Mémoires secrets de Bachaumont de 1762 à 1787, Volume 2

Couverture
Brissot-Thivars, 1830
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 99 - Modeste en ma couleur, modeste en mon séjour, Franche d'ambition, je me cache sous l'herbe; Mais si sur votre front je puis me voir un jour, La plus humble des fleurs sera la plus superbe.
Page 219 - Ils se sont réunis et prétendent faire un corps de système qui doit renverser tous les principes reçus en fait de gouvernement, et élever un nouvel ordre de choses. Ces messieurs avaient d'abord voulu entrer en rivalité contre les Encyclopédistes et former autel contre autel ; ils se sont rapprochés insensiblement ; plusieurs de leurs adversaires se sont réunis à eux, et les deux sectes paraissent confondues dans une.
Page 109 - J'en vois bien davantage. Dans ce séjour délicieux Je vois aussi des pommes, Faites pour charmer tous les yeux Et damner tous les hommes. Amis! en voyant tant d'appas • Quels plaisirs sont les nôtres ; Sans le péché d'Adam, hélas! Nous en verrions bien d'autres. Il n'eut qu'une femme avec lui ; Encor c'était la sienne : Ici je vois celle d'autrui, Et ne vois pas la mienne (1).
Page 160 - L'air y est sain, l'eau admirable ; les coteaux, qui entourent différents lacs forment des promenades agréables, très-propres à rêver. Les habitants n'entendent ni l'anglais, ni le français, encore moins le grec et le latin. Le curé ne sait ni disputer ni prêcher. Ses ouailles, en faisant le signe de la croix, croient bonnement que tout est dit. Eh bien ! Monsieur, si jamais ce lieu-là est de votre goût, vous pouvez y venir demeurer ; vous y aurez le nécessaire, si vous le voulez ; sinon,...
Page 212 - Que l'encens qu'il prodigue est plat et sans odeur ! C'est, si je veux l'en croire, un heureux petit-maître ; Mais si j'en crois ses vers, ah! qu'il est triste d'être Ou sa maîtresse, ou son lecteur ! On attribue cette épigramme à M.
Page 5 - J'en ai vu de toutes les formes, Grands, petits, minces, gros, médiocres, énormes; Mesdames et Messieurs, comment les voulez-vous? On fait partout d'un cœur tout ce qu'on en veut faire, On le prend, on le donne, on l'achète, on le vend; II s'élève, il s'abaisse, il s'ouvre, il se resserre ; C'est un merveilleux instrument. J'en jouais bien dans ma jeunesse; Moins bien pourtant que ma maîtresse.
Page 13 - La Partie de Chasse de Henri IV, comédie en trois actes et en prose, par Collé, secrétaire ordinaire, lecteur de SAS Monseigneur le Duc d'Orléans, premier Prince du sang. Brest, de l'imprimerie de Michel, 18l4, ltt-8
Page 93 - D'un corps jadis sain et robuste, Qui bravait saisons et climats, Les vents brûlans et les frimas , II ne me reste que le buste. .' Malgré mes nerfs demi-perclus, Destin auquel je me résigne, De la santé que je n'ai plus, Je conserve encore le signe. Mais, las ! je le conserve en vain : ,' On me défend d'en faire usage; Ma moitié , vertueuse, et sage, Au lieu de s'en plaindre, me plaint.
Page 107 - Ce dernier, assez inquiet de sa position, consultait l'autre sur ce qu'il devait faire. « M. de Stainville , lui disait-il , me menace de cent coups de bâton , si je vais chez sa femme; madame m'en offre deux cents, si je ne me rends pas à ses ordres : que faire? Obéir à la femme, répond Caillaud : il ya cent pour cent à gagner. FÉVBIEB. 2. — Couplets attribués à M. le duc d'Ayen , dont un du roi. à ce qu'on prétend : Que l'on goûte ici
Page 342 - HABITONS ce petit espace, Assez grand pour tous nos souhaits Le bonheur tient si peu de place ! Et ce dieu n'en change jamais.

Informations bibliographiques