Images de page
PDF
ePub

L'on s'en va vous mettre en lieu où l'on me répondra de vous (VI, 118,

Méd, m. I. III, X). Il est en lieu dont je réponds (VII, 202, Av. V, vi). (Faut-il) Qu'en théâtre public nous nous jouions nous-mêmes ? (III,

Fách, 24 : note.) Et l'on verra qui rit avec meilleure grâce (I, Dép. a. 81). Et je parle d'un vieux Sosie... Qu'avec très grande barbarie, A l'heure du diner l'on chassa de céans (VI, Amph. 1789). De semblables séparations ne se font pas sans grand scandale (VI,

591, G. D. III, vii). Cf. Sans bonne et juste cause (I, Dép. a. 66). Et vous, qui lui donnez de si douce manière Votre main à baiser... (VI, Mėlic. 475). Tout se soutient d'égale force en lui (VI, 600, Gr, Div. Roy.). ... Je ne saurois qu'avec douleur très forte... (I, Ét, 533). (m. I. II, 1). Est-elle en état maintenant qu'on s'en voulût charger...? (VI, 70, Méd.

Parler avec franchise entière (III, Fách. 287). Commander avec pleine puissance (IX, F. sav. 144!). [11] vient, avec douce manière... (IV, Tart. 1725). Il sait, de traitresse manière, se faire... (ibid. 1885). Un carrosse fait de superbe manière (III, Fâch. 95). Parlons d'autre façon (VI, 60, Méd. m. l. I, v). Se parler d'autre manière (VI, 236, Sic. 11). Vivre d'autre sorte (VIII, 105,

Bourg. g. III, 11). Voy. plus loin, p. xc et xci, AUTRE employé sans article. 3° Non-emploi de l'article indéfini dans divers tours et dans des locu

tions. Votre fils a la fièvre, ou jambe, ou bras cassé (I, Dép. a. 666). Feu Monsieur mon mari,... qui avoit meute de chiens courants... (VIII,

571, Escarb. 11). Heu! que parlez-vous là de faute et de Lucile (I, Dép. a. 877). Il y a manière de faire sentir aux auditeurs les beautés d'un ouvrage (II,

93, Préc. 1x). J'entre ici librement; mais entre cavaliers telle liberté est permise (VI, M'auroit-on joué pièce et fait supercherie? (I, ÉL, 616.) (205, Sic. xii). ... Le franc scélérat avec qui j'ai proces (V, Mis. 124). Le marchand flamand qui, avec les autres créanciers, a obtenu... sen

tence contre vous (VII, 303, Pourc. II, vī). (Souffrez)... qu'en votre amitié je vous demande place (V, Mis. 274). Une marque certaine) D'avoir meilleure part au cæur de Célimene (V,

Mis. 842). Tous les peuples policés... Sur ce fait tiennent loi semblable (VII,

318, Pourc. II, xı). Il me sied bien, ma foi, de porter tête grise... ! (I, Ét. 631.) Ton argent court grand risque (III, 412, Impr. 11). (De dures atteintes) Qui sur l'état prochain de leur condition Leur font faire à regret triste réflexion (I, Él. 134). J'ai l'autre côté, en tout cas, d'où je suis assurée de tirer boune ré

compense (VII, 120, Av. II, v). Ah, ah! je trouve ici bonne compagnie, et je vois bien qu'on ne m'y

attendoit pas (VIII, 165, Bourg. g. IV, 11).
Mais, sans vous fatiguer de ma cérémonie,
Je m'en vais vous donner meilleure compagnie (V, Mis. 1034).
Mais l'homme pour s'asseoir a fait nouveau fracas (III, Fach, 29).
L'un sur vous à vos sens donne pleine victoire (IX, 581, Quatrains).
Si par là nous pouvions perdre notre rival,
Et que Léandre enfin...
Nous laissat jour entier pour ce que je médite... (I, Él. 932). Voy. le

Lexique à JOUR (p. 95, 18° 1, avant la fin).
Je vous dois entière obéissance (VIII, 203, Boury. z. V, v).

