Images de page
PDF
ePub

Paye avec mon hymen qui me couvre de honte (I, Dép. a, 1047-1050:

note; cf. I, Ét. 1027, 1028). Il faut voir de vos feux toute imposture ôtée, Et qu'un noud plus sacré donne force au premier (I, Dép, a. 1750, 1951). Pensez-vous me le laisser toujours sur les bras, et que je puisse durer

à ses turlupinades perpétuelles? (III, 313, Crit. 1; cf. III, Éc. d. f.

111, 112.) Je voudrois seulement que, par quelque moyen, par un billet, par

quelque bouche, elle fût avertie des sentiments qu'on a pour elle, et

savoir les siens là-dessus (VI, 245, Sic. v). Je voudrois qu'il m'eût coûté deux doigts de la main, et être né comte

ou marquis (VIII, 149, Bourg. g. III, XIV). Eh bien! vous le pouvez, et prendre votre temps (III, Fach. 657). Admirez mes bontés, et le peu qu'on vous vend (Ce trésor merveilleux) (V, 334, Am, méd. II, vvi).

G. - Pronoms personnels employés comme régimes. 1° Emplois divers.

Un certain nombre d'exemples où ont été employés comme régimes, soit des pronoms personnels au datif et les pronoms Y et où, soit les pronoms Dont et Ex, se trouvent rapprochés (dans les articles A et De du Lexique) des exemples où les régime sont ou des substantifs ou des pronoms toniques liés aux prépositions à ou de.

Voyez encore les chapitres CONSTRUCTION, PLÉONASME, ELLIPSE, et, plus haut, à RÉGIMES DE CERTAINS VERDES. Ses régents se louoient toujours à moi de son assiduité (IX, 354, Mal. im. II, v).

Voy: plus haut, à PRONOMS PERSONNELS, l'emploi des pronoms précédés de prépositions.

[II : note). Oui, je veux enfin vous empêcher vos profusions (VIII, 197, Bourg. g. V, J'en saurai dans mon âme excuser tous les traits (de vos forfaits), Et me les couvrirai du nom d'une foiblesse Où le vice du temps porte votre jeunesse (V, Mis. 1759). Que je sais peu par où vous commencer mon discours (V, 345, Am, méd. Par où lui débuter? (I, Dép. a. 837.)

(III, vi). Je te serai partout une ombre si soumise,

1777). Mais, quelque ami que vous lui soyez.... (V, Mais ce que par le sang j'ai l'honneur de vous être S'oppose aux duretés que vous faites paroître (IV, Pr. d'É. 357). Si vous n'abrégez ce récit, nous en voilà pour jusqu'à demain (VIII,

418, Scap. I, 11). Cf. Voilà. Au diantre tout valet qui vous est sur les bras (III, Fách. 150). ... Je vous suis garant Qu'un sot savant est sot plus qu'un sot ignorant (IX, F. sav. 1296). Le Roi pourroit perdre beaucoup de gens considérables qui ne lui se

roient pas si malaisés à remplacer que celui-là (VI, 601, Gr. Div. roy.). Et je vous vois à vaincre un obstacle plus fort (II, D. Garc, 238). Je sais que ton esprit, en intrigues fertile, Y'a jamais rien trouvé qui lui fűt difficile (I, Ét. 16). Ses pratiques (de Jupiter), je crois, ne vous sont pas nouvelles : Bien souvent pour la terre il néglige les cieux (VI, Amph, 53). LÉL. A qui la bourse ? Ans. Ah! Dieux! elle m'étoit tombée (Ér. 259). Elle

m'étoit échappée, je l'avais laissée tomber. Je ne dis point quel choix, s'il m'étoit volontaire, Entre Dom Sylve et vous mon âme pourroit faire (II, D, Garc. 291). Si

j'en étois encore maîtresse....

