Images de page
PDF
ePub

Elle (l'antiquité) nous apprendra que de ses plus grands hommes, et des

premiers en dignité, ont fait gloire d'en composer (des comédies) (IV,

380, Tart. Préf.). Cov. Pour de l'esprit.... Clé. Ah! elle en a, Covielle, du plus fin, du

plus délicat (VIII, 131, Bourg. g. III, 1x). JODEL. Il a de l'esprit comme un démon. Magd. Et du galand, et du bien

tourné (II, 107, Préc. xi). Madame,... cela n'est ni beau ni honnête à vous, de mettre de la dissen

sion dans un ménage (VIII, 166, 167, Bourg. g. IV, 11). ... Le secret ne dure guère, Madame, quand c'est de l'amour (VIII, Psy. 334 : note). Il n'y a la que de la musique écrite (IX, 366, Mal. im. II, v : note). L'autre rêve à des vers quand je demande à boire (LX, F. sav. 600). C'est lui qui dans des vers vous a tympanisées (IX, F. sav. 611). ... Ce ne sont point de ces grands vers pompeux, Mais de petits vers doux, tendres et langoureux (V, Mis. 306). Il vous apprendroit bien à tenter de ces entreprises (VI, 562, G. D. II, vını). Hé bien ! ne voilà pas encore de son style? (LX, F. sav. 479.) Voilà de mes esprits forts, qui ne veulent rien croire (V, 161, D. Juan,

III, v). Voy. Voila.
Je n'ai point maintenant de tes lettres sur moi (I, Dép. a. 1436).

Cf. VI, 552, G. D. II, IV; VIII, 560, Escarb. 1. (Mes intentions) Sont de ne prendre point de vos corrections (Éc, d. m.6). Taisez-vous, carogne que vous êtes. Je sais de vos nouvelles et c'est

vous qui... (VI, 531, G. D. I, vı). Voici de petits vers pour de jeunes amants (IX, F. sav. 967). ... Nous voulons montrer à de certains esprits... (Que...) (IX, F. sav. 867). Depuis huit jours entiers... Nous sommes à piquer de chiennes de mazettes (II, Sgan. 218).

De partitif est ici employé sans article devant un substantif servant de qualificatif à un autre substantif : « de chiennes de mazettes », comme de maudites

mazettes. Il peut tenir son coin parmi de beaux esprits (IX, F. sav. 939). On voit qu'il se travaille à dire de bons mots (V, Mis. 636). Je n'ai point encor vu d'hommes, comme je croi (LX, F. sav. 891). Point d'affaire, il poursuit sa pointe jusqu'au bout (I, Ét. 1097). Voy.

aussi AppAIRES (Point d').. ... Il n'est point d'armure si bien jointe... (I, Dép. a. 1493). Je n'ai jamais trouvé de jour plus ennuyeux (ibid. 1503). Vous ne sauriez inventer d'excuse qu'il ne me soit facile de convaincre de fausseté (VI, 580, G. D. III, vi).

De précédant un adjectif, et venant après en : Le moindre solécisme en parlant vous irrite; Mais vous en faites, vous, d'étranges en conduite (IX, F. sav. 560). ... Le monde est rempli de beaucoup de traverses, Chaque homme tous les jours en ressent de diverses (I, Ét. 570). Je me vais d'un rocher précipiter moi-même,... (Si) Je puis en rencontrer d'assez haut à mon gré (I, Dép, a. 1128).

Un d'assez haut. ... D'un tel sonnet peu de gens sont capables.... Je soutiens qu'on ne peut en faire de meilleur (IX, F. sav. 999 : note). (Vous n'en aurez jamais) De si passionné pour vous (I, Dép. a. 1372). Tous les soins qu'elles prennent ne sont que pour cela, et l'on n'en voit

point de si fière qui ne s'applaudisse... des conquêtes que font ses yeux (VI, 247, Sic. vi : note). (Il enseigne à)... Ne se point porter à prendre de licence, LEX. DE M.

