Images de page
PDF
ePub

- noms des Livres Chinois, & qu'ils s'en servoient pour la exprimer l'Etre suprême & la premiere cause.

M En sortant de la Synagogue, on trouve une salle que j'eus la curiosité de voir; je n'y remarquai qu'un grand nombre de cassolettes. Ils me dirent que c'étoit le lieu où ils honoroient leurs Chim-gins, ou les Grands Hommes de leur Loi. La plus grande de ces cassolettes, qui est pour le Patriarche Abraham, le Chef de leur Loi, est au milieu de cette salle. Après celle-là, font celles d'Isaac, de Jacob & de ses douze enfans, qu'ils appellent Chelcum-pai-Je, les douze lignées ou les douze tribus d'Israël: ensuite sont celles de Moïse, d'Aaron, de Josué, d'Esdras, & de plusieurs autres personnes illustres, soit hommes, soit femmes.

» Quand nous sortîmes de ce lieu-là , on nous conduisit en la salle des hôtes pour nous entretenir. Comme les titres des Livres de l'Ancien Testament étoient écrits en Hébreu à la fin de ma Bible, je les montrai au Cham-kìao ou Chef de la Synagogue : il les lut quoiqu'ils sussent aílèz mal écrits, & il me dit que c'étoient les noms de leur Chin-kim ou du Pentateuque. Alors prenant ma Bible, & le Cham-kìao son Berefith { c'est ainsi qu'ils nomment le Livre de la Genese), nous confrontâmes les descendans d'Adam jusqu'à Noé, avec l'âge d'un chacun, & nous trouvâmes entre l'un & l'autre une parfaite conformité. Nous parcourûmes ensuite en abrégé les noms & la chronologie de la Genese, de l'Exode, du Lévitique , des Nombres & du Deutéronome, ce qui compose le Pentateuque de Moïse. Le Chef de la Synagogue me die qu'ils appeloient ces cinq Livres Berejìth, Vedesemoth, 1Vouera , Faiedabber & Haddebarim, & qu'ils Wclivisoient JuifS /m^' * /<l en cinquante-trois volumes; savoir, la Genese en douze volumes, l'Exode en onze, & les trois Livres suivans en dix volumes chacun, qu'ils appellent Kuen. Ils m'en ouvrirent quelques-uns, & me les présenterent à lire; mais ne sachant pas l'Hébreu, comme j'ai déjà dit, cela fut inutile.

» Les ayant interrogés sur les titres des autres Livres de la Bible, le Chef de la Synagogue me répondit en général qu'ils en avoient quelques-uns, mais que les autres leur manquoient, & qu'il y en avoit qu'ils ne connoisfoient pas. Quelques - uns des affistans m'ajouterent qu'il s*étoit perdu quelques Livres dans l'inondation du Hoangho , dont j'ai parlé. Pour compter sûrement sur ce que je viens de rapporter, il feroit nécessaire de savoir la Langue Hébraïque, car fans cela on ne pourra s'assurer de rien.

» Ce qui me surprend davantage, c'est que leurs anciens Rabbins aient mêlé plusieurs contes ridicules avec les véritables faits de l'Ecriture , & cela jusque dans les cinq Livres de Moïse. Ils me dirent à ce sujet de si grandes extravagances , que je ne pus m'empêcher d'en rire; ce qui me fit soupçonner que ces Juifs pourroient bien être des Talmudistes, qui corrompent le sens de la Bible. II n'y a qu'un homme habile dans l'Ecriture & dans laLangue Hébraïque, qui puisse démêler ce qui en est.

» Ce qui me confirme dans le soupçon que j'ai formé, c'est que ces Juifs m'ajouterent que fous la dynastie des a Ming (*), le P. Fi-lo-te ( le P. Rodriguez de Figueredo), Juifs établis à la & fous la dynastie régnante, le P. Ngen-like (le P. ChréC tien Enriquez) allerent plusieurs fois à leur Synagogue pour traiter avec eux; mais comme ces deux savans hommes ne se mirent pas en peine d'avoir un exemplaire de leur Bible, cela me fait croire qu'ils la trouverent corrompue par les Talmudistes, & non pas pure & sincere comme elle étoit avant la naissance de Jésus-Christ.

» Ces Juifs, qu'on appelle à la Chine Tiao-kin-kiao, gardent encore plusieurs cérémonies de l'Ancien Testament; par exemple, la circoncision, qu'ils disent avoir commencé au Patriarche Abraham, ce qui est vrai; les Azimes , l'Agneau pascal, en mémoire & en action de graces de la sortie d'Egypte & du passage de la mer Rouge à pied sec, le Sabbat, & d'autres fêtes de l'ancienne Loi.