Mon frère (d'un tel nom souffrez-moi la douceur),
De quel ravissement comblez-vous une sæur! (II, D. Garc. 1798.) Per-

mettez-moi.... Voyez à SOUPPRIR. Nous vous protestons, Monsieur et moi, que nous n'en serons aucune

ment jaloux. (II, 114, Préc. xv). Je n'ai rien exigé de vous, et vous tiendrai ce que j'ai promis (V, 155,

D. Juan, III, IV). Éloignons-nous un peu, pour nous achever notre confidence (VII, 62,

Av. I, 11). Lorsque, nous discourant des choses de la terre,... (II, Sgan. 73). Dis

courant devant nous. Ce m'est, je le confesse, une audace bien grande (IV, Tart, 953). C'est

de ma part.... Ce vous seroit sans doute un indigne transport De vouloir dans vos maux lutter contre le sort (II, D. Garc. 1602). [L'amour).... traîne après lui des troubles effroyables (VI, Mélic. 368). Ne voyez-vous pas qu'il (ce bras) tire à soi toute la nourriture...? (IX,

423, Mal, im. III, X.) Cet indolent état de confiance extrême Qui le rend en tout temps si content de soi-même (IX, F. sav. 256).

Voyez, pour l'emploi de Soi, Sor-MÊME, de nombreux exemples aux PRONOMS

PERSONNELS (V, A, 10 et 2o). 2° Y équivalent de à eux et datifs lui, vous, Me (moi après un impératif)

ayant le sens du pronom joint à EN, CHEZ, EN LA POSSESSION DE. Fros. Je voudrois bien savoir quel ragoût il y a à eux. Harp. Pour moi

je n'y en comprends point (VII, 115, Av. II, v). Je n'en comprends

point à eux, je ne comprends poiot qu'il y en ait à eux. Vous osez sur Célie attacher vos morsures,

(elle.... Et lui calomnier la plus rare vertu... (1, Ét. 1037 : note). Calomnier en Gardez que cette humeur, mon père, ne vous change (F. sav. 1570). Ne

change en vous. La grâce avec laquelle vous mangiez votre pain m'a fait naître d'abord de l'amitié pour vous (VII, 249, Pourc. I, 11).

Quelque belle ardeur que ses feux lui produisent, Éraste n'aura pas si bon marché de nous (I, Dép. a. 1538). Je consens qu'une femme ait des clartés de tout; Mais je ne lui veux point la passion choquante De se rendre savante afin d'être savante (IX, F. sav. 219). De grâce, souffrez-moi... Des bassesses à qui vous devez la clarté (IX, F. sav. 81 : note). Je me sens là pourtant remuer une bile... (II, Sgan. 469). Je ne lui vois rien que de très médiocre (VIII, 130, Bourg. g. III, ix). Je lui ai vu une cassette (VII, 183, Av. V, 11). Je vous trouve bien heureux de vous voir un garçon comme cela (IX,

353, Mal. im. II, v). Voici une affaire (un objet] que je me suis trouvée fort à propos pour

vous sauver (VIII, 492, Scap. III, II : note). Que j'ai trouvée à moi,

que je me suis trouvé avoir, Je me trouve assez de bien pour tenir dans le monde un rang assez pas

sable (VIII, 142, Bourg. g. III, xn).
3. Pronoms prenant au datif un sens possessif.

... Je lui crois, pour moi, le timbre un peu fêlé (IX, F. sav. 614.)
Si la fureur dont votre âme est émue
Vous trouble jusque-là l'usage de la vue (II, D. Garc, 1445).
... Tout ce que j'en ai dit
N'étoit rien que pour rire et vous sonder l'esprit (I, Ét. 54).