Mais à l'offre des võux d'un amant dépité
Trouvez-vous, je vous prie, entière sûreté? (IX, F. sav. 110.)
Ah! c'est malaisément qu'en pareille matière
Un caur bien enflammé prend assurance entière (III, Fach. 128).
(Moi, qui... ai) Montré toujours pour elle entière complaisance (II, Éc.
(Il nous enseigne) A donner au sujet toute sa vérité, (d. m. 984).
A lui garder partout pleine fidélité (IX, Val-de-Gr. 102).
Il y a grande différence de vous à nous (VI, 517, G. D. I, iv).
Il y a grande différence; et ce qui sied bien à un sexe ne sied pas bien

l'autre (IV, 186, Pr. d'É. III, 1v). Jamais, certes, jamais plus beau commencement N'eut en si peu de temps plus triste événement (I, Él. 833 et 834). J'ai peur que votre effort n'ait pas trop bonne issue (IX, F. sav. 1421). ... De son esprit j'ai trop bon témoignage, (Pour craindre que...) (IIÍ, J'ai bon maître (VI, Amph, 307 : note).

(Fach. 399). Parbleu! si grande joie à l'heure me transporte... (II, Sgan. 482). Ah! n'aye point pour moi si grande indifférence (I, Ét. 679). Comme l'esprit a grand empire sur le corps (V, 346, Am, med. III, vi;

cf. V, Mis. 346). Voy. à PUISSANCE (F. sav. 239). (Notre rivalité) N'est pas pour en venir à grande extrémité (I, Dép. a. Je n'ai pas grande habileté (VI, 261, Sic. xi).

(248). Je n'ai pas grande faim de mort ni de blessure (I, Dép. a. 1501). Et surtout la figure a merveilleuse grâce (III, Fach. 191). Son air est de franche coquette (VII, 161, Av. IV, 11). On lui dit que la fille, quoique sans bien et sans appui, est de famille

honnête (VIII, 418, Scap. I, 11). (Elle vous diroit bien)

Qu'elle n'est point d'âge à lui donner ce nom (IV, Tart. 176). Hier j'étois chez des gens de vertu singulière... (Ý, Mis. 885).

Voyez encore plus loin, p. xc et xc, AUTRE employé sans article.

III.

DE PARTITIF ET ARTICLE PARTITIF.

A. – Emploi des mots partitifs.
Voy: aussi au Lexique (article De, 7°) d'autres exemples de tous les emplois

ci-après énumérés. 1 De devant un nom au singulier. Je n'ai point d'autre pensée, d'autre but, d'autre passion que d'être à

vous (VI, 267, Sic. xii). Pour Dieu, ne prenez point de vilaine figure (I, Ét. 603). L'on n'en voit point de si fière qui ne s'applaudisse... des conquètes

que font ses yeux (VI, 247, Sic. vi : note). Je m'intéresse, comme je dois, à ne vous point laisser faire de folie

(IX, 304, Mal. im. I, v). Il ne faut plus que je songe à faire de comédie (IV, 394, Tart. 2. Plac.). Enflammé d'un objet qui n'a point de défaul... (I, Ét. 753). Des libertés où l'on s'abandonne sans y penser de mal (VI, 582, G. D. III, vi).

Sans faire de tort à vos beaux sentiments (IX, F. sav. 1228). Il étoit bon... de ne point chercher de noise avec lui (VII, 458, Am. Ce sont des gens qui n'entendent point de raison (VIII, 479, Scap. II, Vous n'aviez point de soif qu'alors qu'elle buvoit (I, Ét. 1518). (vr). Monsieur, je n'ai plus de faim (V, 187, D. Juan, V, viii).

Cf. : « Je n'ai pas soif » (ibidem). Voy. plus loin « J'ai de la faim ». Je... ne saurois y prendre de plaisir (VIII, 576, Escarb. iv).

magn. V, 1).

