Images de page
PDF
ePub

prennes pour toi (IV, 213, Pr. d'É. V, 11; cf. II, D. Garc. 1067;

IX, F.sav. 1574). Voy. au Lexique de nombreux exemples d'EMPÊCHER Je ne sais qui me tient, infâme,

(suivi ou non de ne.] Que je ne t'arrache les yeux, Et ne t'apprenne... (VI, Amph, 1095, 1096). A quoi tient-il que vous ne vous serviez de la parole pour me faire en

tendre votre pensée? (IV, 43, Mar. f. iv.) Il ne tiendra pas à moi que l'amitié qui est entre les personnes que nous

aimons ne se répande entre nous deux (VIII, 486, Scap. III, 1). Il ne tiendra qu'à vous que je vous arrache de ce misérable lieu et ne

vous mette dans l'état où vous méritez d'être (V, 117 et 118, D. Juan, II, 11; voy. d'autres exemples de ce tour, avec ou sans ne, au

Lexique). Prenons garde qu'aucun ne nous vienne surprendre, Ou que de quelque endroit on ne nous puisse entendre (I, Dép. a. 343, 344), Voy. GARDE, 13o ex, et cf. les 11° et 17° exemples.

Prendre garde que suivi du subjonctif non accompagné de ne a été employé au vers 1436 de D. Garcie avec le sens de avoir soin, faire en sorte (qu'une chose

soit). Il me tarde que je ne goûte le plaisir de la voir (VI, 258, Sic. Ix: note;

cf. IV, 28, Mar. f. 11 (DORIM.]). ... Peut-on me nier que ses flammes puissantes Ne fassent dans un cæur des choses étonnantes? (III, Éc, d. f. 921.) Je ne puis pas nier qu'il n'y ait eu des Pères de l'Église qui ont con

damné la comédie, mais on ne peut pas me nier aussi qu'il n'y en ait eu quelques-uns qui l'ont traitée un peu plus doucement(IV, 378,379,

Tart. Préf.). Je ne dis pas qu'un jour je ne suive vos traces (V, Mis. 982). Garde-toi de troubler leurs douces privautés, Si tu ne veux qu'il ne punisse (L'excès de tes témérités) (VI, Amph. N'appréhendez-vous point que je ne sois d'humeur (1557 : note). A dire à mon mari cette galante ardeur ? (IV, Tart, 1003.) (Il n'est aucune terre...) Qui ne doive trembler que je ne m'y répande

(VII, 385, Am, magn. Ier Interm.). Il n'y a personne qui ne soit ravi de lui nuire (VI, 274, Sic. xvııı). Il n'est Nymphe en l'aimant qui ne se tînt heureuse (VI, Mélic. 73). ... Il n'est, à la cour, oreille qu'il ne lasse (A conter sa bravoure) (V, Mis. Il n'est pas jusqu'au fat qui lui sert de garçon

(85) Qui ne se mêle aussi de nous faire leçon (IV, Tart, 204). Il n'est pas que vous ne sachiez quelques nouvelles de cette affaire

(VII, 181, Av. V, 11). Mais peut-être il n'est pas que vous n'ayez bien vu Ce jeune astre d'amour (III, Éc. d. f. 325). Ce n'est pas que son avis... n'ait tué le malade, et que celui de Théo

phraste ne fût beaucoup meilleur assurément (V, 323, Am, méd. II, in; cf. VII, 451, Am, magn. IV, 1v).

Cf. le jer exemple de 2°. Il n'est point tant enfant, qu'à le voir chaque jour, Je ne le croie atteint déjà d'un peu d'amour (VI, Mélic. 204). L'on n'en voit point de si fière qui ne s'applaudisse en son cour des

conquêtes que font ses yeux (VI, 247, Sic. vı). Jamais homme ne fut plus embarrassé que je suis (IV, 52, Mar. f. v). Je ne crois pas qu'on puisse mieux danser qu'ils dansent (VII, 408, Am.

magn. II, 1). Chacun demeura d'accord qu'on ne pouvoit pas mieux jouer qu'il fit

(III, 335, Crit. v; cf. II, 56, Préc. 1; IV, Tart, 1793). VAL. Vous n'aurez pas grand'peine à le suivre (ce conseil), je crois.

