Images de page
PDF
ePub

Enjouement : ... Lorsque dans nos yeux brille un peu d'enjoúnent (III,

Fách. 425). Cf. V, 543, Mis. Lettre de Célimène. Veux-tu de ces enjouements épanouis, de ces joies toujours ouvertes?

(VIII, 131, Bourg. g. III, ix.) Enlever : Ses pieds amoureux... traçoient d'aimables caractères qui m'en

levoient hors de moi-même (IV, 183, Pr. d'É. III, 11). ... Lui, dont à la maison (à la maison duquel] Votre imposture enlève un puissant héritage (I, Dép. a. 411). Ce cher fils que t'enlève un imprévu trépas (IX, 579, Sonner à Le Vayer). Une pièce nouvelle qui leur enlèvera le monde les fâchera bien plus

que toutes les satires qu'on pourroit faire de... (III, 426, Impr. v). ... 'Vouloir d'un autre enlever la conquête (IX, F. sav. 99). Il a fait enlever la fille de notte maître (VI, 117, Méd. m. l. III, 1x). (Je veux faire en sorte) Qu'un autre te l'enlève (cette esclave] (I, Ét. 740). Ils veulent enlever votre Célie (I, Ét. 1213; voy. vers 1191). Lorsqu'un rival s'éloigne, un autre plus funeste

S'en vient nous enlever tout l'espoir qui nous reste (I, Ét, 1660).
Ennemi de: Cet homme est ennemi de la cérémonie (I, Dép. a. 802).

Nous vivons sous un prince ennemi de la fraude (IV, Tart, 1906).
Puisque l'honneur du sexe, ennemi de nos feux... (V, Mis, 1403).
C'est de toute pudeur se montrer ennemie,
Et vous devriez mourir d'une telle infamie (I, Dép, a. 1693). (59).

(Je)... ne suis point de moi si mortel ennemi (Que je m'aille...) (I, Dép. a. Ennemi, subst. : Un mérite attaqué de beaucoup d'ennemis (IX, F.sav. 1396),

Quoi ?... vous voilà avec notre ennemi mortel? (V, 153, D. Juen, III, iv.) Ennoblir : La Cérémonie turque pour ennoblir le Bourgeois se fait en danse

et en musique (VIII, 178, jeu de scène du Bourg. g. IV° Int. : note).

Dans le Livret des intermèdes de 1670 (tome VIII, p. 232, note 3) et dans l'édition de 1682, le mot est écrit annoblir; il est néanmoins douteux qu'en préférant cette écriture on voulût, en 1670 et 1682, marquer une différence de prononciation ou de sens. Ann pouvait rester nasal comme enn. Richelet qui, en 1680, écrivait anoblir, prononçait probablement cette forme comme nous, mais sans en restreindre, comme nous, le sens. La distinction entre anoblir et ennoblir, faite en 1690 par Furetière, et en 1694 par l'Académie, était loin d'être établie en 1670 et en 1682. Voy. la note au passage cité (la 1ro de la

p. 178 du t. VIII). Voy. plus haut à ANOBLIR. Ennui, chagrin, affliction, souci, dépit :

. Quittez votre ennui (IX, F. sav. 1709). Si malgré ces raisons votre ennui persévère... (1, Ét. 545). ... Je sens mon cæur qui se gonfle d'ennui (I, Ét. 567). (Je veux)... m'informer de lui, qui me gouverne Ascagne, S'il sait point quel ennui depuis peu l'accompagne (I, Dép. a. 652). Dompte, dompte, Berger, l'ennui qui te possède (VII, 422, Am. magn. (Je ne veux point) Parer mon cæur d'insensibilité, (III• Interm). Èt cacher l'ennui qui me touche (VIII, Psy. 594). (Mon trouble)... eût fait éclater l'ennui qui me dévore (III, Éc. d. f. 375). De quelque grand ennui qu'il puisse être agité... (II, D. Garc, 1130). Pour pouvoir s'affranchir de son cuisant ennui (V, Mis. 1948). (Le sage)... n'a garde de prendre aucune ombre d'ennui De tout ce qui n'est pas pour dépendre de lui (IX, F. sav. 1547). Ferez-vous possesseur, sans quelque peu d'ennui, D'une fille comme elle un homme comme lui? (IV, Tart, 503.) ... La plupart des vertus nous seroient inutiles, Puisqu'on en met l'usage à pouvoir sans ennui Supporter, dans nos droits, l'injustice d'autrui (V, Mis. 1567). D'où vient que vos rivaux vous causent de l'ennui? (V, Mis, 239.)

