Images de page
PDF
ePub

IX
PRONOMS ET ADJECTIFS INTERROGATIFS

ET EXCLAMATIFS
Qui? que? - Quel? quell lequel ? - Quoi? — Qui (que ce soit, que ce

puisse être). - Quoi qui ; Quoi que.... - Quel que: quel...que ;

Quelque... qui, quelque... dont, quelque... ou, quelque... que. Qui ? masc. ou fém. : Et qui est ce sot-là qui ne veut pas que sa femme

soit muette? (VI, 82, Méd. m. I. II, iv; cf. VI, 108.) M® DE Phil. C'est elle (la logique) qui enseigne les trois opérations de

l'esprit. M. JOURD. Qui sont-elles ces trois opérations de l'esprit?

(VIII, 82, Bourg. g. II, iv.) Qui sont les coquins que j'entends? (IX, 330, Mal, im. Ier Interm.) ARCHERS. Qui va là?... Polich. Moi.... ARCH. Et qui toi, et qui toi?

Polich. Moi, moi... (IX, 329, Mal, im. Ier Interm.). LE Not.... J'ignore pour qui vous le pouvez connoître, Mais allez de ma part lui dire de ce pas Que c'est un fou fieffé (III, Éc. d. f. 1089). Je vous demande un portrait qui soit moi et qui n'oblige point à

demander qui c'est (VI, 263, Sic. XI). Vous savez qui étoit celui qui donnoit cette sérénade? (VI, 246, Sic. vi.) Il ne m'importe qui ce soit (VII, 168, Av. IV, iv). ... Et me dites qui est celle que vous aimez (VII, 59, Av. I, 11). Qui laisse monter les gens sans nous en venir avertir? (VI, 265, Sic. XII.) Eh! qui vous dit, Monsieur, que l'on ait cette envie ? (IX, F. sav. 155; cf. 1592).

(239.) Qui des rois, hélas !... (Ne voudroit être en votre place ?) (VI, Mélic. A qui croire des deux ? (V, 327, Am, méd. II, v; voy. VII, 125, Av. III, 1.) Peut-on savoir, Myrtil, vers qui de ces deux belles Vous tournerez ce choix..., Et sur qui doit de nous tomber ce coup affreux...? (VI, Melic. 563, 565.) Et voyons qui des deux Obtiendra l'avantage (VI, 196, Past. com.

III). Voy. I, Ét. 2 et 3 ; I, Dép. a. 538; IX, F. sav. 124. Et l'on verra qui rit avec meilleure grâce (Dép, a. 81; cf. F. sav. 1415). Qui? neutre : Qui pourroit me cacher son retour en ces lieux ? (11, Sgan.

348; cf. 505; 636.) Quoi, quel motif pourrait...? ARG. Qu'est-ce? d'où vient cette surprise ? Ang. C'est.... Arg. Quoi ?

qui vous émeut de la sorte ? (IX, 343, Mal. im. II, 111.) Mais qui te fait juger ton bonheur si parfait? (V, Mis. 828.) Voy. encore:

I, Dép. a. 730, 791, 1157; III, Éc. d. f. 515; VI, Amph. 1509, 1863. “Et la raison encore ? Dis-moi... qui peut t'inspirer une peur d'un si

mauvais augure? (V, 81, D. Juan, I, 1.) Je ne sais qui me tient, maudite, que je ne vous fende la tête... (VIII,

167, Bourg. g. IV, 11 : note; même expression : III, Éc. d. f. 1564). Je vois, Seigneur Albert, au trouble de vos yeux, Que vous savez déjà qui m'amène en ces lieux (I, Dép. a. 840). Voy. V,

Mis. 852 ; I, Ét. 1953 et, pour un emploi probable, I, Dép. a. gi (cf.

VI, Amph. 809).
Que? neutre : Qu'est-ce donc que j'ai fait? (IX, F. sav. 445.)