Mar. Pas plus qu'à le donner en a souffert votre âme (IV, Tart. 701). Je vous avertis de n'aller pas vous faire plus jeune que vous êtes (VII,

114, Av. II, v). ... Si je ne recueillois pas plus de fruit de mon jardin, que j'en re

cueille de mon amour (VIII, 577, Escarb. iv, Billet de M. Tibaudier). M'accable derechef la haine du cagot,... Plus méchant mille fois que n'est un vieux magot (IX, 583, Bouts-rimés). Plutôt qu'un bout-rimé me fasse entrer en danse! (ibid.). Après avoir passé ici pour autre que ce que vous êtes (VIII, 472, Scap.

II, vi). Avant que vous parliez (II, D. Garc. 1690), Devant que les chandelles soient allumées (II, 91, Préc. ix). Il ne faut point douter qu'il fera ce qu'il peut, Et s'il a de l'argent, qu'il pourra ce qu'il veut (I, É1.705 et 706). A moins que par un acte on y renonce exprès (III, Éc. d. f: 1075). Cf.

A Moins que..., au Lexique, où dans aucun des exemples cités et indi

qués il n'y a ne; voy. la note au vers 1518 des F. sav. Et j'aurois peur qu'on ne vous crût pas sage, Si de quelqu'un vous étiez écouté (VI, Amph. 610) J'ai peur qu'on ne nous écoute (VI, 511, G. D. I, 11). J'ai bien peur que ses yeux resserrent votre chaîne (I, Dép. a. 1990).

Voy. à Peur d'autres exemples, avec et sans ne, de j'ai peur que..., et,

sans ne, de de peur que.... Et ne craignez-vous point qu'on puisse...? (II, D. Garc. 990.) (Qui rit d'autrui) Doit craindre qu'en revanche on rie aussi de lui (III, Je craindrois que peut-être...

[Ẻc, d. f. (6). A quelques yeux suspects tu me fisses connoitre (III, Fách. 612). Ne crains pas que ton art, par ta main découvert, A marcher sur les pas tienne un chemin ouvert (IX, Val-de-Gr. 190). Pour moi, je ne crains pas que je vous importune (III, Fach. 695). ... De son esprit j'ai trop bon témoignage, Pour craindre qu'il prononce à mon désavantage (III, Fách. 400).

• Ici, dit Auger, la négative n'est pas exprimée avant craindre; mais elle est dans le sens, et cela suffit pour qu'elle ne doive pas accompagner le second verbe. La phrase équivaut à celle-ci : Ayant bon témoignage de son esprit, je ne

crains pas qu'il prononce à mon désavantage. go Construction de phrases négatives. Il y a là vingt gens qui sont fort assurés de n'entrer point (III, 410,

Impr. in). Faire un mauvais pas peut-il procéder d'autre chose que de ne savoir

pas danser? (VIII, 57, Bourg. g. I, 11.) En cet endroit Alceste paroit tout rêveur et semble n'entendre pas

qu'Oronte lui parle (V, 458, Mis. j. de sc. après le v. 261). Et l'on ne doit jamais jurer sur de tels cas De ce qu'on pourra faire ou bien ne faire pas (III, Éc. d. f. 58). ... Qu'il me soit permis de ne le savoir pas (IX, F. sav. 282; cf. 653).

Voy. pour la même construction, l'infinitif étant place entre ne et pas : I, ::. 150g, 1595; I, Dép. a. 1614; II, Sgan. 467; III, Éc, d. f. 186, 839, 1533; l'infinitif étant entre ne et point : V, 248, Sic. vı; VI, 564, 581, G. D. II, VIII

et III, vı; II, Éc. d. m. 6, 66, 231; IV, Tart. 1698; IX, F. sav. 29, 657, 1746. C'eût été y prendre part que de ne s'y pas opposer (V, 149, D. Juan,

III, u). (Il nous faut)... du nom de vertu ne lui point faire peur (II, Éc. d. m.

