Images de page
PDF
ePub

Le corps, cette guenille, est-il d'une importance,
D'un prix à mériter seulement qu'on y pense,
Et ne devons-nous pas laisser cela bien loin? (IX, F. sav. 541.)
Sont-ce des hommes que des jeunes blondins ? et peut-on s'attacher à

ces animaux-là ?... "Eh! cela est bien bâti auprès d'une personne comme vous! Voilà un homme cela ;... et c'est ainsi qu'il faut être

(VII, 116, Av. II, v). Comment, qu'est-ce à dire cela ? (VI, 588, G, D. III, vıı.) Que diable est cela? (II, 107, Préc. xi.) [est-ce , à CE (p. LXIX). Qui diable est cela? (IX, 328, Mal. im. I'r Interm. : note) Cf. Quelle audace Je suis perdu après cela (VIII, 581, Escarb. v).

Le Vicomte qui parle ainsi vient d'entendre M. Tibaudier lire ses vers à la Comtesse. Ma femme... avoit envie que je vous fisse religieuse, et votre petite

sæur Louison aussi, et de tout temps elle a été abeurtée à cela (IX, ENR. Je cède à des transports si doux.

[294, Mal. im. I, v). Chrys. J'en ferois de bon cœur, mon frère, autant que vous, Mais ces lieux et cela ne s'accommodent guères (III, Éc. d. f. 1776). Et que vous fait cela, pour vous gêner de sorte...? (V, Mis. 541.) Chrys. (Est-ce qu'elle a laissé). Dérober quelque aiguière ou quelque plat d'argent? Philam. Cela ne seroit rien (IX, F. sav. 455). Sans doute il est fâcheux d'en venir jusque-là, Et c'est bien malgré moi que je franchis cela (IV, Tart. 1512). Toin. Vous n'êtes point bien si vous n'en parlez à toute heure. Angél.

Puisque tu connois cela, que n'es-tu donc la première à m'en entre

tenir? (IX, 290, Mal, im. I, iv.) Eriph. Sostrate, vous m'aimez ? Sostk. Moi, Madame? Eriph. Laissons

cela, Sostrate : je le sais, je l'approuve, et vous permets de me le dire (VII, 451, Am. magn. IV, 1v). Quittons ce ton de réserve. Ne vous

en défendez-pas, comme vous faites. Je suis sûre... que vous ne les faites point ces dépenses) que vous ne

vous incommodiez; et je ne veux point cela (VIII, 152, Bourg.g. III, xvi). Sgan. Je ne veux point de cela, vous dis-je. Alcid. Vous ne voulez pas

vous battre? (IV, 63, Mar. f. ix.) Carys. Je n'entends pas cela (IX, 6. sav 424). Chrys. Notre sæur est folle, oui. Aris. Cela croît tous les jours.... Arm. Ah! De l'esprit partout! Bél. Cela ne tarit pas (F. sav. 397 et 745). C'est une imagination burlesque. Cela sera peut-être plus heureux que sage (IX, 392, Mal. im. III, 11).

[im. II, vi). Voilà une femme qui m'aime... cela n'est pas croyable (IX, 374, Mal. Je suis dans une foiblesse si grande, que cela n'est pas croyable (IX, 385, Mal, im. II, 1x).

Escarb. viii). Vous faites bien de pousser votre pointe, cela est naturel (VIII, 592, Val. Sus donc! que maintenant il me le fasse voir.

a. 1713). Mar. Aux yeux de tous! Gr.-RENÉ. Cela ne seroit pas honnête (1, Dep. M. DE Sor. Soutenez donc la chose. Dand. Elle est toute soutenue, cela

est vrai (VI, 528, G. D. I, v). Cc que j'ai dit est vrai. J'y consens.... Cela est fait (V, 339, Am. med. III, 1). Vad. La ballade pourtant charme beaucoup de gens. Triss. Cela n'empêche pas qu'elle ne me déplaise (LX, F. sav. 1009; Asc. Et ce seroit un trait honteux à vos appas,

[cf. 994). Si vous le rappeliez et qu'il ne revînt pas. Luc. Si ce n'est que cela, j'aurai soin de ma gloire (Dép. a, 559). [I, vı). Pour ce qui est de cela, la jalousie est une étrange chose (VI, 529, G. D. Ce n'est pas qu'avec tout cela votre fille ne puisse mourir, mais au moins

vous aurez fait quelque chose (V, 330, Am, méd. II, ").