Et ce qu'il dit, que fait-il à la chose ? (IX, 412, Mal, im. III, vı).
Qu'est-ce à dire cela? (VI, 588, G. D. III, vır.)
Qu'est-ce donc ? Qu'avez-vous, Martine? (IX, F. sav. 421.)
Qu'est-ce, mon gendre? vous me paroissez tout troublé (VI, 516, G, D.

I, iv; cf. VI, 563 ; IX, 297, 385, Mal. im. I, v et II, 1x).

Quoi? que seroit-ce? (I, ÉT. 668.)
Que diable est cela ? (II, 107, Préc. xn.) Voy. à Diable.
Que vient de te donner cette farouche bête? (il, Éc. d. m. 519.)
Qu'est-ce que leurs écrits lui rendent de service? (IX, F. sav. 1537.)

Qu'a de surprenant le discours que je fai? IX, F. sav. 374.)
Je ne sais que vous dire en mon ravissement (IX, F. sav. 1080).
Clé. Où voulez-vous courir ? Orgon. Las! que sais-je? (IV, Tart. 1573.)
Ne vous fiez point à moi. Que sait-on si je ne veux point vous attraper

votre argent? (VIII, 473, Scap. II, vi.) Que sais-je, moi, ce qu'on me vient conter ici ? (VI, 530, G, D. I, vr.) Et s'il faut qu'à mes feux votre flamme réponde, Que vous doit importer tout le reste du monde ? (V, Mis. 1772.) Voy.

IMPORTER, SEMBLER. Que lui faut-il? (1, Dép. a. 102.) Qu'est-il besoin pour lui du soin que vous prenez? (IV, Tart. 1523.)

Voy. à Servir. Quel? employé pronominalement comme lequel ; Quel employé comme

attribut: Cov. Je viens vous annoncer la meilleure nouvelle du monde. M. JOURD.

Quelle? (VIII, 170, Bourg. &. IV, 11.) Sgan. Il n'y a pas trois semaines que j'en ai vu... un effet merveilleux.

D. J. Et quel ? (V, 137, D. Juan, III, 1.) Clé. Quelle grande dépense est-ce que je fais ? HARP, Quelle ? Est-il rien... (VII, 64, Av. I, iv).

Voy. encore : I, Ét. 81; III, 413, Impr. Iv; IV, 196, Pr. d'É. Interm. III, 1; VI, Amph. 1099; VIII, 476, Scap. II, vi. Fros. Avez-vous su quel il est? Mari. Non, je ne sais point quel il est,

mais je sais qu'il est fait d'un air à se faire aimer (VII, 140, Av. III, 1v). Vois quel est ton bonbeur et bénis la Fortune (VI, Mélic, 248). Je veux voir, jusqu'au bout, quel sera votre cour,

Et si de me trahir il aura la noirceur (V, Mis. 1419). Quel joint à un nom : Vous pourrez avec eux avoir quel mal il vous plaira, ils vous trouveront

des raisons pour vous dire d'où cela vient (VII, 87, Av. I, v : note). Cf. : « La lettre... de laquelle... vous vous pourrez servir à quel usage il vous

plaira. » - « J'écrirai quand et en quelle manière vous le désirerez. »

(Correspondance de Retz, VIII, 52 et 450.) Quel temps avez-vous demeuré en Angleterre? (IV, 20, Mar. f. 1.) Quelles drogues sont celles que vous venez de dire? (VI, 114, Med. m. I.

III, vin.) Saan. Je suis.., scandalisé de la vie que vous menez. D. J.... Quelle vie

est-ce que je mène? Sg. Fort bonne. Mais... (V, 89, D. Juan, I, 11). San. Tu ne sais pas... quel homme est Dom Juan. Gusm. Je ne sais pas,

de vrai, quel homme il peut être (V, 81 82, D. Juan, I, 1; cf. IX, F. Va-t'en jusqu'à la poste, et voi

(sav. 1041). Je

ne sais quel paquet qui doit venir pour moi (I, Ér. 990). įDites à votre maitre)... qu'afin de lui faire connoître Quel grand état je fais de ses nobles avis,...

