Images de page
PDF
ePub

... Le cœur qui vous est engagé
D'aucun crime envers vous ne peut être chargé (I, Dép. a. 1732).
J'ai peur qu'il ne soit pas envers vous innocent (II, D. Garc. 931).
Je ne veux point m'excuser par là d'être coupable envers vous (VI, 582,

G. D. III, vi). Voy. V, Mis, 1386. Cf. VERS,
Je serai défendu par elle envers et contre tous (V, 194, D. Juan, V, 11).
Envers, subst. : ... Vous serez toujours...

Un envers du bon sens, un jugement à gauche (I, Ét. 888). Envi (à l') ; (Je veux) Que tous deux à l'envi vous me chargiez ce traître

(III, Éc. d. f. 1337). Deux princes rivaux, qui... régalent à l'envi une jeune princesse... (VII,

380, Am, magn. Av.-prop.). Envie, jalousie : Car enfin la vertu n'est jamais sans envie (I, Ét. 1143).

Sans exciter l'envie, sans envieux. — Voy. à ENVIEUX.

Faire une action qui confonde l'envie (IX, F. sav. 1398).
(Je)... suis huissier à verge, en dépit de l'envie (IV, Tart. 1742).
Envie, desir : Accordez Mélicerte à mon ardente envie (VI, Mélic. 535).

Il n'est rien de si doux que les tendres ardeurs
Qui font vivre deux ceurs
Dans une même envie (VIII, 62, Bourg. g. I, 11, Dial, en mus.).
Tout doux! vous suivez trop votre amoureuse envie (IV, Tart, 1541).
(Plutôt...) Que mon gros traître aussi me redonnat envie (I, Dep. a. 648).

Il faut qu'un galant soit fait à faire envie (I, Dép. a. 1782).
Madame, ce m'est trop d'honneur,
Et mon destin doit faire envie (VI, Amph. 213).
C'est à nous à profiter vite de l'envie où ils sont (III, 392, Impr. 1).
Cette envie qu'on a du mariage (V, 536, Am. méd. III, vi).
C'est elle qui me témoignoit une envie d'être ma femme (V, 125, D. Juan,

II, 1v).

Avoir toutes les envies du monde de... (et un infinitif) : V, 118, 199, D. Juan, II, II et V, I; VIII, 81, Bourg. g. II, iv. Mourir d'envie de...: VI, 69,

Méd. m. l. II, 1; III, 423, Impr. v; VIII, 560, Escarb, 1. Avez-vous envie qu'on se raille... de vous? (VIII, 102, Bourg. g. III, II.)

Cf. IX, 294, Mal. im. I, v. HARP. Mais voyez quelle extravagance!... Cle. Voulez-vous que je

trahisse mon cæur? Harp. Encore ? Avez-vous envie de changer de discours ? (VII, 147, Av. III, VII.)

Harpagon veut, d'un ton menaçant, obliger son fils à changer de discours. Comparez l'expression familière : Voulez-vous bien vous taire? Voy. VOULOIR. Merc. Es-tu maître ou valet? Sos. Comme il me prend envie (VI, Amph,311). ... Cette innocente envie Qui m'a pris à dîné de voir la comédie ([II, Fách. 8). S'il me prend jamais envie De retourner de ma vie A ballet ni co

médie... (VIII, Bourg. g. Ballet des Nat.). Quand il m'en prend envie (VIII, 83, Bourg. &. II, rv). Voy. à FORMER. Ils font tout mon bonheur et toute mon envie (VI, Mélic. 523). Ah! cet honneur, Madame, est toute mon envie (V, Mis. 1799). PHILÈNE. (Veux-tu, toute ma vie,) Que j'aime et n'obtienne rien ? CLORIs. Non, ce n'est pas mon envie : N'aime plus, je le veux bien (VI, 603, Gr. Div, roy.). Si je vous ai choqué, ce n'est pas mon envie (IX, F. sav. 1585). Vraiment, vous me poussez, et contre mon envie, Votre présomption veut que je l'humilie (I, Dép, a. 221). Pour vous faire peur, et vous ôter l'envie de nous faire courir toutes les

nuits (VIII, 448, Scap. II, 1).