... L'ennui qu'on auroit que ce næud qu'on résout (Garc. 121, 1522). Vînt partager du moins un caur que l'on veut tout (Tart. 1435; cf. Ó. Et que peux-tu envisager, que l'affreuse longueur d'une vie malheu

reuse, et des ennuis à ne finir que par la mort? (VII, 388, Am, magn. Ne fortifiez point l'excès de mes ennuis

(1, 1.) Des larmes de votre tendresse (VIII, Psy. 722). ... Et j'en crève d'ennuis (II, Sgan, 188). Ne voulant point céder, et recevoir l'ennui

Qu'il me pût estimer moins civile que lui (III, Éc. d. f. 501). Ennuyer : Il fit répondre... (cent) fois cet écho, sans témoigner d'en être

ennuyé (IV, i60, Pr. d'È. Interm. II, Argum.) Ces conversations ne font que m'ennuyer (V, Mis. 555). Vous avez voulu tâter de la noblesse, et il vous ennuyoit d'être maître chez vous (VI, 515, G. D. I, 11).

(note). ARN.... Vous ennuyoit-il? Agn. Jamais je ne m'ennuie (III, Éc. d. f: 464 : Ennuyeux : Je n'ai jamais trouvé de jour plus ennuyeux (I, Dép, a, 1503). La scène du valet et de la servante... n'est-elle pas d'une longueur en

nuyeuse ? (III, 362, Crit. vi.)

Ses écrits, ses discours, tout m'en semble ennuyeux (IX, F. sav. 237). Enoncer et s'énoncer : Apprenez, sotte, à vous énoncer moins vulgairement (II, 69, Préc. vi).

[47, Mar. f. v). Notre philosophie ordonne de ne point énoncer de proposition décisive (IV, Énorme : ... Un sanglier d'une énorme grandeur (IV, Pr. d É. 203).

(C'est) un attentat énorme contre la médecine (IX, 408, Mal. im. III, v). Enormité : Il n'y a point de supplice assez grand pour l'énormité de ce

crime (VII, 178, Av. V, 1). Enquête : ... Pour nier, en cas de quelque enquête... (IV, Tart. 1589). (note). Enquêter (8') : Ils ne s'enquêtent point de cela (VII, 321, Pourc. III, 1: Enraciner : Ce deuil enraciné ne se peut arracher (I, Ét, 544). Enrager : J'enrage du peu de liberté qu'il me donne (IV, 27, Mar. f. 1).

... De sa lenteur mon âme enragera (I, Dép. a. 1508). ... Ah! poltron dont j'enrage! (II, Sgan. 529.) Il donne temps aux chiens d'aller loin. J'en enrage (III, Fach. 567). ... Il veut avoir trop d'esprit, dont j'enrage (V, Mis. 634). J'enrage de tout mon cæur (VI, 515, G. D. I, 11). Je n'y puis plus tenir, j'enrage... (V, Mis. 95; voy. I, Dép. a. 755; II,

Ẻc. d. m. 975; VI, 518, G. D. I, IV). J'enrage de bon caur d'avoir tort, lorsque j'ai raison (VI, 533, G. D. I, vi).

Cf. IV, Tart. 558; V, 174, 178, D. Juan, IV, IV; VI, Amph. 688; VIII, 597, Escarb. sc. dern.; IX, F. sav. 232. J'enrage que mon père et ma mère ne m'aient pas fait bien étudier...

(VIII, 81, Bourg. g. II, iv). Faire enrager le monde est ma plus grande joie (IV, Tart. 1173).

Cf. I, &c. 917; IV, 28, Mar. f. 11; V, 308, Am. med. I, m; vi, Amph.

463; VIII, 596, Escarb. sc. dern.
Enragé : ... Un enragé, un chien, un diable (V, 89, D. Juan, I, 1).

Hé bien! ne voilà par mon enragé de maître! (I, Ét. 1807.)
Mon maitre est un vrai enragé d'aller se présenter à un péril qui ne le

cherche pas (V, 149, D. Juan, III, m). ... Chien de philosophe enrage (IV, 50, Mar. f. v). C'est un coup enragė, qui depuis hier m'accable, Et qui feroit donner tous les joueurs au diable (III, Fách. 308). Tu me vois enragé d'une assez belle chasse, (Qu'un fat...) (Fach. 483).

