Correspondance avec madame d'Ėpinay--madame Necker--madame Geoffrin, etc.--: Diderot--Grimm--d'Alembert--de Sartine--d'Holbach, etc

Couverture
Calmann Lévy, 1881 - 681 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières


Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xxvii - Un dessinateur, assis plus bas sur un placet ', faisait son profil au crayon. Il est charmant, ce profil ; il n'ya point de femme qui ne fût tentée de voir s'il ressemble. M. de Saint-Lambert lisait dans un coin la dernière brochure que je vous ai envoyée. » Je jouais aux échecs avec madame d'Houdetot.
Page 57 - Zanobi1 ne croit ni ne pense un mot de tout ce qu'il dit ; qu'il est le plus grand sceptique et le plus grand académique du monde; qu'il ne croit rien, en rien, sur rien, de rien.
Page 285 - J'ai les pieds sur un fauteuil, parce que je n'ai plus de table autour de moi. Sur ce fauteuil sont vos trois dernières lettres, des clefs, des mémoires...
Page 228 - Nous sortons, les autres font gras, moi je fais maigre, je mange beaucoup de cette morue verte d'Ecosse, que j'aime fort, je me donne une indigestion tout en admirant l'adresse de l'abbé Morellet à couper un dindonneau. On sort de table, on est au café, tous parlent à la fois. L'abbé Raynal convient avec moi que Boston et l'Amérique anglaise sont à jamais séparés...
Page 527 - II n'appartient pas à tout le inonde de saisir sa plaisanterie. Gai en société, je le crois mélancolique quand il est seul. Il parle volontiers et longtemps, mais quand on aime à s'instruire, on ne l'accuse pas d'avoir trop parlé. Sans lui supposer une haute opinion de l'honnêteté de l'espèce humaine, je ne l'en crois pas plus méfiant, quoiqu'il y ait dans sa politique et sa morale de conversation une teinte de machiavélisme, je le tiens pour homme d'une probité rigoureuse.
Page xlvii - Je vous fais, mon cher d'Alembert, mes adieux ; je n'ai pas eu le courage de prendre congé de vous; ce sont des moments terribles pour un cœur sensible de se séparer pour toujours de ses amis et des personnes qu'on aime et qu'on estime et honore, et qui ont fait le bonheur de ma vie pendant mon séjour dans ce pays-ci.
Page 42 - ... enfant qui n'est ni contraint ni gêné. Ce sera le premier exemple dans Paris. Imaginez que je suis la seule qui ne lui fait pas peur; elle me sourit, l'abbé, voyez-vous cela?
Page 15 - Je suis toujours inconsolable d'avoir quitté Paris, et encore plus inconsolable de n'avoir reçu aucune nouvelle , ni de vous, ni du paresseux philosophe. Est-il possible que ce monstre, dans son impassibilité, ne sente pas à quel point mon honneur, ma gloire (dont je me fiche), et mon plaisir et celui de mes amis (dont je me soucie beaucoup), sont intéressés dans l'affaire que je lui ai confiée ; et combien je .suis impatient d'apprendre...
Page 30 - Madame [Geoffrin a le tic de détester tous les malheureux, car elle ne veut pas l'être, pas même par le spectacle du malheur d'autrui. Cela vient d'une belle cause. Elle a le cœur sensible, elle est âgée, elle se porte bien, elle veut conserver sa santé et sa tranquillité. D'abord qu'elle apprendra que je suis heureux, elle m'aimera à la iblie.
Page xxx - Épicurien dans sa philosophie , et avec une âme mélancolique, ayant tout vu du côté ridicule , il n'y avait rien ni en politique , ni en morale à -propos de quoi il n'eût quelque bon conte à faire; et ces contes avaient toujours la justesse de l'à-propos, et le sel d'une allusion imprévue et ingénieuse.

Informations bibliographiques