Envieilli : Laquelle maladie, par laps de temps, naturalisée, envieillie...

(VII, 274, Pourc. I, vidi).
Envier : ... Voir qu'à mon bras les rigueurs de mon sort

Ont envié l'honneur de cet illustre effort,
Et fait à mon rival, avec trop d'injustice,
Offrir les doux périls d'un si fameux service (II, D. Garc. 339).
... Les gens de bien sont enviés toujours (IV, Tart. 1659).

Si nos yeux envioient les conquêtes des vôtres (V, Mis, 1021).
Envieux : (Si) le Ciel... envieux de mon bien... m'eût accordé... l'avantage

de me voir digne... des... (VIII, 153, Bourg. 8. III, xvi). Les envieux mourront, mais non jamais l'envie (IV, Tart. 1666 : note). Environs : La joie fut si grande dans le palais, qu'elle se répandit par

tous les environs (IV, 310, Pr. . V, Argument).
Envisager : Je ris des noirs accès où je vous envisage (V, Mis. 98).

Les suites de ce mot, quand je les envisage,
Me font voir un mari, des enfants, un ménage (IX, F. sav. 15).

(Le cocuage) Sous des traits moins affreux aisément s'envisage (III, Éc. Envoyer: Pour la forme envoierai du futur, voy. l'Intr. gram.

[. . 1973). Armande, prenez soin d'envoyer au Notaire (IX, F. sav, 1409; cf. 1437).

Voy. Envoyer QUERIR ; envoyer PROMENER; à l'ÉCOLE ; en l'autre MONDE. Epais : Que son intelligence est épaisse, et qu'il fait sombre dans son âme !

(II, 69, Préc. v.) Pour son esprit, je vous avertis par avance qu'il est des plus épais qui se

fassent (VII, 243, Pourc. I, 11: note). Epaisseur : PIERROT. Il ne s'en est pas fallu l'époisseur d'une éplinque qu'ils

ne se sayant nayés tous deux (V, 202, D. Juan, II, 1). Épaissir : Pour épaissir votre sang, qui est trop subtil, il faut manger de bon

gros bæuf... (IX, 423, Mal. im. III, x). Epancher : Il semble à trois gredins...

Que partout de leur nom la gloire est épanchée (IX, F. sav. 1370).
Célin. ... Ma complaisance est sur tous épanchée (V, Mis. 498).
Il (le Ciel)a sur votre face épanché des beautés... (IV, Tarl. 939).
... (Les) charmantes douceurs

Que l'amour de l'étude épanche dans les cours (IX, F. sav. 42).
Epanoni : Veux-tu de ces enjouements épanouis, de ces joies toujours ou-

vertes... ? (VIII, 131, Bourg. g. III, ix.) Épargne : Il s'engage à la prendre sans dot.... C'est pour moi une épargne considérable (VII, 85, Av. I, v).

(Av. II, v). Elle est nourrie et élevée dans une grande épargne de bouche (VII, 112,

Cette rigoureuse épargne qu'on exerce sur nous... (VII, 61, Av. I, 11). Épargner : Je suis le premier homme du monde pour faire des fagots....

Je n'y épargne aucune chose (VI, 60, Méd. m. l. I, v). Il nous a dit... qu'il n'épargneroit rien pour vous contenter (V, 308, Am.

méd. I, i; cf. I, Ét. 6). Mais ceux qui nous chicanent, nous nous efforçons de les tondre, et nous

ne les épargnons point (VI, 542, G. D. II, 1). (C'est à vous) D'épargner votre femme, et de ne m'exposer Qu'à ce qu'il vous faudra pour vous désabuser (IV, Tart. 1383). Tu veux justifier Molière, et épargner notre ami que voilà (III, 414,

Impr. Iv). Tåchons de vous les dire (les choses) le plus doucement qu'il nous sera

possible, et d'épargner les gens le plus que nous pourrons (VII, 297, Pourc, II, iv).

Épargnez ma foiblesse, et ne m'exposez point à plus que je n'ai résolu

(VII, 453, Am, magn. IV, Iv; cf. VIII, Psy. 720). Clim. Vous me fattez... 'Épargnez-moi, s'il vous plaît... ÉL. Je vous

épargne aussi, Madame (III, 329, Crit. n). Cf. MODESTIE. Donnez-moi le temps d'y, songer... et m'épargnez un peu la confusion où je suis (IV, 215, Pr, . V, 11).

