Journal étranger

Couverture
Chez J. F. Quillau, 1761
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 23 - ... de nos instrumens d'Europe ? Comme leur .goût pour la musique est tout différent du nôtre , leur manière de l'enseigner et de l'apprendre ne l'est pas moins. Un maître commence à la vérité , comme chez nous , par faire connaître à ses écoliers les caractères et les...
Page 208 - Anglois , ayant entendu parler de cet accident, prit un bateau, vint au bâtiment Hollandois , étendit le noyé à côté d'un bon feu & le fit frotter avec du fet commun , jufqu'à ce qu'il eut repris connoiflànce.
Page 162 - Lorsqu'il y sera forcé par l'ennemi, ce sera assurément parce qu'il aura fait des fautes qui l'o! bligcnt de recevoir la loi de son ennemi. On verra que, dans cette occasion, je ne fais pas mon éloge ; car des cinq batailles que mes troupes ont livrées à l'ennemi, il n'y en a que trois que j'eusse préméditées : j'ai été forcé à donner les autres. A celle de Molwitz, les Autrichiens s'étaient placés entre mon armée et Wohlau, où j'avais mon artillerie et mes vivres.
Page 8 - ... mais fi c'eft pour vous récréer & nous plaire , nous ne voyons pas que vous en preniez le chemin. Vos concerts , fur-tout s'ils font un peu longs, font des exercices violens pour ceux qui les exécutent, & de vrais fupplices pour les perfonnes qui les écoutent.
Page 13 - ... viens de le dire ( c'eft toujours l'auteur qui parle ) , & j'en fuis convaincu : leurs organes auditifs font ftupides ou émouffés. J'en juge par le peu d'impreffion que font fur eux nos plus beaux airs de mufique , nos airs les .plus tendres même & les plus pathétiques , comme certains adagio & quelques airs de mouvement de nos meilleurs auteurs, tant Italiens que François , joués par d'habiles maîtres , tels que font quelques Jéfuites • allemands qui font dans cette cour , dont l'un...
Page 120 - ... que par la diminution de leur importance . Quelle eft donc l'abfurdité de ceux qui travaillent en même tems à accroître la liberté & à détruire la corruption, c"eft-à-dire à donner aux hommes plus de pouvoir à porter au marché & à les empêcher en même tems de le vendre ? Le foin principal d'un gouvernement , comme celui d'une nourrice (i) , •doit être d'empêcher ceux (i) L'auteur a peut-être voulu dire une garde-malade; la comparaifon d'une nourrice...
Page 116 - Beaucoup d'efprit & peu de jugement , c'eft le plus mauvais préfent que la nature puifle faire à une créature humaine, Celui qui joint à beaucoup d'efprit beaucoup de fens , doit devenir un grand homme. Celui qui n'a qu'une médiocre portion d'efprit & de jugement , peut encore être un homme honnête , utile &: heureux...

Informations bibliographiques