Des projets de mon cæur ne prenez point d'alarme (IX, F. sav. 287). Les sens n'ont point de part à toutes leurs ardeurs (des belles âmes]

(IX, F. sav. 1203). N'avez-vous point de honte avec votre mollesse? (IX, F. sav. 659.) ... De sa trahison je ne fais plus de doute (II, Sgen. 125).

Et jamais de son cæur je n'aurai de pardon (V, Mis. 1515). 29 De devant un nom au pluriel, sans adjectif, ou devant des adjectifs

au pluriel sans nom exprimé.
Pour moi, je n'en fais point de façons... (V, Mis. 1191).
N'ayant d'enfants qu'une fille (IX, 393, Mal, im. III, 1).
Il y a deux mailles de rompues (VIII, 92, Bourg. g. II, v).

Il va vous en conter de belles (VI, 588, G. D. III, vir).
3. De devant un nom au pluriel et accompagné d'un adjectif.
... J'aime mieux n'avoir que de communs propos,

(1060). Que de me tourmenter pour dire de beaux mots (IX, F. sav. 1059 et Et nous étions, ma foi! tous deux de verts galants (IX, F. sav. 347).

De est employé ici, dans l'édition originale et dans celle de 1682, bien qu'on y ait, de l'adjectif laissé sans accord et du nom, fait nn mot composé : vert

galants. Sont-ce des hommes, que de jeunes blondins? (VII, 116, Av. II, v.) Depuis huit jours entiers... Nous sommes à piquer de chiennes de mazettes (II, Sgan. 218). Voyez à

DE, p. 273, vers le milieu. Il y a de certains impertinents au monde qui... (VI, 95, Méd. m. I, II,

v). Voyez, aux PRONOMS ET ADJECTIFS INDÉFINIS, d'Aucuns, d'Aucunes. 4* De devant un nom précédé d'un adjectif démonstratif ou possessif. Ce sont là de ces sortes de choses qui ne se peuvent payer (II, 86,

Préc. 1x). Voilà de mes damoiseaux flouets, qui n'ont non plus de vigueur que

des poules (VII, 80, Av. I, iv). Je garde... de leurs billets, qui peuvent faire voir... (VIII, 572, Escarb. 11). Elle [l'antiquité) nous apprendra que de ses plus grands hommes, et des

premiers en dignité, ont... (IV, 380, Tart, Prél.). 5. Des devant un nom au pluriel, accompagné d'un adjectif, ou devant

un adjectif au pluriel sans nom exprimé. ... S'appuyant toujours sur des hauts sentiments.... En passant... par des sourdes pratiques (II, D. Garc. 986, 989). Il donna des sensibles marques de sa peur (IV, 160, Pr. d'É. Interm. II,

Argum.). Il est des amours emportés aussi bien que des doucereux (III, 347, 6. Du, de la.

(Crit. vi). C'est du bon-chrétien qui est fort beau (VIII, 574, Escarb. 1). On y voit venir du beau monde, qui... (VIII, 572, Escarb. 11). Ces Messieurs du bel air, qui ne veulent pas que le parterre ait du sens

commun (III, 334, Crit, v; voy. IX, F. sav. 1343). Cela me fait du plaisir (V1, 548, G. D. II, 11); Il est à mon amour arrivé du malheur (III, Éc. d. f. 859). Toujours j'aurai du dessous avec elle VI, 565, G. D. II, vil : note). Elle attache du crime au pouvoir qu'ils n'ont pas (V, Mis. 864). (C'est... un homme) qui croiroit du crime à les vouloir examiner (ses

règles) (IX, 398, Mal. im. III, in : note). On m'en apprit un tout à fait joli (un air).... La.... Comment est-ce

qu'il dit?... Il y a du mouton dedans (VIII, 53, Bourg. g. I, ). Voilà bien du préambule (IX, 393, Mal. im. III, 1).

LEX. DE M.