(Garc. 1936). Oui, je dois t'épargner mon deuil inconsolable (VIII, Psy: 726; cf. II, D. Sans compter les soins, les pas, et les chagrins que vous épargnerez (VIII,

467, Scap. II, v). Epars : Quels charmes si puissants en elle sont épars... ? (VIII, Psy. 122.) Epaule. Voy. Rosser et AFPRONT. Un homme... qui, au péril... de ses épaules, sait mettre noblement à fin

les aventures les plus difficiles (VII, 243, Pourc. I, 11: note). Allusion

au caulère royal. Vous deviez le mettre dehors par les épaules (V, 179, D. Juan, IV, »). Dand. Il ne faut point lever les épaules, et je ne dis point des sottises.

Ang. Qui songe à lever les épaules? (VI, 546, G. D. II, 11.) A tous les éclats de rire il haussoit les épaules (III, 334, Crit. v). Une impertinente présomption qui fait hausser les épaules à tout le monde

(LX, 373, Mal. im. II, vı). Le Nor. Vous, qui me prétendez faire passer pour sot, En me haussant l'épaule et faisant la grimace (III, Éc. d. f. 1080).

Que sa présence me pèse sur les épaules! (VIII, 192, Bourg. g. III, v.) Épauler : C'est bien la moindre chose que nous devions faire, que d'épau

ler de nos louanges le vengeur de nos intérêts (III, 424, Impr. v). Épée : Épée à la main (Mettre l') (VI, 370, Sic. XIV).

Épée Donner de l’) dans le ventre à... (VI, 526, G. D. I, v; VIII, 469, (Bailler) De l'épée au travers du corps (VI, Amph, 1840). Je lui passerois mon épée au travers du corps, à elle et au galant (VI,

523, G. D. I, iv). Pour moi, j'ai un furieux tendre pour les hommes d'épée (II, 102, Préc.

xi). — Porter l'épée (IV, 24, Mar. f. 1). Voy. Amis d'épée. Tous ses amis, gens d'épée comme lui (VIII, 491, Scap. III, 11). Voy.Cape.

Voilà leur épée de chevet, de l'argent (VII, 196, Av. III, 1 : note). Éperdument: Il en devint... si éperdument amoureux, qu'il fut près d'en

perdre la vie (VI, 264, Sic. xi ; cf. II, Éc, d. m. 822). Epices : Les épices de conclusion (dues au juge) (VIII, 466, Scap. II, v: note). Epiderme : : (La beauté du visage est)... un éclat d'un moment, Et qui n'est attaché qu'à la simple épiderme (IX, F. sav. 1065: sur le

genre donné ici au mot, voy, la note au vers cité). Epier : Épier les moments que mon mari n'y sera pas (VI, 529, G. D. I, rr). Il faut... qu'avec beaucoup de soin on ait épié l'heure; et l'on a choisi

justement le temps que je parlois à mon... fils (VII, 175, Av. IV, vii). Epieu : Huit paysans armés de bâtons à deux bouts et d'épieur (IV, 160,

Pr, d'É. Interm. II, Argum.). Épigramme : Deux épigrammes, aussi bonnes que toutes celles de Martial

(VIII, 582, Escaró, v; cf. II, 82, Préc. ix; IX, F. sav. 719, 750). Epiloguer : ...

Un savant, qui sans cesse epilogue (IX, F. sav. 1657). Epine, au figuré : Nous nous ôtons du pied une fâcheuse épine (I, Él. 987).

Vous allez vous enfoncer dans d'étranges épines (VIII, 456, Scap. II, v:

N'ayez point pour ce fait l'esprit sur des épines (I, Ét. 423). (note). Epingle : Voilà ton demi-cent d'épingles de Paris (I, Dep. a. 1428).

(Scap. II, 51).

Il ne s'en est pas fallu l'époisseur d'une éplinque... (V, 102, D. Juan, II, 1).

