Mémoires et lettres de Mme de Maintenon, Volume 2

Couverture
J.E. Dufour et P. Roux, 1789
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 156 - ... il a au doigt un gros diamant qu'il fait briller aux yeux, et qui est parfait; il ne lui manque aucune de ces curieuses bagatelles que l'on porte sur soi autant pour la vanité que pour l'usage , et il ne se plaint non plus toute sorte de parure qu'un jeune homme qui a épousé une riche vieille.
Page 88 - Saint-Cyr, le son de voix le plus agréable, un ton affectueux, un front ouvert et riant, le geste naturel de la plus belle main, des yeux de feu, les mouvements d'une taille libre si affectueuse et si régulière qu'elle effaçait les plus belles de la cour Le premier coup d'œil était imposant et comme voilé de sévérité : le sourire et la voix ouvraient le nuage...
Page 117 - Mme de Montespan et de son amie qui voyage" eSt une véritable aversion depuis près de deux ans : c'est une aigreur, c'est une antipathie, c'est du blanc, c'est du noir; vous demandez d'où vient cela ? C'est que l'amie est d'un orgueil qui la rend révoltée contre les ordres de l'autre.
Page 54 - Colbert à Chaillot (*), la prier instamment de venir à Versailles, et qu'il pût lui parler encore. M. Colbert l'ya conduite; le Roi a causé une heure avec elle, et a fort pleuré...
Page 157 - ... non plus toute sorte de parure qu'un jeune homme qui a épousé une riche vieille. Vous m'inspirez enfin de la curiosité , il faut voir du moins des choses si précieuses : envoyez-moi cet habit et ces bijoux de Philémon , je vous quitte de la personne.
Page 117 - ... c'est que l'amie est d'un orgueil qui la rend révoltée contre les ordres de Quanto : elle n'aime pas à obéir; elle veut bien être au père, mais non pas à la mère; elle fait le voyage à cause de lui, et point du tout pour l'amour d'elle; elle rend compte à l'un, et point à l'autre: on gronde l'ami d'avoir trop d'amitié pour cette glorieuse...
Page 35 - Elle approchoit de la table • sacrée à la faveur de quelques absolutions surprises à des prêtres mercenaires ou ignorans. Un jour ,' elle essaya d'en obtenir une d'un curé de village , dont on lui avoit vanté la facilité ; mais cet homme de Dieu lui dit : « Quoi ! vous êtes cette madame de Montespan « qui scandalise toute la France ? Allez , madame , « renoncez à vos coupables habitudes , et vous vien...
Page 118 - Louvois alla voir en arrivant cette gouvernante, elle soupa chez madame de Richelieu, les uns lui baisant la main, les autres la robe; et elle se moquant d'eux tous , si elle n'est bien changée ; mais on dit...
Page 205 - Lauzun se rappela enfin qu'elle avait été sur le point d'être celle d'un empereur, et en prit l'air et le ton : « Je vous défends, lui dit-elle, de vous présenter jamais devant moi.
Page 177 - Soissons demandoit si elle ne pourroit point faire revenir un amant qui l'avoit quittée. Cet amant étoit un grand prince; et on assure qu'elle dit que s'il ne revenoit à elle , il s'en repentiroit : cela s'entend du roi, et tout est considérable sur un tel sujet.

Informations bibliographiques