Images de page
PDF

gensis , hæreditatem non capit , sive Sig-| frères, citoyens de Metz, reprennent de fridus ct successores Viltzburgenses sine Ferri duc de Lorraine, en hommage, le hærede sunt, Grinecktium comitem et Ru-chateau de Freistroff; la haule justice rédolphum nobilem Eltzianum legitimos - servée au duc. L'acte est passé par Gé redes quorunicumque eorum specialiter rard évêque de Metz. substituo , qui in comitatu de Freydorf, Fn 1474 le jeudi après la saint Remy. insignibus armis, et omni possessionum Henri de Warsberg écuyer , reprend au jure, et jurium servato ordine invicem suc- nom de Fulker d'Ellentz , son beau père, cedent.

le château de Freistroff, avec ses dépenIl est encore exprimé par le même titres dances. que les successeurs de changeraient jamais En 1474 le jour de la translation saint le nom appellatif de cette terre, Freydorff, Nicolas . Henri de Wasperg, écuver redont voici les termes du testateur :

prend du duc René II le chateau et Ità tamen, quo comitatus de Freydorff revenus de Freistroff, en fief héréditaire. nomen , quod ab ortu meorum Alavorum En 1437 la veille de la fête-Dieu. Foultraxit, apud sc ct suos successores perpe-ques d'Ellentz. Voué de Vinkringen, retuò mancat.

prend de Jean duc de Calabre et de LorCe testament est scellé des armes du tes-Traine, le château de Freistroff, et la haule tateur et finit coinme suit :

justice, à la dédicace dudit lieu, et les Meam ultimam voluntatem in publicum amendes pendant l'année. : do , ut omnibus et singulis noteat. Datum En 1493 le jour de saini Brice, Guilet actum more castrensi sub sigillo meo laume de Warsberg reprend de René II Comite XIIII, calendas Ms. anno mille pour mélioration de son fief, la haute simo vigesimo secundo, Henrico secundo justice de son château de Freistroff. La imperatore regnante.

haule justice lui avait élé donnée par le En 1295, il y avait deux châteaux ap- duc, en 1492. pelés le chåleau baut et le château bas. En 1497 le 25. mai , le duc René II Bémond Gomer, comte de Vilizbourg,

har donne la haute justice de Freistroff, à

Villaume de Vasperg. représentait pour lors le seigneur du haut château et avait les qualités de châtelain. En 1555 le 12 juin, Philippe de Wars· Regnier et Elisa, son épouse, représen

nberg , tant en son nom, que comme lu

teur des enfans de son frère Jean de taient le seigneur du bas château qui était

Warsberg, et de Marguerite d'Helmstat sa un fief noble héréditaire.

femme ; à savoir : Samson et Jean. Item Contestation suryint à cette époque en-1 au nom de Jean et Jean Fausle de Stromtre ces deux seigneurs, à cause de la chá- bourg, à cause de Christine de Potelange, iellenie: sur l'arbitrage de Simon comtc femme audit Philippe. Item Carberine d'Helde Salm: Ferri comte de Choiseuil, et mstat, veuve d'honoré sieur Philippe de Jean de Germiny, les difficultés ont été (Libestein, tant en son nom, que comme composées et décidées.

tutrice de Philippe, Jacob, Jean, Otto , Cette transaction est scellée avec cinq Fraultz, Frideric et Anne ses enfans, 10us sceaux y appendans. Volfang Adolphe el ensemble, seigneur de Freistroff, en font Friderich Ernest, barons d'Eltz, ayeuls et les reprises de S. A. respectivement grands-pères de madile En 1357 il y a une reprise de Samson dame de Schmidtbourg, ont réuni avec de Varnsberg, vicomte de Reincek. En ces deux châteaux, la chalellenie en 1699. 1625 le 6 août, Samson de Warsberg,

En 1301 Virion et Regnier de Freistroft reprend par Vaulicr de Warsberg, du duc

[ocr errors]