18

A moins qu'à des beautés elle donne naissance (IX, Val-de-Gr. 103).
De la maison de la Prudoterie... on n'a point remarqué qu'il y ait eu de

femme... qui ait fait parler d'elle (VI, 521, G. D. I, rv).
Heu! a-t-on jamais vu de plus farouche esprit? (IV, Pr. d'É. 307.)

pour nous, ma seur, de plus rude disgrâce ? (VIII, Psy. 196.)
Ah! je leur ferai voir si, pour donner la loi,
Il est dans ma maison d'autre maître que moi (IX, F. sav. 1444).
Mais je ne serai point à d'autre qu'à Valère (IV, Tart. 818).

Ailleurs autre a été employé seul :
Je ne demande... au Ciel autre bonheur que celui de te voir un époux

(IV, 171, Pr. d'É. II, 1v). Voy. Autre (à l'Introd. gramm.). Nul n'aura de l'esprit hors nous et nos amis (IX, F. sav. 924). Je... n'aurai de l'attachement que pour vous VI, 582, G. D. III, vi). Ce næud, bien assorti, n'a-t-il pas des appas? (IX, F. sav. 25.) Nous retournâmes dans Naples,... sans y pouvoir trouver des nouvelles

de notre père (VII, 199, Av. V, v). 8° De marquant le complément de verbes qui expriment participa

tion, prise de possession. Voyez ÊTRE DE..., INGÉRER (s') DE..., TENIR DE..., TRANCHER DE.... Elliptiquement : Malepeste du sot que je suis aujourd'hui! (I, Ét. 618.)

Que la malepeste s'empare du sot.... Voy. DIANTRE. 9° VOULOIR DE QUELQU'UN : M'avez-vous... demandé... si je voulois bien de vous? (VI, 549, G. D. II, 11.) Corneille a dit aussi, au vers 997 de la Suite du Menteur (IV, 341) :

Je ne veux point de vous ni de vos récompenses ; et au vers 989 d'Othon (VI, 618) :

Je ne veux point d'un trône où je sois leur captive. 10° De marquant conformité : Cela seroit-il de la permission que vous m'avez donnée, si je vous disois

que...? (V, 89, D. Juan, I, 11.) Concevoir ce qui est du droit et de l'ordre de la justice (VII, 315, Pourc. Mais suis-je pas bien fat de vouloir raisonner

(II, ). Où de droit absolu j'ai pouvoir d'ordonner? (II, Sgan. 56.) A telle fin que de raison (VI, 515, G. D. I, 11). Je... croyois de justice Qu'avec la comédie eût fini mon supplice (III, Fach. 63). Vous-même dites-vous s'il est de l'équité De me voir couronner une infidélité... (II, D. Garc. 906). Voy. BIEN

SÉANCE, Civilité et Devoir. D'un souverain pouvoir il brise les liens Du contrat qui lui fait un don de tous vos biens (IV, Tarı. 1935). Voy.

encore : De mon CONSENTEMENT, de leur Autorité privée. Quand,... pour cacher un tel événement, La supposition (d'enfant) fut de son sentiment (I, Dép. a. 382). ... Dans un couvent, où elle trouvera des divertissements qui seront

mieux de son humeur (V, 305, Am. méd. I, 1). Cette façon de saluer n'est point d'usage en ce pays (VI, 260, Sic. XI).

Voy. au Lexique les expressions : Etre de Besoin, avoir de COUTUME. 11° De, joint à un adjectif, à un adverbe ou à un nom, et marquant la

manière : ... Aller du pair avec le grand Apelle (IX, Val-de-Gr. 156). Et la moindre faveur d'un coup d'æil caressant Nous rengage de plus belle (VÍ, Amph. 187).

Mon Dieu ! l'on ne doit point croire trop de léger (IV, Tart. 1536).
Le Ciel défend, de vrai, certains contentements (IV, Tart. 1487).
Hali, lui en faisant de même (VI, 244, Sic. v, jeu de scène). Voy. MÊME.
Voyez De QUARTE, de TIERCE, de son LONG.
Cette réflexion vous vient en peu de temps !
Elle suit de bien près, Monsieur, notre disgrâce (IX, F. sav. 1715).
Je m'en vais la traiter du mieux qu'il me sera possible (VI, 273, sic.