Dès ce soir à Monsieur je marierai ma fille (IX, F. sav. 1403).
Quel! : ..., Quelle indignité pour ce qui s'appelle homme

D'être baissé sans cesse aux soins matériels,
Au lieu de se hausser vers les spirituels! (IX, F. sav. 536.)
ALB. Hé! quel homme de Dieu! quel excès de douceur!
POLYD. Quelle douceur, vous-inếme, après un tel malheur! (1, Dép. a.
... Quelle âme villageoise! (IX, F. sav. 496.)

(867, 868.) Lequel :

(Ce grand débat... est de savoir...] Lequel doit plaire plus d'un jaloux ou d'un autre (III, Fách, 404). Prenez la peine de choisir de ces deux épées laquelle vous voulez (IV,

62, Mar. f. 1x). Quoi? : De quoi dit-il que vous êtes malade? (IX, 420, Mal. im. III, x.) De quoi servoit-il sur la terre ? (IX, 429, Mai. im. III, xır.) Voy. A quoi

Bon, au Lexique. En quoi mériter tant le courroux paternel? (I, Dép. a. 912.) Saan. De quoi donc connoissez-vous Monsieur? Lis. De l'avoir vu l'autre

jour... (V, 320, Am. méd. II, 11). Qu'as-tu, Toinette, et de quoi pleures-tu ? (IX, 431, Mal. im. III, XII.)

Cf. POURQUOI ? ... L'on doit regarder En quoi c'est qu'il les faut [les mots) faire ensemble accorder (IX, F. sav.

502). On se sent à ces vers, jusques au fond de l'âme, Couler je ne sais quoi qui fait que l'on se pâme (IX, F. sav. 779). (Des choses dont) La douceur me chatouille et là dedans remue Certain je ne sais quoi dont je suis toute émue (III, Éc, d. f. 564). Un air tout engageant, je ne sais quoi de tendre, Dont il n'est point de cœur qui se puisse défendre (III, Éc. d. f. 323). Une petite goutte de je ne sais quoi (VI, 52, Méd, m. l. I, 1v). Fi!... elles sont noires (mes mains] comme je ne sais quoi (V, 117, D.

Juan, II, 11). Aris. Dites-nous, s'il vous plaît, cet autre objet qu'il aime. Bél. Vous le voulez savoir? Aris. Oui. Quoi? Bél. Moi. Aris. Vous?

Bél. Moi-même (LX, F. sav. 372). Lél. Ah! Mascarille. Masc. Quoi? (I, Ét. 7.) Que mon maître, couvert de gloire, Me joue ici d'un vilain tour! Quoi? si pour son prochain il avoit quelque amour, M'auroit-il fait partir par une nuit si noire? (VI, Amph. 161.) « Quoi? » marquant la surprise, l'indignation : 1, Et. 1056; IX, F. sav.

353, 468, 650, 819. « quoi? »: 1, Dép. a. 240; IV, 44, Mar.f.iv. Angél. Je vous demande un moment d'audience. Dand. Hé bien, quoi ?

(VI, 581, G. D. III, vi.)

Sg. Et chez vous iront les damoiseaux? AR. Et quoi donc ? (II, Éc. d. m. 226.) Et quoi là de choquant? LUB. Chut! Dand. Comment? LUB. Paix! Dand. Quoi donc? (VI, 510,

G. D. I, .) Quoi donc ? vous combattez les choses que je veux ? (IX, F. sav. 1631.) Aris. Est-ce qu'elle balance? Chrys. En aucune façon ? Aris. Quoi donc ? Chrys. C'est que pour gendre elle m'offre un autre

homme (IX, F. sav. 647). Mais quoi? cette action ne me doit point surprendre (1, Ét. 192; cf.

919; I, Dép. a. 366 ; II, Éc. d. m. 1032). Qui que ce soit, qui que ce puisse être... : Sors de mon cæur, qui que tu sois, ennemi qui te caches (IV, 206, Pr.

d'É. IV, vi). D. PÈD. Vous savez qui étoit...? Isid. Non pas; mais, qui que ce puisse

être, je lui suis obligée (VI, 246, Sic. vi). Je suis homme pour serrer le bouton à qui que ce puisse être (V1, 523,

G. D. I, iv : note). Ce n'est personne. Il faut, qui que ce soit qui ait fait le coup, qu'avec

beaucoup de soin on ait épié l'heure (VII, 175, Av. IV, vi).

