Histoire de la conquête de la Lombardie par Charlemagne, et des causes qui ont transformé dans la Haute-Italie la domination française en domination germanique, sous Othon-le Grand, Volumes 1 à 2

Couverture
Wouters, Raspoet, 1843
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 206 - L'amour d'un côté , de l'autre la crainte, maintenaient partout le bon accord. Aussi la nation franque brillait-elle aux yeux du monde entier. Les royaumes étrangers , les Grecs , les Barbares et le sénat du Latium lui adressaient des ambassades. La race de Romulus, Rome elle-même, la mère des royaumes, s'était soumise à cette nation ; c'était là que son chef, soutenu de l'appui du Christ, avait reçu le diadème par le don apostolique. Heureux s'il eût connu son bonheur, l'empire qui...
Page 172 - ... dans l'état, la même religion dans toutes ses parties. Mais cela est-il toujours à propos sans exception? Le mal de changer est-il toujours moins grand que le mal de souffrir? Et la grandeur du génie ne consisteroit-elle pas mieux à savoir dans quel cas il faut l'uniformité, et dans quel cas il faut des différences?
Page 105 - C'EST un caractère particulier de ces lois des barbares , qu'elles ne furent point attachées à un certain territoire : le Franc étoit jugé par la loi des Francs , l'Allemand par la loi des Allemands , le Bourguignon par la loi des Bourguignons , le Romain par la loi romaine; et, bien loin qu'on songeât , dans ces temps-là , à rendre uniformes les lois des peuples conquérans, on ne pensa pas même à se faire législateur du peuple vaincu.
Page 226 - Gaiète à venir défendre les côtes et le port d'Ostie, sans manquer à la sage précaution de prendre d'eux des otages, sachant bien que ceux qui sont assez puissants pour nous secourir le sont assez pour nous nuire.
Page 42 - Évéques, par les Seigneurs et par les Normands. L'un d'eux (Lothaire II) reconnaît au Pape le droit de le juger et de casser son mariage. Un autre (Louis-le-Bègue) souffre que le Pape vienne dire dans un Concile à Troycs que les Puissances du monde n'auront jamais la hardiesse de s'asseoir devant les Évéques sans leur permission!
Page 13 - l'image de saint Pierre, et j'en ferai enlever le « pape Grégoire chargé de fers, comme autrefois « Constance fit enlever Martin.
Page 119 - Maintenant le monde vieillit, et le tranchant de l'esprit s'émousse en nous ; nul homme de ce temps n'est égal aux orateurs des temps passés et n'ose même y prétendre. Je me suis efforcé pourtant, aussi bien que me l'ont permis la rusticité et la faiblesse de mon savoir, de reproduire, aussi...
Page 206 - et le porte-clef du Ciel pour fondateur * ! Déchue « maintenant, cette grande puissance a perdu à la « fois son éclat et le nom d'empire; le royaume « naguère si bien uni est divisé en trois lots ; il...
Page 143 - Messieurs , est le premier pas de la législation criminelle hors du régime de la vengeance personnelle. Le droit caché sous cette peine , le droit qui subsiste au fond de la loi salique et de toutes les lois barbares , c'est le droit de chaque homme de se faire justice à soi-même , de se venger par la force ; c'est la guerre entre l'offenseur et l'offensé. La composition est une tentative pour substituer un régime légal à la guerre ; c'est la faculté donnée à l'offenseur de se mettre...
Page 226 - Paris, dans une occasion encore plus pressante, mais comme un pontife qui exhortait un peuple chrétien , et comme un roi qui veillait à la sûreté de ses sujets. Il était né Romain. Le courage des premiers âges de la république revivait en lui dans un temps de lâcheté et de corruption , tel qu'un des beaux monuments de l'ancienne Rome qu'on trouve quelquefois dans les ruines de la nouvelle.

Informations bibliographiques