(J'ai le défaut) D'être un peu plus sincère en cela qu'il ne faut (Mis. 300). Le méchant goût du siècle, en cela, me fait peur (V, Mis. 389). (De doctes assemblées) Conduites en cela par des ordres meilleurs, Qu'on y veut réunir ce qu'on sépare ailleurs (IX, F. sav. 871 et 872). Ils ont cela de mauvais, qu'ils s'émancipent un peu trop, et s'attachent,

en étourdis, à conter des fleurettes à tout ce qu'ils rencontrent (VI,

269, Sic. xiii). Cela est bien horrible d'être accusée par un mari lorsqu'on ne lui fait

rien qui ne soit à faire (VI, 532, G. D. I, vr; cf. VI, 586; VIII, 592,

Escarb. viii). Cela est étrange, qu'on ne puisse avoir... un laquais (VIII, 562, Escarb.

11). Cf. VII, 74, Av. I, iv, Cela est merveilleux comme les amants emportés deviennent à la mode

(VIII, 594, Escarb. viii). Cela est plaisant, oui, ce mot de mariage (IX, 294, Mal, im. I, v). Si vous en usez comme cela, on ne voudra plus être malade (IX, 283,

Mal, im. I, 1). Est-il possible qu'on laisse comme cela un pauvre malade tout seul? (IX,

285, Mal. im. I, 1.) M. JOURD. Je me suis fait faire cette indienne-ci.... Mon tailleur m'a dit

que les gens de qualité étoient comme cela le matin. Mo de mus, (ela

vous sied à merveille (VIII, 51, Bourg. 3. I, 11). Tous les grands médecins sont comme cela (IX, 424, Mal, im. III, x). Hé! quoi? toujours triste et mélancolique comme cela (V, 306, Am. méd.

I, 11). Un rustre comme cela! un homme qui vous observe toujours, et ne veut

pas que personne vous parle! (VI, 106, Méd. m. l. III, 11.) Vous ai-je dit comme cela, tête de bæuf? C'est dessous qu'il faut mettre

l'assiette (VIII, 569, Escarb. 11). On ne parle pas comme cela de but en blanc à Angélique : il faut des

mystères (IX, 338, Mal. im. II, 1). Ah ! Comme cela (s'il en est ainsi] je me rends (VIII, 208, Bourg. g. V, vi). LaQuais. Monsieur dit comme cela qu'il va venir ici tout à l'heure (VIII,

150, Bourg. g. III, xv). D. Pèp. Si vous prenez... du plaisir à vous voir aimée..., je n'y en prends

nullement. Isid. Je ne sais pas pourquoi cela (VI, 247, sic. vi). Voilà une sotte nuit d'être si noire que cela (VI, 566, G. D. III, 1; cf.

VI, 98). Votre fille n'est pas si difficile que cela et elle s'est apprivoisée depuis qu'elle est chez moi (VI, 522, G., D. I, 1v).

Voy. au Lexique les exemples où le mot cela s'explique par un geste de celui qui parle : je m'en soucie autant que de cela ;... pas plus grand que cela; (l'âge

ne sert de guère) quand on n'a pas cela. Celui, celle, ceux, celui qui... ou que... :

Oui, pour bien étaler cet effort relevé.
Ce bel exploit de guerre,...
Ma langue est impuissante, et je voudrois avoir
Celles de tous les gens du plus exquis savoir... (I, Ét. 882),
Colbert, dont le bon goût suit celui de son maître,
A senti même charme (IX, Val-de-Gr. 303).
Prends celui de tes traits le plus propre à me plaire.
Le plus empoisonné de ceux
Que tu lances dans ta colère (VIII, Psy. 153).
Quelles drogues sont celles que vous venez de dire? (VI, 114, Méd, m.
Je suis touchée au caur sensiblement;