701,

De qui que cela soit, on ne peut rien de plus galand et de mieux entendu

(VII, 446, Am, magn. IV, 1). Ce n'est pas mon dessein.., de marier ma fille avec qui que ce soit (V,

306, Ām. méd. I, 1). Quoi qui...; quoi que... :

Quoi qui puisse arriver, on est assuré que... (VII, 262, Pourc. I, v).
Quoi qu'il m'arrive, au moins aurai-je l'avantage... (III, Éc. d. f. 1925).
Je suis aveugle à tout, sourd à quoi que ce soit (I, Ét, 1041).
Quoi qu'il en soit, je ne puis refuser mon cæur à tout ce que je vois d'ai-

mable (V, 87, D. Juan, I, 11).
Enfin, quoi qu'il en soit, et sur quoi qu'on se fonde... (V, Mis. 549).

Promettez que jamais
Vous ne vous mêlerez dans quoi que j'entreprenne (1, Ét. 1631).
Quoi que tu veuilles dire et que l'on se propose... (I, Ét. 1867).
Contentez vos desirs, quoi qu'on en puisse croire (VI, Mélic. 267).

Sur ce sujet quoi que l'on nous expose,
Les doutes sont fâcheux plus que toute autre chose (V, Mis, 1121).
Voy, encore : VI, 247, 261, Sic. vi et xı; I, Dép: a. 3, 1073; 1,

Ét. 721, 884, 917; après une préposition : 1, Dép. a. 667, 899; V, Mis. 961. Quel que; quel... que; quelque... qui, quelque... dont, quelque... où,

quelque... que. Quel que : ... Quel que fût le sanglier d'aujourd'hui,

J'en ai mis bas sans vous de plus méchants que lui (IV, Pr. d'Ė. 299).

Quels qu'en soient les appas (VI, Mélic. 265). Quel... que...: En quel lieu que ce soit, je veux suivre tes pas (III, Fách. 76a).

Pour ce tour vieilli mais correct, voyez la note indiquée à la suite de l'exem. ple suivant. ... Mais quelle violence que je me fasse, c'est à moi de vous obéir (VI,

592, G. D. III, vil : note).
Voyez à Tel, au Lexique, l'expression tel qu'il puisse étre.
Quelque... qui; quelque... dont; quelque... ; quelque... que :

Ah! sache, quelque ardeur qui m'impose des lois,
Que mon front a rougi pour la dernière fois (II, D. Garc. 782).
Sortirai-je pour lui, quelque éclat dont il brille,
De la pudeur du sexe...?" (IV, Tart. 633.)
... Et quelque sentiment
pour ma fourbe alors pût être mon amant,...
Voudra-t-il... ? (I, Dép. a. 1151.) Et quel que soit le sentiment où....
Il est très important qu'ils viennent, en quelque état qu'ils soient (VI,

574, G. D. III, iv).
Dans quelque rang qu'il soit des mortels regardé,
Je le trendrois fort misérable,
S'il ne quittoit jamais sa mine redoutable (VI, Amph. 80).
Et sur quelque parti que je sonde son cæur (I, Dép. a. 694).
Quelque chose que je puisse voir moi-même de mon déshonneur, je n'en

serai point cru á mon serment, et l'on me dira que je rêve (VI, 556,

G. D. II, vi). Quelque sujet que j'aie de me plaindre de vous (V, 312, Am, méd. I, iv). Cf. II, Éc.d. m. 581; IX, F. sav. 1153, 1281.

Quelque mal cuisant que m'aient causé vos yeux... (I, Ét. 113). Cf. V,

Mis. 1541; IX, F. sav, 1449.
Quelque, devant un adjectif ou un adverbe :

Mais, quelque ami que vous lui soyez... (V, 152, D. Juan, III, 1).
Quelque important que soit ce qu'on veut que je lise... (IX, F. sav. 1389).