Charles et Nicole , la moitié du château! FRENELĻE ou FRANELLE. — Fraet seigneurie de Freistroff, dont l'autre nelle la petite et Franelle la grande, toutes moitié est aux sieurs Jean-Paul Fauste deux à deux lieues de Vézelise, comté de de Strombourg et Christophe de Lives-Vaudémont, bailliage de Vézelise, cour tein. Item les trois quarts és villages de souveraine de Lorraine. L'église est déPheningen, Eblingen, Bichingen, Tulling, diée à saint Eloph, martyr du pays ; Holdingen et Rumelfangen, la moitié palron, l'abbé de St. Evre, qui perçoit d'Enselingen; l'autre moitié étant à S. A. la moitié de la dime, et le curé l'autre En 1613 Samson de Warsberg, reprit moitié,

berg, reprit moitié. La chapelle de saint Nicolas est du duc Henri.

chargée de vingt-quatre messes par an;

elle a pour revenu le sixième des dimes En 1665 , le 25 mai , Jean Edmond ba

pa- de Suriauville. La maison de Frenelle au ron Walpot de Baseinheim , reprend par comté de Vaudémont portait d'azur à trois procureur, la moitié du château et sei

sel bandes d'or, au chef chargé d'un lion gneurie de Freistroff.

naissant d'or. En 1666 le 7 avril, François Philippe Cettc maison est fort différente de celle de Vignéville du Sars, reprend de S. A. de Frenau originaire d'Anjon, éteinte dele quart de la seigneurie de Freistroff.

puis assez long-temps; elle portait de Outre l'égiise de l'abbaye située sur le gueules à deux faces d'argent, accompagnées bord gauche de la Nied, il y encore à de buit merlettes de même, 32 3. l'autre extrémité du village de Freistroff, FRESCATY. - Frescaty château une église paroissiale, elle est petite et très-considérable dans la plaine du Sablon, ancienne, et il en dépend plusieurs ha- à droite et à un quart de lieue de la Moineaux; l'abbé de Bonzonville, est col- selle , à gauche et près de la route de lateur et décimateur, le curé est à com- Metz à Pont-à-Mousson, à une lieue de pétence. Diocèse de Metz, bailliage de Metz. Bouzonville, cour souveraine de Lorraine. C'est une maison de plaisance, bâtie en

FREMEREVILLE. Fremeréville ou 1709 par feu M. de Coislin évêque de Fromeréville , village de la Voivre, dio- Metz. Il renferme des parcs immenses, cèse de Verdun, à deux petites lieues de des bosquets. ct labyrinthes en charmilles, Commercy au couchant, et à six lieues dans lesquels il y a plusieurs bassins d'eau de Pont-à-Mousson à l'orient, à quatre et réservoirs, ainsi que différentes statues lieues de Toul au midi, à trois lieues de en marbre blanc. Les bâtimens altenans St. Mibiel ; office, recette et bailliage de sau château sont très-spacieux, et la chaSt. Mihiel, cour souveraine de Nancy. pelle, qui est à droite est fort belle. Le roi en est seul seigneur. La paroisse a M. de St. Simon successeur de M. de pour patron saint Albin. Le chapitre de Coislin dans l'évêché de Metz , qui a fait Montfaucon nomine à la cure; il y a 39 l'acquisition de cette belle maison, a beauà 40 habitans dans le licu. Le village de coup augmenté ses dépendances et embelli Fremeréville avec quantité d'autres lieux, les bâtimens. fut cédé au duc de Lorraine Charles III FRESNE-AU-MONT, LA HEYMECX ET par l'évêque de Verdun Nicolas Pseaume, LOUVANT. – Fresne-au-Mont ou Fresneen échange de ce que ledit duc avait dans en-Barrois, village du diocèse de Verdun, le ban de Rusières, le fief du ban des à cinq lieues de Bar, deux ou environ au Pillons, de la petite Soheme, etc. le 10 couchant de St. Mihiel; bailliage de cette septembre 1564.

dernière ville. La paroisse a pour patron En 1316 Philippe de Sorcy épousa St. Pierre ès liens. Le chapitre de la caJeanne , fille de Jacques le Roi de Freme-thédrale de Verdnn pomme à la cure. réville.

(L'abbé de St. Mihiel est seigneur foncier

à Fresne. Ce village avec Louvant et la Aujourd'hui Fresne est office, recette et Hey meix forment une baronie à M. d'Ar- bailliage de Saint-Mihiel, cour souvemur de Lourant.

