Images de page
PDF
ePub

LIV. A M ***. Il lui envoie l'extrait d'une lettre de M. l'évêque

d'Alet, sur la signature du Formulaire, et sur les Religieuses

de Port-Royal

Page 163

DE L'AUTORITÉ DES JUGEMENS ECCLÉSIASTIQUES, ou

SONT NOTES LES AUTEURS DES SCHISMES ET DES HÉRÉSIES. Précis de

cet ouvrage.

166

LV. A M. Michel-Ange Ricci. Il fait l'éloge de son mérite et de

183

LVI. Au R. P. Laurent de Laurea. Il relève l'approbation qu'il a

donnée au livre de l'Exposition.

184

LVII. De M. de Castorie à M. de Condom. Il lui fait ses excuses de

la négligence et de l'infidélité avec laquelle son livre de l'Expo-

sition a été imprimé en Hollande.

185

LVIII. A M. de Castorie : Sur l'édition latine du livre de l'Exposi-

tion, faite en Hollande.

186 .

LIX. Au cardinal Cibo. Il relève ses rares vertus, et fait l'éloge du

Siége apostolique.

187

LX. A Innocent XI. Il lui témoigne sa reconnoissance de l'appro-

bation qu'il a accordée à son livre de l'Exposition, l'instruit du
plan sur lequel Louis XIV vouloit que M. le Dauphin fût formé.

189

LXI. Du cardinal Cibo. Il témoigne à Bossuet l'affection et l'estime

de Sa Sainteté pour lui.

196

LXII. Au maréchal de Bellefonds. Sur l'extrême douceur dont Jé-

rémie, et surtout Jésus-Christ, nous ont donné l'exemple. 197

LXIII. A M. Nicaise, chanoine à Dijon. Jugement qu'il porte des

différens écrits de M. Spon.

LXIV. Au cardinal Cibo. Sur la lettre qu'il écrit à Sa Sainteté,

pour l'instruire de la méthode que l'on suivoit dans l'éducation

de M. le Dauphin.

LXV. Du curdinal Cibo. Il fait l'éloge de la lettre au Pape , sur

l'éducation de M. le Dauphin.

LXVI. Au cardinal Cibo. Sur une nouvelle édition du livre de l'Ex-

position.

204

LXVII. Au pape Innocent XI. Sur la vraie manière de renouveler

dans les cours le respect pour le saint Siége.

205

LXVIII. Du cardinal Cibo. Il donne des éloges à la nouvelle édition

du livre de l'Exposition.

207

LXIX. De M. de Castorie à M. de Condom. Sur l'Avertissement

Bossuet. XXXVII.

40

DIO

212

que Bossuet avoit mis à la tête de son Exposition, et le débit de la traduction flamande.

Page 208 LXX. A M. Spon, docteur en médecine. Il loue ses écrits, et lui

donne quelques avis pour la suite de ses travauz. LXXI. Au même. Il le remercie de l'ouvrage qu'il lui a envoyé. 211 LXXII. A M. Mignard, premier peintre du Roi. Sur la mort de sa

fille. LXXIII. Au cardinal Cibo. Zėle du prélat envers les hérétiques.

Moyens de les ramener à la vérité. Empressement de Bossuet, pour voir ses ouvrages approuvés du Pape.

213 LXXIV. A M. de Castorie. Sur la nouvelle édition latine du livre de l'Exposition.

214 LXXV. Au même. Il lui envoie son Discours sur l'Histoire uni

verselle, el lui propose de faire parvenir des exemplaires de l'Erposition en Suède et dans les

pays
du Nord.

215 LXXVI. De M. de Castoric à Bossuet. Sur les moyens de répandre

dans le Nord l'Exposition de la Foi; sur le livre de Frédéric Spanheim, la Réponse à la lettre de Spon; et sur le libelle intitulé La Politique du Clergé de France.

217 LXXVII. Réponse de Bossuet à la précédente.

221 LXXVIII. A M. Dirois. Il lui annonce son Discours sur l'Histoire universelle.

222 LXXIX. A M. de Rancé, abbé de la Trappe. Sur un ecclésiastique

que cet abbé l'avoit prié d'ordonner, et sur le projet d'une retraite à la Trappe.