XVII; cf. VII, 267, Pourc. I, vi). Voy. Mieux.
Je cède facilement à cette douce violence dont elle (la beauté) nous en-

traîne (V, 87, D. Juan, I, 11). Voy. Dont, à l'Introd. gramm. ... Mon âme et mon corps marchent de compagnie (IX, F. sav. 1218). Mettez-vous donc d'accord et d'un jugement mûr Voyez à convenir entre vous du futur (IX, F. sav. 1627). Voy, D'ACCORD. Je vous croirois pourtant assez d'intelligence Ensemble (I, Ét. 299). Nous vous serons obligées de la dernière obligation (II, 80, Préc. 1x). Je la trouve [cette comédie)... détestable du dernier détestable (ILI,

333, Crit. v). Il juroit qu'il m'aimoit d'une amour sans seconde (III, Éc, d. f. 559; cf.

İX, F. sav, 1197). Il (mon cæur) a brûlé deux ans d'une constante ardeur (IX, F. sav, 1180;

cf. 1172 et 1202). Ce n'est pas que mon cœur veuille ici se défendre

(ARDEUR. De répondre à ses vœux d'une ardeur assez tendre (VI, Mélic. 496). Voy. On s'en défend d'abord, mais de l'air qu'on s'y prend, On fait connoître assez que notre cæur se rend (IV, Tart. 1419). Vous voyez de quel air votre femme vous traite (VÍ, 515, G. D. I, II;

cf. V, Mis. 48). Est-ce de la façon que vous voulez l'entendre ? (III, Éc. d. f. 1124.) Voy.

Air, Façon, MANIÈRE, MÉTHODE, SORTE, STYLE, Ton. C'est moi qui suis Sosie enfin, de certitude (VI, Amph. 459 : note). Vous les voulez traiter d'un semblable langage ? (IV, Tart. 333.) Vous m'avez obligé de la meilleure grâce du monde (VIII, 114, Bourg.

8. III, 1v). Voy. GRÂCE,
(Je vais) ... M'y prendre de tout sens (I, Ét, 1890).

On s'en vient de hauteur
Me traiter de faquin... (I, Ét. 397).
Elle vient d'une douce et pleine déférence
Remettre à votre choix le succès de nos feux (VIII, Psy. 417).
De l'humeur dont le Ciel a voulu le former,
Je ne sais pas comment il s'avise d'aimer (V, Mis. 1171).
... Tâchons d'ébranler, de force ou d'industrie,
Ce malheureux dessein... (IV, Tart, 1274).
(Tout cela) ... fut blâmé d'un commun sentiment (V, Mis. 936).
Je ne sais pas, de bonne foi,
Ce qu'il faut pour vous satisfaire (VI, Amph. 883).

(1060). (Votre cæur) De foi comme d'amour à mon insu s'engage (II, Éc, d. m. Nous n'avons garde, ma cousine et moi, de donner de notre sérieux dans

le doux de votre flatterie (II, 75, Préc. ix). Eh! je vous en conjure de toute la dévotion de mon cæur (II, 106, Préc. D'un cæur ardent, en tous lieux,

(x1). Un amant suit une belle (VI, 252, Sic, vi).

Cf. COEUR (de bon cæur, de grand cæur). Voy. Dire quelque chose d'un caur VÉRITABLE ; voir, faire quelque chose d'un Esprit satisfait, adouci, négligent.

Comparez plus haut, à 2*, p. 266 vers la fin. ... J'avouerai tout haut d'une âme franche et nette... (IX, F. sav. 132). Je vis tous les appas dont elle est revêtue,

[ocr errors]

Mais de l'oeil dont on voit une belle statue (IV, Pr. d'É. 62).