- raine de Nancy. Le bourg de Fresne avec M. Baluze (1) a fait imprimer un diplome Louvant et la Heyneix , forment une bade Louis IIÌ roi de Germanie , de l'an ronie appartenant à M. d'Armure. L'ab904 daté de Tribure , par lequel ce prince bé de Saint-Mihiel est seigneur foncier à accorde à Vuerin prieur de Vieux-Moutier Fresne, et l'abbé de saint Benoit en Voiprès de St. Mihiel, le village de Fresne vre, est seigneur foncier à Heymeis. La sa vie durant, avec les habitations, au paroisse de Fresne a pour patron St. Piernombre de vingt-quatre, les dimes et re-aux-Liens. Le chapitre de la cathédrale tout ce qui en dépendait, sans que les de Verdun nomme à la cure. rois ses successeurs et les abbées de St. La Heymeix est annexe de Tillombois, Mihiel puissent le lui ôter , ou le troubler' diocèse de Verdun. Il y a dans le lieu une dans sa possession; sous la condition église sous l'invocation de saint Victor. La néanmoins qu'il ferait faire jour et nuitbaronie de Fresne contient environ 60 haà Vieux-Moutier le double office cano-bitans. M. de Bugnon donne à Fresne le biale et monastique, et qu'après sa mort titre de marquisat , et dit qu'il comprend ce village dépendrait du monastère. Char-Hennemont, Ville-en-Voivre, Pinterille, les-le-simple confirma cette donation aux Manheul, Braqui, Vatronville, Vadonville, mêmes conditions, par un diplôme daté Rupt, Dieuve et la Papeterie , Amblainde l'abbaye de saint Arnou de Metz , en ville, Hadiaumont, Viller et Genicourt, 919.

| villages. Mouilli et Aulnoy, hameaux; et S. FRESNE-EN-VOIVRE. — Fresne-en-Brice cense. Voivre, petite ville ou bourg situé entre Fresne. Fresne, village du comté de Verdun et la Tour-en-Voivre sur la ri-Vaudémont, à deux lieues de Vézelise ; vière de Chasson, qui se jette dans l'Orne patron saint Denis, collateur l'abbé de St. à Conflans (2). Fresne fut donné à l'é- Evre, et le commandeur de Xugney à glise de Verdon par Grimond , en faveur l'alternative. Décimateurs, le curé pour de saint Paul évêque de cette église, qui un tiers, le commandeur pour un autre , vivait vers l'an 640 et est mort en 648 ou et les religieux de Morizécourt pour le 649 (3). Au quinzième siècle, Hugues de troisième. Seigneur, le marquis d'HaBar, évêque de Verdun, engagea à Thierri rouel. de Lenoncourt, la seigneurie de Fresne, Annexe, Frenelle la Grande ; patron S. et quelques autres terres, pour assurance Léger: et Frenelle la Petite. des sommes que M. de Lenoncourt lui En 1051 (1), dans le titre de fondaavait prêtées dans son hesoin (4). La pré- tion de l'abbaye de Poussay, il est fait vôlé et seigneurie de Fresne fut cédée en mention de Grandem Frasnum, appa1564 au duc Charles III par l'évêque Ni-remment Grandem Franum, la grande colas Pseaume, de même que d'autres sei- Fresne. gneuries avec tous les droits de fief et de Fresne, village d'Amance, cédé pour la voirs; et le duc de son côté donna à route de Metz en Alsace. l'évêque tout ce qu'il avait à Soheme, Fresne-au-Mont , village à une lieue de à Rembercourt-aux-Pots, à Bauzet, Loi-St.-Mihiel , il ne fait qu'une communauté son, Billi, Vadancourt, Fresne-en-Voi- avec Louvant, yre, etc.

Fresnois sur le Collandon, répond à

Dompaire. (1) Baluze, Miscell. t. 4, p. 425. 12) Histoire de Verdun; p. 92.

Fresnois-la-Montagne, répond à Viller13) Spicil. t. 12. Hugo Flavin , p. III.

la-Montagne.
Histoire de Verdun , p. 344 et 454. (1) Hist. de Lorr., t. 2, p. 433.