Enrhumer : Il n'y a rien qui enrhume tant que de prendre l'air par les oreil

les (IX, 310, Mal, im. I, vi). D. J. Chante ta chanson.... Sgan. Je suis enrhumé (V, 187, D. Juan, IV, Enrichir : ... Mille libertés à vos chaînes offertes

(vin) Semblent vous enrichir chaque jour de nos pertes (I, Ét, 1900). Les superbes palais et les magnifiques théâtres, de tous côtés enrichis

d'or et de grandes statues (VI, 600, Gr. Div. roy.). Enrôler : Se voir enrôler dans une confrérie (III, Éc, d. f. 1979). Enroué : ... Un bruit enroué de mots injurieux (I, Él. 1937). Enrouillé : Une manière d'esprit, qui sans comparaison juge plus finement

des choses que tout le savoir enrouillé des pédants (111, 355, Crit. vr). Enseigner : La vertu que mes parents m'ont enseignée (VI, 561, G. D. II, VII).

Il (ton ouvrage) nous enseigne aussi les belles draperies (IX, Val-de-Gr. 139)
Il nous enseigne à fuir les ornements débiles... (ibid. 99).
Un de ces remèdes que mon art m'enseigne (V, 346, Am, méd. III, vi).
Enseignez-nous un peu le chemin qui mène à la ville (V, 144, D. Juan,

III, II).
Enseignez-moi... le logis de Monsieur Oronte (VII, 295, Pourc. II, ").
Je voudrois vous prier... de les entendre (ces esclaves), pour les ache-

ter,... ou pour leur enseigner quelqu'un de vos amis qui voulût s'en

accommoder (VI, 251, Sic. Vir; cf. I, Ét. 799).
Ensemble : Ce sont présents du Ciel qu'on voit peu qu'il assemble,

Et les siècles ont peine à les trouver ensemble (IX, Val-de-Gr, 200).
Que vois-je? Mon rival et Trufaldin ensemble ? (I, Ét. 703.)
Nous ne nous sommes vus depuis quatre ans ensemble (III, Éc. d. f. 263).
Nous n'avons point voulu...
Risquer à nous tenir ensemble davantage (III, Éc. d. f. 1169).
Eux et mon fils n'ont rien ensemble à démêler (Dép. 2. 702). [D. I, 11).
Il ne tiendra qu'à elle que nous ne soyons mariés ensemble (VI, 513, 6.
Nous avons eu dessein de nous aller marier ensemble (VI, 119, Med. m.
1. III, xi).

Voy. Urir ensemble; Paix (faire la) ensemble; Bien (être bien ensemble; remettre et se remettre bien ensemble); ACCORDER (s'accorder et faire accorder ensemble); MÈLER ensemble; COMMUNICATION (avoir) ensemble; INTELLIGENCE (être d') ensemble ; GORGE (se couper la) ensemble; COMMERCE (avoir et lier) er.

semble. Je veux contre elle conserver mon ressentiment, et rompre ensemble

tout commerce (VIII, 129, Bourg. g. III, 1x). ... Il faudra que nous rompions ensemble (V, Mis. 450). Va-t'en... lui dire que... il me vienne trouver, pour faire ensemble à mon

mari la demande de ma fille (VIII, 125, Bourg. g. III, vni). Puisque tant de gens ensemble en ont dit du bien (II, 47, Préc. Préf.) Pour le préciput, il les regarde (les futurs) ensemble (III, Éc. d. f. 1060).

L'un et l'autre. L'avis de tous ces Messieurs tous ensemble (V, 325, Am, méd. II, rv). Scap. Voici une demi-douzaine de soldats tout ensemble. Il contrefait plu

sieurs personnes ensemble. (VIII, 497, Scap. III, 11, et jeu de scène). Jamais tant de charmes n'ont frappé tout ensemble mes yeux et mes oreil.

les (IV, 182, Pr. d'É, III, 11). Voy. TOUT-ENSEMBLE (un), substantif. Ensevelir : Qui tôt ensevelit bien souvent assassine (I, Él. 513).

