Recherches historiques sur le procès et la condamnation du duc d'Enghien, Volume 2

Couverture
Comptoir des imprimeurs-unis, 1844
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 36 - Je fais avec instance la demande d'avoir une audience particulière du Premier Consul. Mon nom, mon rang, ma Façon de penser et l'horreur de ma situation me font espérer qu'il ne se refusera pas à ma demande.
Page 227 - J'ai fait arrêter et juger le duc d'Enghien, parce que cela était nécessaire à la sûreté, à l'intérêt et à l'honneur du peuple français, lorsque le comte d'Artois entretenait, de son aveu, soixante assassins à Paris. Dans une semblable circonstance, j'agirais encore de même.
Page 34 - ... permission de chasse, dont il était fort amateur. — A lui demandé s'il entretenait des correspondances avec les princes français retirés à Londres? S'il les avait vus depuis quelque temps? A répondu que naturellement il entretenait des correspondances avec son grand-père, depuis qu'il l'avait quitté à Vienne, où il était allé le conduire après le licenciement du corps; qu'il en entretenait également avec son père, qu'il n'avait pas vu, autant qu'il peut se le rappeler, depuis...
Page 35 - A lui demandé s'il connaît le général Pichegru , s'il a eu des relations avec lui : A répondu : « Je ne l'ai, je crois, jamais vu ; je n'ai point eu de relations avec lui. Je sais qu'il a désiré me voir : je me loue de ne l'avoir pas connu, d'après les vils moyens dont on dit qu'il a voulu se servir, s'ils sont vrais.
Page 299 - Mandons et ordonnons à tous huissiers sur ce requis de mettre ledit jugement à exécution ; à nos procureurs généraux et à nos procureurs près les tribunaux de première instance, d'y tenir la main; à tous commandants et officiers de la force publique, de prêter main-forte lorsqu'ils en seront légalement requis. « En foi de quoi le présent jugement a été signé par le président de la cour (ou du tribunal) et par le greffier.
Page 35 - ... Je ne l'ai , je crois, jamais vu ; je » n'ai point eu de relations avec lui. Je sais qu'il » a désiré me voir. Je me loue de ne pas l'avoir » connu , d'après les vils moyens dont on dit qu'il » a voulu se servir, s'ils sont vrais. » — A lui demandé s'il connaît l'ex-général Dumouriez, et s'il a des relations avec lui.
Page 42 - Conseil délibérant à huis clos, le président a recueilli les voix en commençant par le plus jeune en grade, le président ayant émis son opinion le dernier, l'unanimité des voix l'a déclaré coupable et lui a appliqué l'art... de la loi du... ainsi conçu et, en conséquence, l'a condamné à la peine de mort. Ordonne que le présent jugement sera exécuté de suite, à la diligence du capitaine rapporteur, après en avoir donné lecture, en présence des différents détachements des corps...
Page 177 - Toutes conspirations et complots tendant » à troubler l'État par une guerre civile en » armant les citoyens les uns contre les » autres, ou contre l'exercice de l'autorité » légitime, seront punis de mort.
Page 88 - Ceux qui conspirent au sein d'une terre ennemie renoncent irrévocablement à la terre natale. Et que peuVent-ils opposer à votre ascendant? Vous avez des armées invincibles, ils n'ont que des libelles et des assassins ; et tandis que toutes les voix de la religion s'élèvent en votre faveur au pied...
Page 227 - Je désavoue le manuscrit de Sainte-Hélène et autres ouvrages sous le titre de Maximes. Sentences, etc., que l'on s'est plu à publier depuis six ans : ce ne sont pas là les règles qui ont dirigé ma vie. J'ai fait arrêter et juger le duc d'Enghien, parce que cela était nécessaire à la sûreté, à l'intérêt et à l'honneur du peuple français, lorsque le comte d'Artois entretenait, de son aveu, soixante assassins à Paris.

Informations bibliographiques