Quelque fort qu'on s'en défende,

lì y faut venir un jour (IV, 218, Pr. d'É. Interm. VI). Elliptiquement : ... Doux que soit le mal, je crains d'être trompée (II,

Sgan, 606 : note). Quelque doux que, ou Si doux que.

X
PRONOMS ET ADJECTIFS INDÉFINIS
Voy. au Lexique : AUTRUI, CERTAIN, LA PLUPART, PLUSIEURS, QUELQUE, QUEL-
QUE CHOSE, QUELQU'UN, QUICONQUE, TEL, Tout.

Voy. plus haut, aux PRONOMS INTERROGATIFS (IX) : QUI QUE CE SOIT; Quor
QUI, QUOI QUE. QUEL QUE ; QUEL... QUE; QUELQUE... QUI, DONT, OÙ, QUE.

Nous donnons ici les mots : AUCUN et Nul; AUTRE, UN et L'UN L'AUTRE, L'UN ET L'AUTRE, L'UN A L'AUTRE; CHACUN et un CHACUN; CHAQUE; MÊME.

Aucun et Nul. Aucun, adjectif indéfini : Si j'ai plutôt qu'aucun un tel moyen trouvé... (I, Ét. 1333). Plutôt

qu'aucun autre moyen. (Je suis) Indigne d'aucun soin, de rien faire incapable (I, Ét, 1852). Nulle science n'est pour elles trop profonde, Et céans beaucoup plus qu'en aucun lieu du monde ([X, P. sav. 588). Qu'on me traite partout du plus grand des faquins, S'il est aucun respect ni pouvoir qui m'arrête, Et si je ne fais pas quelque coup de ma tête (IV, Tart. 825). (sic. x). Gardez-vous bien surtout de lui parler d'aucune récompense (VI, 259, Ma fille est d'une race trop pleine de vertu, pour se porter jamais à

faire aucune chose dont l'honnêteté soit blessée (VI, 521, G. D. I, iv). Une jeune fille élevée à la vertu, qui n'est point accoutumée à se voir

soupçonner d'aucune vilaine action(VI, 564, G. D. II, yını). ... Vous n'avez pas lieu d'en prendre aucun soupçon (I, Ét. 130). (Je ne vois pas) Où prendre aucun sujet d'avoir l'âme chagrine (Mis. 782). Je ne vois pas, Madame, que celles qui ne veulent point aimer doivent

prendre aucun intérêt à ces sortes d'offenses (IV, 187, Pr. d'É. III, 1v). ... Avant que nous eussions aucune intelligence (I, Dép. a. 456). Jamais je ne ferai aucune chose que par ses volontés (VII, 169, Av. IV, 1v). Qu'on empêche... qu'aucun fâcheux ne vienne troubler notre divertisse

ment (VIII, 589, Escarb, vii). Sans me dommer pourtant en aucune manière, Ni faire aucun semblant que je serai derrière (III, Éc. d. f. 1339 et 1340). Oses-tu bien en aucune façon Proférer ce beau nom? (VI, 195, Past.

com. II.) Philam. Quoi? vous la soutenez? Chrys. En aucune façon (IX, F. sav. La sévère rigueur de ce moment qui passe

(433; cf. 646). Aux erreurs d'un pinceau ne fait aucune grâce (IX, Val-de-Gr. 260).

Voy, au Lexique AUCUNEMENT.
Aucun, pronom indéfini et employé substantivement :

Faites qu'aucun n'y puisse pénétrer,
Et qu'on soit obligé de vous laisser entrer,
Pour faire entrer quelque autre (III, Rem, au Roi, 60).
(Pourquoi) Ne sauroit-il souffrir qu'aucun hante céans? (IV, Tart. 8o.)
Penses-tu qu'aucun d'eux songe à nous faire mal? (I, Dép. a. 1479.)
Celle-ci pousse l'affaire plus avant qu'aucune (III, 338, Crit, v). Qu'au-

cune autre personne.
... Je suis exact plus qu'aucun autre (I, Dép. a. 740).

« PrécédentContinuer »