Ensevelir, encore employé au propre : Ét. 484, 508; VI, 52, 66, Med. m. l. I, iv et v. Est-il possible... que vous vouliez étre, toute votre vie, enseveli dans

leurs remèdes? (IX, 406, Mal. im. III, iv.)

... Être fidèle, s'ensevelir pour toujours dans une passion (V, 87, D.

Juan, I, 11). Comparez : s’ENTERRER dans un mari.
Moi renoncer au monde avant que de vieillir,

Et dans votre désert aller m'ensevelir! (V, Mis. 1770.)
Ensuite : C'est pour vous dire ici, Monsieur, qu'une heure ensuite

Un homme... (est venu...) (V, Mis. 1457).
Ensuite de cette musique vient le premier acte... (VI, 605, Gr. Div.ror. )
Il la met (sa bouteille) de l'autre côté; ensuite de quoi... il la reprend

(VI, 58, Méd, m. l. I, v, j. de sc.; cf. IX, 440, Mal, im. III. Interm.). Il voudroit vous prier, ensuite de l'instance D'excuser de tantôt son trop de violence, (De lui prêter...) (I, Ér.525).

Ensuite de l'instance d'excuser, après vous avoir supplié d'excuser....
Voy. encore SUITE (EN) de....
Ensuivre (s') et s'en ensuivre :

(Vois) Quels inconvénients auroient pu s'en ensuivre! (VI, Amph. 1165.) Les hardes, nippes et bijoux dont s'ensuit le mémoire VII, 94, Av. II, 1). Les désespoirs, les enlèvements, et ce qui s'ensuit (II, 63, Préc. sv).

Il faut un mariage et tout ce qui s'ensuit? (IX, F. sav. 1900.) Entendre : Ils n'entendent point, et ma sonnette ne fait pas assez de bruit

(IX, 284, Mal, im. I, 1).
Je m'en vais t'assommer de coups, si je t'entends (I, Dép, a. 1572).

Si tu dis un mot.
Non, non : je vous entends, vous ignorez l'histoire (IX, F. sav. 355).

Je viens de vous entendre : eh bien, vous ignorez l'histoire. Bélise se mêle
ainsi à une conversation qu'elle vient de surprendre.
Je viens d'entendre ici ce succès merveilleux (I, Ét. 2025).
A l'entendre parler, il sait les secrets du Cabinet (VIII, 554, 555, Escarb. i).
Phil. Mais on entend les gens, au moins, sans se fâcher.
Alc. Moi, je veux me fâcher, et ne veux point entendre (V, Mis. 4 et 5).

Voy. à ÉCOUTER. Non, non, je ne veux rien entendre davantage (IX, F. sav. 394). Il ne faut pas qu'on sache cela? entendez-vous ? (VI, 511, G. D. I, 11.) On le veut tromper tout doucement : vous entendez bien? (VI, 512, G. D. Savez-vous bien que si... Suffit, vous m'entendez (F. sav. 1084). [I, 11.) Je vous entends : vos yeux demandent mon aveu (ibid. 1076). Je n'entends point le latin... Il faut parler chrétien si vous voulez que je

vous entende (II, 70, Préc, vi). Sgan. Je ne vous entends point du tout, Perrin. Velà deux écus.... San.

Ah! je vous entends vous (VI, 102, 103, Méd. m. I. III, 11). Quand on se fait entendre, on parle toujours bien (IX, F. sav. 477). (Attends, traître : avec un bâton) Je vais là-haut me faire entendre, Èt de bonne façon t'apprendre A m'oser parler sur ce ton (VI, Amph. 1515). Vive Paris pour être bien servie! On vous entend là au moindre coup

d'æil (VIII, 569, Escarb, 11). Cf. À DEMI-MOT. Il est bon quelquefois de ne point faire semblant d'entendre les choses

qu'on n'entend que trop bien (V, 313, Am, méd. I, v). Et je pense, Seigneur, entendre ce langage (IV, Pr. d'É. 6). Mes regards vous le disent... et vous les avez entendus (VI, 267, Sic. xii). ... Ce que vos regards m'ont souvent fait entendre (IX, F. sav. 312; cf.

