Images de page
PDF

sous le nom de Chastel-sainte-Geneviève. commupauté de bénédictins, qui y furent Il n'en restait glus que les ruines en 1415, établis par André Valladier, abbé de Sairtlorsque le duc Edouard le donna à son Arnoud. procureur-général Renaud de la Loye. Claude de Lorraine, frère du duc AnCe château était accompagné d'une cha- toine, fit son pélerinage à Sainte-Baube, pelle castrale, que le même prince con- en action de grâces de sa délivrance du féra le même jour 28 juin 1415, à Gérard péril qu'il avait couru à la bataille de Marifils du même Renaud de la Loye. Le roi gnan. Nicolas de Lorraine fit le même péleRene conféra la même chapelle en 1434 , à rinage par dévotion en 1472. Le bon duc Jean Boucher chanoine de Saint-Maxe. Antoine et la duchesse Rène de Bourbon Encore en 1454, cette chapelle fut don- son épouse, y vinrent dans le même esprit née à un nommé Anselme de Robert-Espa- en 1523. gne : Cum facultate petendi elcemosynas, Nous avons raconté assez au long dans ubi , quomodò et quando eidem fuerit vie d'André Valladier abbé de Saint-Arnoad opporlunum. Ce n'est plus aujourd'hui de Metz, dans la Bibliohèque Lorraine, qu'un hermitage, dans lequel résident les circonstances de l'introduction des Bé deux gardes-chapelle, On ne voit plus nédictins réformés au prieuré de Sainteaucun vestige de l'ancien château. Barbe.

BARBAS OU BARBAY. --Barbas est En 1532(1), l'église de Sainte Barbę était à un quart de lieu de Blåmont. La maison déjà bien avancée, et peut-être en l'état où de Barbas porte de gueule à trois jemelles nous la voyons aujourd'hui. Le principal d'argent, l'écu bordé de même.... fond de ce monastère de Sainte-Barbe, est

Berthoļde évêque de Toul, qui a siégé le prieuré de Xures , qui lui fut donné en depuis l'an 995 jusqu'en l'an 1020(1),ayant 1682, par le R. P. D. Joachin Virin, rétabli l'abbaye de Saint Sauveuren Vosges, abbé de Senones, par le démembrement donna à l'abbé de ce monastère, autorité qu'il en fit de sa mense abbatiale. sur les villages de Domévre , 'Barbay, Sous l'épiscopat de Jean cardinal de Barbesieux, Harboué, Cirey et Blémery. Lorraine, évêque de Metz, un seigneur de En 1245, l'officier de M. l'évêque de Toul cette ville, nommé Claude Baudoche, enreconnut que l'abbé de Domévre avait treprit de batir tout à neufl'église de Saintejuridiction quasi épiscopale sur les villages Barbe, patrone du pays Messin, et depuis de Barbay, Harboué, etc.

long-temps fréquentée par de nombreuses

long-temps BARBE (SAINTE-). - Sainte-Barbe, troupes de pélerins. L'ancienne église, village au pays messin , distant d'environ quiétoit fort petite , fat renversée en 1516, deux lieues à l'orient méridional de la et on jeta la même année les fondemens de ville de Metz. Ce village n'est pas consi- la nouvelle, qui serait, si elle était achevée, dérable en lui-même, mais il est célèbre une des plus belles de la province. Baupar le pèlerinage de Sainte-Barbe , patrone doche, qui avait de très-grands biens, du pays Messin, et par la belle eglise de avait dessein d'y fonder un monastére, et cetle sainte martyre, commencée par Claude d'y nommer sa fille pour première abbesse. Baudoche, puissant seigneur d'nne des Il mourut ayant que l'église fut achevée. premières maisons de la cité de Metz, Sa fille ne lui survécut pas longtemps. Ses qui destinait ce lieu pour la retraite de ses héritiers vendirent et l'église et le village filles, qui voulaient se cousacrer à Dieu. de Sainte-Barbe. Les huguenots se préMais étant mort avant que l'église fut ache- sentèrent pour l'acheter. Les chanoines de vée, elle est demeurée imparfaite ; elle de la cathédrale , craignant qu'ils ne conest aujourd'hui desservie par uue petite

(i) Voeyage mss. de M. Chateaurou de (1) Hist. de Lorr. t. 2, pag. xix.