... J'avois tiré mon épingle du jeu (I, Ét. 1974). Cf. Í, Dép. a. 256; VII, Epique (poème): II, 86, Préc. ix.

(98, Av. II, 1. Episode : Sans épisodes, j'eusse bien pu en composer une comédie de cinq

actes bien fournis (III, 28, Fach. Avert. : note). Il (ton ouvrage) nous enseigne à fuir les ornements débiles

Des épisodes froids et qui sont inutiles (IX, Val-de-Gr. 100). Epitase : Ne trouveriez-vous pas qu'il fût aussi beau de dire,... le næud, que

l'epitase ? (III, 361, Crit. vr.) Epithète : ÉL. C'est la plus sotte bête.... Ur. L'épithète est un peu forte (III, 317, Crit. 11).

(585, Escarb. vi). Epitre : M. Bob. Il compose un thème... sur une épitre de Cicéron (VIIÍ, Eploré : Célie sortant toute éplorée... : Ah! (II, Sgan. avant le vers 1.) Eplucher : En épluchant ses herbes (IX, F. sav. 527). Epouse : Voy, aussi Époux.

Quelque beau diamant en bague pour faire un présent à votre épouse (IV, 29, Mar. f. m). Juan, IV, m.) D. J. Comment se porte Madame Dimanche, votre épouse? (V, 168, D. Epouser : Tous deux également tendent à s'épouser (II, Éc. d. m. 1002).

... Vous épouserez le bien public en elle (1, Ét. 984). Tu me dis qu'il a épousé la maîtresse: crois qu'il auroit plus fait pour sa

passion, et qu'avec elle il auroit encore épousé toi, son chien et son chat.... Et si je te disois le nom de toutes celles qu'il a épousées en divers lieux, ce seroit un chapitre à durer jusques au soir (V, 83, C'est notre bien seul qu'ils épousent (VI, 508, G. D. I, 1). (D. Juan, I, 1). J'épouserai plutôt la mort (VI, 113, Med. m. I. III, vi). Mon maitre) me fait ici épouser ses inquiétudes (VI, 233, Sie. I). ... Sur les questions qu'on pourra proposer

Faire entrer chaque secte et n'en point épouser (IX, F. sav. 876). Epouseur : Et c'est un épouseur à toutes mains (V, 83, D. Juan, I, 1).

C'est l'épouseur du genre humain (V, 131, D. Juan, II, 1v). Epouster, épousseter : Oui-dà, très volontiers, je l'épousterai bien (I, Éc. 1577).

Voyez le Lexique du La Fontaine. Epouvantable : Fi! Je suis épouvantable, vous dis-je, et je me fais peur à moi

même (III, 418, Impr. iv). Alcm. Et moi, partout je vous fuirai. Jupit. Je suis donc bien épouvantable ? (VI, Amph. 1233.) Voulez-vous que je fasse des serments épouvantables ? (V, 120, D. Juan, Cependant sa visite, assez insupportable,

(II, 11.) Traîne en une longueur encore épouvantable (V, Mis. 614). Et que direz-vous de la marquise Araminte, qui la publie partout (la comédie) pour épouvantable ? (III, 338, Crit. v.)

Colère épouvantable (III, 347, Crit, vi). — Une confusion épouvantable (IIT, 329, Crit. m). - L'épouvantable coup qui vous menace (V, 181, D. Juan, IV, vi). Je ne saurois souffrir l'épouvantable idée (de...). (II, D. Garc. 948). Licenco épouvantable (IV, 34, Mar. f. 1v). - Bassesses épouvantables (iv, 167,

Pr. d'É. II, 1). – Bizarreries épouvantables (IV, 59, Mar. 1. vin). Epouvante : Prenez-vous l'épouvante en nous voyant paroître? (VIII, Psy. 318.)

Etre dans l'épouvante (1, Et. 1831). Donner de l'épouvante à... (IX, 331, Mal. Epouvanter : Foi d'homme épouvanté, je vais... (I, Ét. 583).

[im. ler Int.). Crois-tu que je m'épouvante de tes paroles ?' (VI, 40, Méd. m. l. I, 1; cf. Époux : voy. aussi ÉPOUSE. — ... Deux épour !

(VI, 541, G. D. II, 1.) C'est trop pour la coutume (IX, F. sav. 1623).

