Images de page
PDF
ePub

si votre sang est toujours dans le même degré de chaleur, parce qu'alors les remèdes du frère Ange, qui sont doux, et fortifians, et rafraîchissans, pourroient vous disposer au lait, et peut-être vous guérir, comme il a guéri le Maréchal de Bellefond, la Reine de Pologne, et mille autres personnes. Ils sont aisés, agréables à prendre; et si, par malheur, ils ne vous faisoient point de bien, ils me peuvent jamais vous faire de mal. Duchesne hait toujours le café; le Frère n'en dit point de mal. Il est vrai que Madame de la Sablière * prenoit du thé avec son lait; elle me le disoit l'autre jour : c'étoit son goût; car elle trouvoit le café aussi utile. Le médecin que vous estimez , et qui par-là me paroît le mériter, vous le conseille ; ah , ma fille ! que puis-je dire là-dessus ? et que sais-je ce que je dis ? on blâme quelquefois ce qui seroit bon, on choisit ce qui est mauvais, on marche en aveugle. J'ai sur le cœur que le café ne vous ait point fait de bien, dans le tems que vous en avez pris ; est-ce qu'il faut avoir l'intention de le prendre comme un remède ? Caderousse s'en loue toujours : le café engraisse l'un, il emmaigrit l'autre : voilà toutes les extravagances du monde.Je ne crois pas qu'on puisse parler plus positivement d'une chose où il y a tant d'expériences contraires : ainsi, ma chère enfant, suivez votre goût , raisonnez avec votre * C'est elle qui recueillit La Fontaine dans sa maison, qui l'y

garda vingt ans, et qui l'appeloit son Fablier. Son mari, qui mourut dans cette mème année, a laissé de jolis madrigaux.

bon médecin ; je lui demande une chose : pourquoi, si votre poitrine n'est point attaquée, vous avez toujours ce poids et cette chaleur au même côté ? pourquoi vous êtes si pénétrée du froid ? et pourquoi vous êtes si maigre, sur-tout à la poitrine ? Voilà ce qui m'a fait craindre qu'il n'y eût quelque chose de plus que l'intempérie de votre sang. Faites-moi répondre à cela par Madame du Janet; car · Montgobert aura d'autres choses à me dire, outre qu'elle est votre secrétaire.Vous me parlez de ma santé; elle est parfaite : je n'ai point passé de décours sans prendre au moins deux pilules avec la petite eau. Je me suis accoutumée à prendre tOuS les matins un verre ou deux d'eau de lin ; avec ce remède , je n'aurai jamais de néphrétique : c'est à cette eau merveilleuse que la France doit la conservation de M. Colbert. Je me vous trompe point : je n'use point de styles différens avec vous; contimuez donc à me parler sincèrement de votre état ; en vérité , tout le reste est bien loin de moi. | Madame de Bouillon s'est si bien vantée des réponses qu'elle a faites aux Juges, qu'elle s'est attiré une bonne lettre de cachet, pour aller à Nérac près des Pyrénées : elle partit hier avec beaucoup de douleur. Il y a bien à méditer sur ce départ ; si elle est innocente, elle perd infiniment de m'avoir pas le plaisir de triompher; si elle est coupable, elle est heureuse d'éviter les confrontations infâmes et les convictions. Toute sa famille l'a conduite

