Images de page
PDF
ePub

nés au commandant en chef de l'île. Quant à ses autres prétentions, on lui dit que la dignité dont ses ancêtres avaient été revêtus était incompatible avec les usages de la monarchie française; mais qu'il pourrait jouir de tous les privilèges réservés à la noblesse d'extraction, et qu'il n'avait qu'à faire ses preuves. Elles furent aussitôt soumises à M. Chérin, généalogiste du roi, l'homme le plus versé dans de pareilles matières, mais surtout bien connu par sa rigide sévérité et son noble et indépendant caractère. Voici quel fut son résumé:

« On ne peut douter que M. de Comnène ne soit »issu en ligne directe et masculine de David 77, » dernier empereur de Trébisonde, tué par ordre » de Mahomet 77, et par conséquent susceptible de » toutes les distinctions réservées à son origine, a

Après un nouvel examen fait au conseil du roi, une filiation directe depuis David jusqu'à Démétrius Comnène a été reconnue et constatée par lettres patentes de Louis XVI, datées du i5 avril 1782, enregistrées au parlement le jcr septembre 1783, à la chambre des comptes le 28 mai 1784, et publiées la même année à la tête du Précis historique de la maison impériale des Comnène.

Je veux maintenant raconter comment la famille Bonaparte était avec la mienne; comment l'amitié les unissait, et comment aussi des liens de parenté existent entre nous; car il est assez curieux de dire que l'origine de Bonaparte est très-probablement grecque. Ce sujet est assez intéressant pour faire l'objet d'un nouveau chapitre.

[graphic]

CHAPITRE III.

Caloméros et Buonaparte. — Livre du chevalier d'Hénin.— Départ de mon père pour l'Amérique. — Union intime de ma mère et de madame Laetitia. — Bonaparte enfant. — Le panier de raisins et le fouet. — Savéria et la famille de Bonaparte. — Caractère des Corses. — Retour de mon père. — Ma naissance et maladie de ma mère.

Des recherches d'érudition sur des hommes qui n'ont joué qu'un rôle ordinaire dans l'histoire ne sont pas très-importantes; mais il est d'un haut intérêt de suivre dans toutes ses ramifications la généalogie de celui qui a rempli le monde de son nom lorsque surtout cet homme est Napoléon!

Lorsque Constantin Comnène aborda en Corse, en 1676, à la tête de la colonie grecque, il avait avec lui plusieurs fils, dont l'un s'appelait Calomeros. Ce fils fut envoyé par lui à Florence pour remplir près du grand-duc de Toscane une mission délicate. Constantin Comnène mourut avant son retour. Le grand-duc garda le jeune Grec près de lui; et, renonçant à la Corse, Calomeros s'établit en Toscane.

Calomeros, traduit littéralement, signifie bella parte ou buona parte. Le nom de ce Calomeros a donc été italianisé. C'est ainsi que de larpô? ( mot qui signifie médecin), nom d'une famille considérée de Mania, où elle subsiste encore de nos jours ainsi qu'en Corse, les Italiens ont fait Medici. C'est ainsi que, au rapport de Linda, plusieurs branches des Comnène existaient en Italie sous des noms empruntés, qui obscurcissaient le véritable. Dans le duché de Mantoue, une famille fut nommée Arriva-Bene. Qui se serait jamais douté que cette famille appartînt à celle des Comnène, si Miniati ne nous l'apprenait pas? En général, le peuple italien a métamorphosé tous les noms grecs ayant une signification.

Pour en revenir à mon sujet, je dirai donc qu'un Calomeros revint d'Italie, de Toscane même, et s'établit en Corse, où ses descendans se perpétuèrent et formèrent la famille Buonaparte.Mamtenant la question est de savoir si le Calomeros partant et le Calomeros revenant ont une filiation directe.Ce qui est certain, ce sont les deux faits, du départ de l'un et du retour de l'autre. Une particularité assez singulière, c'est que les Comnène, en parlant des Bonaparte, ne se servent jamais, dans leur idiome, que du nom grec pour les désigner, Calomeros, Calomeri ou Calomeriani, selon qu'ils parlent d'un seul, ou deplusieurs collectivement. Une grande amitié unissait les deux familles.

Il existe un excellent ouvrage de M. le chevalier d'Hénin \ Cet ouvrage, ayant pour titre: Coup d'œil historique sur la maison impériale de Comnène, est curieux à consulter pour les détails qu'il donne et la clarté avec laquelle il les présente. M. d'Hénin, le premier, a classé toute la filiation aussi parfaitement. Lorsqu'en 1789 il parlait de Calomeros (ou Buonaparte) Comnène, il était loin de penser que, quatre ans plus tard, un cadet de cette même famille serait sur une route qui devait le ramener au trône.

En attendant, allons rejoindre ma mère et la famille Bonaparte en Corse, pendant la toute première enfance de Napoléon. J'ai déjà averti que, dans la foule demes souvenirs, il en est beaucoup dont la nature est tellement puissante sur mon âme qu'elle m'entraînera sans que j'y résiste. Le lecteur

1 M. le chevalier d'Hénin , aujourd'hui maréchal de camp , était en 1789 ministre de France près la république de Venise. Ce fut à Venise qu'il publia l'ouvrage cité. M. d'Hénin est un homme fort distingué et particulièrement versé dans la partie chronologique de l'histoire. »

« PrécédentContinuer »