Mémoires et lettres de Mme de Maintenon, Volume 12

Couverture
J.E. Dufour et P. Roux, 1789
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 43 - Enfin (et c'est peut-être bien là le meilleur pour la faire recevoir ) elle partiroit au moindre signe. Si vous voulez la laisser au monde , elle vous assure, sans hypocrisie , qu'elle retrouvera pour lui encore plus de temps qu'il ne lui en faut : elle ne voit , après tout , que les cabales , qu'elle voit assez avec vous ; ou ces maréchaux de France qui ne la charment pas au point de ne s'en pouvoir passer...
Page 254 - ... de la jeunesse: je trouve , en repassant ma vie , que , depuis l'âge de trente-deux ans , qui fut le commencement de ma fortune , je n'ai "pas été un moment sans peines, et qu'elles ont toujours augmenté.
Page 257 - ... j'ai répondu que oui; il m'a fait demander ce que c'était que mon mal : j'ai répondu Une grande vieillesse; il ne savait que me dire, et son trucheman (le prince de Kourakin) ne paraissait pas m'entendre.
Page 258 - Ce fut en effet sous l'influence de sa toute petite, mais impérieuse femme, que le Duc du Maine s'engagea dans la conspiration de Cellamare, dont la découverte amena son arrestation, le 29 décembre 1718.
Page 4 - ... mies pour quelque société, et que ce peu soient « d'honnêtes gens. Vivez à la vieille mode ; ayez tou« jours une fille qui travaille dans votre chambre « quand vous êtes avec un homme. Défiez-vous des « plus sages, défiez-vous de vous-même : croyez une « personne qui a de l'expérience, et qui vous aime. « Vous êtes encore jeune et belle : au nom de Dieu, « ne vous commettez pas, et ne commettez pas les « autres. Occupez-vous de vos enfans, servez Dieu « sans cabale, ne méprisez...
Page 14 - S'il étoit à mon choix de faire autrement , vous m'auriez trouvée au retour de la récréation dans votre chambre.
Page 121 - ... ne crois pas qu'il y ait de contraste plus parfait que celui de ces deux caractères : ce qui me fait espérer que, comme l'âge et les aventures fâcheuses ne corrigent point l'ambition, l'ambition pourra bien ne pas venir à un homme qui n'en a pas à l'âge où il lui siérait bien d'en avoir.... Toutes les vertus morales sont dans ce petit garçon, à la réserve de la piété, qu'il faut espérer toujours. En attendant, c'est une compagnie fort aimable que j'ai avec moi 2.
Page 257 - Le czar est arrivé à sept heures du soir ; il s'est assis au chevet de mon lit : il m'a demandé si j'étais malade, j'ai répondu que oui ; il m'a fait demander ce que c'était que mon mal; j'ai répondu : Une grande vieillesse.
Page 257 - On ne me dit rien de plus; je ne sais s'il faut l'aller recevoir en cérémonie, s'il veut voir la maison, les demoiselles, s'il entrera au chœur, je laisse tout au hasard.
Page 102 - C'est un délice que de se lever matin ; je regarde par ma fe« nêtre tout mon empire, et je m'enorgueillis de voir sous mes lois « douze poules, un coq, huit poussins, une cave que je traduis en « laiterie, une vache qui paît à l'entrée du grand jardin, par une « tolérance qui ne sera pas de longue durée. Je n'ose prier madame « de Berry de souffrir une vache.

Informations bibliographiques