7. III, VII.) Et si jamais celui (le cœur) de ce perfide amant... (1, Dép, a. 63o). ... Le Ciel a trop pris plaisir à m'affliger,

Pour me donner celui de me pouvoir venger (I, Dép. a. 634). Voy, aux

PRONOMS PERSONNELS (V, B, 4°) et, un peu plus loin, CELUI-CI. Il tutaye en parlant ceux du plus haut étage (V, Mis. 601). ... Tous ceux du logis ont vu votre arrivée (VI, Amph. 947). (Il avoit l'avantage) De se voir salué de tous ceux du village (IV, Pr.

d'É. 262). Cette froideur... dont ceux de votre sexe payent... les témoignages trop

ardents d'une innocente amour (VII, 54, Av. I, 1). Je veux imiter mon père, et tous ceux de ma race, qui ne se sont jamais

voulu marier (IV, 61, Mar. f. viii).
Done Elvire. Cédez comme moi, Prince, à cette violence
Où la grandeur soumet celles de ma naissance (II, D. Garc. 1597).
Vous devintes celui qui tenoit votre rang (I, Dép. a. 1596).

Vous prites la place de celui..., vous futes à votre tour substitué à celui qui vous avait été substitué. Ce Monsieur Trissotin dont on nous fait un crime...

(1622). Est celui que je prends pour l'époux qu'il lui faut (IX, F. sav. 633; cf. Sans le congé de ceux qui vous ont donné l’être ? (F. sav. 164; cf, 174.) Le roi... s'est proposé de donner à sa cour un divertissement qui fût

composé de tous ceux que le théâtre peut fournir (VII, 380, Am. magn.

Av.-prop.). Celui-ci, celui-là : Je me trouve si peu fait au style d'épître dédicatoire,

que je ne sais par où sortir de celle-ci (III, 156, Ép. à Madame). Voilà une femme, celle-(VI, 563, G. D. II, vııı). Celui-, au sens neutre de cela, cette dernière chose : ARG. Tâcheront-ils de nier la chose ? Scap. Non, nous n'y pensons pas.

ARG. Ou s'ils entreprendront de l'excuser? Scap. Celui-se pourra

faire (VIII, 427, Scap. I, iv : note). Asc. (J'ai de quoi... surprendre plus votre âme :) Je suis sa femme.... Fros. Ha! certes celui-l'emporte, et vient à bout De toute ma raison (I, Dép. a. 417). Cela l'emporte (en étrangeté) sur Triss. Ne dis plus qu'il est amarante :

[tout le reste. Dis plutôt qu'il est de ma rente. ARM. Oh, oh, oh! Celui-ne s'attend point du tout (F. sav. 837). Ce

dernier trait. Clim. Le siècle s'encanaille furieusement. ÉL. Celui-est joli encore,

a s'encanaille » ! Est-ce vous qui l'avez inventé, Madame? (III, 350,

Crit. vi.) Icelui, icelle : ... Créer... une charge de contrôleur,... et d'icelle honorer

le suppliant (III, 84, Fach. Placet de Caritidès). Le Notaire. Par le trépas d'icelle (III, Éc, d. f. 1065). Voy. VII, 271, Pourc. I, viu.

VIII

PRONOMS RELATIFS Voy. plus loin à ACCORD DU VERBE (XVI, E, 34); pour les pronoms relatifs séparés de leur antécédent, voy. à CONSTRUCTION (XXI, F, 10). Voy. au Lexique le mot Où.

Pour Qui QUE CE soit, pour Quoi qui et Quoi que, pour Qui, que, dont, après QUELQUE, voy. aux PRONOMS ET ADJECTIFS INTERROGATIFS ET EXCLAMATIFS (fin da chapitre IX, p. LXXXVII-LXXXIX).

