Images de page
PDF

C'est ce que je trouve dans la Martinière, dit ad même Simonin, ce qu'il avait à dictionnaire Géographique. Arschot. Courbesault et Ohéville , excepté la forle

Marguerite de Lorraine était fille ainée, resse, bâtie hors des bois de Ohéville, non du duc Antoine, mais d'Antoine comte dite Bertran-Wevre. Fait l'an 1298. Par de Vaudémont, et de Marie d'Harcourt. cette vente, la terre d'Athienville passa Antoine de Croy, sire de Croy et de Renly, dans la maison de Damelevière. En 1309, mort én 1475, avait épousé en premières Jeannette femme de Ferrion de Vy écuyer, noces, Marie' de Roubais, fille de Jean Huard fils de dame Agnè; et Reinier de seigneur d’Herzele, et d’Agnès de Lannoys Damelevière, comparsonnier avec ladite il prit une seconde alliance avec Margue- dame Jeannette , exécuteur du testament rite de Lorraine, dame d'Arschot et de dudit Ferrion et tuteur de Huard et Bierbek, fille aînée d'Antoine, comte de Isabelle enfans du même Ferrion, déVaudémont, et de Marie d'Harcourt, dont clarent que les enfans doivent avoir leur il eut Philippe, qui épousa Jacqueline part dans la forte maison d'Athienville de Luxembourg, fille de Louis , comte de avec Simon de Damelevière ; mais que Saint-Paul , connétable de France, et de la chose n'étant d'aucun profit auxdits Jeanne de. Bar sa première femme. mineurs, par le conseil de Henri de

Il est parlé de la duchesse d’Arschot, Herbéviller chevalier, d'Isabelle sa assez souvent dans l'histoire de Lorraine. femme, de Thiebaut de Liécourt, qui

· Arschot a été érigé en duché par l'em-sont les plus prochains amis charnels pereur Charles V, en faveur de Philippe desdits enfans, de Pierre de Rosières père de Croy, II du nom, dont l'empereur de ladite dame Jeannette , etc., ils consenCharles V se servit en différentes occasions. tent que la susdite maison forte d'AthienIl mourut en 1549, il avait épousé en se- ville avec ses dépendances , demeure entièn condes noces Anne de Lorraine , veuve rement à Simon de Damelevière , lequel de René de Châlons, prince d'Orange , et en récompense leur cède la part qu'il fille d'Antoine duc de Lorraine, laquelle avait au moulin d'Athienville et d'autres mourut en 1568. Il en eut un fils pos- | biens. thume , nommé Philippe, tige des mar-| En 1317, Colin d'Aumécourt. fils quis d'Havré.

|d'Androuin d'Aumécourt écuyer , reconATHIENVILLE. - Athienville ou naît en présence de Reinier de Damele Atthienoille, village, deux lieues et demie vière, qu'il est devenu homme-lige du au nord de Lunéville, à trois lieues de duc de Lorraine, de ce qu'il tient en la Château-Salins , diocèse de Metz bailliage maison forte d'Athienville. de Lunéville.

Ferrion de Vy écuyer, déclare en 1347, On trouve une maison noble, du nom qu'il tient de madame la duchesse de d'Athienville, qui subsistait au treizième Lorraine tout ce qu'il possède à Athiensiècle et qui n'existe plus (1). Renaud ville. d'Athienville reconnait en 1296, devoir à ATHUS.- Athus, Athusium , village Simonin de Damelevière, cent quarante à droite de la Chiers , une lieue et demie livres de petits tournois et dix livres de au-dessus de Longwi , à deux de Villerstoulois, pour laquelle somme il lui engage la-Montagne, diocèse de Trèves , bailliage le tiers de ce qu'il a à Athienville et Cour-de Villers - la-Montagne, parlement de besault, excepté la forteresse qu'il se ré-Nancy. M. de Reffemberg en est seigneur, serve. Cette vente fut passée pardevant Le lieu renferme environ 'trente habitans. Ferri duc de Lorraine. Le même Renaud Athus est situé au pied de la montagne d'Athienville écuyer, deux ans après ven- appelée Titelberg. On y a trouvé d'an

ciens monumens, sur lesquels la charrue (1) Archives de Lorraine, Layette Amance. passe, et dont on a négligé la recherche.