182; cf. IX, F. sav. 992, 1355, 1517). ... J'ose maintenant vous conjurer, Madame, De ne vouloir tenter nul effort sur ma flamme De ne point essayer à rappeler un cæur... (IX, F. saav. 152, 153).

Ne faites pas semblant de rien (VI, 561, G. D. II, vill, et VIII, 208,

Bourg. g. V, vi: notes). Je n'ai

pas

voulu faire semblant de rien (II, III, Préc. XIV). [D, I, 11). LUBIN (paysan ridicule). Je vais faire semblant de rien' (VI, 514, G. Il est bon quelquefois de ne point faire semblant d'entendre les choses

qu'on n'entend que trop bien; et j'ai fait sagement de parer la déclaration d'un desir que je ne suis pas résolu de contenter (V, 313, Am.

méd. I, v). Je n'entends point que vous ayez d'autres noms que ceux... (II, 67,

Préc. Iv) Je n'entends pas que vous fassiez de dépense (VII, 268, Pourc, I, vi). Je n'entends point les perdre les cinquante pistoles), et prétends le

guérir en dépit qu'il en ait (VII, 286, Pourc. II, 1). Je ne prétends point me défendre, ni vous nier les choses, puisque vous

les savez (VI, 580, G. D. III, vı). Au reste, je ne prétends pas que vous preniez d'autre logis que le mien

(VII, 259, Pourc. I, iv : note). Je vous déclare que je ne prétends point qu'il se marie, qu'au préalable

il n'ait satisfait à la médecine (VII, 288, Pourc. II, 11). Je ne prétends pas qu'on me fasse passer la plume par le bec (VIII, 505,

Scap. III, v : note). Et je ne prétends point vous voir rien ménager (V, Mis, 1640). Ne veuillez point nier les choses davantage (VI, 62, Méd. m.l. Í, v: note). Ne voulez-vous pas que je me réjouisse avec vous d'un si bel assem

blage? (VI, 78, Méd, m. I, II, 11.) Je la veux battre, si je le veux, et ne la veux pas battre, si je ne le veux

pas (VI, 43, Méd, m.l. I, u). On ne s'en lève pas, si l'on veut, de dessus son siège (VIII, 572,

Escarb, 11). On ne se lève pas pour cela....
Il est très assuré... qu'il ne faut plus que je songe à faire de comédie

(IV, 394, Tart. 2° Plac.).
Dois-tu ne te pas croire indigne de la vie,
Après t'être souillé de cette perfidie? (II, Sgan. 389.)
Aux menaces du fourbe on doit ne dormir point (IV, Tart, 1699).
Allez, j'étois trop dupe, et je vais ne plus l'être (V, Mis. 1703).

S'il étoit vrai qu'on pût ne s'en souvenir pas (Vi, Amph. 950). 8. Ne... que :

Voy. le Lexique à Que (p. 357 et 358).
Ils n'ont rien que les grands seigneurs à me reprocher (VIII, 149, Bourg.

g. III, XIV : note). Ils ne font que me reprocher sans cesse....
Et n'est-il pas coupable, en ne s'assurant pas
A ce qu'on ne dit point qu'après de grands combats? (V, Mis. 1407.) Cf. :
Et n'est-il pas coupable alors qu'il ne croit pas

Ce qu'on ne dit jamais qu'après de grands combats (II, D. Garc. 81). 9° Non plus que, non plus, non pas, non :

CLÉAnthis. Tu ne te souviens point du tout de la manière
Dont tu m'as su traiter, étant venu du port ?
Sosie. Non plus que rien (VI, Amph, 1114 : note).
Point d'épaules non plus qu'un lièvre... (III, Fách. 529).

Les véritables savants... ne se sont point encore avisés de s'offenser
du Docteur de la comédie..., non plus que les juges... de voir Trive-

lin... (II, 51, Préc. Préf.). C'est votre femme que veux dire; et non plus que l'entêtement de la

médecine, je ne puis vous souffrir l'entêtement où vous êtes pour elle

(IX, 426, Mal, im. III, xı). ... A lại, non plus qu'à son Laurent,

Je ne me fierois, moi, que sur un bon garant (IV, Tart. 71).
Mes frères, non plus que votre père, ne sont pas assez raisonnables pour...

