Correspondance de Roger de Rabutin, comte de Bussy avec sa famille et ses amis (1666-1693) Nouvelle éd. revue sur les manuscripts et augmentée d'un très-grand nombre de letters inédites, Volume 3

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 432 - M. de La Rochefoucauld et Mme de La Fayette ont fait un roman des galanteries de la cour de Henri second, qu'on dit être admirablement bien écrit; ils ne sont pas en âge de faire autre chose ensemble...
Page 116 - Rochefoucault vit fort honnêtement avec madame de la Fayette : il n'y paroît que de l'amitié. Enfin la crainte de Dieu de part et d'autre , et peut-être aussi la politique, a coupé les ailes à l'amour.
Page 112 - Les mutins de Rennes se sont sauvés, il ya long-temps; ainsi les bons pâtiront pour les méchants : mais je trouve tout fort bon...
Page 405 - Le roi leur dit il ya quatre jours : Je suis fâché que vous ne soyez venus à cette dernière campagne , vous auriez vu la guerre , et votre voyage n'eût pas été long. Racine lui répondit : Sire , nous sommes deux bourgeois qui n'avons que des habits de ville , nous en commandâmes de campagne ; mais les places que vous attaquiez furent plus tôt prises que nos habits ne furent faits.
Page 207 - Contre l'affreux dessein d'attenter sur soi-même. Hippolyte la hait presque autant qu'elle l'aime ; Rien ne change son cœur ni son chaste maintien. La nourrice l'accuse : elle s'en punit bien; Thésée a pour son fils une rigueur extrême. Une grosse Aricie...
Page 208 - Jamais il n'y eut rien de si insolent que ce sonnet : deux auteurs reprochent à un officier de la couronne qu'il n'est ni courtisan, ni guerrier, ni chrétien ; que sa sœur, la duchesse de Mazarin, est une coureuse, et qu'il a de l'amour pour elle, quoiqu'il soit Italien. Et bien que ces injures fussent des vérités, elles dévoient attirer mille coups d'étrivière à des gens comme ceux-là...
Page 409 - La réponse de Racine au roi est bonne pour un courtisan, mais elle ne vaut rien pour un historien, et je craindrois bien pour la gloire de notre maître , qu'il ne nous donnât souvent dans son histoire de ces sortes d'exagérations qui ne plaisent jamais qu'aux intéressés , et qu'il ne fût toujours poëte en prose.
Page 388 - Avez-vous jamais vu une étoile si brillante que celle de notre roi? Vous savez bien qu'il a donné deux mille écus de pension à Racine et à Despréaux, en leur commandant de tout quitter pour travailler à son histoire, dont il aura soin de leur donner des mémoires.
Page 310 - Neerwinden et le culbuta. On le releva sans mal ; il se mit à rire. « Voilà de grands sots , dit-il , et un coup de canon perdu! ils ne savaient pas que j'en ai deux autres dans une valise.
Page 110 - Je suis bien fâché que vos promenoirs vous fassent souvenir que vous n'êtes plus jeune , mais je ne veux pas que vous en ayez du chagrin. Vous êtes trop heureuse d'avoir le bon abbé : il fait tout ce qu'il peut pour votre service , qui est de régler vos comptes , car je ne pense pas que vous lui demandiez qu'il fasse de la fausse monnoie pour vous. L'argent est aussi rare en Bourgogne qu'en Bretagne : je cherche partout à troquer du blé et du vin contre du brocart et du velours pour les habits...

Informations bibliographiques