» Tous ces Juifs ne composent aujourd'hui que sept familles, dont voici les noms: Thao, Kin, Che, Cao, Theman , Li, & Ngai. Ces familles s'allient les unes aux autres , fans se mêler avec les Hoei-hoei, ou les Mahométans , avec lesquels ils n'ont rien de commun , soit pour les Livres, soit pour les cérémonies de leur Religion; il n'y a pas même jusqu'à leurs moustaches qui ne soient tournées d'une autre maniere.

» Ils n'ont de Synagogue que dans la capitale de la Province de Honan. Je n'y ai point vu d'autel, mais seulement la chaire de Moïse, avec une cassolette, une lon

(*) Les Ming commencerent à régner en i} 68, & perdirent le trône en 1644

gne table, & de grands chandeliers avec des chandelles rrrr. de suif. Leur Synagogue a quelque rapport avec nps Ju^' églises d'Europe; elle est partagée; en ,trois ne.se; celle du milieu, eil occupée par lavable des parfums r fa chaire de Moïse 8c le tableau de l'Empereur, avec les tabernacles dont j'ai parlé, où ils gardent Les treize, exemplaires du Pentateuque de Moïse. Ces tabernacles font faits en maniere d'arche, 8c cette nef du milieu est comme le chœur de la Synagogue; Jes deux, autres font destinées à prier 5c à adorer Dieu. On va tout autour de la Synagogue par le dedans. . l

» Comme il y a eu autrefois, 6c qu'il y a encore aujourd'hui parmi eux des Bacheliers & des Kicn-sens , qui est un degré différent de celui de Bachelier, je pris la liberté de leur demander s'ils honoroient Confucius : ils me répondirent qu'ils l'honoroient de la même maniere que les autres Lettrés de la Chine l'honorent, & qu'ils aíïìstoient avec eux aux cérémonies solennelles qui se font dans les salles de leurs. .Grands Hommes. Ils m'ajouterent qu'au printemps & en automne ils rendoient à leurs ancêtres les honneurs qu'on a coutume.de leur rendre à la Chine, dans la salle qui est auprès de la Synagogue; qu'à la vérité ils ne leur préfentoient pas des viandes de cochons , mais d'autres animaux ; que dans les cérémonies ordinaires ils se contentoient de présenter des porcelaines pleines de mets & de confitures, ce qu'ils accompagnoient de parfums> & de profondes révérences ou pros- ternemens. Je leur demandai encore si dans leurs maisons ou dans la salle de leurs morts, ils avoient des tablettes en l'honneur de leurs ancêtres. Ils me répondirent qu'il»

ne se servoient ni de tablettes ni d'images, mais seule* k ment de quelques cassolettes. II faut cependant en exceprer leurs Mandarins, pour lesquels seuls on met dans la salle des ancêtres une tablette où leur nom & le degré de leur Mandarinat font marqués «.

Le P. Go^ani ajoute que ces Juifs, dans leurs inscriptions , appellent leur Loi la Loi d'Israël, Yselals-kiao; qu'ils lui donnent encore les noms de Kou-kiao, Loi ancienne; de Tien-kiao, Loi de Dieu; &de Tiao-kin-kiao, pour signifier qu'ils s'abstiennent du sang, 8c qu'ils coupent les nerfs &c les veines des animaux qu'ils tuent, afin que tout le sang s'écoule plus aisément. Ils lui dirent que leurs ancêtres venoient d'un royaume d'Occident, nommé le royaume de Juda, que Jofué conquit après être sorti de l'Egypte & avoir passé la mer Rouge & traversé le désert; que le nombre des Juifs qui sortirent d'Egypte étoit de soixante ouan, c'est-à-dire, de six cent mille hommes. Ils lui parlerent des Livres des Juges, de David , de Salomon, d'Ezéchiel, qui ranima des oílemens secs & arides; de Jonas, qui fut trois jours dans le ventre de la baleine, &c.; d'où l'on voit qu'outre le Pentateuque, ils ont encore plusieurs autres Livres de l'Ecriture Sainte.

Ils apprirent au même Missionnaire, que leur alphabet étoit composé de vingt-sept lettres; mais que dans l'usage ordinaire ils ne se servoient que de vingt-deux : ce qui s'accorde avec ce que dit S. Jérôme, que les Hébreux ont vingt-deux lettres, dont cinq font doubles , òu du. moins s'écrivent d'une maniere différente. ';'

Ces Juifs n'allument point de feu & ne font rien cuire le Samedi ; mais ils préparent dès le Vendredi tout ce qui

leur

« PrécédentContinuer »