... Pour avoir desiré de me voir votre époux (IX, F. sav, 1932).

Et pour prendre un époux... (IX, F. sav. 1592). Éprendre : Voilà ce que peut dire un caur vraiment épris (V, Mis. 413). ... L'ingrat objet dont il est trop épris (V, Mis. 1380; cf. 1728).

Voy. IX, F. sav. 352, 358, 895. ... Ici d'une beauté mon âme s'est éprise (III, Éc. d. f. 312).

L'ardeur (l'amour) dont Tircis est épris (VI, 604, Gr. Div. roy.). Voy.

ZÈLE (Tart. 1690). Epreuve : La grande épreuve de toutes vos comédies, c'est le jugement de la

cour (III, 354, Crit. vi; cf. III, 391, Impr. 1). Faire l'épreuve de... (VIII, Psy. 303). Mettre... à l'épreuve (I, Dep.a.486). Que vos danseurs vous donnent... quelque épreuve de leur adresse ....

Quatre Pantomimes, pour épreuve de leur adresse, ajustent leurs gestes...

(VII, 454, note, 455, Am, magn. IV, v et Ve Interm.). Les épreuves,... que tout le monde a vues de l'infaillibilité de mes pré

dictions (VII, 439, Am, magn. III, 1: note). Éprouver, essayer, faire l'épreuve de : Je veux éprouver avec mon épée si

c'est un corps ou un esprit (V, 202, D. Juan, V, v; cf. IV, 191, Pr. Ce généreux vieillard a cru qu'il étoit temps

d'É. II, rv). D'éprouver le succès d'un espoir de vingt ans (II, D. Garc. 178).

De tenter la réalisation d'un espoir de vingt ans. Éprouver, connaître par expérience, constater : ... J'éprouve que pour ga

gner les hommes, il n'est point de meilleure voie que de... (VII, 57, Vous pourriez éprouver, sans beaucoup de longueur, [Av. I, i : note). Si mon bras sait encore montrer quelque vigueur (II, Sgan. 11). Rien n'est plus vrai....

Et je l'éprouve en moi, chétive pécheresse (II, Sgan. 78). Éprouver, souffrir, subir : Eprouver un destin propice, contraire : IV, Pr.

d'É, 133; V, Mis. 1198. Epuiser : Crois-tu pas que ton Molière est épuisé maintenant, et qu'il ne

trouvera plus de matière pour... ? Crois-tu qu'il ait épuisé dans ses

comédies tout le ridicule des hommes ? (III, 414 et 415, Impr. iv.) Quinze ans de mariage épuisent les paroles, Et depuis un long temps nous nous sommes tout dit (VI, Amph. 642). Plusieurs médecins ont déjà épuisé toute leur science après elle (VI, 49, ... Vous voulez aller avec cette vitesse,

Méd, m. l. I, iv). Et d'un cæur tout d'abord épuiser la tendresse ? (IV, Tart. 1454.) (Ces méchantes affaires) qui ont épuisé auprès de lui le mérite de mes

services et le crédit de mes amis (V, 175, D. Juan, IV, iv). Vos offenses ont épuisé sa miséricorde (du Ciel) (V, 181, D. Juan, IV, vi). Epurer: Le Ciel... n'a laissé dans mon cæur pour vous qu'une flamme épurée

de tout le commerce des sens (V, 180, D. Juan, IV, vi).

Nous établissons une espèce d'amour
Qui doit être épuré comme l'astre du jour (IX, F. sav. 1684).

Ces væux épurés qui ne vont qu'à l'esprit (IX, F. sav, 1290 ; cf. 318).
Équilibre (l') des choses : IX, F. sav. 739. Voy. à Choir.
Equipage : S'il falloit qu'elle me vînt visiter en équipage de grand-Dame

(VIII, 146, Bourg. g. III, XII).

Équipage est à prendre ici dans son sens le plus général; Mme Jourdain se représente une grande dame entourée de tout son luxe, ses habits et son train,

son carrosse, ses chevaux, sa livrée. ... Tous ses entretiens Ne sont que de chevaux, d'équipage, et de chiens (V, Mis. 600).

...

« PrécédentContinuer »