Une juste colère m'occupe l'esprit (IV, 37, Mar. f. rv): [1468.) ... Qu'en un trouble étrange il (votre amour) me jette l'esprit! (IV, Tart. D'où vient ce poison qui me court par toutes les veines ? " (IV, 206, Pr.

d'É, IV, vi.) C'est pour... lui contenter l'esprit (V, 349, Am, méd. III, yı). C'est pour lui mettre entre les mains certain parent... qui se trouve at

taqué de quelque folie (VII, 261, Pourc. I, v). On me l'a mis entre les mains (VII, 288, Pourc, II, 1). Son visage a páli... et elle m'est demeurée entre les bras (V, 316, Am.

méd. I, vi). Mo D'ARMES. Touchez-moi l'épée de quarte.... Touchez-moi l'épée de

tierce (VIII, 72 et 73, Bourg. g. II, 11). Il faut donc que les oreilles m'agent corné (IX, 416, Mal. im. III, 1x).

Voy. d'autres exemples à l'ARTICLE DÉFINI.
4° Datifs ME, TE, LUI, au sens de A MES YEUX, A TES YEUX, A SES YEUX.

Le déshonneur est sûr, mon malheur m'est visible,
Et mon amour en vain voudroit me l'obscurcir (VI, Amph, 1052, 1053).

Si jamais mon bien te fut considérable (I, Ét. 687). Ma maison m'est effroyable..., et je n'y rentre point sans y trouver quelque chagrin (VI, 508, G, D. Í, 1).

Même tournure avec Charmant (V, Mis. 1044), Cher (au sens d'agréable) (IX, Val-de-Gr. 217), Dur (IV, Tart. 131), Ennuyeux (VIII, 488, Scup. III, 1), Pré

cieux (IX, F. sav. 146). Cette feinte dont vous parlez m'est une comédie fort agréable... (VIII,

558, Escarb. 1; voy. I, Ét. 607; VI, Amph. 1351). Tout me relève en vous l'offre de votre foi (VIII, Psy. 439). Et le triste succès de tout ce qu'il m'adresse (de ce qu'il fait en vue de

moi) Mefface son offense et lui rend ma tendresse (II, D. Garc, 1565; cf. III,

Éc. d. f. 15/1). ... Détromper mon père et lui mettre en plein jour L'âme d'un scélérat (IV, Tart, 1027). Cf. : ... Me bien mettre aux yeux la grandeur de son crime (I, Dép, a. 640). Rendez-moi, s'il se peut, ce billet innocent (V, Mis. 1387). Non, non : sans s'emporter, prenez un peu souci De me justifier les termes que voici (V, Mis, 1360). Voy. JUSTIFIER,

EXCUSER et Faire les Excuses de.... Ç'auroit été une bonne affaire de pouvoir introduire ici un médecin à

notre poste, pour le dégoûter (votre frère) de son Monsieur Purgon, et lui décrier sa conduite (IX, 392, Mal. im. III, 11 : note). Pour dé

crier dans son esprit la manière dont M. Purgon le traite. 5. Datifs LUI, ME, NOUS..., ayant le sens du pronom joint à POUR.

L'insensibilité du prince d'Ithaque lui donnoit de la peine et lui étoit

honteuse (IV, 164, Pr, d'É, II, Argum.). Voy. HONORABLE. Ne m'est-ce pas de l'honneur de prêter de l'argent à un homme de

cette condition-là ? (VIII, 109, Bourg. g. III, 1.) Voy. HONNEUR

(p. 47, milieu), GLOIRE (p. 15, bas). Ce choix qui m'est offert peut-il m'être un bonheur? (VI, Mélic. 249.) Ce nous est une douce rente que ce Monsieur Jourdain (VIII, 47, Bourg.

8. I, 1). Ce m'est quelque plaisir, parmi tant de tristesse (III, Éc, d. f. 1912). Quel déplaisir ce m'est de voir que... (VII, 61, Av. I, 11). IÍ, v). L'avantage que ce lui seroit d'avoir un mari comme vous (VII, 117, Av. Ce m'est un fort bon signe, et ma joie en est grande (V, Nis. 110). Un malheur nous est toujours l'avant-coureur d'un autre (VIII, 506, Scap. III, vi).

