi

faire une bonne constitution (VII, 74, Av. I, 1v).
Ne jugez-vous pas bien, à regarder l'issue,
Qu'elle (la chose) ne peut longtemps éviter d'être sue (I, Dép. a. 468).
D'un trop cuisant ennui je sentirois l'atteinte,
A lui laisser sur moi quelque sujet de plainte (II, D. Garc. 1905).
Pensez-vous qu'à choisir de deux choses prescrites,
Je n'aimasse pas mieux... (III, Éc. d. f. 1992).
A déboucher la porte il iroit trop du vôtre;
Faites qu'aucun n'y puisse pénétrer (III, Rem. au R. 59).
A vous faire éclater notre zèle aujourd'hui,
Nous craignons de faillir et de vous méconnoître (VI, Amph. 1654).

Ce nom ne fait aucun scrupule à prendre (VIII, 142, Bourg. g. IIÍ, XII).
À et un infinitif équivalent à en et un participe présent, ou à

que suivi d'un mode personnel : (Cette publique estime)... que tu t'es acquise en tant d'occasions, À ne t'être jamais vu court d'inventions (I, Ét. 914). Pourquoi subtiliser et faire le capable A chercher des raisons pour être misérable? (I, Dép. a. 62.) ... Je veux que ton zele s'exprime A me bien mettre aux yeux la grandeur de son crime (I, Dép. a, 640). Montrons notre courage à venger notre honte (II, Sgan. 414). Faites, faites paroître une âme moins commune, A braver, comme moi, les traits de la fortune (IX, P. sav. 1698 : note). Sais-tu qu'on n'acquiert rien de bon à me fâcher? (I, Ér. 50.) N'aurois-je pas autant gagné à le tenir caché? (V, 311, Am. méd. I, iv.) A vous rien reprocher je serois criminel (II, Sgan. 500). (Un amant qui) Eût été plus blâmable à rester innocent (II, D. Garc. 639). ... Tous les plaisirs se goûtent à le suivre (l'amour) (IV, Pr. d'É. 365). Qu'ils ont... de charmes et qu'on court de risque à les peindre! (VI, Et je vais égayer mon sérieux loisir

(264, Sic. 11.)
A mettre Amphitryon hors de toute mesure (VI, Amph. 1493).
Je m'engage insensiblement chaque jour, à recevoir de trop grands témoi-
gnages de votre passion (VIII, 150 et 151, Bourg. g. III, xv).

Je prends un engagement, en recevant....
Clé. Tant d'ardeur que j'ai fait paroître à la chérir plus que moi-même.

Cov. Tant de chaleur que j'ai soufferte à tourner la broche à sa place

(VIII, 128, Bourg. g. III, 1x).
A ne rien pardonner le pur amour éclate (V, Mis. 702).

En ne pardonnant rien, par là qu'il ne pardonne rien.
J'ai dit à la mère le dessein que vous aviez conçu pour Mariane, à la

voir passer dans la rue et prendre l'air... (VII, 110, Av. II, rv).
L'on ne devient guère si riches à être honnêtes gens (VIII, 146, Bourg. 8.

III, XII).
Cov. Le moyen (de la baïr), si vous la trouvez si parfaite? Clé. C'est en quoi

ma vengeance sera plus éclatante, en quoi je veux faire mieux voir la
force de mon cœur : à la haïr, à la quitter, toute belle... que je la

trouve (VIII, 132, Bourg. 8. III, 1x).
Elle avoit... fait des merveilles à chanter et à la danse (IV, 181, Pr. d'É.

III, Argum.). En chantant et en dansant.
Et ce n'est qu'à bien boire
Que l'on peut être heureux (VIII, 163, Bourg. g. IV, 1, Chans, à boire).
Mais savez-vous qu'on risque un peu plus qu'on ne pense

[graphic]
[ocr errors][ocr errors]

A vouloir sur un cour user de violence? (IX, F. sav. 1538.)

Il souffre à me voir, ma présence le chasse (IV, Tart. 761).
Et moi, la bonne dupe, à trop croire un vaurien,
Il faut donc qu'aujourd'hui je perde et sens et bien? (I, Ét. 629.)

Pour en trop croire, parce que j'en ai trop cru un vaurien.
... Il n'est, à la cour, oreille qu'il ne lasse
A conter sa bravoure et l'éclat de sa race (V, Mis. 85).
L'allégresse du cæur s'augmente à la répandre (III, Éc. d. f. 1177).
La pauvre Françoise est presque sur les dents, à frotter les planchers

(VIII, 103, Bourg. g. III, m). A force de frotter. Une oreille un peu délicate pâtit furieusement à entendre prononcer ces

mots-là (II, 67, Préc. Iv). Il est vrai que l'on sue à souffrir ses discours (IX, F. sav. 521).

Que puis-je résoudre à voir cet homme mort? (III, Éc. d. f. 1359.) Et nous faisons contre eux, à leur être indulgens (III, Éc. d. f. 1683).

Nous agissons contre leur intérêt en leur étant.... Cf. II, Éc. d. m. 315. Je tremble à l'aborder (I, Dép. a. 836).

A l'idée de l'aborder, ou en l'abordant. Voyez TREMBLER. 19° À et un infinitif joints à un substantif exprimant la disposition, le

sentiment qui accompagne l'action exprimée par l'infinitif : (Malgré)... vos soins et votre adresse à feindre (D. Garc. 1980, Mis. 1293). J'ai trop de répugnance à coudoyer un mort (I, Ét. 575; voy. RépuVotre père fait voir une paresse extrême

GXANCE). A rendre par sa mort tous vos desirs contents (I, Ét. 471). Mais à tant différer je me fais de l'effort (I, Ét. 1305). (Mon cœur) Ne sent nulle contrainte à faire un libre aveu (IX, F. sav. 130). Cette lenteur à comprendre, cette pesanteur d'imagination... (LX, 354,

Mal, im. II, v). ... Deux âmes en qui l'on ait vu une plus grande conformité de sentiments,

qui aient fait éclater, dans le même temps, une résolution à braver les traits de l'Amour, et qui... aient fait paroître une égale facilité à perdre

le nom d'insensibles (IV, 200, Pr. . IV, 1). J'admire ma simplicité et la foiblesse de mon cæur à douter d'une trahison... (V, 95, D. Juan, I, 11).

La facilité de mon faible caur à....
... Leur hardiesse à montrer là leur nez (III, Éc. d. f. 1959).
C'est un étrange fait du soin que vous prenez
A me venir toujours jeter mon âge au nez (II, Éc. d. m. 58).

C'est un étrange fait que cet empressement que vous avez, que cet acharnement que vous mettez à.... On goûte une douceur extrême à réduire le cæur d'une jeune beauté

(V, 87, D. Juan, I, 11). A s'ôter cette charge (elle) eut beaucoup de plaisir (III, Éc. d. f. 134). J'aurai certainement grande joie à le voir (III, Éc. d. f. 277). Mon cœur souffre, à vous voir, une peine incroyable (VI, Amph. 1239). Il a grand'peine à saluer (VI, 510, G. D. I, 11). Mais je souffre, à vrai dire, une gêne trop forte 4 prononcer en face un aveu de la sorte (V, Mis. 1630). Vous sentez, je crois bien, quelque petite honte A faire un libre aveu de l'amour qui vous dompte (I, Dép. a. 1070; voy. HONTE, JOIE, Peine).

Autant que votre père il montre de tendresse
A confirmer les næuds qui font votre allégresse (I, Dép. a. 1618).

De tendre empressement à.... 20° À joignant un infinitif à un nom et pouvant s'expliquer par qui est

« PrécédentContinuer »