ATTIGNY ET DROITE - VAL. -- il est composé de deux communautés et Attigny, village sur la Saône , du diocèse seigneuries ; l'une répondant au comté de de Toul, seigneur, S. A. R. de Lorraine, Ligny, office et prévôté de Ligny, recette bailliage de Vöge, répondant à Darney, let bailliage de Bar, présidial de Châlons ; cour souveraine de Lorraine ; la paroisse parlement de Paris. est dédiée sous l'invocation de Notre-1. L'autre seigneurie dépend de la seiDame en sa Nativité : collateur le prieur gneurie de Commercy, office, recette , de Relange , décimateurs, le même prieur prévôté et baillage de Commercy, cour pour les deux tiers et la curé pour l'autre souveraine de Nancy; le roi est seul seitiers. ņ y a un hermitage nommé de gneur de l'une et de l'autre, la paroisse à Notre-Dame de Pitié.

pour patron saint Aubin, évêque d'Angers. Il y a un prieuré ci-devant Abbaye de Le pouillé de Toul porte, que la cure est l'ordre de Citeaux , nommé Droite-Val, unie au chapitre de Commercy, mais que dont l'abbé de Citeaux , est patron. Il est le prince de Commercy en est patron. éloigné d'Attigny d'une demi lieté , situé Mais M. de Maillet dit, que le chapitre dans une prairie au pied de deux monta–de Commercy nomme à la oure qui lui est goes couvertes de bois. Ce prieuré est en unie, ce qui est plus probable. règle , et possédé par un religieux de Les décimateurs sont : le chapitre de Citeaux,

Commercy pour un quart dans les grosses Droite-Val fait partie des communautés dimes el toutes les novales , la chapelle de des Verreries et des Granges; cette com-saint Michel , érigée dans la paroisse de munauté des Verreries et des Granges n'a Ligny, pour un quart, l'abbé de Saintpoint de chef-lieu fixe; il variè et suît la Mihiel pour un huitième ; le titulaire d'une demeure des maires et des syndics annuels ; chapelle érigée dans l'église de saint Max elle est composée des hameaux de Cou- de Bar, pour un autre huitième et le chaumont, Grange - aux - Bois, Grange-commandeur de Marbotté, pour l'autre Rodge , Grange-Velotte ou brúlée , Grif- quart ; les menues dimes se partagent entre fon, le Prenous, le Torchon, de la Hatte, les bénédictins de Saint-Mihiel, le chamanufacture d'acier, de vingt et úne censes, pelain de saint Michel de Ligny, le chatreize verreries, dont quelques-unes ne pitre de Commercy et le commandeur de travaillent plus , d'une forge et de quatre Marbolte. Il y a dix ou douze habitans de moulins , la plupart sous la paroisse d’At la communauté et seigneurie de Ligny, et tigny, quelques-unes sous eelle de Belrupt; environ cent de la communauté et seigneu. il y a en tout dans ces granges et verrerie de Commercy. ries , cent quatre-vingt feux (1). Le duc En 1186 (1), Simon , seigneur de Ferri III, battit Laurent évêque de Metz à Commercy, fondant la collégiale de la Attigny et le fit prisonnier en 1272. même ville , lui donna entr'autres choses,

AUBIEY. - Aubiey, prieuré de l'or-tout ce qui lui appartenait dans les églises dre de saint Augustin, dépendant du de Chonville et de Saint-Aubin, dont prieuré d'Hérival, est situé à une demi-les curés voulurent bien résigner leurs lieue de Châté, à gauche de la Moselle , cures auxdits chanoines. Le même Simon, communauté de Nomexy, diocèse de Toul, seigneur de Commercy, ordonne que le prébailliage de Châté sur Moselle , parlement vôt des chanoines de Commercy, ait de Nancy.

sous sa conduite et gouvernement spiriAUBIN (SAINT-). - Saint-Aubin-aux tuel, les lépreux de Commercy et Auges , village du diocèse de Toul, sur leur famille, et qu'il les pourroie d'un le chemin de Bar à Commércy et à Toul; chapelain , du consentement de ses con