Troyes en Champagne,

yertissent la nouvelle église en une prêche du IX® (1). Il en est parlé dans le dénomde leur secte , les previnrent et l'achetérent. brement des biens de ce monastère, daos

Mais comme ils n'étaient pas en état de un diplôme de l'empereur Henri IV en la desservir par eux-mêmes, ils l'offrirent | 1124 (2), et dans une bulle du pape Inapx pères Cordeliers, qui les remercièrent, nocent II, de l'an 1140 (3). L'abbaye de craignant de se charger de l'entretien de ce Moyenmoutier en jouit paisiblement jusyaste vaisseau d'église. Les pères de l'ordre qu'en 1699, que le prince Erric de Lorde Citeaux en firent de même. Enfin An-raine, évêque de Verdun et abbé commendré Valladier abbé régulier de Saint-Ar-dataire, de Moyenmoutier, obuint en cour noud de Metz se présenta en 1633., et se de Rome sur l'exposé qu'il jugea à propos: chargea d'y entretenir une communauté de de faire, et malgré la répugnance et l'opdix religieux, et de leur fournir les fonds position des religieux de sa communauté, suffisans.

l'union dudit Barbonville, au noviciat A ces conditions, le chapitre de Metz des pères Jésuites qu'il voulait établir à céda à cet abbé le 22 avril 1634, toutes Saint-Nicolas, mais qui fut uni à la maises prétentions sur l'église et le village de son du noviciat des Jésuites de Nancy, qui Sainte-Barbe, et y ajouta quelques-uns de le possédent encore aujourd'hui. ' ses fonds. Valladier démembra aussi quel- Le R. P. Benoit Picart, dans le pouillé ques biens de sa mense abbatiale , pro- du diocèse de Toul, dit que Barbonville mettant de suppléer au surplus. Il obligea était un prieuré dépendant de l'abbaye de les religieux de Sainte-Barbe à célébrer Moyenmoutier. Mais il n'était pas bien annuellement quelques messes pour le re-informé, on ne voit pas par l'histoire qne pos de son ame après sa mort, et à recon- Barbonville ait eu le titre de prieuré. naitre l'abbaye de Saint-Arnoud comme L'église de ce lieu est dédiée sous l'inleur mère, assistant à la messe et aux vocation de saint Remi; collateurs, seivepres le jour de Saint-A.noud. . gneurs, curés primitifs et décimateurs,

Comme les biens cédés par la cathédrale les pères Jésuites du noviciat de Nancy, et par l'abbé Valladier ne suffisaient pas qui font desservir la cure. pour l'entretien d'une communauté et de L'annexe de Barbonville, est Sainte l'église , qui est très-vaste, et d'un grand Marie ou Notre-Dame. Patron de l'éentretien, à cause de sa situation à l'en--glise , Notre-Dame , dans son assomption droit le plus élevé du pays Messin, les ou dans sa nativité. Mêmes décimabénédictins l'offrirent aux religieux dutenrs. Nous en avons parlé assez au long tiers-ordre de Saint-François de Nancy , dans l'article de Saffais , que l'on peut qui l'acceptèrent volontiers. Le traité en consulter. fut passé avec eux le 22 décembre 1663, Il est parlé dans les titres de l'abbaye et ratifié par le chapitre général des béné-de Saint-Evre, de Balboni villa , ou Baldictins de la congrégation de saint Vanne, bani villa , en 856, etc., mais c'est Bainde l'an 1664. Les Tiercelins entrèrent ville et.non Barbonoille. même en possession de sainte Barbe ; mais LES BAROCHES. -Les Baroches, n'ayant pu obtenir des lettres patentes Parochice, village à gauche de de la Meuse, du roi, les bénédictins furent obligés d'y à trois quarts de lieu de Saint-Mihiel, rentrer, et ils y sont encore aujourd'huidiocese de Verdun, baillage de Bar, cour au nombre de quatre ou cinq.

souveraine de Nancy. La paroisse a pour BARBONVILLE, - Barbonville, patrone la Sainte Viergeen son assomption. Barbonis-Villa, village à une lieue de