Tous ces lieux tirent leurs noms des ar-te de Fribourg donna quittance au duc bres Fresnes, Fraxinus , qui s'y faisaient Ferri, de tous les dommages qu'il avait remarquer

soufferts étant à son service, y ayant été FRIBOURG en Lorraine, et FRI- fait prisonnier. BOURG en Brisgau, etc. — On connait Dans le traité de mariage d'entre Conplusieurs villes du nom de Fribourg ou rade , fils du comte de Fribourg, passé Freibourg. 1o Fribourg en Suisse, capitale l'an 1289 et 1290 avec Catherine de Lordu canton du même nom, située sur le bord raine, il est dit que le comte de Fribourg de la rivière de Sarne , qui l'environne de fait alliance avec le duc Ferri contre tous tous côtés.

les hommes en - deçà des Alpes d'Alsace, 2° Fribourg en Brisgau , dont elle est citrà Alpes Alsatiæ; c'est-à-dire en-deca capitale , était ci-devant une forteresse de les montagnes de Vöge dans l'Alsace. conséquence, qui a souffert différens sié- 3° Fribourg ancienne ville d'Allemagne ges. On dit qu'elle n'est pas ancienne, dans la basse Styrie. Lazius prétend que ayant été formée par des ouvriers qui tra- c'est l'ancienne Cardeliana , marquée dans vaillaient aux mines des environs , et qui les notices. demeuraient dans ce lieu. On met sa fon-| Fribourg en Bavière , auprès de la dation en 1120, et on dit que ce fut Ber-forêt de Honsture, aux frontières de la tholde duc de Zaringhem qui la fonda. baute Autriche et du territoire de Salz

Les ducs de Lorraine ont eu différentes bourg. affaires avec les comtes de Fribourg (1). 5° Fribourg en Lorraine, c'est celui qui Conrade, sire ou comte de Fribourg , fait ici le sajet de nos recherches, les auavait épousé Catherine de Lorraine, fille tres étant étrangers à notre matière du duc Ferri III et de Marguerite de Cham- Fribourg en Lorraine est une chatellenie pagne ; à cette occasion intervint un ac-appartenant à l'évêque de Metz (1), sicord entre le duc Thiébaut II, frère de tuée à l'orient de la terre de Marsal, sur Jadile Catherine (2), par lequel Conrade le chemin d'Alsace, et confinant à la seiet Marguerite renoncent à toutes succes gneurie de la Garde. Ce lieu est de l'ansions , paternelle et maternelle, et se con- cien domaine de l'église de Metz : mais le lentèrent des fiefs de Romont, Saint-Mau-château de Fribourg ne fut båti qu'en rice, Saint-Pierremont, Vallois et Bu- 1340, par Pierre, vicaire de l'évêché, xières.

retiré à Vic, et banni de Metz, pour s'être En 1362 , le duc Jean Ter ayant trouvé lopposé aux violences que les Messins exerces fiefs hors des mains des héritiers de çaient envers les ecclésiastiques de cette Conrade et Marguerite, en disposa suivant église. Il fit construire ce château pour l'é. la coulume de Lorraine, en faveur de Brun vêque de Metz et pour ses successeurs, et de Ribaupierre et de Jeanne de Blåmont il a toujours fait partie de leur domaine sa femme (3)

jusqu'aujourd'hui. Et en 1290 (4), Egenon comte de Fri- En 1537, la guerre était allumée entre bourg, s'oblige de servir Ferri duc de Lor-le duc Raoul et Henri sire de Blåmont, raine, contre tous ses ennemis aux frais d'une part, et Geoffroi , comte de Linandu duc ; et la même année, le même com- Ige, et de Frischeuon de Fribourg d'autre.

| En 1339, le comte de Linange ayant (1) Archiv. de Lorr., registres des fiefs par le commis quelques dégats sur les terres de president Alix.

Fribourg, le duc Raoul dépouillace (2) Histoire de Lorraine , tome , pages, comte du fief d'Ormes et le donna à Adedxxxv et dxxxix. (3) An 1289 et 1 2go.

mare évêque de Metz, jusqu'à ce que ce 6 Histoire de Lorraine, tome 2, p. dxxxü et dxxxiii.

