Images de page
PDF
ePub

Est-ce moi qui vous quitte, ou vous qui me chassez ? (IX, F. sav. 1188.)
Je m'appelle Léandre, qui suis amoureux de Lucinde, que vous venez

de visiter (VI, 94, Med.m.l, II, v).
Sosir. Enfin ce moi qui suis chez nous,
Ce moi qui s'est montré mon maitre (VI, Amph. 818, 819 : note).
Je suis homme qui sais ma cour (VII, 408, Åm. magn. II, 1).
Je suis homme qui aime à m'acquitter le plus tôt que je puis (VIII, 114,
Bourg. g. III, 1v).

(IV, v). Un homme comme vous, qui savez comme il faut vivre (V, 179, D. Juan, Il faut qu'une personne comme vous, qui étes magnifique, et qui aves de

l'inclination pour les belles choses, ait un concert de musique chez

soi tous les mercredis (VIII, 66, Bourg. g. II, 1). Mais ce flegme, Monsieur, qui raisonnez si bien... (V, Mis. 167). Bois, prés, fontaines, fleurs, qui voyez mon teint blême (IV, 161, Pr. d'É. Traitre, de qui la langue à causer trop habile

(Interm. II, 1,. D'un père contre moi vient d'échauffer la bile, Qui me perds tout à fait... (1, Dép. a. 957-959). DANDIN (à ANGÉLIQUE). Ah ! crocodile, qui flatte les gens pour les étran

gler (VI, 582, G, D. III, vi). Et c'est toi que l'on veut qui choisisse des deux (VI, Mélic. 246 : note.) Hélas! ce n'est pas moi qui le connoit, Madame; C'est ma femme (II, Sgan. 361). Nous chercherons partout à trouver à redire, Et ne verrons que nous qui sache bien écrire (IX, F. sav. 926 : note). Ce ne seroit pas moi qui se feroit prier (II, Sgan. 68). Val. Je vous demande si ce n'est pas vous qui se nomme Sganarelle....

SAN. ... C'est moi qui se nomme Sganarelle (VI, 58 et 59, Méd. m.l. 1, v: note). CF. VIII, Psyché, vers 1471 (de Corneille).

Quelques lignes plus haut, p. 58, Valère a dit : « Monsieur, n'est-ce pas vous qui vous appelez Sganarelle? ... Que me diriez-vous, Monsieur, si c'étoit moi Qui vous eût procuré cette heureuse fortune? (I, Dép. a. 945.)

Trois vers plus loin on lit : (C'est moi)... qui vous ai produit ce favorable effet. Voy. plus loin à SYLLEPSE, XVII, C, le 3° et le 4* ex, avant la fin. F. – Non-accord de mots faisant partie de locutions.

Un autre pour une autre. Vivent les collèges d'où l'on sort si habile homme! (IX, 349, Mal. im. II, v.)

On lit Vive les collèges dans la plupart des éditions anciennes, les imprimeurs ayant considéré vive comme une exclamation invariable. Témoin les Turcs, par vous appelés hérétiques (I, Ét, 1499). MARINETTE. Vous m'avez fait trotter comme un Basque! (1, Dép. 1, 86.) Que maudit soit l'heure et le jour où je m'avisai d'aller dire oui! (VI, 36, Med. m. 1. I, 1.)

L'inversion explique ce défaut d'accord; voy., pour des cas analogues, la Remarque qui termine le § 64 de la Syntaxe française du xvno siècle de

M. Haase. Vous ne trouverez pas mauvais, s'il vous plait, la curiosité que j'ai eue de voir un illustre malade comme vous êtes (IX, 417, Mal. im. III, x).

Voyez la note 4 à la page citée : trouver mauvais est à considérer ici comme un composé inseparable et invariable, où mauvais fait corps avec le verbe et

Comparez, au tome I du Lexique de Mme de Sévigné, l'avant-dernier exemple de la page XXXVIII. - - Cf. A quoi Bon... cette grimace. * Célie est le premier qui... dit à son amant... (II, 205, Sgan. xxi, Argum.,

note a). Cf., tome VIII, p. 307, note 3, une variaute (chacun au lieu

reste neutre.

de chacune) au vers 767 de Psyché, lequel est de Corneille; mais voyez aussi, tome XI, p. 281, dernier alinéa, une Addition à la

page 438 du tome I. PIERROT. Deux autres... qui s'équiant sauvés tout seul... ¡V, 105, D. (Ce bon apôtre).