I, Dép. a. 1378; IV, Tart. 1413, 1433). Entendez-vous le latin? (VI, 86, Med. m. I. II, iv; cf. VIII, 81, 171,

Bourg. g. II, iv et IV, m1; IX, F. sav. 947.) Lui qui entend la tierce et la quarte (VIII, 75, Bourg. 8. II, 11). Diable emporte si j'entends rien en médecine (VI, 98, Méd. m. I. III, 1). Je n'entends rien à tout votte latin (VI, 105, Méd, m. 1. III, m).

Cf. IV, 29, 76, Mar. f.; V, 135, D. Juan, III, 1; VI, 83, Méd. m. I. II, rv. Voy. GOUTTE (N'y entendre). ... Je sais sous ce nom ce qu'il faut que j'entende (IX, F. sav. 304; cf. 792). Que trouvez-vous là de sale ?... Pour moi, je n'y entends point de mal

(III, 324, Crit, ni). Je n'entends point de mal dans tout ce que j'ai fait (III, Éc. d. f. 1507). Je connois que vous avez parlé d'une personne, et que j'ai entendu une

autre (IX, 298, Mal. im. I, v). J'ai compris qu'il s'agissait de.... Non, ce n'est pas moi que j'entends, Et je parle d'un vieux Ŝosie (Qui...) (VI, Amph. 1786). Le respect que je vous veux dire ne regarde point ma personne : j'en

tends parler de celui que vous devez à... (VI, 546, G. D. II, 11). Je viens de le tuer, de parole, j'entends (I, Ét. 472). Sgan. Un remède pour la guérir? PERR. C'est comme je l'entendons (VI,

103, Méd. m. l. III, 1). Lél. Je pensois faire bien. Masc. Oui, c'étoit fort l'entendre (Ét. 191: note).

L'entendre, entendre la chose, y être entendu, s'y bien prendre Et ce jeteur de vers qui manque au capital — L'entend fore mal; – C'est

un brutal... De faire si peu de compte - D'une fille qui... — Il l'entend mal;

C'est un brutal (VIII, 216, Bourg. g. Ballet des Nat.). J'entendois tout de bon que lui seul héritåt (I, Ét. 1990). Je voulais que.... Nous entendons que vous nous contentiez à leur défaut (II, 115, Préc. xvi). Je n'entends point que vous ayez d'autres noms que ceux... (II, 67, Préc. Iv).

Même construction d'entendre avec la négation : VII, 268, 286, Pourc. I, vu, et II, 1. Dand. Oui! c'est ainsi que vous le prenez, Je suis votre mari, et je vous

dis que je n'entends pas cela. ANGÉL. Moi, je suis votre femme, et je

vous dis que je l'entends (VI, 550, G. D. II, ir; cf. LX, F. sav. 424).
Voy. RAILLERIE (Entendre).
Cela s'entend (va de soi] (IÍ, Éc. d. m. 567).
Voy. LARRONS (S'entendre comme) en foire.
Elle (ma galèche) est bien entendué, et plus d'un duc et pair

En fait à mon faiseur faire une du même air (III, Fach. 77; cf. VII, 446, Enterrement : I, Ét. 518.

(Am. mag. IV, 1). Enterrer : L'argent que j'ai donné pour vous faire enterrer (I, Ét. 622).

Je vous dis qu'il est mort et enterré (V, 320, Am. méd. II, 11).
Mon dessein n'est pas de renoncer au monde et de m'enterrer toute vive

dans un mari (VI, 548, G. D. II, 11 : note). Cf. ENSEVELIR (s”) dans

une passion. Se déguiser aux yeux du monde, et tenir enterrés les beaux talents...

(VI, 61, Méd, m. l. I, v).
Entètement : Je vois que votre esprit ne peut être guéri

Du fol entétement de vous faire un maii (IX, F. sav. 86).
J'aime la poésie avec entétement (IX, F. sav. 757 : note).
Pour moi je ne vois rien de plus sot à mon sens
Qu'un auteur qui partout va gueuser des encens....
On ne m'a jamais vu ce fol entétement (IX, F. sav. 963).
C'est votre femme que je veux dire; et non plus que l'entétement de la

médecine, je ne puis vous souffrir l'entétement où vous êtes pour elle

(IX, 426, Mal. im. III, XI). Notre comtesse d'Escarbagnas, avec son perpétuel entétement de qualité...

(VIII, 558, Escarb. 1). Entêter :: () ne cite jamais que duc, prince ou princesse :

La qualité l'entéte... (V, Mis, 599).

« PrécédentContinuer »