I (1) Meurisse list. de Meta, p. 496.

comte èut réparé les dommages qu'il avaittifié , par les vestiges qui s'y voyent encore faits.

aujourd'hui. On y voit triples lignes ou Les guerres que Raoul de Coucy évêque remparts. Ledit château ne subsiste plus; de Melz , eut à soutenir contre les ennemis il a été démoli par ordre de monseigneur de son évêché, l'obligèrent à engager plu- notre évêque de Melz , en 1747. Il n'y sieurs terres de son domaine à des sei-1 avait point d'église paroissiale à Frigneurs de son voisinage ; entr'autres il en-bourg ; il y a cent vingl-neuf ans qu'on a gagea au duc de Lorraine Charles II, endémoli les églises de Metterin et de Bein1392, la ville et le ehateau de Nomeny, ct seing ; des deux on en a bâtie upe à Frila troisième partie du château et de la cha-bourg , laquelle est située sur les deux tellenie de Fribourg, pour la somme de bans. On a posé des croix dans les sancsept mille livres tournois : il ajoula en- tuaires des églises démolies , lesquelles core depuis, la somme de trois cenls croix y sont encore aujourd'hui. La défrancs sur le même engagement, pour as- pendance dudit Fribourg , est, Rhodes, surance desquels il assigna la ville et le ban Sainte-Croix, Andelhousse , les Bacha, de Delme.

Lenguimberg, Milberg , Albin , HlasouM. Bugnon dil que les lieux dépendans dange, le Brocg, Boulle, Desseling, St. de la châtellenie de Fribourg , sont: Fri- Jean-Bassel, Romecour; il n'y a plus à bourg château, Roder cense, Ste.-Croix présent que monseigneur de Metz, qui cense, Guermange château, Deslin de soit seigneur en tous ces lieux et haut jusDieuze en partie, Lansgbert village, Aus- ticier. sondange hameau, Romécourt hameau, Al

FRICOURT.- Fricourt, prieuré débing hameau , Auvillé. Voici un mémoire sur Fribourg , qui peng

oire sur Fribourg, qui pendant de l'abbaye de Senones, dans la m'a été envoyé, et que je transcris tout en

châtellenie de la Garde , diocèse de Metz. tier de mot à moi.

La cure de Renoncourt , village voisin de Fribourg a été autrefois un bourg, où

Fricourt, de même que le prieuré de Friil y avait foires et marchés. Les marchés se court , sont à la nomination de l'abbé de tenaient tous les mercredis , et les foires ! Senones; il est fait mention de l'église de tous les jours de sainte Marguerite , vingt

Fricourt et de Remoncourt, dans une juillet : à la saint Martin, 11 novembre. I bulle du pape Innocent III, de l'an 1152. et le Vendredi saint. On l'appelle Fri-Il parait par les anciens titres de Senones, bourg, parce que c'était un bourg franc/ que l'église ou la chapelle de Fricourt de tout subside; il n'avait aucun finage, était consacrée en l'honneur de la Sainteet était situé sur deux finages comme il est

i erge de. Bon-succès , et que le prieur encore aujourd'hui ; lesquels finages s'ap-prenait le titre de Gouverneur de la conpellent : l'un Metterin , village où était la Trerie de Fricourt; quelque fois de prieur mère église et le château, et l'autre village de Fricourt ou de curé de Remoncourt. s'appelle Beinseing, annexe dudit Mette-| En 1505, le onzième d'octobre, furent rin, sur lequel village était posé une halle, consacrés les deux petits autels de l'église une maison de ville et un four banal ; les de Notre-Dame de Fricourt, par Conrade susdits villages étant ruinés par le malheur Carn, suffragant de Metz. des guerres, les églises y ont subsisté; les En 1668, le cardinal Louis de Venhabitans dudit Fribourg y allaient pour dome, légat à Latere, du pape Clément faire leurs devoirs de chrétiens et y elre V, désunit la vicairie amovible de Remon inhumés ; il est vrai qu'il y avait audit lieucourt, d'avec le prieuré de Fricourt , et une chapelle de sainte Marguerite. Il parait l'érigea en vicairie perpétuelle. Aujourque la moitié de ce prétendu bourg qu'on d’hui les dimes de Remoncourt sont aux appelle vulgairement Falbourg, a été for-religieux de Senones.

« PrécédentContinuer »