Voir quelque chose d'un æil plus doux (I, Dép. a. 1386), d'un wil sec (VIII,
Psy. 589 et IX, 579, Sonnet à le Payer), d'un æil content (IX, F. sav. 1773).
Tantôt poussant (sa voix] d'un enthousiasme à faire trembler (VIII, 190,

Bourg. g. Cér. turque).
Et Marinette aussi, d'un dédaigneux museau,
Lâchant un « Laisse-nous, beau valet de carreau »,
M'a planté là... (I, Dép. a. 1195).
(La fresque veut) Qu'un peintre s'accommode à son impatience,
La traite à sa manière, et d'un travail soudain
Saisisse le moment qu'elle donne à sa main (LX, Val-de-Gr. 257).

Voy. au Lexique les expressions : de GAYETÉ de cæur, vivre de MÉNAGE, s’Ex-
PORTER d'un courroux..., falloir de NÉCESSITÉ, et les mots : ADRESSE, AUDACE,

FORCE, FRANCHISE, GOUT, INSOLENCE, PUISSANCE, SOIN.
Ce

que pour un ingrat...
Elle a d'un choix constant refusé de bonheur (II, D. Garc. 923).
Hélas ! Ne traitez point ceci de raillerie (I, Dép, a. 1170).

De raillerie, avec raillerie : Ne faites point de 'ceci un objet de raillerie.
Comparez l'expression traiter de mépris (ix, F. sav. 35 : note) et voyez, a
TRAITER, quelques autres expressions analogues. Traiter de... a d'ailleurs été
employé avec un nom ou adjectif attribut dans le sens de qualifier de... :

Vous me le traitez, à moi, d'indifférent (V, Mis. 24). Vous faisiez de votre drôle avec les plus galantes de ce temps-là (VIII, 431, Scap. I, iv : note).

Voy. encore à la Pr. d'É. II, II, t. IV, p. 169 et note 2; et le Lexique du
Corneille, t. I, p. 418. De ici paraît répondre à la préposition italienne da :

Far da santo, faire de l'homme saint, faire l'hypocrite.
12° De marquant la cause (comparez plus loin, 17° f) :

Malgré le froid, je sue encor de mes efforts (I, Ét, 1534).
S'étouffant de rire (V, 349, Am. méd. III, vi, jeu de scène). A force de rire,
Et vous devriez mourir d'une telle infamie (I, Dép. a. 1694).
Allez, allez mourir de honte et de regret (I, Ét, 658). Voy. Mourir du

DESIR de, se mourir de PLAISIR, TRESSAILLIR d'aise.
Je pleure de joie (VI, 563, G. D. II, vııı).
J'en dois rougir de honte et de confusion (I, Dép. a. 843).
Je m'irois, de regret, pendre tout à l'intant (V, Mis, 28).
... Ah! de frayeur je tremble (I, Ét. 704).
Sans pouvoir, de dépit, proférer un seul mot (III, Fách. 330).
Je me veux mal de mort d'être de votre race,
Et de confusion j'abandonne la place (IX, F. sav. 620).
De crainte qu'on ne nous voye ensemble, retirons-nous d'ici (VI, 96, Méd.

m. I. II, v). Voy. CRAINTE, PEUR,

Je me sens un étrange dépit
Du tort que l'on nous fait du côté de l'esprit (IX, F. sav. 852).
J'ai de cette action une douleur extrême (I, Dép. a. 858).
... Hélas! de ce malheur
Votre femme... conçut tant de douleur... (I, Él, 1969). Voy. AIGRIR (s').
Il ne faut jamais dire : « Une telle personne est morte d'une fièvre et

d'une fluxion... ); mais : « Elle est morte de quatre médecins et deux

apothicaires » (V, 318, Am, méd. II, 1), ... Le ravissement où j'étais de mes fers (I, Dép. a, 1303). Je sens de son courroux des gênes trop cruelles (I, Dép. a, 1514). Tu me vois enragé d'une assez belle chasse (Qu'un fat...) (III, Fach. 483). Ah! Seigneur, je tremble des crimes Que je vous fais commettre... (VIII, Psy. 706). Et bien loin de trembler de l'exemple des autres... (IV, Pr. d' É. 129).

