Images de page
PDF
ePub

cesseur au saint

pape Sylvestre, sous le pontificat duquel il avoit rendu de grands services à l'église; et la cérémonie de son installation se fit le 18 Janvier 336. Il n'occupa la chaire de saint Pierre que huit mois et vingt jours, étant mort le 7 Octobre suivant. Selon le pontifical publié par Anastase , il bâtit deux églises, l'une sur la voie d'Ardée, l'autre dans l'enceinte de la ville, près du capitole. On l'enterra sur la voie d'Ardée, dans le cimetière de Balbine, ainsi appelé d'une sainte martyre dont les reliques y reposoient. Ce cimetière, dit anciennement de Prétextat, sans doute à cause de quelque personnage illustre de ce nom, étoit peu éloigné de celui de Calixte, situé sur la voie Appienne. Saint Marc l'avoit embelli par respect pour

les martyrs qui y étoient enterrés, et il ne savoit pas qu'il porteroit un jour son nom. Le pape Damase, dans son épitaphe, loue son désintéressement extraordinaire, son parfait mépris pour toutes les choses de la terre, son amour singulier pour la prière, qui attiroit des bénédictions abondantes sur le peuple.

Le nom de saint Marc se trouve dans le calendrier de Libère , qui fut dressé peu de temps après sa mort, ainsi que dans tous les martyrologes de l'église d’Occident. Il y avoit à Rome une église de son nom dès le cinquième siècle; le pape Grégoire VII y fit transférer ses reliques. On lit dans les pontificaux qu'elle fut réparée par Adrien 1, Grégoire IV et Paul II. Ce dernier pape

bâtit auprès un palais , où ses successeurs, jusqu'à Sixte V, firent leur résidence, préférant cette habitation à celle du Mont-Quirinal ou de Monte Cavallo,

Ce fut par la pratique constante de la vigi-
Tome IX.'

R*

lance, de la mortification et de la prière, que tous les Saints triomphèrent de leurs ennemis spirituels. Jamais ils ne quittoient les armes, mais de tous ses ennemis, il n'y en a point qu'un chrétien doive plus redouter que lui-même, parce qu'il se porte par-tout, et qu'il ne peut se fuir. Qu'il ne cesse donc jamais de s'écrier : Qui me préservera du malheur de tomber? Ce ne sera pas ma propre force : mes efforts seront inutiles, ô mon Dieu ! si vous ne daignez être ma lumière et mon soutien. Quoique l'église fût en paix dans le temps où elle étoit gouvernée par saint Marc, il n'en fut pas moins attentif à veiller sur luimême, afin de se prémunir contre la séduction de l'ennemi , qui n'est jamais plus à craindre que quand il paroît cesser de nous attaquer.

S. SERGE et S. BACQUE, MARTYRS. Il est fait une mention très-honorable de saint Serge et de saint Bacque, dans Théodoret, Jean Mosch, auteur du Pré spirituel, Evagre, saint Grégoire de Tours, Bède et les anciens martyrologistes. C'étoient des officiers de marque qui servoient dans les armées de l'empire; ils souffrirent sous Maximien, après avoir passé par de cruelles tortures. Rasaphe, ville de Syrie, au diocèse de Hiéraple, fut le théâtre de leurs triomphes. On y voyoit anciennement leur tombeau, que divers miracles avoient rendu célèbre; et Alexandre, évêque diocésain, fit bâtir une église magnifique sous leur invocation en 431 (1). Par dévotion pour leurs reliques, Justinien fortifia la ville de Rasaphe, lui donna le nom de Sergiopolis, et la fit métropole de la province; il bâtit

(1) Voyez Lupus, in Conc. Ephes. p. 232 , 279, 299.

aussi en leur honneur plusieurs églises dans différentes provinces de l'Orient. Saint Serge et saint Bacque sont patrons titulaires d'une église de Rome, qui est célèbre dès le septième siècle. Il y a dans la même ville deux autres églises de leur nom, dont l'une , dite ad Montes, appartient au collége russe. On y garde une portion de leurs reliques , qui furent apportées de Syrie du temps des croisades. La cathédrale de Prague, dédiée sous l'invocation de saint Vit, se glorifie de posséder une portion de ce précieux trésor, qu'elle reçut de l'empereur Charles IV en 1354. On conserve aussi quelques reliques des saints martyrs dans l'église de Saint-Benoît, à Paris, laquelle portoit le nom de Saint-Bacque dans le onzième siècle.

Nous n'avons point d'actes authentiques de saint Serge et de saint Bacque. Voyez Tillemont, t. V, p. 491.

