Images de page
PDF
ePub

(Je lui dis que) Tout entretien secret se devoit éviter (I, Dép, a. 454). Je trouve que ces mots qui sont désobligeants

(DIRE). Ne se doivent point dire en présence des gens (V, Mis. 1632 ; voy, à se Avec elle (avec la fresque) il n'est point de retour à tenter,

Et tout au premier coup se doit exécuter (IX, Val-de-Gr. 262). 4 Verbes impersonnels. a) Verbes impersonnels avec ou sans le sujet il neutre. Vous avez voulu tâter de la noblesse et il vous ennuyoit d'être maître

chez vous (VI, 515, G. D. I, 111). ... AAN. Vous ennuyoit-il?Agn. Jamais je ne m'ennuie (III, Éc.d.f. 464: note). LE Suisse. Ah quely faire saif dans sty sal de cians! (VIII, 217, Bourg. g.

Ballet des Nat.) Ah! qu'il fait soif dans cette salle! *J'ai bien peur que si... [le nuage) vient à crever, il ne grele sur mon

dos force coups de bâton (1, 71, Méd. vol. xiv). Ouais, je ne sais d'où cela vient, mais il sent ici l'amour : ce n'est pas

moi. Ah, par ma foi! c'est vous (VII, 389, Am. magn. I, 1). C'est qu'il sent le bâton du côté que voilà (I, Dép, a. 1564). Comment vous en va? (III, 405, Impr. 11.)

[I, iv.) Et quels avantages, Madame, puisque Madame y a,... ? (VI, 519, G. D. J'ai jeté l'as de cæur, avec raison, me semble (II1, Fách. 327; cf. III, Éc.

d. f. 264, 1513). Que me sert-il d'aimer du plus ardent amour...? (II, D. Garc. 1486.) Que me sert d'aimer comme je fais... ? (VI, Mélic. 425.) Voy. Servir. Que vous importe-t-il qu'on y puisse prétendre? (IX, F. sav. 100.)

On trouvera au Lexique les expressions : n'en déplaise à.., et qu'il ne vous en déplaise; il n'importe guère, il m'importe peu, il importe, qu'importe, n'im

porte; bien vous prend que...; il m'en doit bien souvenir; il suffit et suffit. b) Emploi et ellipse du faux sujet il avec des verbes actifs, neutres, passifs ou réfléchis.

Voy. aux PRONOMS PERSONNELS (V, D, 1° et 20) et à PLÉONASME (XX, B, 1° et 2°). Qu'il vous est cher d'avoir sans cesse devant vous Ce tableau de l'objet de vos væux les plus doux... ! (IX, Val-de-Gr. 217.) Et parfois il me prend des mouvements soudains De fuir dans un désert l'approche des humains (V, Mis. 144). Il vous passe là lous les jours assez de choses devant les yeux pour... (III, 355, Crit. vi).

S'il m'étoit venu des cornes à la tête (II, Sgan. 345). De la lui demander il me vint la pensée (III, Éc. d. f. 132). ... Ainsi mon amour peut éclater au moins, Sans qu'à d'autres motifs on impute ses soins, Et qu'il soit soupçonné que dans votre personne Il cherche à me gagner les droits d'une couronne (II, D. Garc. 215). Voy.

la note à ce passage, au Lexique, t. II, p. 490. ... Il s'apprête un combat Où toute ta valeur te sera nécessaire (I, Dép. a. 1636). Jamais il ne s'est rien vu d'égal à ma disgrâce (VI, 565, G. D. II, vııı). Il ne s'y passe point d'acte (dans notre École) où il n'aille argumen

ter... (IX, 355, Mal, im. II, v). Il faut avouer qu'il se met d'étranges folies dans la tête des hommes (V,

141, D. Juan, III, 1; voy, à se GLISSER). Il se peut faire (IV, 48, Mar. f. v; de même : IV, 51). Gardez-vous, s'il se peut, d'honorer l'imposture (IV, Tart. 1625). Voy.