Lex, de M.

L

(Ce qu'à ces faveurs) Il témoigne de joie... M'empoisonne à tous coups leurs plus charmants appas (I, Dép. a, 31). (Il faut)... que le lecteur m'ait gåté le sonnet (IX, P. sav. 1004). J'avois les plus belles pensées du monde, et vos discours m'ont brouillé

tout cela (V, 89, D. Juan, I, 11). Ce seroit trop

à
nous que

de

nous informer Du secret que ces mots nous peuvent enfermer (VIII, Psy. 330). ... L'antique sculpture...

Nous corrige par l'art la nature qu'on traite (IX, Val-de-Gr. 112). 6o Pronom réfléchi au datif, Je me suis acquis dans les armes l'honneur de six ans de services (VIII,

142, Bourg. g. III, XII). Voy. à ACQUÉRIR. Et je veux me chercher dans cette illustre envie

[sav. 143). Les moyens glorieux de sortir de la vie (II, D. Garc, 1500; cf. IX, p. Et l'on veut s'engager un bien si précieux (VI, Mélic, 188). S'assurer par un engagement, par le mariage....

Un tendre avis veut bien prévenir par pitié Се que votre cæur se prépare (VIII, Psy. 374). (La fresque, dont la grâce) Se conserve un éclat d'éternelle durée (IX, Val-de-Gr. 240). (Les premières flammes) s'établissent des droits si sacrés sur les âmes, Qu'il faut... (IX, F. sav. 1170). Les Dieux ne sont point faits comme se les fait le vulgaire (IV, 168,

Pr. d'É. II, 1). Et ma pudeur s'est fait un effort surprenant (IX, F. sav. 322). A fait

sur elle un effort; voy. Effort (p. 373). 7° Datif des pronoms employé au sens du datif d'intérêt.

... Rentrez, Lucile, et me faites venir Le précepteur : je veux un peu l'entretenir, Et m'informer de lui, qui me gouverne Ascagne, (S'il sait point...) (1, Dép. ... Je lui veux faire aujourd'hui connoître

(a. 649 et 651). Que ma fille est ma fille et que j'en suis le maître Pour lui prendre un mari qui soit selon mes væux (IX, P. sav. 705). Attendez donc au moins à juger de mon cœur parelles (par mes ac

tions) et ne me cherchez point des crimes dans les injustes craintes

d'une fâcheuse prévoyance (VII, 54, Av. I, 1). (C'est moi)... qui vous ai produit ce favorable effet (I, Dép. a. 948).

Qui ai amené pour vous, dans votre intérêt.... Un peu plus haut Mascarille a dit :

Que me diriez vous... si c'étoit moi

Qui vous eût procuré cette heureuse fortune? (Une confession) Vous va tout obtenir (I, Dép. a. 1068). Si je puis lui obtenir une grâce de Votre Majesté (IV, 396, Tart. 3. Plac.). Et peut-on lui trouver (à cette action) une punition? (II, Sgan. 388.) Je vous aurois sans doute détourné cette inquiétude (VII, 155, Av. IV,

I: note). Sous le nom d'Anselme, j'ai voulu m'éloigner les chagrins de cet autre

nom qui m'a causé tant de traverses (VII, 200, Av. V, v : note).
Rien ne me peut chasser cette image cruelle (VIII, Psy. 212).
Je puis vous dissiper ces craintes ridicules (IV, Tart. 1485). (f. 11).
Notre mariage vous dissipera tout cela (toutes ces vapeurs) (IV, 28, Mar.
Cette généreuse amitié, si capable de m'adoucir les cruautés de la for-

tune (VII, 155, Av. IV, 1).
Afin que de mon cœur l'éclatant sacrifice,
Vous pût d'un pareil sort réparer l'injustice (V, Mis. 1430).
Vous ne voulez pas, vous, me la faire sortir?" (IX, F. sav. 505.)

