Oeuvres diverses, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 206 - Dante semble le poète de la nôtre ; car chaque époque adopte et rajeunit tour à tour quelqu'un de ces génies immortels qui sont toujours aussi des hommes de circonstance; elle s'y réfléchit elle-même , elle y retrouve sa propre image, et trahit ainsi sa nature par ses prédilections.
Page 261 - Elle ne sera plus lyrique dans le sens où nous prenons ce mot; elle n'a plus assez de jeunesse, de fraîcheur, de spontanéité d'impression, pour chanter comme au premier réveil de la pensée humaine. Elle ne sera plus épique ; l'homme a trop vécu, trop réfléchi pour se laisser amuser, intéresser, par les longs récits de l'épopée, et l'expérience a détruit sa foi aux merveilles dont le poème épique enchantait sa crédulité.
Page 63 - La main du tendre enfant peut t'ouvrir au hasard , Sans qu'un mot corrupteur étonne son regard, Sans que de tes tableaux la suave décence Fasse rougir un front couronné d'innocence ; Sur la table du soir, dans la veillée admis, La famille te compte au nombre des amis , Se fie à ton honneur, et laisse sans scrupule Passer de main en main le livre qui circule ; La vierge, en te lisant, qui ralentit son pas , Si sa mère survient ne te dérobe pas, Mais relit au grand jour le passage qu'elle aime,...
Page 183 - Il est un homme, dans chaque paroisse. qui n'a point de famille, mais qui est de la famille de tout le monde; qu'on appelle comme témoin, comme conseil ou comme agent dans tous les actes les plus solennels de la vie civile ; sans lequel on ne peut naître ni mourir; qui prend l'homme au sein de sa mère, et ne le laisse qu'à la tombe; qui bénit ou consacre le berceau, la couche conjugale, le lit de mort et le cercueil...
Page 232 - ... ne les changeant que quand je les avais pour ainsi dire épuisés. Tant que je vivrai, je me souviendrai de certaines heures de l'été que je passais couché sur l'herbe dans une clairière des bois, à l'ombre d'un vieux tronc de pommier sauvage, en lisant la Jérusalem délivrée , et de tant de soirées d'automne ou d'hiver passées à errer sur les collines déjà couvertes de brouillards et de givre, avec Ossian ou...
Page 270 - ... de toutes parts , et où chacun doit apporter sa pierre et son ciment pour reconstruire un abri à l'humanité. Ma conviction est que nous sommes à une de ces grandes époques de reconstruction , de rénovation sociale ; il ne s'agit pas seulement de savoir si le pouvoir passera de telles mains royales dans telles mains populaires; si ce sera la noblesse, le sacerdoce ou la bourgeoisie qui prendront les rênes des gouvernements nouveaux , si nous nous appellerons empires ou républiques : il...
Page 262 - C'est une question d'aristocratie et de démocratie ; le drame est l'image la plus fidèle de la civilisation. La poésie sera de la raison chantée, voilà sa destinée pour long-temps; elle sera philosophique, religieuse, politique, sociale, comme les époques que le genre humain va traverser ; elle sera intime surtout, personnelle, méditative et grave; non plus un jeu de l'esprit, un caprice mélodieux de la pensée légère et superficielle, mais l'écho profond, réel, sincère des plus hautes...
Page 209 - ... d'or resplendissante de son empreinte et de son éclat; et d'ailleurs, dans la poésie d'un autre âge, il ya toujours une partie déjà morte, un sens des temps, des mœurs, des lieux, des cultes, des opinions, que nous n'entendons plus, et qui ne peut plus nous toucher! Otez à une poésie sa date, sa foi, son originalité enfin, qu'en restera-t-il? Ce qui reste d'une statue des dieux dont la divinité s'est retirée, un morceau de marbre plus ou moins bien taillé!
Page 236 - Cette langue toute mystérieuse, toute instinctive qu'elle soit, ou plutôt par cela même qu'elle est instinctive et mystérieuse , cette langue ne mourra jamais! Elle n'est point, comme on n'a cessé de le dire malgré les démentis successifs de toutes les époques, elle n'est pas seulement la langue de l'enfance des peuples, le balbutiement do l'intelligence humaine; elle est la langue de tous les âges de l'humanité; naïve et simple au berceau des nations; conteuse et merveilleuse comme la...
Page 63 - Vaste création qui salûrait son roi! Je les réunirais en couronne choisie , Dont chaque fleur serait amour et poésie , Et je te forcerais , toi qui veux la quitter , A respirer ta gloire avant de la jeter. Cette gloire sans tache et ces jours sans nuage N'ont point pour ta mémoire à déchirer de page...

Informations bibliographiques