Images de page
PDF
ePub

m'empêcher de ine jeter dans des détails : cela est naturel.

Je prendrai cet été pour aller faire, peut-être, un dernier voyage en Bretagne : le bon Abbé le croit nécessaire, et n'a pas dessein d'y retourner de sa vie : mais vous jugez bien que je reviendrai pour vous recevoir. Le petit Coulanges est ravi de votre réponse j et comme il n'a point d'aversion naturelle pour vous, comme j'en ai, il sera assez heureux pour passer l'été avec vous. Vous dites qu'il est cruel de pouvoir attendre tous vos amis à Grignan, hormis moi \ et je le trouve encore plus cruel que vous ; car mon ignorance me fait compter pour beaucoup de voir une personne tendrement aimée. Je suis frappée des objets, et l'absence doit me déplaire plus qu'à vous, qui n'en croyez point; pour moi, qui en crois., j'en suis touchée extraordinairement. Mais je suis persuadée que vous reviendrez cet automne, comme vous l'avez dit : vous consulterez votre santé : un hiver est impraticable à Grignan, et très-ruineux à Aix, par la dépense qu'entraînent les jeux et les plaisirs qui sont à votre suite : c'est proprement le carnaval ^ que la vie que vous faites. Nous ne pensons pas ici à nous divertir, et je ne voudroispas vous répondre que nous n'allions passer les trois jours gras à Livry.

Il faut que la T. . . .. * soit bien malheureuse

* On a vu plus haut que ce T, .. , paroît designer Madame de Tingry.

puisque Madame de Lesdiguières en a pitié : je crois? que le plus grand crime <Je M. de Luxembourg i est de l'avoir aimée. On ne parle plus de lui ; on ne sait pas même s'il est encore à la Bastille ; on dit qu'il est à Vincennes *. Rien n'est pire, en vérité y que d'être en prison, si ce n'est d'être comme cette diablesse de Voisin, qui est, à l'heure que je vousparle, brûlée à petit feu à la Grève,

On assure qu'on a fermé les portes de Namur et d'Anvers, et de plusieurs villes de Flandres, à Madame la Comtesse, en disant : Nous ne voulons point de ces empoisonneuses. C'est ainsi que cela se tourne \ et désormais un François dans le pays étranger, et un empoisonneur, ce sera la même chose. On croit que Madame la Comtesse ira à Hambourg. Le Marquis d'AUuie est allé la trouver, et n'est point allé à Amboise, comme on disoit.

On a nommé huit ou dix hommes de la Cour, avec six mille francs de pension, pour être assidus auprès de M. le Dauphin : il y en aura tous les jours deux qui le suivront. Le Chevalier vous mandera leurs noms : il me semble que j'ai entendu parler de Messieurs de Chiverni, de Dangeau, de Clermont et de.Crussoljje ne sais point encore les autres, ni même si ceux-là sont bien vrais. M. d&

* Le Maréchal de Luxembourg resta quatorze mois en prison. Il en sortit sans jugement. Il reparut à la Cour , sans que le Roi lui parlât de cet événement. On le vit depuis remporter de grandes victoires et, ce qui est moins commun , réduire ce genre de mérite à sa juste valeur.

Motftausier (i) a dit à M. le Dauphin : « Monsei)> gneur, si vous êtes honnête homme, vous m'ai» merez 5 si vous ne Tètes pas, vous me haïrez, » et je m'en consolerai».

Corbinelli vous rendra compte des affaires de votre père commun (Descartes ). Il vous fait mille complimens, et à Monsieur de Grignan, ainsi que la Mousse. Mesdames de Lavardin, de Mouci, d'Huxelles, et vingt autres que j'oublie, coururent ici pour se réjouir avec moi, et me prier de vous dire la part qu'elles ont prise à vos prospérités.