SE Pouvoir Bés. D'où vient... qu'ayant le bien que vous avez, et n'ayant d'enfants

qu'une fille..., d'où vient, dis-je, que vous parlez de la mettre dans un convent? Arg. D'où vient... que je suis maître dans ma famille pour faire ce que bon me semble? (IX, 393, Mal. im. III, 11.)

D'où vient-il que.... Pour faire ce qu'il me semble bon de faire. ... Quoiqu'il tienne (I, Ét. 235 : note). Combien que cela tienne, quelque

difficulté qu'il y ait. c) Verbes employés d'une manière tantôt impersonnelle, tantôt person

nelle, dans des propositions commençant par il, qu'il ou qui. Qu'est-ce donc qu'il s'est passé ici? (VIII, 441, Scap. II, 11 : les éd. de

1674 et 1682 ont : « ... qui s'est passé ici ? ») Ce qu'il trouve qu'il ne lui est point arrivé (VIII, 454, Scap. II, v:

note; l'éd. de 1682 a : « Ce qu'il trouve qui ne lui est point arrivé ».) Quoi qui puisse arriver (VII, 262, Pourc. I, v). Quoi qu'il m'arrive... (III, Éc, d. f.1225). Il en a reçu quelques blessures dont on ne sait pas bien ce qui arrivera (VII, 460, Am, magn. V, 111).

(v). Demandez-lui ce qui lui semble de « l'École des femmes » (III, 337, Crit. Il faut bien qu'il me le semble, puisque cela est (IV, 48, Mar, f. v). Avec tout le respect qu'il m'est possible (III, 157, Ep. à Mad.). Voy, à

PossiBLE.
Quoi qu'il puisse coûter, je veux le faire pendre (I, Ét. 628).
L'air est aussi beau qu'il s'en puisse faire (VIII, 52, Bourg. g. 1, 11).

Est aussi beau que des airs puissent être faits, est des plus beaux qui se fassent. ... Un péché mortel des plus gros qu'il se fasse (III, Éc. d. f. 599). Son esprit... est des plus épais qui se fassent (VII, 243, Pourc. I, 11 : Il s'est fait un grand vol (I, ÉT. 1665).

[note). Est-ce que chacune de vous ne sait pas ce qui en est, saus qu'il soit

nécessaire que je m'explique davantage? (V, 130, D. Juan, IÌ, iv; ct, IX, 308, Mal, im. I, vi.)

Voy. le Lexique à ÊTRE t. I, p. 441 et 442 : Ce qu'il en peut être. Il en est ce que l'on m'a pu dire. Il pourroit être quelque chose de ce que vous dites. Il

en sera ce qui pourra. Vous pouvez répéter ce qui vous plaira (III, 408, Impr. Il; cf. IV, 50,

Mar. f.v). Je pourrai faire avec vous tout ce qu'il me plaira (IV, 27, Mar. f. 11; il

y a ce qui dans le Ms. Philidor). Je dois faire, mon père, tout ce qu'il vous plaira de m'ordonner (IX,

294, Mal, im. I, v). Une épître dédicatoire dit tout ce qu'il lui plaît (VI, 355, Amph. Ép.). Je leur abandonne... mes ouvrages,... ma façon de réciter, pour en faire

et dire tout ce qu'il leur plaira (III, 429, Impr. v). (Jupiter) Sait descendre du haut de sa gloire suprême; Et pour entrer dans tout ce qu'il lui plaît Il sort tout à fait de lui-même (VI, Amph. 90). ... Seigneur, je veux ce qu'il vous plaît (II, D. Garc. 738). Vous avez une civile opiniâtreté qui me fait venir doucement à tout ce

qu'il vous plaît (VIII, 151, Bourg. g. III, xv). Voy, au Lexique (t. II,

p. 282 et 283). E. – Emplois des temps de l'indicatif, de l'impératif et du subjonctif. 1° Présent de l'indicatif.