I (1) Hist. Mediani Mogast. p. 154 et p. 165,

in notis ex Bayonne, c. Ji, p. 243. donné à l'abbaye de Moyenmoutier, à la (2) Ibidem, p. 262 et p. 285. fin du VIIIe siècle ou au commencement (3) Ibidem , p. 398, 399.,

La cure est à la nomination de l'abbé desiale de Saint-Mihjel, un douzième ; aux Saint-Mihiel. Le roi en est seul seigneur chapelains de la chapelle de Saint-Éloi, haut et moyen justicier; la justice foncière aussi érigée en la même église , deux tiers est à l'abbé de Saint-Mihiel. Il y a en ce en un neuvième audit tiers moraine, et à '! lieu environ trente habitans.

lui un quart, qui fait le vingt-septième Refroicourt ancien village , aujourd'hui en ladite totalité ; lesdites choses obvenues ruiné, était autrefois la mère-église des audit Jean de Mnssey par succession de Baroches. Cette église ne subsiste plus; défunte demoiselle Philippe Varin son il n'en reste qu'un pan de muraille, et la ayeule paternelle. On dit que Nicolas figure en pierre de la Sainte Vierge, placée Varin, ancien principal du collége, de sur un piéd'estal, que les villageois la Marche à Paris , fonda en 1362, deur d'alentour révèrent encore sous le nom de bourses en ce collége pour ses parens , et Notre-Dame de Refroicourt.

à leur défaut, pour les sujets natifs de la Quelques-uns prétendent que le village paroisse de Refroicourt, aujourd'hui les des Baroches se nommait autrefois Gné-Baroches. Voyez l'article Refroicourt. ville et Hametel; qu'il n'a eu permission BARONCOURT. - Baroncourt , Bad'avoir une église , que depuis que M. ronis-Curtis, est un petit village ou haNicolas Pseaume, évêque de Verdun luilmeau , sur la rivière' d'Oitain, à deux en accorda la permission. On ajoute que lieues au nord d'Etain , diocèse de VerRichard de Vassebonrg auleur de l'histoire dun, de la paroisse de Buzy, bailliage des antiquités de la Gaule Belgique, était d'Etain, cour souveraine de Lorraine.

curé des Baroches en 1520 ou 1521, ce Les seigneurs sont le roi et les bénédictins . qui ne peut être, s'il est vrai que le village de saint Vanne de Verdun, Ce lieu est

n'ait eu une église que depuis l'épiscopat composé de douze habitans. de M. Pseaume, qui n'a été nommé évèque Les terres de Baroncourt et de Dommade Verdun qu'en 1548.

rie furent données à l'église de saint Vanne Nous apprenons par les dénombremens donnés par Jean Mussey écuyer , avocat

I par Richard évêque de Verdun (1), mort

en 1046 , qui étaient de son patrimoine, en la cour souveraine des grands jours del Saint-Mihiel, en 1612 et 1625(1), quels

en reconnaissance de l'éducation qu'il sont les décimateurs de Refroicourt et des

avait reçue dans ce monastère (2). Il y a

eu anciennement une église à Baroncourt, Baroches. Jean de Musscy déclare tenir en foi ct hommage du duc de Lorraine le ?

I qui fut dédiée en 1122, par Henri de

Blois évêque de Verdun, sous le titre de douzième et le vingt-septième par indivis de la totalité des grosses et menues dimes

Saint-Sauveur. des Paroisses ou Baroches et du ban de Baroncourt a eu autrefois des seigneurs, Notre-Dame de Refroicourt-les-Saint- du nom de Baroncourt (3). Je trouve Mihiel. La totalité est partageable avec qu'en 1376, Jeanne veuve de Renaud de ses comparsonniers; savoir , un tiers au Baroncourt, Auchères de Baroncourt et curé des Baroches et de Refroicourt , au Idette sa femme, vendent à Jenin de sieur abbé de Saint-Mihiel un tiers, et Martin et à Idette de Chauffourt sa femme l'autre tiers, dit vulgairement moraine, la tour de Baroncourt , moyennant deux divisible entre ledit abbé encore pour un cents petits florins. L'acte est du 26 jan- dix-huitième audit tiers ; à la chapelle de vier et confirmé par les lettres-patentes de Saint-Nicolas, érigée en l'église parois-! W Hist. de Verdun, p. 192.