(Juan, II, 1). Qui veut m'en donner d'une et m'en jouer d'un autre 11, Ét 1560). ANGÉLIQUE. Le hasard nous a fait connoître il y a six jours, et... la

demande qu'on vous a faite est un effet de l'inclination que, dès cette première vue, nous avons prise l'un pour l'autre (IX, 295, Mal, im,

I, v). AGLAURE (à CIDIPPE].... Laissons parler mon chagrin et le vôtre, Et de nos cœurs l'un à l'autre Exhalons le cuisant dépit (VIII, Psy. 172 : note). Tenez, embrassez-moi : c'est un autre elle-même (II, Éc. d. m. 792). Cf.

le Lexique du Corneille, t. I, p. LXVIII, a'. Un autre auroit paru effroyable en l'état où elle étoit (VIII, 416, Scap. MARINETTE. Tu nous prends pour un autre (I, Dép. a. 1418 : note). [1, 11).

C'est un dessein qui seroit malhonnête Que de vouloir d'un autre enlever la conquête (IX, F. sav. 92). Je sais qu'il est rangé (Valère) dessous les lois d'un autre (I, Dép. a. 556 : note).

Voyez, tom. II, p. 281, dernier alinéa, une Addition à la note mentionnée, et le Lexique du Corneille, tome I, p. LIVI-LXVII. - · Comparez : DORI.... (D'un chacun elles blâment la vie,)... par un trait d'envie Qui ne sauroit souffrir qu'une autre ait des plaisirs Dont le penchant de l'âge a sevré leurs desirs (IV, Tart. 139; dans

l'édition de 1682 on lit un autre). Moron. Mais, Madame, s'il vous aimoit, vous n'en voudriez point, et

cependant vous ne voulez pas qu'il soit à un autre... La Princesse. Je ne puis souffrir qu'il soit heureux avec une autre (IV, 204, Pr, d'É.

IV, v : note). Mais il lui dit que si elle ne vouloit point qu'il fût à une autre, il falloit

qu'elle le prit pour elle (IV, 209, Pr. d’É. V, Argum. : note 8; il y

a dans plusieurs éditions anciennes « à un autre »). Cléon. Disposez-en (de nos cæurs) pour le trépas, Mais pour une autre que vous-même Ayez cette bonté de n'en disposer pas (VIII, Psy: 482). (1185). Cuit. Ce que vous refusez, je l'offre au choix d'une autre (IX, F. sav. Clit. Il n'est plus temps, Madame : une autre a pris la place (IX, F. sav.

1241).

XVII
SYLLEPSE OU ACCORD AVEC LA PENSÉE PLUTÔT

QU'AVEC LE MOT
A. Accord de l'adjectif et du participe se rapportant

au pronom On. MME JOURD. L'on ne devient guère si riches à être honnêtes gens (VIII,

146, Bourg. g. III, xır). L'AURORE. Ďans le temps où l'on est belle, Rien n'est si beau que d'aimer (IV, 132, Pr. d'É. Interm. I, 1). ANGÉLIQUE. Je les trouve bons de vouloir qu'on soit morte à tous les

divertissements (VI, 549, G. D. II, 11). ISIDORE. Quelque mine qu'on fasse, on est toujours bien aise d'être aimée

(VI, 247, Sic, vi).

Magd. Il s'y passe (à Paris] cent choses tous les jours qu’on ignore

dans les provinces, quelque spirituelle qu'on puisse être (II, 92, Préc.ix). GR.-R. Je prétends qu'on soit sourde à tous les damoiseaux (I, Dép, á.

1984). La Comt. On est servie à point nommé (VIII, 572, Escarb, 11).

Voy. encore l'adjectil au féminin, se rapportant à on : VI, Amph. 560 (Alcmène); V, Mis. 961, 1724, 1728 (Arsinoé); IX, F. sav. II (Armande), 313, 355

378 (Béline). Alc. Je veux... qu'en homme d'honneur

On ne lâche aucun mot qui ne parte du cæur (V, Mis. 35-36). B. – Accord de l'adjectif et du participe après un verbe à l'infinitif

sans sujet exprimé. ANGÉLIQUE. Il est fâcheux d’être contrainte d'oublier de telles injures

(VI, 592, G. D. III, vıı).
Is. Je suis bien malheureuse...
Qu'avecque tous mes soins pour vivre dans l'honneur...
Il faille être exposée aux fâcheuses surprises...! (II, Éc. d. m. 651.)
La Comt. Vive Paris pour être bien servie! (VIII, 569, Escarb. 11.)
... Les soins de paroitre belles
Se prennent peu pour les maris (III, Éc. d. f. 764).
Amph. C'est trop être éludés par un fourbe exécrable!
Il faut, avec ce fer, rompre l'enchantement (VI, Amph. 1629).