(VIII, 557, Escarb. 1). Voilà de mes damoiseaux flouets, qui n'ont non plus de vigueur que des

poules (VII, 80, Av. I, iv). De ces gens... qui ne font non plus de conscience de tuer un homme que

d'avaler un verre de vin (VIII, 457, Scap. II, v). Il ne sera pas dit qu'en un fait qui me touche Je ne me sois non plus remué qu'une souche (I, Ét. 1204). Hé bien! Monsieur tout court, et non plus Monsieur de Sotenville, j'ai à vous dire

que ma femme me donne... (VI, 518, G. D. I, iv): LA COMT. Laissez-là votre Criquet, bouvière, et appelez laquais. ANDRÉE.

Laquais donc, et non pas Criquet, venez parler à Madame (VIII, 565, Il falloit de son père implorer le pouvoir,

Escarb, 11) Et non pas recourir à cette lâche feinte (I, Dép, a. 997). ... C'est à votre père Qu'il vous faut obéir, non pas à votre mère (IX, F. sav. 1594). Il lui faut un mari, non pas un pédagogue (IX, F. sav. 1658). Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes, et non pas de leurs

maladies (IX, 400, Mal. im. III, 11; voy. I, Dép. a. 1682; IX, F. sav. Je vois, je vois de vous, non pas pour votre gloire,

(1294). Ce que jusques ici j'ai refusé de croire (IX, F. sav. 1919). Lél. Nous avons fait la paix. Masc. Oui, mais non pas pour nous (I, Ét.

1129). L'autre un peu plus heureux, mais non pas moins infâme... (Éc. d. f. 27). Cette fille, que je trouvai belle à la vérité, mais non pas tant qu'il vouloit

que je la trouvasse (VIII, 415, Scap. I, 11). Tout ce que vous m'avez dit, je l'aime bien mieux une feinte, que non

pas une vérité (IV, 214, Pr. d'É. V, 11). *Vertu non pas de ma vie ! Pour cette exclamation, voy. le Lexique à Vie. Par la mort non de diable! si j'étois... (IX, 403, Mal. im. III, 111 : note). Les envieux mourront, mais non jamais l'envie (IV, Tart. 1666). Non ferai, de par tous les diables (VII, 188, Av. V, m : note). Je n'en

ferai rien. Lél. Gage qu'il se dedit. Léan. Et moi gage que non (I, Ét, 1029). M. JOURD. J'en suis sûr. MME J. Et moi, je suis sûre que non (VIII, 110,

Bourg. g. III, in). ... A vous faire connoître s'il dit vrai, ou non (IX, 293, Mal, im. I, rv). Et pour tout dire enfin, jaloux ou non jaloux, Mon roi, sans me gêner, peut me donner à vous (II, D. Garc. 1870). Valère a votre foi : la tiendrez-vous, ou non? (IV, Tart. 424.) (Je)... ne vais point chercher, pour m'estimer heureux, Si Mascarille ou non s'arrache les cheveux (I, Dép, a. 76). Si Mascarille,

oui ou non, s'arrache.... A me suivre tous ici — Votre ardeur est non commune (VII, 336, Pourc.

III, vıı). Voy. au Lexique : NOMPAREIL et non Pareil. Riche, à ce qu'on m'a dit, mais des plus sensés, non (III, Éc. d. f. 330). C'est à vous, non à moi, que sa main est donnée (IX, F. sav. 1089). C'est ma femme, et non la vôtre (VI, 43, Méd. m. l. I, 11). Je vis de bonne soupe, et non de beau langage (IX, F. sav.531). (Avec ce beau feu) On aime pour aimer et non pour autre chose (IX, F. sav.

'. 1210). MME JOURD. N'irez-vous point l'un de ces jours au collège vous faire

donner le fouet ?... M. J. Pourquoi non? (VIII, 104, Bourg. g. III, 1.)

Voy. II, Éc. d. m. 921; IX, 395, Mal. im. III, i. MARIN.... Ce

que

j'en ai dit, n'est pas que je vous presse. GR.-René, Oh! que non! (1, Dép, a. 171.)

