Oeuvres choisies de Vico: contenant ses mémoires, écrits par lui-même, la science nouvelle, les opuscules, lettres, etc

Couverture
Meline, Cans et Compgnie, 1840
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page vii - Ces bizarres et inexplicables figures qui flottaient dans les airs, objet d'une puérile admiration, redescendent à notre portée. Elles sortent de la poésie pour entrer dans la science. Les miracles du génie individuel se classent sous la loi commune. Le niveau de la critique passe sur le genre humain. Ce radicalisme historique ne va pas jusqu'à supprimer les grands hommes. Il en est sans doute qui dominent la foule, de la tête ou de la ceinture ; mais leur front ne se perd plus dans les nuages....
Page 253 - ... des fins particulières que les hommes s'étaient proposées, qui leur est quelquefois contraire et toujours supérieure. Ces fins bornées sont pour elle des moyens d'atteindre les fins plus nobles , qui assurent le salut de la race humaine sur cette terre. Ainsi les hommes veulent jouir du plaisir brutal, au risque de perdre les enfans qui naîtront, et il en résulte la sainteté des mariages , première origine des familles.
Page 19 - Ce que Tacite dit des Germains peut s'entendre de tous les premiers peuples barbares ; et nous savons que, chez les anciens Romains, le père de famille avait droit de vie et de mort sur ses fils, et la propriété absolue de tout ce qu'ils pouvaient acquérir, au point que, jusqu'aux Empereurs, les fils et les esclaves ne différaient en rien sous le rapport du pécule.
Page 251 - Ensuite : ceux-là gouverneront toujours le monde qui sont d'une nature meilleure. Mais si les peuples restent long-temps livrés à l'anarchie, s'ils ne s'accordent pas à prendre un des leurs pour monarque, s'ils ne sont point conquis par une nation meilleure qui les sauve en les soumettant ; alors au dernier des maux , la Providence applique un remède extrême. Ces...
Page 250 - D'abord il s'élève du milieu des peuples, un homme tel qu'Auguste, qui y établit la monarchie. Les lois, les institutions sociales fondées par la liberté populaire n'ont point suffi à la régler; le monarque devient maître par la force des armes de ces lois, de ces institutions. La forme même de la monarchie retient la volonté du monarque tout infinie, qu'est sa puissance, dans les limites de l'ordre naturel, parce que son gouvernement n'est ni tranquille ni durable, s'il ne sait point satisfaire...
Page 240 - ... imposante , et par son utilité... Vous trouverez, dans l'étude du droit, le noble plaisir, le juste orgueil de reconnaître la supériorité de nos ancêtres sur toutes les autres nations , en comparant nos lois avec celles de leur Lycurgue , de leur Dracon , de leur Solon. En effet on a de la peine à se faire une idée de l'incroyable et ridicule désordre qui règne dans toutes les autres législations ; et c'est ce que je...
Page 32 - Peu-à-peu tous les phénomènes de la nature , tous les rapports de la nature à l'homme, ou des hommes entre eux devinrent autant de divinités. Prêter la vie aux êtres inanimés , prêter un corps aux choses immatérielles, composer des êtres qui n'existent complètement dans aucune réalité , voilà la triple création du monde fantastique de l'idolâtrie.
Page 15 - Déjà nous voulons que les faits soient vrais dans leurs moindres détails; le même amour de la vérité doit nous conduire à en chercher les rapports', à observer les lois qui les régissent , à examiner enfin si l'histoire ne peut 'être ramenée à une forme scientifique. Ce but dont nous approchons tous les jours , le génie prophétique de Vico nous l'a marqué longtemps d'avance. Son système nous apparaît au commencement du dernier siècle, comme une admirable protestation de cette partie...
Page vii - La science sociale date du jour où cette grande idée a été exprimée pour la première fois. Jusquelà , l'humanité croyait devoir ses progrès aux hasards du génie individuel. Les révolutions de la politique , de la religion , de l'art , étant rapportées à l'inexplicable supériorité de quelques hommes, il ne restait qu'à admirer sans comprendre, l'histoire était un spectacle infécond, tout au plus une fantasmagorie amusante.
Page 53 - Cette sagesse ne nous force pas par des lois positives, mais elle se sert, pour nous gouverner , des usages que nous suivons librement. Répétons donc ici le premier principe de la Science nouvelle : les hommes ont fait eux-mêmes le monde social , tel qu'il est ; mais ce monde n'en est pas moins sorti d'une intelligence , souvent contraire, et toujours supérieure aux fins particulières .que les hommes s'étaient proposées. Ces fins, d'une vue bornée , sont pour elle les moyens d'atteindre des...

Informations bibliographiques