C. Accord après des noms ou pronoms collectifs.
La grande ambition des femmes est... d'inspirer de l'amour.... Et l'on

n'en voit point de si fière qui ne s'applaudisse... des conquêtes que font ses yeux (VI, 247, Sic. vi : note).

Le pronom en, quoique précédé du pluriel femmes, représente ici très correctement le singulier : « l'on ne voit pas de femme, aucune femme si fière »

Comparez l'exemple suivant :
Comme l'amour ici ne m'offre aucun plaisir,

(1491).
Je m'en veux faire au moins qui soient d'autre nature (VI, Amph. 1490,
Ce que je vous dis là ne sont pas des chansons (III, Éc. d. f. 729).
Tout ce qu'il y a d'agréable sont effectivement les idées qui ont été prises

de Molière (III, 425, Impr. v : note). Cependant la plupart ont peine à s'y soumettre (III, Éc. d. f. 187). La plupart des verlus nous seroient inutiles (V, Mis, 1566). Comme une grande partie des graces qu'on y a trouvées dependent de l'ac

tion et du ton de voix... (II, 47, Préc. Préf.). Une grande partie des choses que j'aurois à dire sur ce sujet est déjà dans

une dissertation... (III, 158, Éc, d. f. Préf.). Et comme je ne vois nul genre de héros Qui soient plus à priser que les parfaits dévots... (IV, Tart. 356). Cf. : Je la trouve (la médecine), entre nous, une des plus grandes folies qui soit parmi les hommes (IX, 396, Mal. im. III, 1).

[III, 1). C'est une des grandes erreurs qui soit parmi les hommes (V, 136, D. Juan, Une troupe de personnes affligées y viennent déplorer sa disgrâce [de Psychel.

Une partie de cette troupe désolée témoigne sa pitié par des plaintes..., et l'autre exprime sa desolation par une danse... (VIII, 297, Psy.

I“ Interm.). Une troupe de Polichinelles et de Matassins vient joindre leurs plaisanteries

et leurs badinages aux divertissements de cette grande fête.... Mars vient..., suivi de sa troupe guerrière, qu'il excite à profiter de leur loisir... (VIII, 382, 383, Psy. Livret de 1671).

D.

Pronoms accordés avec des mots qu'on a dans l'idée;

il, ils, eux, rapportés à personne, gens. Où va-t-elle, où va-t-elle? que veut-elle faire, cet oison bride? (VIII,

563, Escarb. 11.) Une personne de qualité... trouva le projet assez à son gré, non seule

ment pour me solliciter d'y mettre la main, mais encore pour l'y

mettre lui-même (III, 158, Éc. d. f. Préf.). Il n'y a personne qui ne soit ravi de lui nuire, n'y eût-il point d'autre

intérêt (VI, 274, Sic. xviii). Voy. le Lexique (II, 269) à PERSONNE subst, féminin.

La qualification d'honnête homme a été très naturellement rapportée à une personne (équivalent de on) : Il n'est pas incompatible qu'une personne soit ridicule en de certaines choses et honnête homme en d'autres » (III, 365, Crit. vi).

Voy.' aux PRONOMS PERSONNELS (V, B, 30) : Il, elle, représentant quelqu'un, quelque chose. Ce sera seulement pour venger le public du chagrin délicat de certaines

gens; car, pour moi, je m'en tiens assez vengé par la réussite de ma comédie; et je souhaite que toutes celles que je pourrai faire soient

traitées par eux comme celle-ci (III, 159, Éc, d. f. Préf.). A ces mots, toute la troupe de Bacchus arrive, et l'un d'eur, s'avançant

à la tête, chante fièrement ces paroles... (VI, 609, Gr. Div, ror.). Dor. Où est donc Son Altesse Turque...? M. JOURD. Le voilà qui vient

(VIII, 200, Bourg. g. V, mn: note). Vous laisserez sans honte immoler votre fille Aux folles visions qui tiennent la famille, Et de tout votre bien revêtir un nigaud, Pour six mots de latin qu'il leur fait sonner haut...? (IX, F. sav. 687... Nous voulons montrer à de certains esprits,

(690.) Dont l'orgueilleux savoir nous traite avec mépris, Que de science aussi les femmes sont meublées, Qu'on peut faire comme eux de doctes assemblées (IX, F. sav. 870). Je viens de faire deux ou trois visites, où ils ont pensé me désespérer

par le peu de respect qu'ils rendent à ma qualité (VIII, 570, Escarb. Arm. On voit briller pour vous les soins de notre mère,

