Voyage dans l'Afrique occidentale: comprenant l'exploration du Sénégal...de la Falemé...des mines d'or de Kéniéba...de Galam, Bondou et Woolli; et de la Gambie... : exécuté, en 1843 et 1844, par une commission composée de Mm. Huard-Bessinières, Jamin, Raffenel, Peyre-Ferry et Pottin-Patterson

Couverture
A. Bertrand, 1846 - 512 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 495 - Ils mettent une espèce d'orgueil et de forfanterie à repousser les croyances mahométanes et à se moquer des pratiques de ce culte. « Ils gouvernent et commandent, ne travaillent point, et vivent aux dépens des marabouts, dont ils exploitent avec brutalité les goûts paisibles et les tendances laborieuses ; ils exploitent aussi , mais avec plus de brutalité encore, les Foulahs pasteurs et cultivateurs qui viennent s'établir sur les bords de la Gambie. Les Soninkés sont adonnés d'une manière...
Page 269 - Il constate que ces cheveux < ne sont point plats et unis, comme ceux des individus de race mongolique; ils sont moins laineux que ceux des Nègres, plus longs et disposés ordinairement en nattes, qui leur donnent, vus d'un peu loin, l'apparence soyeuse dont parle Mungo-Park1.
Page 270 - États torodos, yoloffs et mandingues, ce sont les femmes et non les hommes qui transmettent la noblesse du sang, il a dû nécessairement résulter de ces alliances, après une suite d'années qui peut même ne pas être longue, une génération nouvelle ( les Toucouleurs ) toute-puissante dans l'opinion et dans les institutions du pays. Cette génération...
Page 19 - Ils vivent entre eux, ne contractent d'alliances qu'entre eux, et, sans être positivement idolâtres, ils ont repoussé, pour la plupart, les enseignements de l'islamisme. La vérité est qu'ils ne se livrent à aucunes pratiques extérieures et qu'ils n'ont avec leurs compatriotes qu'un seul point de contact à l'endroit des croyances : c'est celle qui admet la vertu des gris-gris, commune à tous les peuples de la zone transatlantique de l'Afrique, mahométans ou fétiches, de race caucasique...
Page 270 - ... enfin leur constitution en corps de nation, et la » présence parmi eux (à peu près exclusivement à tout autre » peuple) des Peuls, dont ils parlent la langue, viennent donner » une nouvelle valeur à la double hypothèse sur laquelle on » peut fonder l'existence d'un peuple étranger à la race éthio» pique, et d'un peuple métis, dont celui-ci serait le généra
Page 271 - Quant aux Peuls, la conservation de leur race, qui a dû être tant soit peu altérée par les relations postérieures des deux peuples, s'explique par le petit nombre de femmes qui les auraient suivis dans leur émigration première, et leur condition de tributaires est déjà expliquée par la révolution politique, qu'on peut, je crois, admettre avec quelque confiance.
Page 117 - la pureté de la race. Quant aux alliances des hommes » de la classe privilégiée avec des femmes de la classe » commune , elles sont fréquentes ; mais les enfants qui » en sont issus sont nécessairement exclus du cominan» dement suprême par le fait de la naissance obscure de >• leur mère. » (P. 112. ) » la société y semble, comme autrefois dans celle-ci , di...
Page 270 - Toucouleurs; car, ou les premiers ont reçu l'hospitalité en qualité d'étrangers immigrants, ou ils ont été d'abord conquérants; et, dans l'un ou l'autre cas, ils ont dû former des alliances avec les femmes du pays où ils se sont établis, soit en hôtes, soit en vainqueurs. Or, comme dans les anciens Etats torodos...
Page 397 - ... ils exploitent cependant, comme on l'a vu, les nombreuses mines d'or de leur pays. Cet or compose , avec l'ivoire des éléphants qui abondent dans cette région, à peu près exclusivement les matières de leur commerce. Ils le font au moyen de caravanes qu'ils conduisent eux-mêmes aux comptoirs européens.
Page 223 - C'est là leur destination normale , car leur affluence n'est qu'accidentelle et d'une très-courte durée. Au Sénégal, où le même fait se présente , ces effluents portent le nom particulier de marigot , nom très-connu et bien souvent employé, mais dont nous ne croyons pas que le sens eût été jusqu'à présent déterminé avec précision. Il arrive souvent, en effet...

Informations bibliographiques