Confessions de S. Augustin

Couverture
par La Compagnie, 1773 - 552 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 22 - ... & que l'on craignoit de m'expofer à ce danger , parce que les crimes auxquels on retombe après avoir été plongé dans ce bain célefte , font beaucoup plus grands & plus périlleux que ceux que l'on a commis avant que d'être baptifé.
Page 293 - qui peut plaire dans les voluptés de la chair « ce n'est rien de tout cela, lorsque j'aime mon Dieu; « et néanmoins, c'est comme une lumière, une voix, « un parfum et encore je ne sais quelle volupté lors...
Page 312 - Je passerai au delà de ma mémoire; mais où vous trouverai-je, ô ineffable douceur, dont rien ne nous peut ravir la possession ? Où vous trouverai-je ? Si je vous trouve, mon Dieu, hors de ma mémoire, il faut donc que je vous aie oublié. Et comment vous puis-je trouver si je ne me souviens pas de vous ? Cette femme de l'Évangile qui avait perdu une drachme, alluma une lampe pour la chercher...
Page 383 - Que si, ne l'ayant point vu lorsqu'il a commencé et continué a se mouvoir, je ne puis remarquer quand il a cessé son mouvement, il n'est pas en ma puissance de le mesurer, si ce n'est peut-être depuis le temps que j'ai commencé jusqu'à celui que j'ai cessé de le voir se mouvoir. Et si ce mouvement dure beaucoup, je me contente de dire que ce temps a été bien long; mais je ne dis pas de combien il l'a été, parce que quand nous disons de combien il l'a été, nous le disons par comparaison...
Page 323 - ... majesté lorsqu'on en dit les plus grandes choses ? Combien donc sont malheureux ceux qui ne parlent point du tout de vous, ô mon Dieu! puisque ceux même qui parlent le plus sont des muets s'ils ne parlent de vous. Et cependant , que j'ai commencé tard à vous aimer, ô beauté si ancienne et si nouvelle! Que j'ai commencé tard à vous aimer! Vous étiez au dedans de moi : mais, hélas! j'étais moi-même au dehors de moi-même. C'était en ce dehors que je vous cherchais. Je courais avec...
Page 446 - Tout ce que je fais , c'eft que partout ailleurs qu'en vous je ne trouve que du dégoût & de la mifere , non- feulement hors de moi-même , mais auffi dans moi-même ; & toute abondance quin'eft pas mon Dieu , m'eft une véritable indigence.
Page 335 - La lumière , dit- il, cette reine des» couleurs qui fe répand fur tout ce que » nous voyons, me flatte durant le jour » par mille divers attraits.... Elle...
Page 179 - ... & me contraignait, non pas de vous concevoir fous la forme d'un corps humain , mais de penfer néanmoins que vous étiez quelque chofe de corporel qui...
Page 330 - J'ai appris à me contenter de l'état où je me trouve ; je sais vivre pauvrement, je sais vivre dans l'abondance; j'ai été instruit en toutes...
Page 370 - ... toutes écoulées. Vos années ne sont qu'un jour; et votre jour n'est pas tous les jours, mais aujourd'hui, parce que votre jour présent ne fait point place à celui du lendemain , et ne succède point à celui d'hier; et ce jour présent dont je parle est l'éternité. Ainsi vous avez engendré dans une éternité égale à la vôtre celui auquel vous avez dit : « Je vous ai engendré aujourd'hui.

Informations bibliographiques