Angélique, tu ne veux pas m'arrêter cette coquine-là ?... Si tu ne me

l'arrêtes, je te donnerai ma malédiction (IX, 305, Mal, im. 1, v). ... Il y a je ne sais combien que je vous dis de me la chasser (IX, 308,

Mai, im. I, v). Et vous me la chassez pour un maigre sujet (IX, F. sav. 514). Allons, Tircis. Viens-t'en me redire à l'écho ce que tu m'as chanté (IV, L'espoir, il est vrai, nous soulage, (196, Pr. d'É. Interm. IV, 11). Et nous berce un temps notre ennui (V, Mis. 315). Il va vous emmener votre fils en Alger (VIII, 477, Scap. II, vir). L'un me brûle mon rôt en lisant quelque histoire (IX, F. sav. 599). (Un traître) qui me vend, pièce à pièce, tout ce qui est dans le logis...,

qui me mange tout ce que j'ai (VII, 37, Méd, m. l. I, 1). Diantre! où veux-tu que mon esprit Taille chercher des fariboles ? (VI, Amph. 641.) Ah! le double bourreau, qui me va tout gâter (Í, Ét. 1062; cf. 462). Oh! qu'elles nous sont bien fières par notre faute! (I, Dép. a. 1234.) (J'enrage de voir) Qu'elle nous mette au rang des grands et beaux esprits Un benêt dont... (IX, F. sav. 233): (Vous savez)... qu'elle a dans la tête une philosophie Qui déclare la guerre au conjugal lien, Et vous traite l'Amour de déité de rien (IV, Pr. d'É. 244). ... Il ne faut que deux doigts d'un misérable fer Dans le corps, pour vous mettre un humain dans la bière (I, Dép, a. 1489). Jetez-moi dans le feu tous ces méchants écrits..., Lisez-moi comme il faut, au lieu de ces sornettes, Les « Quatrains » de Pybrac... (II, Sgan. 31 et 33). Avant que de parler, prenez-moi ce mouchoir (IV, Tart. 859). Dressez-lui-moi son procès (VII, 192, Av. V, 11). Qu'on me l'égorge...; qu'on me lui fasse griller les pieds, qu'on me le

mette dans l'eau bouillante (VII, 179, Av. V, 11). 8. Exemple d'un pronom personnel (de même forme d'ailleurs au datif

et à l'accusatif) servant de régime indirect à un premier verbe et de régime direct à un second verbe : Là-dessus de la pièce il m'a fait un sommaire, Scène à scène averti de ce qui s'alloit faire (III, Fách. 55 et 56).

Dans l'exemple suivant c'est un pronom régime direct qui sert aussi de régime indirect : Nous ne nous sommes vus depuis quatre ans ensemble, Ni, qui plus est, écrit l'un à l'autre, me semble (III, Éc. d. f. 263 et 264, texte de l'éd. de 1682 et de quelques autres : note).

Mais dans l'édition originale, où le premier vers est mis dans la bouche d'Arnolphe et le second dans celle d'Horace, on peut relever une irrégularité plus grande encore, le pronom sous-entendu n'étant plus de même personne que le pronom exprimé : Ann. Nous ne nous sommes vus... Hor. Ni... (vous ne vous êtes] écrit...

XIX

ELLIPSE Voy: ARTICLE (non-emploi de l'); PRONOMS PERSONNELS (Emploi et nonemploi de il et le neutres ; VERBES (Verbes employés absolument); RÉGIME (Verbes dont une partie du régime est à suppléer; Substantifs exprimant sans prépositions des compléments circonstanciels).

A. — Ellipses de substantifs. Et sur lui (sur ce cheval)... Petit-Jean de Gaveau ne montoit qu'en tremblant (III, Fách. 534 :

note). Petit-Jean, garçon de Gaveau, Petit-Jean de chez Gaveau.

« PrécédentContinuer »