[... Un trait] Dont il faut hautement que mon amour se venge.
Non pas que cet amour prétende encore à vous :
Tout son feu se résout en ardeur de courroux... (I, Dép. a. 1687).
... Je me vis contrainte à demeurer d'accord (Que...,)
Et
que,

si vous vouliez, tous vos déportements
Pourroient moins donner prise aux mauvais jugements.
Non que j'y croie, au fond, l'honnêteté blessée :
Me préserve le Ciel d'en avoir la pensée! (Mais...) (V, Mis. 905).
M. JOURD. Il n'y a que la prose ou les vers ? M DE PHIL. Non, Monsieur :

tout ce qui n'est point prose est vers; et tout ce qui n'est point vers est prose (VIII, 89, Bourg. g. II, iv). Moron. Il ne faut que cela pour te plaire ? Philis, Non (IV, 195, Pr. d'É. IV, 11).

Dans cette réponse de Philis à Moron, elle acquiesce à une proposition négative où est employé un tour elliptique équivalant à : Il ne faut pas autre chose que cela... ? Aujourd'hui, avec la même intention, mais prenant ne... que comme simplement synonyme de seulement (Il faut seulement cela...?), on ré

pondrait plutôt par oui. Voyez le Lexique du Corneille, tome II, p. 114, à Je ne m'apaise pas, non, si facilement (I, Ét. 1117).

(Nor.) Certes Monsieur Tartuffe... N'est pas un homme, non, qui se mouche du pied (IV, Tart. 643). Voy.

au Lexique une semblable construction de Oui. Alc. La résolution en est prise, vous dis-je. Phil. Mais, quel que soit ce coup, faut-il qu'il vous oblige... ? Alc. Non : vous avez beau faire et beau me raisonner, Rien de ce que je dis ne me peut détourner (V, Mis, 1483). Henk. Quel conte! Clit. Non, je dis la chose comme elle est (IX, F.

sav. 269). Non, il n'est rien qui puisse effacer de mon cæur les tendres témoi

gnages... (VI, 268, Sic. xII). Non, non, à trop de peur mon âme s'abandonne (II, Sgan, 250). Voy.

encore non, non : İ, Ét. 1040, 1073; IX, F. sav. 324, 355. M. DE Sot. Suis-je connu de vous? Clit. Non pas, que je sache, Mon

sieur (VI, 525, G. D. I, v). D. PÈDRE. Vous savez qui étoit... ? Isid. Non pas; mais... (VI, 246, Sic.

vi; cf. V, Mis. 263). 10° Ni :

Voy. plus loin, à la fin de 11°, des phrases où et a été préféré à ni. Thom. Diar. Ne plus ne moins que la statue de Memnon rendoit un son

harmonieux... (IX, 351, Mal, im. II, v). Mart. (Je veux un mari) Qui ne sache A ne B... (IX, F. sav, 1669 : note). Les gens de mon minois ne sont point accusés D'être, grâces à Dieu, ni fourbes ni rusés (I, Dép. a. II et 12). Pierr. Moi, je n'ai point esté ni fou, ni estourdi (V, 105, D. Juan, II, 1). Cela n'est pas capable ni de convaincre mon esprit, ni d'ébranler mon

âme (V, 192, D. Juan, V, 11). Ce même Sostrate qui n'a pas craint ni Brennus, ni tous les Gaulois

(VII, 391, Am, magn. I, 1). (Vous n'êies pas) Àu temple, au cours, chez vous, ni dans la grande place (I, Dép. a. 88). Nous ne sommes plus sots, ni mon maître, ni moi (I, Dép: a. 335). ... Une fille enfin n'est ni caillou ni bois (I, Dép. a. 1076). Je n'ai que faire ni d'air ni de chanson (II, 61, Préc. iv). Jamais son visage ne s'est paré de plus vives couleurs, ni ses yeux ne se

sont armés de traits plus vifs et plus perçants (IV, 182, Pr. d* É. III, n). Ils ne sauroient quitter les soins de leur métier, Pour aller chaque jour fatiguer ton portier,

« PrécédentContinuer »