B

C'est une chose admirable, que tous les grands hommes ont toujours

du caprice, quelque petit grain de folie mêlé à leur science (V1, 51,

Méd. m.l. , iv). Un homme, sans avoir du caur, est sûr de tuer son homme (VIII, 73,

Bourg. g. II, 11). Ayons du cœur dont nous soyons les maîtres, une valeur qui n'ait rien

de farouche (V, 155, D. III, 1v). Ayons un courage dont.... J'explique du latin (VI, 567, G. D. III, 1). Je vous prie de lui enseigner du latin plus honnête que celui-là (VIII,

588, Escarb. yır); C'est que j'ai de l'amour qui n'oseroit paroitre (I, Dép: a. 524). Cf. : Je vous présente des poires de bon-chrétien pour des poires d'angoisse,

que vos cruautés me font avaler tous les jours (VIII, 578, Escarb. iv,

Billet de Tibaudier). ... Le secret ne dure guère, Madame, quand c'est de l'amour (VIII, Psy. Quand de l'amour, quand l'amour est le secret.

[334 : note). Vous êtes entré dans une famille qui vous donnera de l'appui (VI, 538,

G. D. 1, vi; cf. I, Ét. 309). Mais à tant différer je me fais de l'effort (I, Ét. 1305). Ne m'est-ce pas de l'honneur, de prêter de l'argent à un homme de cette condition-là ? (VIII, 109, Bourg. g. III, 1.)

(v). Je suis bien aise de savoir que vous avez de la langiie (VI, 554, G. D. II, Il n'a justement de la force que pour porter son mal (IX, 403, Mal, im.

IIL, In). LÉL. J'ai de l'inquiétude, et non pas de la faim. Gr.-Ren. Et moi, j'ai de la faim, et de l'inquiétude (De voir...) (II, Sgan.

244 et 245). Andrés et Trufaldin) Ont à les décharpir eu de la peine assez (I, Ét.

1949; cf. 230, et voy. à De au Lexique, p. 271, fin de a). C'est ne se point commettre à faire de l'éclat... (1, Ét. 1181).

Du bruit, du scandale, un éclat. Pour savoir quand il y a de la lune et quand il n'y en a point (VIII,

84, Bourg. g. II, 1v). (Je)... vois de la justice au transport qui t'agite (III, Fach. 339). Ce que vous demandez a-t-il de la justice? (V, Mis. 1650.) Quoi? écouter impudemment l'amour d'un Damoiseau et y promettre

en même temps de la correspondance! (VI, 515, G. D. I, 111.) Vous allez me voir) Montrer que c'est à tort que sages on nous nomme, Et dans tous les cæurs il est toujours de l'homme (V, Mis. 1756). [Ton ouvrage nous dit] Par quels coups de pinceau formant de la rondeur Le peintre donne au plat le relief du sculpteur (IX, Val-de-Gr. 177). Faisant briller partout de la diversité (IX, Val-de-Gr. 133). Il faut qu'il y ait de la subordination dans les choses.... Il y a bien de la

différence de ces lieux-là à tout ceci (VIII, 570, 571, Escarb, 11). M. DE Sot. Vous me paroissez tout troublé. G, DAND. Aussi en ai-je du sujet (VI, 516, G. D. I, iv).

Voy. au Lexique : Prendre pour de l'ARGENT comptant; montrer de l'ATTACHEMENT pour..., n'avoir de l'ATTACHEMENT que pour...; porter de l'INCOMMODITÉ à...; prendre de l'OMBRAGE.

que

7° Des.

Un clystère... inventé et formé dans toutes les règles de l'art... et qui

devoit faire dans des entrailles un effet merveilleux (IX, 407, Mal. im. III, v).