.. |frères; il le charge aussi de la grange (1) Hist. de Lorr. i. 2, p. 391 et preuv.p.D. (1) Hist. de Lorraine, t. II, p. cccrc, iy. prés Saint-Aubin, où il y avait des lé-, année, Nicolas Jacques écuyer, prévót preux, et veut que cette grange et ses d’Amermont, à cause de Madeleine Guyot dépendances appartiennent aux chanoines, sa femme, donna aussi le dénombrement mais sans servitude de la part des lépreux. de tout ce qu'il avait en fief du duc de Ces sortes de léproseries étaient alors Calabre en la vouerie d'Auboué. assez communes dans ce pays, comme En 1580, Simon François seigneur de nous l'avons montré ailleurs. Depuis Saulny, Clouange, et Auboué en partie qu'on a trouvé le moyen de guérir la gruyer, et receveur de Briey, fait reprise lèpre et les maladies vénériennes, les lé– du duc de Lorraine, de ce qu'il tient en proseries ont été réunies aux hôpitaux la seigneurie d’Auboué. Sa veuve Barbe ordinaires des lieux. Saint-Aubin est à la Bigin en fit de même en 1585. L'acte est source de l'Aire , il est le seul yillage du signé de Bertrand l’Escuyer. bailliage de Bar, qui soit sous la chambre · AUGER (SAINT-) ou SAINT-AUGIER, des comptes de Lorraine.

Hermitage. — A une lieu d'Epinal vers La léproserie de Saint-Aubin a eu son l'orient, est une cense avec la chapelle de directeur et ses revenus séparés , jusqu'à Saint-Auger on Augier, à la source ce que M. le prince de Vaudémont, der-d’un ruisseau , appelé par corruption saint nier mort, fit venir cette léproserie et ses Ougie , qui passe à Deyviller, à Juxey et revenus à l'hôpital de Commercy ; en sorte à Dognéville, et va se décharger dans la qu'aujourd'hui on ne sait plus où cette Moselle , à trois lieues de sa source, vers léproserie était située.

le nord. AUBOUÉ. – Auboué, village sur cette chapelle ou hermitage ayant élé l'Orne, à une lieue de Briey, séparé en brûlé durant les guerres de la Lorraine au deux par un ruisseau qui s'y joint à la siècle dernier (1), on résolut en 1644, de rivière , diocèse de Metz, de l'archi-prêtre transférer dans l'église de l'abbaye de d'Hatrise. La paroisse qui est à Coinville, saint Goeric d'Epinal, les reliques de a pour patron saint Jean-Baptiste. M. l'é-, saint Augier, qui étaient conservées dans vêque de Metz et l'abbesse de sainte Glos- le presbytère de l'hermitage dans un sinde de Metz, nomment alternativement tombeau de pierre, où l'on lisait..... à la cure. Décimateurs, la même abbesse Benoit , Saint-Augier.... et Saint Bepour deux tiers et le curé pour l'autre noit. Ce tombeau était placé le long de la tiers. Le roi est seul haut et moyen justi- muraille , ayant de longueur environ cing cier et l'abbesse de sainte Glossinde, dame pieds, épais d'un pied et demi , taille en foncière; bailliage de Briey, cour souve- forme de cercueil , un peu relevé au-desraine de Nancy, Il y a environ cinquante sus, posé sur quatre piliers , hauts d'enhabitans.

viron un pied et demi ; le couvercle était La seigneurie et; vouerie d'Auboué ap- solidement cramponné , et allaché avec le partenaient ci-devant à la famille de l’Es- cercueil de pierre. cuyer (1). Jean de Gorcy écuyer, archer Le 27 juin 1644, on fit solemnellement du corps du duc de Calabre, demeurant à et en présence d'un très-grand nombre de Longuion , donna en 1536, son dénom-personnes l'ouverture de ce tombeau ; et brement de ce qu'il possédait à Auboué, à l'on y trouva des ossemens enveloppés cause de Marguerite l'Escuyer sa femme, dans une nappe d'autel , et par-dessus un et comme procureur du noble Gérard écrit en parchemin , gâté aux deux extrél'Escuyer, aussi écuyer et protonotaire de mités, tout semblable à celui qu'avait fait. l'évêque de Metz, son beau-frère, et aussi Françoise d’Aubonne ci-devant chanoicomme tuteur testamentaire de Didier et nesse d'Epinal, qui porte que vingt-quaAgnès Douche , enfans mineurs. La même tre, tant évèques qu'archevêques, ont

1. (1) Histoire de Lorr. t. II, p. 5. Preuves. (1) Archives de Lorraine. Layelle , Bricy: Note M.