A. - Lequel, laquelle, duquel, auquel, lesquels. Goûtez bien) Ce raisonnement-ci, lequel est des plus forts (I, Dép, a. 1255). Il n'a pas aperçu Jeannette, ma fillole,

Laquelle a tout ouï parole pour parole (I, Ét. 1568)
SG. Le drôle avec lequel... La F. de SG. Avec lequel... ? Poursuis.
SG. Avec lequel, te dis-je... (II, Sgan. 187 et 188).
(Est-ce que)... du doux accueil duquel je m'acquittai
Votre cour prétend à ma flamme (Ravir toute l'honnêteté)? (Amph. 907.)
Vous, dis-je, qui avez blanchi... sous le harnois, et auquel il en a tant

passé par les mains de toutes les façons (VII, 272, Pourc. I, vi).

C'est assez pour remettre ton caur Dans l'état auquel il doit être (VI, Amph. 1894 : note). Un nuage sort du théâtre, sur lequel l'Amour et Psyché se placent (VIII,

377, Psy. Livret de 1671). Vous n'avez qu'à considérer... cette tristesse..., cette habitude du corps,

menue, grêle, noire et velue, lesquels signes le dénotent très affecté de cette maladie, procédante du vice des hypocondres : laquelle maladie...

pourroit bien... (VII, 273, 274, Pourc. I, vııı). Voyez plus loin (IX, p. LXXXVII), LEQUEL pronom interrogatif,

B. Quoi.
Voy, plus loin (F, 6o, 7°, 8°) quoi représentant toute l'idée d'une phrase; (vous

verrez) comme quoi, avoir de quoi.... Quoi représentant des mots masculins ou féminins, au singulier ou au pluriel : J'ai une petite barque et des gens, avec quoi fort facilement je prétends

enlever la belle (V, 93, D. Juan, I, 11). Ce n'est pas le bonheur après quoi je soupire (IV, Tart. 926), ... Un peu de vos faveurs, aprés quoi je soupire (IV, Tart. 1449). L'éducation des enfants est une chose à quoi il faut s'attacher fortement

(VIII, 438, Scap. II, 1). ... Et tombé de nouveau dans ces traîtres soupçons Sur quoi l'on m'a tant fait d'inutiles leçons, Et par qui mon ardeur, si souvent odieuse, Doit perdre tout espoir d'être jamais heureuse (II, D. Garc. 1855, 1856). Et je ne m'embarrasse point de ces grandes disputes d'âge, sur quoi

nous voyons tant de folles (VII, 401, Am, magn. I, 11).
... Ce point sur quoi vous me pressez... (I, Dép. a. 369).
Outre que je pourrois désavouer sans blåme
Ces libres vérités sur quoi s'ouvre mon âme (II, D. Garc, 441).
Voici de petits vers pour de jeunes amants,
Sur quoi je voudrois bien avoir vos sentiments (IX, F. sav.

968).
Je vous invite à venir voir... la dissection d'une femme, sur quoi je dois

raisonner (IX, 357, Mal. im. II, v).
Et cette joie encor, de quoi vous murmurez,
Ne lui vient que des biens qui vous sont préparés (II, D. Garc. 1838).
Ce qui me plait en lui, et en quoi il suit mon exemple, c'est... (IX, 355,

Mal, im. II, v).
Le grand secret pourquoi je vous ai tant cherché (I, Dép, a. 132). Voyez
le Lerique à POURQUOI.

C. Qui. 1* Qui ayant pour antécédent que relatif neutre, ce que, quelque

chose, je ne sais quoi.
Que fais-je tous les jours, qui soit si criminel? (I, Dép. a. 9u; cf. V,

Mis. 1219.)
Ils savent... ce que je vous ai dit, qui ne guérit pas de grand'chose (IX,

397, Mal. im. III, in).

S'il me fait quelque chose qui ne soit pas à faire (VI, 80, Méd. m. l. II, 11).