(u) Et son choix ne pouvoit d'un plus illustre époux.... Henr. Si le choix est si beau, que ne le prenez-vous (cet époux] ? (IX,

F. sav. 1188.) Il vous en faudra (de l'argent) pour les grosses d'écritures,... pour le rap

port des substituts; pour les épices de conclusion; pour l'enregistrement du grellier, façon d'appointement, sentences et arrêts, contrôles, signatures et expéditions de leurs clercs (VIII, 466, Scap. II, v). Des

clercs de « tous ces gens-là ». Vous... auquel il en a tant passé par les mains de toutes les façons

(VII, 272, Pourc. I, vi). En ne rappelle ici aucun mot exprimé : Vous auquel il a passé par les mains tant de gens. Voy. le Lexique à

En (p. 394 et 395). D. Ped. On est venu chanter sous nos fenêtres. Isip. Il est vrai : la

musique en étoit admirable (VI, 246, Sic. vi). Alb. Et si le démenti par elle vous en reste ? Masc. Elle n'en fera rien, Monsieur, je vous proteste (I, Dép, a. 1013,

1014). Elle ne nous démentira pas.

XVIII

RÉGIME
A. – Régimes de certains substantifs.
Voy. aussi à CoNsTRUCTION (XXI, E, 19).

Pour les exemples de substantifs précédés de DE et équivalents de génitits, soit objectifs, soit subjectifs, voyez le Lexique à De (:6“, a et b, p. 280 et 281)

et aux mots CHÂTIMENT, Choix et HYMEN. ... Si j'ai votre foi Qu'on ne vous verra point vouloir venger sur moi... (I, Ét. 1621, 1692).

Voy. Foi. Une entière croyance aux propos de Lucile (I, Dep. a. 34). Et cet empressement pour s'en aller dans l'ombre Pêcher vite à tâtons quelque sinistre encombre...! (I, Dép. a. 1509.) ... Personne ici n'aura l'entrée (II, Éc. d. m. 1007). (Votre humeur) Ouvre au premier venu trop d'accès dans votre ime (V, Mis. 458). Comme, par la mauvaise humeur de son père, toute sorte d'accès m'est

fermé auprès d'elle, je me hasarde à vous prier de vouloir servir mon

amour (VI, 94, Méd. m. l. II, v). Ne lui dois-je pas faire {à Alcmene sa femme)... Un récit de ses faits contre nos ennemis (VI, Amph. 437). La tête d'une femme est comme la girouette Au haut d'une maison, qui tourne au premier vent (I, Dép. a. 1266, 1267). Je saurai... prévenir sur toi le courrour du Ciel (V, 178, D. Juan, IV, iv). Mais un plus long séjour me rendroit trop coupable, Et du retour au port les moments sont pressés (VI, Amph. 615). ... Deux âmes en qui l'on ait vu une plus grande conformité de senti

ments, qui aient fait éclater, dans le même temps, une résolution à braver les traits de l'Amour, et qui, dans le même moment, aient fait paroître une égale facilité à perdre le nom d'insensibles (IV, 200,

Pr. d'É, IV, 1). Cette commodité de retoucher l'ouvrage Aux peintres chancelants est un grand avantage (IX, Val-de-Gr. 251). Et parfois il me prend des mouvements soudains De fuir dans un désert l'approche des humaids (V, Mis. 144, 145). En vous le produisant, je ne crains point le blame D'avoir admis chez vous un profane, Madame (IX, F. sav. 938). B. - Compléments circonstanciels exprimés sans l'aide

de prépositions. C'est un coup de mousquet que je reçus la dernière campagne que j'ai

faite (II, 103, Préc, xi). (Un parti) L'obligea d'en sortir (de la ville) une nuit sans éclat (I, Ét. 1314). Un fils...) Dont cette nuit en songe il a vu le retour (I, Ér. 1298). Que faites-vous les soirs avant qu'on se retire? (II, Éc. d. m. 303.) ... Mon valet la nuit pour la garder (la maison s'y tient (I, ÉL. 1778). Un seul moment plus tard tous vos pas étoient vains (I, Ér. 821). ... Comédie représentée la première fois à Paris... (IX, 1, F. sav. Titre

de l'éd. de 1682). Quatre lustres entiers il y cache son sort... (II, D. Garc. 858). ... Après m'avoir eu quatre ans pour serviteur... (1, Ét. 735; voy. IX, F.

sav. 1180, 1373) Tout s'est-il, ces deux jours, passé de bonne sorte ? (IV, Tart. 129.)

« PrécédentContinuer »