octroyé des indulgences à l'hermitage de même lieu audit prieuré, avec pouvoir d'y Saint-Augier , le tout confirmé par Jean | établir un vicaire pour le desservir. de Sierk évêque de Toul, mort en 1307. Etienne de Bar évêque de Metz con

Le même billet contenait qu'en 1513, firma cette dondation en 1130, et depuis les mêmes ossemens furent visités par la fondation les religieuv de saint SymphoChristophe évêque de Christopole , suffra- rien ont continué, en qualité de curés gant de Hugues des Hazards évêque de primitifs de la paroisse d’Augny, d'y faire Toul, dont on trouva aussi le procès-ver- toutes les fonctions dans l'église paroissiale bal du 5 mai 1315, dans le tombeau de le jour de saint Jean-Baptiste. saint Augier, avec la collecte du même En 1610, les prieurs et religieux de saint Augier, nommé Agericus.

saint Symphorien oblinrent en cour de On célèbre la fèle de saint Augier à Rome, l'union et incorporation du prieuré Epinal, le premier décembre. Un manus-d'Augny, avec tous ses droits et revenus , crit intilulé : Histoire de la vie admirable au vestiaire de leur abbaye. Les bulles du grand saint Goeric roi d'Aquitaine, sont datées du 3 des nones de décemetc., écrit par un prêtre d'Epinal,, qui bre 1611. avait assisté à la translation de ce saint, Le village d'Augny est situé dans une faite en 1644, dit qu'ayant celle époque plaine, au pied de la côte Châtel-sainton lisait autour du tombeau de saint Au-Blaise, à une demi-lieue de Jouy-aux-Argier, à travers plusieurs effaçures, qu'il ches, et une et demie de Metz. Il y a avait été de l'ordre de saint Benoit. Tout encore Augny-sous-Grimont , cense de la ceci est tiré du procès-verbal de la trans-paroisse de Failly, à une lieue de Metz. lation de saint Augier, faite en 1644. AULNOY. — Aulnoy, Alnetum, tire Quelques-uns ont conjecturé que ce

ce son nom d'Alnus, l'aulne, arbres qui saint Augier est le même que saint Airy

sont communs dans ce pays ; d'où viennent évêque de Verdun. La conformité du mot tant de village du nom d'Aulnoy ou Aulatin, Agericus . semble favoriser cette noy, ou les Aunées . Sans sortir de Lorconjecture, mais le tombeau qui se voit raine no en la chapelle de saint Augier, est une

Aulnoy, village du diocèse de Toul, preuve indubitable que ce saint Augier

office dc Foug , baronnie et prévôté de avait été enterré en ce même lieu, et n'est

Beaufremont , recette et bailliage de St.point du tout saint Airy de Verdun, qu’on Mihel,

Mihiel, cour souveraine de Nancy. La dit avoir été enterré dans un oratoire, qui paroise

bir qui paroisse a pour patron saint Paul cn. sa était dans la maison de son père

conversion. L'abbé de saint-Evre nomme AUGER ( le Ru d'). — Le ru d’Auger de l'Etanche , le prieur de saint Jacques

à la cure, et est décimaleur , avec l'abbesse à sa source vers le bourg de Bulgnéville , du-Mont, les Pères bénédictins de Chateau bailliage de Bourmont, passe à Médon-Inoy et le curé pour un tiers des grosses ville. Jainvelotte et entre dans le Mouzon dimes, et toute la menue, etc. Il y a dans au-dessous de Pontpierre, bailliage de ce licu 50 à 52 habitans. Neufchâteau.

Aulnoy-sous-Vertusey, village annexe AUGNY. -- Augny village dans l'ile de Verlusey, diocèse de Toul, office de de Metz , appartenant à l'abbaye de saint Foug. L'église a pour patron saint Gorgon; Symphorien. Il y avait autrefois au même le chapitre de la cathédrale de Toul, prélieu un prieuré sous l'invocation de saint sente à la cure pendant six mois , elle est Jean-Baptiste, fondé en 1066, par Adal-au concours pendant les six autres mois; beron III, évêque de Metz , et donné par suivant l'alternative du concordat Germale même prélat à Richer abbé de saint nique. Aulnoy, annexe de Vertusey, a Symphorien. Il incorpora la cure du pour patron saint Sébastien, cour souve