[ocr errors]

J'ai mal au cœur de la seule vision que cela me fait (II, 63, Préc, Iv). Voy.

Être en DÉFAILLANCE de... ; être en COURROUX de.... Je vous vois tout pensif, Seigneur, de ses dédains (IV, Pr. d’É. 311). Sois béni, juste Ciel, de mon sort adouci (I, Ét. 1386).

Comparez plus loin, p. 289, à 17° f, 1er exemple. Mais je hais vos Messieurs de leurs honteux délais (VI, Amph. 1828). ... Je me veux mal d'une telle foiblesse (II, D. Garc. 729). Voy. Mal. Que son bonheur est extrême De ce que je suis poltron (VI, Amph. 403). (Notre chat) est bien heureux de ce qu'il n'y a point de chats médecins (V,

319, Am, méd. II, 1). Ce n'est pas tant la peur de la mort qui me fait fuir, que de ce qu'il est fâcheux à un gentilhomme d'être pendu (VII, 321, Pourc. III, 11 : note).

Ce n'est pas tant la peor..., que c'est de ce que..., parce que..., par cette

raison que.... 13o De marquant la cause après un participe passif ou après un infi

nitif régi par les verbes faire, se sentir : Je suis salué des gens que je rencontre (V, 135, D. Juan, III, 1). Oui, Done Elvire a su ces nouvelles semées, Et du vieux Dom Louis les trouve confirmées (II,, D. Garc. 1537). Enflammé d'un objet qui n'a point de défaut... (I, Ér. 753). Voy. CHARMÉ. De quel démon est donc leur âme travaillée? (, Dép. a. 338.) Les disgråces souvent sont du Ciel révélées (I, Dép. a. 1633). Et comme si du sort il étoit arrêté (Que...) (III, Éc. d. f. 1198). Dans quelque rang qu'il soit des mortels regardé... (VI, Amph. 80). Fasse le Ciel qu'Amphitryon vainqueur Avec plaisir soit revu de sa femme! (VI, Amph. 852.) ... Etre de Fâcheux toujours assassiné (III, Fach. 2). ... Je sais un coup fourré Par qui je veux qu'il soit de lui-même enferré (I, Ét. 1166). Et sans le pouvoir fuir, d'un ennemi plus fort Tu vas être attaqué (I, Dép. a. 1655). Un mérite attaqué de beaucoup d'ennemis (LX, F. sav. 1396). ... D'une apoplexie Le bonhomme surpris a quitté cette vie (I, Ét. 474). (L'autre) .... d'aucun soin jaloux n'a l'esprit combattu (III, Éc. d. f. 29).

Voy. Emu, Sarsi, EMBRASÉ, Touché, PRÉVENU. De l'écrit obligeant le sien (son cæur) tout transporté... (I, Dép. a. 597). (Trufaldin) Est si bien imprimé de ce conte badin... (I, Ét. 946). Je vais être de près éclairé des beaux yeux Dont la force m'impose un joug si précieux (I, Ét. 1381). Sur les morceaux touchés de sa main délicate, Ou mordus de ses dents, vous étendiez la patte (I, Ét. 1523, 1524). Sa mère se trouvant de pauvreté pressée... (III, Éc. d. f. 131). Mon cæur n'est point du tout ébranlé de ce coup (IX, F. sav. 1696). Ta tête de ce mal est-elle aussi frappée ? (I, Dep. a. 110.) Voy. Meurté,

Lié des liens du mariage. Ses vertus de chacun le faisoient révérer (IX, 579, Sonn, à Le Vayer). C'est un méchant moyen de se faire aimer de quelqu'un que de lui faire

violence (IX, 369, Mal, im. II, vı). Moi ? Si j'allois, Madame, accorder vos demandes, Je me ferois siffler de tous mes compagnons (IX, F. sav. 1611). ... Je me sens piqué de ce discours étrange (I, Dép. a. 976). ... De bien d'autres traits il s'est senti piquer (IX, F. sav. 1323). De mille doux frissons vous vous sentez saisir (IX, F. sav. 811).

« PrécédentContinuer »