Journal étranger

Couverture
Chez J. F. Quillau, 1756
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 179 - ... dès leur entrée dans ce monde, égaux en infirmités pendant tout le cours de leur vie , égaux à l'égard du sort commun des mortels, vils comme eux devant Dieu au jour du jugement, condamnables tout comme eux pour leurs vices et pour leurs crimes; que le choix du peuple est la base de leur grandeur, et un -moyen nécessaire pour leur conservation; qu'en un mot l'être suprême n'a point créé le genre humain pour le plaisir particulier de quelque douzaine de familles.
Page 67 - Nature! que n'as-tu produit un être femblable à celui que crée fouvent mon imagination ? C'eft un vifage célefte , & qui a quelque chofe de divin , que je vois alors devant moi. Je donne à fes yeux tout le brillant de la voute azurée. Je répands fur fon fein & fur fes joues le tendre éclat de la rofe , & la blancheur de l'albâtre fur fon beau corps. Son regard me fourit plus noblement & avec plus <le tendrefle que ne m'a jamais fouri Simm.
Page 182 - ... en est point une chez une nation libre ; car les conquêtes inutiles s'accordent moins avec les principes d'un gouvernement libre qu'avec ceux de la souveraineté. Si les Suédois veulent affermir leur liberté et perpétuer leur bonheur, ils donneront à leurs milices la forme, les mœurs et la discipline que doivent avoir les troupes d'un état libre.
Page 59 - Gulhindy s'épanouit & furpafla , fans le fçavoir , les Nymphes fes compagnes. Son jeune cœur n'étoit encore agité d'aucun défir , & la vertu feule avoit droit de l'émouvoir. Le Génie , qui , comme une autre Minerve , veilloit continuellement fur elle , n'oublia rien pour difpofer fon ame à c ecevoir l'amour qui devoit l'animer un jour.
Page 69 - Qu'ils frémifTent de joye en fe rencontrant. Avec quelle volupté verrai-je du haut d'un nuage combien ils feront étonnés de fe trouver, comment en voulant fe fuir ils fe fentiront arrêtés , comment enfin la furprife , le plaifir & l'admiration feront couler leurs larmes.
Page 75 - Semblable à un doux & clair ruifleau, qui fuit au travers d'une campagne fleurie , leur vie s'écoule dans les plaifirs , & va fe répandre dans l'éternité; leurs ames environnées d'un plus beau ciel jouiront d'un amour encore plus parfait & plus heureux que fur la terre. Mes chers enfans , c'eft la félicité qui vous attend. Vous vous êtes fentis néceflaires l'un à l'autre, & la voix de la nature, rendue plus intelligible par mes foins, vous a appellés à votre union. Soyez heureux , &...
Page 64 - ... qu'un rayon célefte pénétreroit mon ame. Si ce cher objet n'étoit créé que pour moi , fi dans chacun de fes regards , je voyois briller ce feu , ces défirs que j'éprouve ; réveillée par l'aurore , j'irois , au bord d'une claire fontaine , cueillir les plus belles fleurs , pour en orner les cheveux de cet être aimable. Couchée avec lui fous l'ombre d'un myrthe , la tête appuyée fur fon fein, 'aux Poëjîes âe M.
Page 60 - ... du front de Syrma. faifoit trembler la Princefle. Partagés au contraire avec fa tendre amie, fes plaifirs lui devenoient plus agréables , à peu près comme l'on voit l'activité de la lumiére augmentée par la réfraction. Cependant approchoit le temps de la fleur de fon âge. Les défirs qu'amène cette faifon de nos jours , foibles dans leur naiflance , s'étendent...
Page 60 - ... comme des perles fur fon teint de rofes. Alors elle ferroit tendrement Syrma dans fes bras, & fentoit redoubler fa joie dans ceux de fon amie. Les fonges mêmes ne lui laiflbient point foupçonner qu'il fut des plaifirs plus vifs.
Page 56 - Ce fut là qu'il reçut les leçons de la prudence , non de celle qui régne aujourd'hui & qui excite l'indignation des belles ames , mais de celle qui enfeigne l'art ineftimable de faire le bonheur des peuples. On lui apprit de bonne heure à connoître le mérite des Arts & la dignité des grands talens. Deux Sages, dont les chants nobles attiroient fouvent les Dieux de la forêt , avoient particuliérement gagné fa confiance. Il les aimoit & les écoutoit avec plaifir...

Informations bibliographiques