223 LXXX. A M. Nicaise. Sur le Traité de la Nature et de la Grace

du P. Malebranche, et la réponse de M. Arnauld à la lettre de M. Spon.

225 LXXXI. De M. de Castorie à Bossuet. Il parle de plusieurs fails

concernant le livre de l'Exposition, relève le mérite du Discours sur l'Histoire Universelle, et presse Bossuet de réfuter Spanheim.

226 LXXXII. A M. de Castorie. Sur la réfuucion qu'il désiroit faire de

Spanheim, les fruits de l'Exposition en Suède, la paix de l'Eglise de Hollande, l'assemblée prochaine du Clergé de France, et autres points.

227 LXXXIII. Au même. Sur les corrections à faire dans une nouvelle édition du Discours sur l'Histoire universelle.

329 LXXXIV. A M. Dirois. Sur les approbateurs et le traduçleur de

son Exposition, et la prochaine assemblée du Clergé. 230

LXXXV. A M. de Rancé. Sur les obstacles à son voyage de la Trappe, et la prochaine assemblée du Clergé.

Page 232 LXXXVI. Bref d'Innocent XI à M. de Condom, Il lui déclare qu'il

lui a remis les droits pour l'expédition de ses bulles pour l'évêché de Meaux.

233 LXXXVII. Au pape Innocent XI. Il lui témoigne sa rec pois

sance et les sentimens de son respect et de son aitachement. 234 LXXXVIII. De M. de Castorie à M. de Condom Sur les fruits du

livre de l'Exposition, les mauvais effets de celui du P. Crasset, et les plaintes des Calvinistes transfuges de France contre les Catholiques.

235 LXXXIX. A M. Dirois. Sur la Régale, l'assemblée du Clergé, la

nomination du prélat Ricci au cardinalat, et quelques autres objets.

239 XC. De M. de Castorie à M. de Condom. Sur l'Apologie pour les

Catholiques, composée par M. Arnauld, et le Discours sur l'Histoire universelle.

245 XCI. Au cardinal d'Estrées. Il lui parle des difficultés proposées

sur quelques endroits de son sermou, prèché à l'ouverture de l'assemblée de 1681, lui rend compte des motifs qui l'ont di

rigé dans la composition de ce discours. XCII. A M. Dirois. Sur les differens objets qui devoient se traiter dans l'assemblée actuelle du Clergé.

249 XCIII. Au mêne : Sur la distribution de quelques -uns de ses ouvrages.

254 XCIV. Au même. Sur l'origine et les fondemens de la Régale. 255 XCV. Au même. Sur la lettre et le procès-verbal de l'assemblée,

louchant la Régale, et la manière dont on se proposuit de traiter les points de morale.

258 XCVI. A M. de Rance. Il parle d'un ouvrage de cet abbé, et déplore la corruption du siècle.

260 XCVII. A M. Dirois. Sur le projet de Censure et le Corps de Doc

trine, qu'il avoit été chargé de dresser par l'Assembléc, et sur la manière dont on devoit procéder à l'égard des différentes pro

positions qui méritoient d'éire censurées. XCVIII. Au inéme. Sur les funestes conséquences de la décision

que Rome méditoit en faveur de l'infaillibilité des Papes : la nécessité de condamner sans réserve toutes les propositions que l'Assembléc devoit censurer : en quoi consiste la véritable grandeur du saint Siege.

266 XCIX. A M. de Rancé. Sur l'ouvrage de cet abbé, deux Orai

242

262

sons funèbres du prélat, et les fàcheuses dispositions du Pape.

Page 274 C. Au même. I tâche de le détourner du dessein qu'il avoit de se démettre.

295 CI. A M. le comto d'Avaux, ambassadeur de France à la Haye.

Sur différens ouvrages contre les Protestans, que le prélat avoit reçus de Hollande.

276 CII. A M. de Rancé. Sur la conférence qu'il avoit eue avec M. larchevêque de Paris, au sujet du livre de cet abbé.

277 CIII. Au même. Il lui apprend les heureux fruits de son livre, et en fait de grands éloges.

280 CIV. De M. de Castorie. Sur plusieurs écrits de M. de Meaux, dont l'Eglise de Hollande retiroit de grands avantages.

281 CV. A M. de Castorie. Estime qu'il fait de son livre de l'Amour

penitent; éloges qu'il donne aux ouvrages de M. Arnauld contre le P. Malebranche.