Je viens d'apprendre que cette belle maison de l'Evèché d'Evreux n'est qu'à dix lieues de SaintGermain ; elle s'appelle Condé> nom peu barbare : mais je suis bien affligée de ce que le vieux Eveque y fit couper, il ya deux ans, les plus belles allées d'un parc qui faisoit l'admiration de tout le pays : il n'y a point de plaisir pur. Le bon Abbé est ravi de cette maison de campagne auprès de Saint - Germain, et dit que la Providence vous redonne un Livry.

Depuis ma lettre écrite, j'ai vu les Grignans, et j'ai appris d'^ux avec un plaisir extrême le détail de leur voyage de Saint - Germain. Ils vous ont mandé tout cela dès lundi; en sorte que vous saurez tout avant que d'avoir reçu cette lettre. On parle du Chevalier de Grignan, pour le mettre au nombre

(i)M. le Duc de Montausîer quittoit en ce tems-là ses fonctions de Gouverneur de Monseigneur.

des Courtisans ( 1 ) qui doivent accompagner M. le Dauphin.

(1) Ils Furent appelés MeninSj d'un mot tiré de l'espagnol.

LETTRE 6o4-
A la même.

à Paris, vendredi 23 Février 1680.

JjiN vérité, ma fille, voici une assez jolie petite semaine pour les Grignans. Si la Providence vouloit favoriser l'aîné à proportion , nous le verrions dans une belle place ; en attendant, je trouve qu'il est fort agréable d'avoir des frères si bien traités. A peine le Chevalier a-t-il remercié de ses mille écus de pension , qu'on le choisit entre huit ou dix hommes de qualité et de mérite, pour l'attacher à M. le Dauphin avec une pension de deux mille écus : voilà neuf mille livres de rente en trois jours. Il retourna sur ses pas à Saint-Germain, pour remercier encore ; car ce fut en son absence , et pendant qu'il étoit ici, qu'il fut nommé. Son mérite particulier a beaucoup servi à ce choix ; une réputation distinguée, de l'honneur, de la probité, de bonnes mœurs, tout cela s'est fort réveillé , et Ton a trouvé que Sa Majesté ne pouvoit mieux faire que de jeter les yeux sur un si bon sujet. Il n'y en a encore que huit de nommés ( 2) , Dan

(2) Le nombre en fut réduit à six : Messieurs de Dangeau : d'Antin , de Saint-Maur , de Chiverni, de Florensac et de Grignan.

geau, d'x\ntin, Clermont,Saint-Maur, Matignon, Chiverni , Florensac et Grignan. C'est une approbation générale pour ce dernier. J'en fais mes complimens à M. de Grignan, à M. le Coadjuteur et à vous. Mon fils part demain : il a lu vos reproches 1 peut-être que la beauté de la Cour qu'il veut quitter, et où il est si joliment placé , le fera changer d'avis. Nous avons déjà obtenu qu'il ne s'impatientera pas, et qu'il attendra paisiblement qu'on vienne le tenter par une plus grosse somme que celle qu'il a déboursée. Vous m'avez fait sentir la joie de MM, de Grignan par celle que j'ai de vous savoir mieux : dès que vos maux ne sont pas continuels, j'espère qu'en vous conservant, en prenant du lait, et en n'écrivant point, vous me feriez retrouver ma fille et son aimable visage. Je suis ravie de la sincérité de Montgobert y si elle me disoit toujours des merveilles de votre santé, je ne la croirois jamais : elle ménage fort bien tout cela , et ses vérités me font plaisir : tant il est naturel d'aimer à n'être point trompée. Dieu vous conserve donc, ma très-chère, dans ce bienheureux état, puisqu'il nous donne de si bonnes espérances..

Mais parlons un peu des Grignans, il y a longtems que nous n'en avons rien dit. 11 n'est question que d'eux ; tout est plein de complimens dans cette maison ; à peine a-t-on fini l'un que l'on recommence Tautre. Je ne les ai point revus depuis que le Chevalier est Dame du Palais , comme dit M. de la Rochefoucauld. Il vous mandera toutes les

« PrécédentContinuer »