jusqu'à une demi-journée d'ici, comme Psyché : la voilà où étoit autrefois la bonne Reine Marguerite *. Voyez un peu les quatre sœurs, quelle étoile errante les domine ! en Espagne, en Angleterre, en Flandre, au fond de la Guienne. On fait le procès par contumace à la Comtesse de Soissons. M. d'Alluie est exilé à Amboise : il parloit trop. On ne dit rien de M. de Luxembourg, quoiqu'il ait été confronté; les Juges sont muets.Je m'en vais faire vos complimens à Madame de Meckelbourg (sœur du Maréchal) , qui pleure et se tourmente fort. Madame de Vins est toujours aimable, et vous aime chèrement; cela lui donne une sorte d'amitié pour moi dont je profite et que je ménage beaucoup. M. de Pompone rentre dans notre commerce, comme autrefois : il va au faubourg, et on reparle du tems de l'hôtel de Nevers avec toutes les réflexions que méritent les changemens qui sont arrivés. Mon fils est toujours dans la même passion de vendre ; et nous toujours dans la même envie de l'empêcher de se mêler de ce marché ; cette affaire n'est point dans sa tête comme toutes les autres choses : c'est un fonds qui sent parfaitement le terroir de Bretagne. Je ne me suis que trop expliquée sur tous ses sentimens : il croit bien que je vous l'ai mandé : il attend votre improbation , sans craindre qu'elle le fasse changer : pour moi, ne pouvant faire mieux, je voudrois seulement un prétexte qui vînt de M. de la Trousse : je vous, manderai la suite de cette affaire.Adieu, ma chère enfant.

* C'est Marguerite, Reine de Navarre, sœur de François I, qui, en faisant des contes très - libres, a eu le talent ou le bonheur de passer pour très-chaste. . .

pouvant

LETTRE 6 o 3.
A la méme.

à Paris , mercredi 21 Février 168o.

JE ne puis mieux vous récompenser des bonnes nouvelles que vous me mandez de votre santé , qu'en vous apprenant que l'Abbé de Grignan est Evêque d'Evreux ; il me semble que je vous entends dire, qu'est-ce que c'est qu'Evreux?Le voici : Evreux est la plus jolie ville de Normandie, à vingt · petites lieues de Paris, à seize de Saint-Germain : elle est à M. de Bouillon; l'Evêché vaut vingt mille livres de rente, le logement est très-beau, l'Eglise des plus belles, la maison de campagne est une des plus agréables qu'il y ait en France. Ce Diocèse touche à celui de Rouen , dont l'Abbé de Colbert est Coadjuteur. La belle maison de l'Archevêque de Rouen , nommée Gaillon , que tout le monde connoît, est dans le Diocèse d'Evreux. Cette place : est charmante; pour moi, je l'aimerois mieux que Marseille : vous n'êtes que trop établis en Provence; et ce qu'il y a de plus de revenu à Marseille , se mange bien par les voyages. En un mot , tous les amis des Grignans sont persuadés que rien n'étoit plus souhaitable pour notre Abbé. Voici comment ToME V. ]?

l'affaire s'est faite : il y a encore un vieux Evêque d'Evreux (1) qui a plus de quatre-vingts ans ; c'étoit autrefois l'Evêque du Pui, que vous avez vu sans doute à Sainte-Marie ; il a fait la vie de ma grand'mère (2). Ce bon homme n'est plus en état d'agir ; il a demandé au Roi que sa place fût donnée, et lui a nommé de petits Abbés, dont les noms n'ont pas plû à Sa Majesté. Le Roi lui a répondu qu'il ne se mît point en peine, qu'il envoyât sa démission pure et simple, et qu'il lui choisiroit un homme dont il seroit content. Cet hommelà, c'est votre beau-frère. Voici les conditions : il faudra donner à ce vieux Evêque une pension de cinq ou six mille francs pour achever sa vie : après quoi le Roi met une pension de mille écus sur ce bénéfice pour le Chevalier de Grignan : voilà un souvenir qui est obligeant , en attendant mieux. Le Chevalier est bien persuadé qu'il fera vivre le vieillard meuf cents ans, comme autrefois. Les deux frères se trouvèrent ici, et partirent ensemble pour Saint-Germain, où ils sont emcore. Je ne doute pas que leurs remercîmens n'aient été bien reçus , et qu'à leur retour ils me soient plus charmés que de la manière. Pour moi, j'avoue que je suis grossière, et que j'aime extrèmement la chose. Ils vous manderont tout ceci beaucoup mieux que moi ; mais j'y prends tant d'intérêt , que je n'ai pu

(1) Henri de Maupas-du-Tour.

(2) Jeanne-Françoise Frémiot, Baronne de Chantal, fondatrice de l'Ordre de la Visitation.

« PrécédentContinuer »