282 CVI. De M. de Castorie. Sur le sort qu'a eu en différens lieux le

livre de l'Amour péniteni, et la disposition où étoit M. Arnauld d'entreprendre la réfutation du système du P. Malebranche sur la grâce.

284 CVII. A M. de Castorie. Il lui demande des éclaircissemens sur le Traité des Billets.

288 CVIII. De M. de Castorie. Il donne des détails sur la pratique des négocians de Hollande touchant le prêt.

289 CIX. A M. Dirois. Sur une affaire qu’un ecclésiastique avoit à la Pénitencerie.

291 CX. A M. de Rancé. Sur la mort de trois des principaux amis du

prélat. CXI. A M. Dirois. Sur l'affaire portée à la Pénitencerie, et sur un

traité imprimé en Espagne contre les quatre Articles du clergé de France.

294 CXII. A M. de Rancé. Sur la permission accordée pas les supé

rieurs de la congrégation de Saint-Maur, å dom Muguet, de prendre des engagemens à la Trappe.

295 CXIII. De M. de Castorie. Sur un libelle qu'un imposteur menaçoit d'attribuer à M. de Meaux.

296 CXIV. A M. de Runce'. Sur les difficultés qui s'opposoient au dessein

de dom Muguet de se fixer à la Trappe. CXV. Réponse de Bossuet à la question envoyée par M. l'évéque

d'Angers, sur les expressions de la profession de foi de Pie IV, qui concernent l'invocation des Saints.

293

298

299

CXVI. A M. Dirois. Sur l'affaire portée à la Pénitencerie ; sur un

projet de défense de la Déclaration du Clergé; et sur les lettres du cardinal Ubaldini, opposées aux sentimens de Bellarmin.

Page 303

CXVII. A dom Mabillon. Sur l'affaire de Molinos, l'ordination des

Anglais, et le rétablissement de la coupe en Angleterre et en Allemagne.

306 CXVIII. De dom Mabillon. Sur le rétablissement de la coupe, et quelques faits historiques.

308 CXIX. A un de ses Diocésains, réfugie' en Hollande. Il l'exhorle à revenir à l'Eglise.

310 DÉCLARATION donnde à M. de Bordes, sur plusieurs points relatifs à son changement de croyance.

313 CXX. De milord Perth. Sur sa conversion.

315 CXXI. Du même. Sur les suites de sa conversion, et le mérite des Ecrits de M. l'Evêque de Meaus.

318 CXXII. Du même, Sur les fruits qu'il a retirés des ouvrages

de M. de Meaux; sa fermeté dans la foi, et les mauvaises couleurs, qu'on vouloit donner à sa conversion.

319 CXXIII. Du même à Bossuet. Il lui témoigne l'estime qu'il faisoit

de son mérite, sa reconnoissance, et la sincérité de sa conversion.

329 CXXIV. De Bossuet à milord Perth. Il relève les circonstances ad

mirables de sa conversion , lui marque combien il est touché de l'aveuglement de l'Angleterre, et le désir qu'il a d'y voir reflearir la foi.

324 CXXV. De milord Perth. Grands sentimens de ce néophyte; espé

rance qu'il a de la conversion des Anglais; son respect pour les

Pères de l'Eglise, le Clergé de France, et Bossuet. 327 CXXVI. A un Juif retiré en Angleterre. Il le sollicite de rentrer dans le sein de l'Eglise , qu'il avoit quittée après sa conversion,

333 CXXVII. A un Réfugié. Il lui montre le tort qu'il a de regarder

comme une raison légitime de son changement, la persécution qu'il prétend que l'Eglise fait souffrir aux Protestans; répond à ses difficultés sur l'Eucharistie, et lui prouve le besoin que les chrétiens ont d'une autorité vivante et parlante qui termine leurs contestations.

334 CXXVIII. A M. Hermant, docteur de Sorbonne. Sur quelques re

cherches d'érudition que ce docteur avoit faites pour le prélat. 338

« PrécédentContinuer »