[ocr errors]

raine de Lorraine ; les dimes de Vertúsey | chevalier , son conseiller et maitre d'hôtel, et d'Aulnoy se partagent entre la cathédrale pour en jouir en titre de fief. Mais depuis, de Toul, les religieux de Saint-Mihiel, ces trepte florins ayant été confisqués au l'abbé de Rengéval et les seigneurs d'Aul- profit du roi Réné sur le sieur d'Aunoy, noy. Il y a un château ou fief.

qui était mort en Bourgogne , faute de de La terre d'Aunoy fut affranchie et sou-voirs et de services, le roi René en fit mise à la loi de Beaumont au mois de don à son fils le comte de Vaudémont, qui septembre 1302 (1), par Isabelle dame de venait d'acquérir la terre d'Ancerville du Kieuraing et d'Apremont et Gobert son seigneur de Rodemach. Cette cession est fils accompagnèrent en 1305, le chapitre du 31 janvier 1466. de l'église de Toul aux tcrrages d’Aunoy. AulnOY; village de la dépendance de et Vertuzey.

Nommeny, appartient aujourd'hui à l'abEn 4357, Geofroi sire d’Apremont et baye de saint Léopold de Nancy, pour la de Dun, assigna à sa fille , femme d'Olry cession qui lui en a été faite par l'abbaye de de Fénétrange, trois cents livres de terre Longeville. Diocèse de Metz. Il y a un ficf à prendre sur plusieurs terres de son et un moulin sur le ban de Delme. domaine, entre autres sur Aunoy et Aulnoy, autrefois village considérable; Vertuzey.

incendié pendant les guerres civiles, à Aulnor, village du Barrois , diocèse de présert hameau, dépendant de la paroisse Toul, office, Prévôté et baronnie d'An- de Fresne. Ce hameau situé dans la plainc serville, présidial de Châlons, parlement de Voivre , sur un ruisseau, dépend de de Paris, le roi en est seul seigneur. M. le la seigneurie et prévoté de Fresne, l'une marquis de Choiseul-Stainville, jouit des de celles qui composent le temporel de droits utiles et honorifiques. La paroisse a l'évêché de Verdun, sous le ressort du pour patron saint Martin ; l'archidiacre de bailliage de cette ville et da même diocèse. Rennel nomme à la cure ; le curé prend un Il y a en ce lieu un fief séparé. cinquième dans la grosse et menue dime; Aulnoy, village de Frène, chef-lieu de un tiers dans la contrée des Essarts. Le chatellenie de Frêne, dans le bailliage de commandeur de Braux prend le surplus, l'évêché de Verdun, ayant titre de marsur quoi il rend au chapitre de la cathé- quisat de Frêne, d'où dépendent 18 ou drale de Toul, vingt-cinq muids, moitié 19 villages. blé et moitié avoine, mesure de Bár; il y AULOGE. - Auloge, prieuré sitné a dans Aulnoy 95 ou 96 habitans. Dépend aux environs de Cologne, fut donné à Buisson-sur-Saulx.

l'abbaye de saint Arnould de Metz par Robert duc de Bar avait acquis trente Théodoric évêque de Verdun, vers l'an florins , valant vingt-sept francs et demi , 1050, sous l'abbé Vallon ou Willaume, sur le domaine d'Aunoy (1), des héritiers mort vers l'an 1080. L'évêque Thierri de Chevignon Bernefroy, lequel les avait dans le titre de donation, dit qu'il l'a faite acquis de Barthelemi de Norroy, auquel en considération de l'extrême affection feu Eudes de Grancey et Yolande de Bar qu'il portait audit abbé Varlon , et en resa femme les avait donnés à titre de rachat connaissance des grands et fidèles services de trois cents vieux petits florins de Flo- qu'il avait rendus aux églises de son diorence, que ledit de Norroy, à la prière cèse. Il consent que cet abbé établissé en des susdites Eudes de Grancey et Yolande, ce lieu une communauté de religieux , et rétrocéda à Jean comté de Salm , auquel qu'il y puisse båtir une autre église paroisils les devaient. Le même duc Robert donna siale. Ce prieuré ne subsiste plus dans la en 1399, ces trente florins à Jean d'Aunoy dépendance de saiut Arnould.

6.) Archives de Lorr. Layelte, Aprenioni.

(1) Archiv. de Lorr. Layette, Ancerville.

« PrécédentContinuer »