On honore à Rome, le même jour, les saints martyrs Marcel et Apulée. Leur nom est célèbre dans les anciens martyrologes. Il y a une messe propre pour leur fête dans le sacramentaire du pape Gelase, publié par le cardinal Tomasi. En 872, le pape envoya leurs reliques à l'empereur Louis II, et ce prince les reçut comme un riche présent. L'impératrice Angilberte, sa femme, les donna au monastère de religieuses qu'elle avoit fondé à Plaisance, en Italie. Nos deux saints martyrs sont honorés dans cette ville avec beaucoup de dévotion.

S. JUSTINE de PADOUE, MARTYRE. SAINTE JUSTINE souffrit à Padoue vers l'an 304, sous Dioclétien, ou, selon quelques auteurs , durant la persécution de Néron. Fortunat la met

au nombre de ces illustres vierges dont la sainteté et les triomphes ont fait l'honneur et l'édification de l'église (1), Elle fut, dit-il , la gloire de Padoue, comme saint Euphémie le fut de Calcédoine , et sainte Eulalie de Mérida en Espagne. Dans son poëme sur saint Martin, il recommande à ceux qui vont voir Padoue, d'allerb aiser respectueusement le tombeau de la bienheureuse martyre. Vers le milieu du cinquième siècle, Opilion, préfet du prétoire , et honoré de la dignité de consul en 453 (2), fit bâtir dans la même ville une église en l'honneur de sainte Justine. Ses reliques, qui s'étoient perdues (a), furent retrouvées en 1177, et on les garde avec une grande vénération dans l'église de son nom. Cette église fut rebâtie en i

1501; elle est, avec le monastère des Bénédictins auxquels elle appartient, un des plus beaux édifices qu'il y ait en ce genre.

En 1417 , il s'établit dans ce monastère une réforme de l'ordre de saint Benoît, qui s'étendit dans diverses contrées d'Italie, sous le titre de congrégation de Sainte-Justine de Padoue. Celui du Mont-Cassin ayant embrassé la réforme dont il s'agit , devint le chef-lieu de la congrégation; et le pape Jules II transféra de Sainte-Justine au MontCassin la dignité avec la juridiction de président ou de général. Depuis ce temps-là, la congregation porte le nom du Mont-Cassin, et est divisée en sept provinces. Le monastère de Sainte-Justine est le seconden rang de toute cette réforme. Sainte Justine est conjointement avec saint Marc,patronne de Venise , et son image est gravée sur la monnoie de la république.

(1) Fortunat, Carm. 4. (2) Ughelli , t. V, p. 398. (a) On les avoit cachées durant les guerres d'Attila , qui dés: truisit Aquilée et Padoue.

On a trouvé près du tombeau de cette Sainte les reliques de plusieurs autres martyrs qui souffrirent avec elle, suivant ses actes, ceux de saint Prosdecime, et d'autres semblables monumens. Gelles de sainte Justine , renfermées dans une châsse , furent placées, en 1502 , sous le grand autel de l'église qu'on venoit de bâtir. Quand le nouveau chæur eut été achevé, on les transféra , en 1627, avec beaucoup de solennité, dans une voûte magnifique, pratiquée sous le grand autel aussi nouvellement construit.

Il y a à Venise une église célèbre qui porte le nom de sainte Justine. Elle étoit ancienne collégiale; mais elle appartient présentement à un monastère de religieuses. Le sénat y va en procession le 7 Octobre, en action de grâces de la victoire remportée en ce jour sur les Turcs, dans le golfe de Lépante.

Voyez Tillemont, Persecut, de Dioclet, art. 55, t. V, p. 140 ; Hélyot, Ughelli, Ital. Sacr. t. V, p. 398 ; Cavatius l. i de Cænobio; Patavino S. Justinæ ; Sertorius-Ursatus , de Rebus Patavinis; Muratori, etc.

;

genoux. Le

S. AOUT, PRETRE EN BERRY. SAINT AUGUSTE, vulgairement saint Aout, étoit tellement perclus des pieds et des mains , qu'il ne pouvoit se transporter d'un lieu dans un autre qu'en se traînant sur les coudes et sur les triste état où il se trouvoit réduit excitoit la compassion , et engageoit ceux qui le connoissoient à venir à son secours. Ayant employé les aumônes qu'il avoit reçues à bâtir une chapelle en l'honneur de saint Martin, au village de Brives en Berry,Dieu l'en récompensa , en lui rendant l'usage de ses membres. Il fut si touché de reconnoissance , qu'il résolut de passer le reste de sa vie dans les exerci

« PrécédentContinuer »