Un clystère dont la seule composition était admirable, et qui, introduit dans des entrailles, devait faire... Dans l'exercice de la chasse, qu'elle aimoit fort, et dans d'autres jeux,

comme des courses de chars et semblables magnificences (IV, XIX,

143, Pr. d'É. I, Argum.). Ils n'ont des livres et des bancs Que pour Mesdames les grisettes (VIII, 212, Bourg. g. Ballet des Nat.). Ne me cherchez point des crimes dans les injustes craintes d'une

fâcheuse prévoyance (VII, 54, Av. I, 1). Voy. à Chercher (p. 180, 1. 8). Je ne pense qu'à elle, je ne fais des songes que d'elle (VIII, 127, Bourg.

g. III, ix : ainsi faut-il lire, et non, comme il y a par faute à De,

p. 267, 3°, 9o exemple : « je ne fais de songes que d'elle »). Parce... que l'on dépend de parents qui n'ont des yeux que pour le

bien (pour la fortune) (VI, 576, G. D. III, v). Monsieur et Madame de Sotenville sont en des habits de nuit (VI, 587, Un de ces importuns et sots officieux

(G. D. III, vii, j. de sc. Qui ne sauroient souffrir qu'on soit seule en des lieux, Et viennent aussitôt... Vous donner une main contre qui l'on enrage (III, Fách. 242). Ce n'est point à des avocats qu'il faut aller qu'il faut s'adresser) (IX,

3I4, Mal, im. I, VII). Les comédiens ont fait un petit intermède de la réception d'un méde

cin, avec des danses et de la musique (IX, 437, Mal. im. III, xiv). Est-ce être homme d'honneur de former des desseins Pour m'épouser de force en m'ôtant de vos mains? (II, Éc, d. m. 621.) Conter des fleurettes (VI, 269, Sic. xii).

(Le mari) Sur les gains qu'elle fait rend des grâces à Dieu (III, Éc. d. f. 8. D'un.

[4a). Et joignant à cela d'un vin que l'on ménage... (VI, Amph. 501). Il veloit li bailler d'eune certaine drogue que l'on appelle du vin ametile (VI, 102, Méd. m. l. III, 11).

B. Non-emploi des mots partitifs. 1° Non-emploi de des ou de de devant des noms servant d'attributs

après ce sont. Ce sont hardes qui m'appartiennent (VIII, 497, Scap. III, 11). Ce sont gens vêtus en Maures (VI, 275, Sic. xix). Le Not. Ce sont gens de difficultés, et qui sont ignorants des détours

de la conscience (IX, 34, Mal. im. I, VII). Ce sont petits chemins tout parsemés de roses (IX, F. sav. 816). Ce sont faits inouïs, grand Roi, que tes victoires! (IX, 584, Sonn, au R.) Ce sont charmes pour moi que ce qui part de vous (IX, F. sav. 714). Ce sont coups du hasard (III, Éc. d. f. 13). Ce sont emportements d'une jalouse rage (IX, F. sav. 388). Ce ne sont point du tout fanfarons de vertu (IV, Tart. 388). Ce sont toutes façons dont je n'ai pas besoin (IV, Tart. 4; 'voy. Tout).

Voyez d'autres exemples aux PRONOMS DÉMONSTRATIFS (CE, ce sont...). 2° Non-emploi de mots partitifs dans des phrases et locutions diverses

Ignorant et sot sont termes synonymes (IX, F. sav. 1998).
Nos pères sur ce point étoient gens bien sensés (IX, F. sav. 577).
Tous les vices à la mode passent pour vertus (V, 193, D. Juan, V, 11).
(Je vois ces défauts) Comme vices unis à l'humaine nature (V, Alis

. 174). Èlle eût été brisée en morceaux comme verre (IX, F. sav. 1970). ... Vingt fois, comme ouvrag s pouveaux, J'ai lu des vers de vous qu'il n'a point trouvé beaux (IX, F. sav. 1155). ... Par sottes raisons votre jeune cervelle Voudroit régler ici la raison paternelle ? (II, Sgan. 5.) Oui, je te soutiendrai par vives raisons que tu es un ignorant (IV, 31,

Mar f. 1v).

« PrécédentContinuer »