2) Ibidem, p. 233 (1) Archives de Lórr. Layette Longuyon (3) Archives de Lorraine, Layette, Apreet Saint-Mihicl.

mool,

Veker el d’Arkes, comme sire souverain , fdre de prémontré. La dime se partage en duquel ladite lour meut, en date du deux douze portions, le seigneur du lieu en septembre de la même année.

prend deux, l'abbaye de Bonfay six , en • Renaud de Gournay chevalier, seigneur donnant la pension au curé, le prieur de de Genicourt, Marcheville, etc., donna Relange deux, et le prieur de Bonneval son dénombrement au duc Henri de ce une. La douzième est destinée pour une qu'il possédait à Dommarie et Baroncourt, fondation faite à l'abbaye de Bonfay, pár mouvant en fief du duc de Lorraine à le seigneur de Saint-Baslemont, Seigneur, cause de sa prévoté d'Etain. Alixette de M. Desarmoises. Il est parlé de SaintRemial dame de Sécourt, veuve dudit Balmont sous le nom de Sanctus BalsaRenaud de Gournay, donna de même son mus, dans une bulle du pape Pascal II, dénombrement pour Baroncourt, le 1er pour l'abbaye de Saint-Mihiel en 1106. octobre 1534. Nicolas de Gournay, sei- Dépend le prieuré de Notre-Dame de gneur de Villers-Laquennexy et de Sé-Bonneval, ordre de saint Augustin, court, reprit en 1573, le fief de Baroncourt qui est membre du prieuré d'Hérival du duc de Lorraine.

près Remiremont. Patron, le prieur du BARRIZEY.- Barrizey village, bail- lieu. lage de Briey, Diocèse de Metz.

BASSAUCOURT. - Bassaucourt, liem , Barrisey-au-Plaine, diocèse de petit village ou hameau du diocèse de Toul, érigé en cure le 2 avril 1701. Verdun, dépendant de la paroisse de Patrone la nativité de Notre-Dame ; colla-saint Maurice-sous-les-Côtes, situé entre leur, le chapitre de la cathédrale de Toul, Ayiller et Saint-Maurice, à une lieue de décimateur, le chapitre de Briey pour Hatton-Châtel, bailliage de Saint-Mihiel, trois huitièmes de la grosse et menue dime cour souveraine de Nancy, ci-devant reavec une portion des rapports des autres cette, prévôté et marquisat de Hattonban's voisins. Le cnré pour deux huitièmes Châtel. Le roi en est seul seigneur. dans les rapports, M. l'abbé de Bravilliers Ce village fut affranchi, et soumis à la pour le reste. Seigneur, M. l'évêque de loi de Beaumont, sous Louis de LorToul. Bailliage de Toul, parlement desraine évêque de Verdun, qui fut élevé Metz.

sur ce siégé en 1528 et qui le quitta en La chapelle de Notre-Dame fondée par l'1532. Etienne Hordal, doyen de l'église de Toul. BASSIGNI,- Bassigni, Bassiniacum, Revenu , dix-huit paires et une maison, est dénommé dans le partage des princes Elle est presbytérale, et demande résidence fait en 870, entre les rois Charles et pour enseigner le lalin aux enfans qui Louis ; il est situé entre la Marne, la Meuse, voudront apprendre les principes de la l’Ornay et la Sault, faisant partie du Barlangue latine.

rois et de la Lorraine , du diocèse de Toul La maison de Barrizey, porté de gucule de celui de Langres, entre le Soulossois à au chef d'argent, chargé de deux lètes de l'orient, le Blaisois au couchant et l'Ornois Maurins.

| au nord. Il est de la domination respective BASLEMONT (SAINT-). — Saint-Bas- de la France, ou de la Champagne et de lemont , Sancti Basoli mons, village à la Lorraire. une lieue et demie au nord de Darney. Les principales villes du Bassigni sont : On comprend dans la même communauté Vaucouleurs, Clermont en Bassigni, Monles Granges de Saint-Baslemont, bailliage tigni-le-Roi , Anglot, Gran, Saint-Thiéde Darney, diocèse de Toul. L'église est baut, Murault, Saint-Blin, La-Mothe, dédiée à saint Baslc , S. Basolus , soli-Bourmont, Gondrecourt, La - Marche, taire au territoire de Reims. Patron , Châtillon, Conflans-en - Bassigni, etc. l'abbé de Bonfray, cure régulière de l'or-Henri comte de Bar, dans ses lettres et

