Notice du Musée imperial de Versailles: Deuxième étage; jardins et tables

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 628 - This book should be returned to thé Library on or before thé last date stamped below. A fine is incurred by retaining it beyond thé specified time. Please return promptly.
Page 160 - ... de sa vie, avoit conservé le plus grand air et le plus audacieux; aussi l'étoit-il au dernier point, quoique poli extrêmement, mais toujours avec hauteur, et plus audacieux avec Monsieur qu'avec personne. Le goût de ce prince pour le chevalier de Lorraine a été si public, si opiniâtrement éclatant, que rien n'a été si public dans toute l'Europe, et a duré depuis leur jeunesse jusqu'à la fin de la vie de Monsieur, qu'il a toujours gouverné en maître absolu, à travers tous les mignons...
Page 152 - On lui fit son procès; et lorsque madame la princesse fut guérie, M. le prince la fit conduire à Châteauroux , qui est une de ses maisons ; elle ya été gardée très-long-temps en prison , et à présent on lui donne seulement la liberté de se promener dans la cour, toujours gardée par des gens que M. le prince tient auprès d'elle. M. le duc fut accusé d'avoir conseillé à M. le prince le traitement que recevoit madame sa mère...
Page 427 - C'est un petit château de pierres blanches, dont la cour est irrégulière; le dedans est fort logeable par de petites pièces de plain.pied, avec des terrasses, des parterres, et de grands buis qui représentent différentes figures de bêtes, de gens et de carrosses. Quoique cela soit extraordinaire et peu en usage, je ne laissai pas d'y trouver une espèce de beauté qui fait plaisir à voir. Nous allâmes coucher à Binche ; l'on parla d'aller le lendemain à Mons entendre chanter la messe aux...
Page 265 - Au bas des portraits en médaillons du feu roi, de la feue reine et du feu dauphin, réunis en un bas-relief imitant le bronze, la princesse qui est supposée les avoir peints elle-même, vient de tracer ces mots : Leur image est encore le charme de ma vie.
Page 296 - Ier, son parrain, et succéda en 1544 au duc Antoine, son père. La même année, tandis que Charles-Quint assiégeait la ville de Saint-Dizier, il alla trouver ce monarque et le roi François Ier pour les engager à faire la paix ; il avançait dans sa négociation lorsqu'il fut surpris d'une attaque d'apoplexie qui l'obligea de se faire transporter à Bar-le-Duc, où il mourut le 12 juin 1545.
Page 348 - H. 1,28. — L. 1,01. Né à Woolstrope (comté de Lincoln) le 25 décembre 1642, il fut envoyé en 1660 à l'université de Cambridge, et fit avant l'âge de vingt-trois ans ses plus grandes découvertes en mathématiques. En 1665, il se retira à Woolstrope, et c'est là que, voyant tomber une pomme devant lui, il conçut la première idée de la gravitation universelle et du système du monde, exposé dans son livre des Principes malhémathiques de la philosophie naturelle, publié en 1687.
Page 390 - Salon, le Roi ayant fait apporter ce tableau à Versailles, ce fut M. d'Angevilliers, alors ministre des Arts et directeur des bâtiments royaux, qui me présenta à Sa Majesté. Louis XVI eut la bonté de causer longtemps avec moi, de me dire qu'il était fort content; puis il ajouta, en regardant encore mon ouvrage : « Je ne me connais pas en peinture ; mais vous me la faites aimer. » Mon tableau fut placé dans une des salles du château de Versailles, et la Reine passait devant en allant et...
Page 368 - Lyon, pour prouver ce qu'il a avancé dans ses observations et réflexions touchant la nature, les événements et le traitement de la peste de Marseille et d'Aix, du 10 décembre 1720, Chez Bruyset, Paris.

Informations bibliographiques