Depuis assez longtemps mon âme s'inquiète
De ce qu'aucun esprit en vous ne se fait voir ;
Mais je trouve un moyen de vous en faire avoir (IX, F. sav. 1052). Je

viens de trouver.
Cette lettre par vous est écrite à Clitandre? (V, Mis. 1685.)
Voit-on des procédés qui soient pareils aux vôtres? (V, Mis.131.

Des cbarmes de la Thessalie
On vante de tout temps les merveilleux effets (VI, Amph. 1477).
(Ces attraits)... par qui, de tout temps, ces deux sæurs si pareilles
Charment, l'une les yeux, et l'autre les oreilles (IX, Val-de-Gr. 68).
Sur quelque préférence une estime se fonde (V, Mis. 57). Doit se fonder.
Il me semble qu'on n'agit point comme vous faites (V, 308, Am. méd.

I, m).
Et sans doute bientôt ils viennent en ces lieux (I, Ét. 1214; l'éd. de 1682
Je reviens tout à l'heure (IX, 415, Mal, im. III, vııı). [a viendront).
Je suis de retour dans un moment (IV, 17, Mar. f. 1).
(Mais j'avertis) Que je ne sors qu'après que vous serez sortis (V, Alis. 736).
Je viens vous avertir que la comédie sera bientôt prête, et que, dans un

quart d'heure, nous pouvons passer dans la salle (VIII, 576, Escarb. iv). (J'accours)... recevoir de vous les ordres qu'il vous plait (Ét, 1730). Qu'il

vous plaira de donner. (Ils veulent)... que, par un arrêt qu'en face il me faut rendre, Je défende à l'un d'eux tous les soins qu'il peut prendre (V, Mis. 1657). Car dans le temps qu'il faut j'ouvrirai la fenêtre (III, Éc. d. f. 1336). Au

bon moment. Cf. VII, 28-, Pourc. II, 1, le passage auquel se rapporte

la note 3 de cette page 287.
Et j'aurois pris déjà le congé qu'il faut prendre,
Si mon carrosse encor ne m'obligeoit d'attendre (V, Mis. 1029).
J'y ferai tout ce que je puis et n'oublierai aucune chose (VII, 160, Av.

IV, 1).
On cherche ce qu'il dit après qu'il a parlé (IX, F. sav. 613).
Toin. Je viendrai vous voir de temps en temps. Arg. Vous m'obligez

beaucoup (IX, 423, Mal, im. III, x). De me le promettre. Une personne comme vous seroit...! Non, non : c'est profaner tant de

beautés (V, 117, D. Juan, II, 11). 1° Prétérit défini.

Et jamais cæur fut-il de la sorte traité? (V, Mis. 1372; cf. I, Ét. 788, 1053.)
... Homme qu'en vers galants jamais on n'égala (IX, F. sav. 693; cf. 354)
Lorsque par les rebuts une âme est détachée,
Elle veut fuir l'objet dont elle fut touchée (I, Dép. a. 46).
Voilà ton demi-cent d'épingles de Paris,
Que tu me donnas hier avec tant de fanfare (I, Dép. a, 1429; cf. V, Mis.

1068 ; IX, F. sav. 990). Où est donc la cire que je fis acheter ces jours passés ? (VIII, 567,

Escarb, 11.) Galopin. Vous me grondates l'autre jour, de lui avoir dit que vous y étiez

(III, 330, Crit. iv). Je fus d'abord chez vous, mais inutilement (III, Éc. d. f. 254). ... Le sort nous traita nous deux diversement (II, Éc, d. m. 1082). C'est le tombeau que le commandeur faisoit faire lorsque vous le tuates

(V, 159, D. Juan, III, v). [Notre chat) est réchappé depuis peu d'un saut qu'il fit du haut de la

maison dans la rue ; et il fut trois jours sans manger (V, 319, Am.

méd. II, 1). ... Je ne sais donc comment se fit l'affaire (IX, F. sav, 1001). Je ne me plains pas de celui-là (de ce julep), car il me fit bien dormir

(IX, 281, Mal. im. I, 1). ... La belle partie (de la peinture) où triompha Zeuxis (IX, Val-de-Gr. 154).