Je ne sais quoi qui fait que l'on se pâme (IX, F. sav. 779). 2° De qui, à qui, qui précédé de diverses prépositions, représentant des

noms de choses ou de personnes. Ce sont deux personnes de qui les mæurs sont tout à fait opposées (IV,

382, Tart, Préf.). Ah! vous voilà, Monsieur le babillard, à qui j'avois tant recommandé de

ne point parler, et qui me l'aviez tant promis (VI, 554, G. D. II, v). C'est un art de qui l'imposture est toujours respectée (V, 193, D. Juan, Tandis qu'en ses liens Célimène l'amuse,

(V, 11). De qui l'humeur coquette et l'esprit médisant Semble si fort donner dans les mœurs d'à présent (V, Mis. 219). Au mérite souvent de qui l'éclat vous blesse Vos chagrins font ouvrir les yeux d'une maîtresse (I, Dép. a. 121). Voilà une personne entre les mains de qui je vous laisse (VIÍ, 267, Pourc. I, vii).

De qui employé dans la prose, voy. encore : IV, 199, Pr. d'É. IV, 1; V, 190, D. Juan, V, 1; dans les vers : I, Dép. a. 331, 957, 981, 1247; II, Sgan.

219, 554; II, Éc. d. m. 27; V, Mis. 1502; IX, F. sav. 1387. Vous avez des traits à qui fort peu d'autres ressemblent (VI, 263, Sic. XI). De grâce, souffrez-moi, par un peu de bonté, Des bassesses à qui vous devez la clarté (IX, F. sav. 82). (III, vı). Cette marquise agréable chez qui j'avois commerce (VIII, 122, Bourg.g. Une de ces injures pour qui un honnête homme doit périr (V, 150, D.

Juan, III, 11). « Donner » est un mot pour qui il a tant d'aversion, qu'il ne dit jamais...

(VII, 105, Av. II, iv). (Vous ne pouviez) Lui laisser son erreur, qui vous rendoit service, Et par qui son amour s'en étoit presque allé? (I, Ét. 1089.) C'est un supplice à tous coups Sous qui cet amant expire (VI, 254, Sic, viui).

Nous avons encore relevé qui, après diverses prépositions, représentant un nom de personne : V, Mis, 124; v, 543, Mis. Lettre de Célim. ; VI, 241, Sic. 111; IX, F. sav. 1038; représentant un nom de chose : I, Ét. 853, 1115, 1166, 1300; I, Dep. a. 530, 823, 978, 1144, 1754 ; II, Sgan. 168 ; II, D. Gare. 1028; II, Éc. d. m. 37, 67, 534; V, Mis. 1676; IX, Val-de-Gr. 56.

D. Que. 1° Que employé comme attribut, le verbe être étant exprimé ou sous

entendu.
Le simple homme que vous êtes ! (IX, 412, Mal. im. III, vi.)
Tout notre gendre que vous soyez... (VI, 517, G. D. I, 1v).
Rendons-nous à leurs væux, trop foibles que nous sommes! (1, Dép, a. 615.)

Par quelle raison, jeune et bien fait qu'il est,
Lui refuser Clitandre? (IX, F. sav, 1655.)
Tout jeté qu'est ce cæur (IX, F. sav. 192). Voy. Tout au Lexique.
C'est quelque chose que cela (VII, 99, Av. II, 11).

Voyez plus haut CE (aux Pronoms demonstratifs, VII, D, 10° a c) pour les tours :
qu'est-ce que..., qu'est-ce que c'est que....
N'est-ce pas m'outrager que d'écouter leur voix? (V, Mis, 1400.)
Voilà ce que c'est de s'amuser (III, 430, Impr. v).
Voilà ce que c'est que du monde! (II, 115, Préc. xvi; voy. I, Ét. 310.)
Si j'étois que des médecins ... (IX, 403, Mal

. im. III, 111). Si j'étois que de vous (V, 304,' Am. med. I, 1 et VIII, 467, Scap. II, ۲;

IX, 371 et 423, Mal.' im. II, vi et III, x). Cf. Si j'étois de mon fils (IV,
Tart, 35).

« PrécédentContinuer »