Geschiedenis van Antwerpen, bewerkt door F.H. Mertens en K.L. Torfs. [With] Aenhangsel, Volume 185,Partie 1

Couverture
1845
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 449 - Par notre décret du dix-sept mai mil huit cent neuf, nous avons déterminé que les VILLES, COMMUNES et CORPORATIONS qui désireraient obtenir des Lettres patentes portant concession d'armoiries pourraient, après s'être fait préalablement autoriser par les autorités administratives compétentes, s'adresser à notre cousin le Prince Archi-Chancelier de l'Empire, lequel prendrait nos ordres à cet effet. En conséquence, le...
Page 450 - Chargeons notre Cousin le Prince Archi-Chancelier de l'Empire de donner communication des présentes au Sénat et de les faire transcrire sur ses registres. Car tel est notre bon plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et...
Page 491 - Spiritum sanctum habuisset , se non inferius née dissimilius Deum , quia plenitudinem Spiritus sancti accepisset. In qua praesumptione adeo illusit, ut quidam in eo divinitatem venerarentur , in tantum ut balnei sui aquam potandam stultissimo populo pro benedictione divideret. velut sacratius et efficacius sacramentum profuturum saluti corporis et animae. Quodam etiam tempore , dum novum genus quaestus nova adinventione macliinaretur , quandam imagiiiem S.
Page 450 - Voulons que les ornements extérieurs desdites armoiries , ainsi que ceux des autres bonnes villes de notre Empire , consistent en : une couronne murale à sept créneaux, sommée d'une aigle naissante d'or pour cimier, et...
Page 449 - Lettres-patentes portant concession d'Armoiries, pourraient, après s'être fait préalablement autoriser par les autorités administratives compétentes, s'adresser à notre cousin le Prince Archichancelier de l'Empire, lequel prendrait nos ordres à cet effet. En conséquence, le...
Page 450 - ... au-dessus du chef, auquel sont suspendus deux festons servant de lambrequins, l'un à dextre de chêne, l'autre à senestre d'olivier, aussi d'or, noués et rattachés par des bandelettes de gueules.
Page 450 - Dumaine, membres dudit conseil, a émis le vœu d'obtenir, de notre grâce, des lettres patentes portant concession d'armoiries, et que ladite délibération a été approuvée par les autorités administratives compétentes.
Page 450 - Et, sur la présentation qui nous a été faite de l'avis de notre Conseil du sceau des titres et des conclusions de notre procureur général, Nous avons autorisé et autorisons, par ces présentes signées de notre main, notre bonne ville de Besancon à porter les armoiries telles qu'elles sont figurées et coloriées aux présentes, et qui sont : d'or au lion rampant de...
Page 450 - Cour d'appel et au domicile de l'impétrant, et partout où besoin sera. Car tel est notre bon plaisir, et, afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, notre cousin le prince archichancelier de l'Empire ya fait apposer, par nos ordres, notre grand sceau en présence du conseil du sceau des titres. Donné à Paris, le vingt-huit du mois de novembre de l'an de grâce mil huit cent neuf.
Page 491 - Manasses - quem cum scelerato homine etiam a vobis detentum audivimus - exemplo nequissimi magistri 70 fraternitatem quandam quam gilda vulgo appellant instituerat, in qua duodecim viros in figura duodecim apostolorum et unam tantum feminam in figura...

Informations bibliographiques