[ocr errors]

son dénombrement donnés au roi Philippe-| Bassompierre et Perrin de Landre, dele-Bel , nomme les châtellenies de de La- mandèrent à la cité de Metz plasicars Marche , de Châtillon et de Conflans-en- hommes et femmes qu'ils prétendaient être Bassigni; qu'il lui cède en propriété et à de condition servile et leur appartenir, ses successeurs; mais peu après, le roi que ceux de Metz refusaient de leur livrer. les donna en 1504, à Thiébaut de Bar évê- Sur la fin de septembre de cette année, que de Liége, et par là elles revinrent aux le seigneur de Bassompierre envoya défier comtes de Bar qui les ont toujours possé- ou déclarer la guerre à la ville de Metz, et sédées depuis, jusqu'à la jonction du peu de jours après un nommé Jean de duché de Bar à celui de Lorraine , par le Saint-Mihiel, à la tête de vingt-six solmariage de René d'Anjou ler avec Isa-dats qui étaient du parti du même seigneur belle de Lorraine , fille du duc Charles II de Bassompierre , envoyèrent aussi défier en 1420.

la ville de Melz. Le dernier d’octobre, BASSOMPIERRE. — Bassompierre, ceux de Metz marchérent contre la fortevillage de Lorraine ou du Barrois non resse de Bassompierre, mais ils revinrent mouvant, frontière du pays de Luxem- dès le lendemain. bourg ; chef-lieu de la baronnie et prévôté Le quatrième jour de novembre, trentedu même nom, Depuis un certain temps sept nouveaux ennemis soutenus par le les seigneurs de ce lieu portent le titre de seigneur de Bassompierre, vinrent encore marquis; George Africain de Bassom-défier la ville de Metz. On commença pierre, marquis de Remonville , seigneur bientôt les hostilités, et les gens de Basdu Châtelet, Baudricourt , etc., grand-sompierre enlevèrent les chevaux et autres écuyer de Lorraine, mort en 1632, ayant bétail de quelques villages. On les pourépousé en 1610, Henrielte de Tornielle , suivit jusque près de Bassompierre, mais fille de Charles-Emmanuel de Tornielle, on ne put les atteindre. Le château de grand'maitre et chef des finances de Lor-Bassompierre est à présent en mauvais raine, dont il eut Anne - François de état ou même en ruine. Bassompierre, celui-ci et ses successeurs On peut voir la généalogie de la maison ont hérité et pris le titre de marquis de de Bassompierre, dans le P. Anselme et Bassompierre et de Remonville.

dans Moréri. M. le marquis de Bassompierre est seul Cette maison a fondé les Minimes de seigneur de ce village qui en lui-même est Nancy en 1592, et on voit dans l'église peu considérable, n'ayant que onze ou de ces religieux, les mausolées de Chrisou douze habitans, il est à une demi-tophe de Bassompierre, grand'maître lieue de Sancy et sous la juridiction du d'hôtel et des finances de la Lorraine, et prévót, recelte et bailliage de Briey, cour de Louise de Rendeval sa femme, fondasouveraine de Nancy.

teur et fondatrice de cette maison. Ces Depuis long - temps les seigneurs de mausolées sont en marbre et d'un travail Bassompierre ont fait figure en Lorraine ; exquis. Les deux personnages sont en dès l'an 1387, Simon, seigneur de Bas-, bronze, le reste du mausolée en marbre sompierre est nommé de la part du duc noir. On y voit aussi le mausolée de de Bar avec quelques autres seigneurs, François de Bassompierre, qui est simplepour juger les différens qui pourront sur-ment en pierre. venir entre les sujets du Barrois et ceux du La maison de Bassompierre est origiLuxembourg.

naire d'Allemagne et établie en Lorraine En 1490, la ville de Metz était en au XIV° siècle. Elle porte d'argent au guerre avec Hanus Arantz et Arnoud chevron de Gueules de trois pièces. La Arantz son frère, et avec Arnoud de Fé- maison de Bassompierre dans les comnétrange. En même temps, George de ! mencemens, s'attacha aux ducs de Bour

« PrécédentContinuer »