Je connus feu son père en mon voyage à Rome (IX, F. sav. 343). 3. Prétérit indéfini.

... Depuis une heure
Vous m'ave: fait trouter comme un Basque... (I, Dép. a. 86).

Mon cæur n'a jamais pu, tant il est né sincère,
Même dans votre sæur flatter leur caractère (IX, F. sav. 215).
C'est sur le mariage où ma mère s'apprête
Que j'ai voulu, Monsieur, vous parler tête-à-tête,
Et j'ai cru, dans le trouble où je vois la maison,

Que je pourrois vous faire écouter la raison (IX, F. sav. 1462 et 1463; 4° Imparfait de l'indicatif.

(voy. 138, 298). Ce seroit pour vous un hommage trop bas, Que le rebut d'un cæur qui ne vous valoit pas (V, Mis. 1794). ... Le drôle étoit coffré, Si ton maître au moment ne fût venu lui-même (I, Ét. 1678). Arg. Pour... Silvestre, je le rouerai de coups. Silv. J'étois bien étonné

s'il m'oublioit (VIII, 428, Scap. I, 1v). [Notre chat) est réchappé depuis peu' d'un saut qu'il fit...; il est bien

heureux de ce qu'il n'y a point de chats médecins, car ses affaires étoient faites, et ils n'auroient pas manqué de le purger et de le sai

gner (V, 319, Am, méd. II, 1). Si quelque intention le pressoit pour Lucile,... Il falloit de son père implorer le pouvoir (I, Dép. a. 996). Vous avez perdu absolument votre procès que vous deviez gagner (IX, 200, F. sav, après le vers 1694).

Votre procès qu'il sembloit que vous dussiez gagner, que vous auriez da ... Il a tort en effet,...

[gagner. Il devoit avoir mis que vous êtes priéc, Par arrêt de la Cour, de payer au plus tôt... (IX, F. sav.

1702). Je vous le dis encore : armé de ce qu'il a, Vous ne deviez jamais le pousser jusque-là (IV, Tart, 1708). Voulez-vous que je vous dise? vous deviez faire une comédie où vous

auriez joué tout seul (III, 392, Impr. 1). Voy. encore l'imparfait de devoir au sens d'un conditionnel passé : I, Ét. 125, 1617; I, Dép. a.

1156; II, Sgan. 300 et 355. Ah! Ah! l'homme de bien, vous m'en voulez donner!... Vous épousiez ma fille, et convoitiez ma femme! J'ai douté fort longtemps que ce fût tout de bon (IV, Tart. 1546). Son cæur (d'Éliante), qui vous estime, est solide et sincère, Et ce choix plus conforme étoit mieux votre affaire (V, Mis. 346). ... Sans ce trait falot Un homme l'emmenoit, qui s'est trouvé fort sot (I, Ét. 870). Vous devez toujours, dis-je, avoir devant les yeux Le peu que vous étiez sans ce neud glorieux (111, Éc. d. f. 690). Vous ne pouviez jamais vous mieux adresser pour rencontrer ce que

vous cherchez (VI, 50, Méd.m. l. I. rv). 5° Plus-que-parfait de l'indicatif dépendant de si, et indiquant pour

l'avenir un temps antérieur au temps indiqué par un condition

nel futur qui précède.
Croyez que vous n'aurez jamais cet avantage
De me voir revenir...,
Moi-même de cent coups je percerois mon sein,
Si j'avois jamais fait cette bassesse insigne

De vous revoir après ce traitement indigne (I, Dép. a. 1329). 6. Futur

Je dirai qu'Henriette à l'hymen est rebelle (F. sav. 307). J'ai à dire que....
Vous saurez donc, que... (VI, 95, Méd. m. I. II, v).
... Du Bois. Parlerai-je haut? Alc. Oui parle... (V, Mis. 1439).
Thom. Diap. Baiserai-je ? M. Diar. Oui, oui (LX, 350, Mal. im. II, v).

