Encyclopédie méthodique: ou par ordre de matières: par une société de gens de lettres, de savans et d'artistes ...

Couverture
Panckoucke, 1811
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 91 - Si l'on prend donc, en général, toute la partie de l'Afrique qui est comprise entre les tropiques, où le vent d'est souffle plus constamment qu'aucun autre, on concevra aisément que toutes les côtes occidentales de cette partie du monde, doivent éprouver et éprouvent, en effet, une chaleur bien plus grande que les côtes orientales , parce que le vent d'est arrive sur les côtes orientales avec la fraîcheur qu'il a prise en parcourant une vaste mer ; au lieu qu'il prend une ardeur brûlante...
Page 79 - Le fang de Géorgie eft encore plus beau que celui de Cachemire : on ne trouve pas un laid vifage dans ce pays ; & la nature ya répandu , fur la plupart des femmes , des graces...
Page 78 - Les peuples de la Perse, de la Turquie, de l'Arabie, de l'Egypte et de toute la Barbarie peuvent être regardés comme une même nation qui, dans le temps de Mahomet et de ses successeurs, s'est extrêmement étendue, a envahi des terrains immenses, et s'est prodigieusement mêlée avec les peuples naturels de tous ces pays.
Page 72 - Moscovites beaucoup de visages tartares ; et quoiqu'en général cette nation soit du même sang que les autres nations européennes, on y trouve cependant beaucoup d'individus qui ont la forme du corps carrée, les cuisses grosses et les jambes courtes comme les Tartares : mais les Chinois ne...
Page 90 - Il me paroît que la raison de cette uniformité dans les hommes de l'Amérique vient de ce qu'ils vivent tous de la même façon ; tous les Américains naturels étoient, ou sont encore sauvages ou presque sauvages ; les Mexicains et les Péruviens étoient si nouvellement policés, qu'ils ne doivent pas faire une exception.
Page 79 - Cachemire : on ne trouve pas un laid vifage dans ce pays, & la nature a répandu fur la plupart des femmes des grâces qu'on ne voit pas ailleurs. Elles font grandes, bien faites, extrêmement déliées à la ceinture; elles ont le vifage charmant.
Page 415 - Toute la vallée a plus de quatre lieues de longueur, & environ deux de largeur. Le lac a vers fon extrémité un étranglement comme un canal , où l'on a placé un long pont de bois : le lac s'élargit de nouveau ; ce qui forme un autre baflïn qu'on nomme le petit lac.
Page 76 - Les banianes ne mangent de rien de ce qui a eu vie ; ils craignent même de tuer le moindre insecte, pas même les poux qui les rongent; ils jettent du riz et des fèves dans la rivière pour nourrir les poissons , et des graines sur la terre pour nourrir les oiseaux et les insectes ; quand ils rencontrent ou un chasseur ou un.
Page 79 - Elles ont les yeux grands, doux et pleins de feu, le nez bien fait, les lèvres vermeilles, la bouche riante et petite, et le menton comme il doit être pour achever un parfait ovale. Elles ont le cou...
Page 83 - Ils ont aussi les mêmes idées que nous de la beauté; car ils veulent de beaux yeux, une petite bouche, des lèvres proportionnées, et un nez bien fait...

Informations bibliographiques