Quoi? Madame, vous ne nous direz point ce que vous avez, et vous

voulez affliger ainsi tout le monde? (V, 308, Am. med. I, m.) Voilà un pendard qui me fera enrager (VI, 573, G. D. III, rv). (... Je ne sais si le style) Pourra vous en paroître assez net et facile Et si du choix des mots vous vous contenterez (V, Mis. 310, 311). Mais qui m'assurera que, dans le même instant, Vous n'en disiez peut-être aux autres tout autant? (V, Mis. 507.) Ceux qui me connoitront n'auront pas

la pensée Que ce soit un eflet d'une âme intéressée (IV, Tart. 1237). Je reviendrai voir sur le soir en quel état elle sera (VI, 90, Méd. m.l. II, iv). Je me tromperai fort si pas un d'eux l'emporte (IV, Pr. d'É. 350 : note).

Comparez : Vous avez trouvé la meilleure invention du monde, et je me trompe fort si elle ne vous réussit (IV, 183, Pr. d'É. III, 11). Encore est-ce beaucoup que, de franchise pure, Vous demeuriez d'accord que c'est votre écriture; Mais ce sera, sans doute, et j'en serois garant, Un billet qu'on envoie à quelque indifférent; Ou, du moins, ce qu'il a de tendresse évidente Sera pour une amie ou pour quelque parente (II, D. Garc. 570, 573). Que dit-elle ?... Que sera-ce? (V, 314, Am, méd. I, vi.)

Vous serez surprise de ma vue; Mais ce sont ces Messieurs qui causent ma venue (V, Mis. 1673). Il ne faut rien souvent pour effaroucher les esprits des François : un

petit mot tourné en ridicule, une syllabe qui, avec un air un peu rude, s'approchera d’une oreille délicate, un geste d'un musicien qui n'aura pas peut-être encore au théâtre la liberté qu'il faudroit, une perruque tant soit peu de côté, un ruban qui pendra, la moindre chose

est capable de gâter toute une affaire (VI, 601, Gr. Div. roy:). Voilà des soupirs qui veulent dire quelque chose, et ma conjecture se

trouvera véritable (VII, 387, Am. magn. I, 1). Mais tu t'abuseras (I, Ét. 373). Tu te verras déçu; cf. : Et ton maître s'abusera s'il croit... (VIII, 487, Scap. III, 1). Arg. Tâcheront-ils de me nier la chose ? Scap. Non.... Arg. Ou s'ils

entreprendront de l'excuser? Scap. Celui-là se pourra faire (VIII,

427, Scap. I, iv : note). ... Si vous l'avez vu (ce sonnet), vous serez de mon goût (IX, F. sav. 995). 7° Futur antérieur.

Lorsqu'on me trouvera morte, il n'y aura personne qui mette en doute

que ce ne soit vous qui m'aurez luée (VI, 583, G. D. III, ví). Auras-tu bientôt fait, impertinent au diable? (V, Mis. 1473.) ... Ce déchaînement aujourd'hui me convie A faire une action qui confonde l'envie, Qui lui fasse sentir que l'effort qu'elle fait De ce qu'elle veut rompre aura pressé l'effet (IX, F. sav. 1400). Vous leur aurez oui leur disgrâce conter, Et leur aurez fourni de quoi se racheter (I, Ét. 1341 et 1342). Vous di

rez que vous leur avez ouï.... Je ne sais si j'aurai bien fait d'avoir enterré dans mon jardin dix mille

écus (VII, 71, Av. I, iv). O Ciel! je me serai trahi moi-même : la chaleur m'aura emporté, et je

crois que j'ai parlé haut (ibid.). C'est sans doute un bel esprit qui aura oui parler de nous (II, 70, Préc. vi). La défense, j'ai peur, sera trop tard venue (VI, Mélic. 296). Je crains d'être fâcheux par l'ardeur qui m'engage A vous rendre aujourd'hui, Madame, mon hommage, Et j'aurai du troubler quelque docte entretien (IX, F. sav. 951).

« PrécédentContinuer »